Infos de JIJEL.

Portrait de MedSouilah
Share this
Voici quelques nouvelles de la ville de JIJEL et ses alentours.

 

Un bâtiment prend feu à la cité 200-Logements

Un incendie spectaculaire s’est produit dans la nuit d’avant-hier (samedi), lorsqu’un bâtiment a pris feu dans la cité des 200-Logements près de l’école primaire Halla Ahcen au Camp Chevalier. Les habitants qui ne savaient plus quoi faire se sont précipité aux balcons et aux fenêtres pour demander de l’aide, vu que personne ne pouvait sortir. Les voisins qui avaient entendu les cris ont tout de suite coupé le courant pour éviter d’éventuels dégâts et alerté la Protection civile qui est intervenue quelques minutes après. Choqués, les habitants de l’immeuble ont été mis hors danger. Les éléments de la société de distribution d’électricité (SDE) se sont rendu sur les lieux pour tenter de connaître les causes de cet incendie. 

Liberté 28/01/2013 Par Mouloud SAOU


 

Aire marine protégée

Un recueil sur l’expérience du parc national de Taza

Un excellent recueil de 31 pages sur l’expérience menée par le parc national de Taza (PNT) dans le cadre du projet pilote MEdPAn Sud pour le classement de l’aire marine du PNT, a été édité par le PNT et du WWF Méditerranée (fonds mondial pour la nature).

L’aire marine protégée, faut-il le rappeler, court de Ras El Afia dans la commune de Jijel jusqu’à celle de Ziama Mansouriah à l’ouest de la wilaya. Le chef de projet, Mme Nadia Ramdane-Fetoussi, écrira à ce propos : «Ce recueil d’expérience est le fruit d’un travail dense mené en étroite collaboration avec des partenaires engagés à chaque étape du projet, depuis la réflexion technique et scientifique au programme de mise en œuvre avec les gestionnaires.» Elle relèvera que ce programme a bénéficié de la mobilisation et de l’accompagnement de collaborateur du WWF-Méditerranée, en tant que coordinateur à l’échelle régionale du projet MedPAn Sud, de l’implication d’experts et universitaires algériens et étrangers, et d’acteurs locaux et centraux, motivés par cette expérience d’extension d’un parc terrestre existant à un territoire marin.

Pour sa part, le président du comité de pilotage intersectoriel, Mohamed Chakour, conclura son éditorial en déclarant : «D’une manière générale, la démarche entreprise a été très bien accueillie par l’ensemble des partenaires et des parties prenantes. Elle a fait la démonstration de son succès et mérite ainsi d’être partagée le plus possible pour permettre à d’autres initiatives similaires de voir le jour en Algérie.» Le directeur du PNT, Hacène Kaddour précisera, quant à lui, que «les aires marines protégées représentent une nouvelle expérience qui doit être intégrée à cette politique (nationale de protection et de développement durable)». Les rédacteurs du document espèrent vivement faire aboutir cette expérience qui devrait, elle-même, devenir source d’inspiration pour d’autres projets de création d’aires marines protégées ou, plus largement, d’aires protégées.

El Watan 28/01/2013 Par Fodil S.


 

Incendie dans un immeuble

Les habitants d’un immeuble de la cité des 90 logements, près du siège de l’agence de régulation foncière, au niveau de la nouvelle ville de Jijel, ont vécu en fin de matinée un véritable effroi, après un incendie qui s’est déclaré au niveau des étages supérieurs.

Bien que des dégâts matériels mineurs aient été enregistrés, heureusement, côté humain, rien à signaler. Selon des indications recueillies sur les lieux, le sinistre a été causé par une défaillance au niveau de l’installation électrique qui a généré une flamme, laquelle s’est rapidement répandue sur les installations en plastique. Le feu s’est propagé jusqu’aux portes des appartements les plus proches, parvenant même à dépasser le seuil d’un logement.

La fumée asphyxiante qui s’est aussitôt dégagée, a considérablement gêné les occupants des logements – essentiellement des femmes

et des enfants – qui se sont précipités vers l’extérieur pour échapper aux flammes et à la fumée. Heureusement, nous racontera un habitant du bloc, « j’ai pu accéder au disjoncteur général que j’ai rapidement mis en état hors service, en dépit de la chaleur qui y sévissait et qui m’a brûlé la main». Une équipe a été aussitôt dépêchée pour réparer les dégâts et rétablir l’alimentation en électricité de l’immeuble.

El Watan 28/01/2013 Par Fodil S.


 

Le 10 55 à l’essai …

Le 1055, un numéro vert mis à la disposition des usagers de la route pour des appels d’alerte, est encore à l’essai par bon nombre de citoyens.

Le bilan de ces appels présenté par les services de la gendarmerie nationale fait état d’une forte tendance des contacts établis par le biais de ce numéro pour… le tester. Sur le total des 48 607 communications reçues en 2012, ce qui représente une nette hausse par rapport à l’année 2011 où l’on a enregistré 18 675 appels, 39 025 personnes ont avoué avoir appelé juste pour tester ce numéro. Il reste que des communications ont fort bien concerné des appels de secours suivis par des interventions.

L’on note dans ce cadre que 313 appels ont concerné des contacts pour informer les gendarmes sur des accidents de la circulation, 203 pour des menaces contre les personnes et les biens et 8760 pour demander assistance, ainsi que 315 appels ayant concerné des cas de pillage de sable, de trafic de drogue, de terrorisme et d’atteinte à la sécurité publique. Sur le plan des interventions à la faveur de ces appels, l’on indique que les services de la gendarmerie ont effectué 3523 déplacements sur les lieux. Seulement 13 interventions se sont soldées

par des arrestations.

Les communications orientées vers d’autres services, telle que la police et la Protection civile, ont atteint le nombre de 6267. En 2011, le 1055 n’a pas fait mieux, puisque sur les 18675 communications reçues, 18 350 ont concerné des appels…pour tester le numéro !

El Watan 28/01/2013 Par Amor Z.


 

Commune de Ouled Yahia Khadrouche

Le désenclavement, une préoccupation majeure

 

Quand la route va, tout va…

Désenclavez-nous !» C’est avec ces deux mots que les représentants des habitants de la commune rurale de Ouled Yahia Khadrouche, se sont exprimés devant le wali, venu les rencontrer dans le cadre d’une visite qu’il a effectuée dans cette région. Le mot d’ordre lancé n’a pas dérogé à la règle dans ce type de rencontres, lorsque les problèmes connus de tous ont ressurgi sur la table. L’état des routes, l’absence d’une bonne couverture sanitaire, le manque de transport scolaire, la non-inscription de nouveaux projets de développement ou le retard dans la réalisation des opérations inscrites, sont, entre autres, les préoccupations d’une population qui refuse d’abandonner son douar. Les cris lancés ça et là par des hommes qui avaient à cœur de dénoncer leur enclavement n’ont d’égal que l’urgence de la mise en place d’un plan de réhabilitation d’un réseau de routes à même de rapprocher les localités de cette commune entre elles.

«Nous voulons une route qui nous rapproche du chef-lieu de la commune, nous sommes mal considérés à Belhadef où nos enfants sont scolarisés, nous voulons qu’on soit chez nous», lance, à l’adresse du wali, un habitant de la localité de Beni Mimoune, située à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la commune. Le tronçon en question est impraticable, selon les voix qui se sont succédé pour crier leur ras-le-bol de l’isolement que ces gens vivent. Même au chef-lieu de la commune, l’on déplore l’absence de commodités pour permettre aux jeunes de s’occuper et vaincre l’oisiveté. «Nous avons une équipe de football et nous sommes contraints de se déplacer à El Milia pour jouer nos matches», se plaint-on. Même les femmes de cette contrée rurale conservatrice sont sorties de leur réserve. Par la voix d’une représentante de l’association Iqra, elles se sont mises de la partie pour dénoncer…le vol des machines à coudre acquises dans le cadre d’une convention avec le secteur de la formation professionnelle. «Là ou on va, on nous vole», s’est-elle élevée.

Pour tenter de remédier aux problèmes exposés, il a été question de prendre en compte la réalisation de projets liés aux doléances soulevées, notamment l’aménagement de certains axes routiers. Des projets de logement rural, d’aménagement et d’extension de l’agence postale, ainsi que l’ouverture d’une annexe de CFPA, sont entres autres, des points qui ont été retenus dans le carnet de notes des directeurs de l’exécutif associés à cette rencontre. Il convient de rappeler que la commune de Ouled Yahia est composée de 24 groupements d’habitations éparpillés sur un vaste territoire montagneux où vivent quelque 20000 habitants.

El Watan 28/01/2013 Par Zouikri A.


 

El Milia : les commerçants illégaux accaparent la place Bounnah Belkacem

Dans le décor affligeant d’une ville qui s’enfonce chaque jour dans la décadence et le mépris ouvertement affiché aux règles les plus élémentaires de l’ordre, la place Bounnah Belkacem, au centre-ville d’El Milia, est au cœur de cette extraordinaire absence d’autorité.

Point de chute de tous ceux qui convergent dans cette ville, cette placette, qui fait face à la poste, communément appelée «Baayou», est devenue un nid de prolifération de commerçants informels des fruits et légumes. Le moindre espace est devenu une propriété privée. Les vendeurs illégaux l’ont privatisé à leur propre compte et… chut, personne ne dit mot ! Chaque saison, cette placette prend, comble du désordre, une nouvelle couleur. Celle…du fruit de saison que ces vendeurs exposent à la face d’une clientèle toujours prête à acheter même du trottoir. En été, cette placette prend ainsi la couleur verdâtre des pastèques. Tellement qu’il y a plein de camionnettes qui se bousculent dans cet espace, on ne voit plus que la couleur de ce gros fruit à la pulpe rouge.

Le jaune vient après, en automne, lorsque le melon débarque dans les mêmes camionnettes. Durant plusieurs semaines, le décor jaune est planté jusqu’à la fin de la récolte. En hiver, devinez ? Toujours fidèle à leur flair saisonnier, nos marchands redonnent une nouvelle couleur à cette place. Celle… des oranges ! De l’aube jusqu’à la tombée de la nuit, les camionnettes sont là pour proposer des oranges, dans un tohu-bohu digne des grands souks. Le comble est que chaque jour de nouveaux invités arrivent. Profitant d’un incroyable laxisme tout juste après que le bruit sur la lutte contre le commerce illégal est mis en sourdine, les nouveaux arrivants débarquent avec la même arrogance. Celui qui ne trouve pas de place, il empiète là où bon lui semble, même en pleine route!

El Watan 28/01/2013 Par Djihane Z.


Média Star 2013: La septième édition promet d'être très disputée

Nedjma vient de lancer la septième édition du concours " Media Star " 2013, destiné aux journalistes professionnels algériens. " Media Star " récompensera les meilleurs travaux journalistiques tous supports médiatiques confondus qui traitent des questions relatives aux Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), de la problématique liée à leurs usages sociaux ainsi qu'à leur développement en Algérie. Les travaux éligibles au concours sont, entre autres, les reportages, les enquêtes, les articles de fond dans la presse écrite et électronique, les dessins et illustration de presse (photos, caricatures) et les productions radiophoniques et télévisuelles. Le concours récompense les candidatures retenues dans différentes catégories. A titre d'exemple on citera la presse écrite, la presse électronique et spécialisée, le dessin de presse et la photo ainsi que les productions radiophoniques et télévisées. Un jury indépendant composé de personnalités universitaires et des professionnels des médias et du secteur des télécommunications sélectionnera les meilleurs travaux qui seront récompensés. La cérémonie de remise des prix coïncidera comme chaque année avec la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse. Un petit clin d'œil récapitulatif sur le concours " Media Star " qu'organise Nedjma pour la 7ème fois consécutive, nous renvoie d'abord à la première édition qui s'est déroulée en 2007. Le grand succès rencontré auprès des médias au lancement de cette édition qui a récompensé les meilleurs travaux journalistiques traitant des sujets liés au secteur des Télécoms et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication, a stimulé le staff dirigeant de Nedjma à lancer sa deuxième édition en 2008. Plusieurs journalistes de la presse écrite, de la Radio nationale et de la Télévision avaient été primés pour leurs travaux, lors d'une grande cérémonie qui a vu également des piliers de la presse nationale honorés à l'image de Maz, Abdelkader Yacef pour ne citer que ceux-là, et, à titre posthume, Abdellah Benyekhlef, l'un des pionniers de la RTA. Le " Média Star " 2009 a vu l'entrée en lice de la presse électronique spécialisée qui a marqué de son empreinte cette édition. Samia Addar, du site Web N'Tic, a remporté un prix pour son travail et a donné ainsi à la compétition un peu plus de piment. L'enquête journalistique intitulée "Les Algériens et le SMS : D pti mo pr tt s'dir", de Hidayette Bersali, journaliste à la Nouvelle République casse la baraque, et se verra ainsi attribuer un prix. Pour l'occasion, d'anciens journalistes et responsables de médias seront honorés et les noms des géants défileront lors de cette mémorable soirée. Noureddine Naït Mazi, Mustapha Abada, Abdelkayoum Boukaabache, Hanifa Bellazoug, Mohamed Sellah, Ali Dilem, bref que des grosses pointures… Très équilibrée, l'édition 2010 qui a été en quelque sorte un patchwork, a cependant connu la particularité suivante : face à un déluge de papiers de la presse écrite, la télévision n'a pu, lors de cette édition, décrocher de trophées. Lors de la précédente édition de " Média Star", celle de 2011, en l'occurrence, le sympathique duo composé de Harrat Aziz et Meriche Boubeker de la " Radio régionale de Jijel " s'est démarqué et a pu ainsi décrocher un prix. D'autres lauréats à savoir Midjek Fella, Djaid Abderrahmane, Imarouene Boudjemaa ou encore Samir Tazairt se sont vu pour l'occasion décerner des prix. Des personnalités de la scène médiatique ont également été honorées au cours d'une soirée sulfureuse animée par un Kader Secteur des grands jours. Feu Abderrahmane Mahmoudi avait été, rappelons-le, honoré à titre posthume en présence de sa famille. La traditionnelle soirée de remise des prix a été célébrée dans le grand hôtel El Aurassi, à Alger. Le Premier prix de la presse écrite est revenu au journaliste Walid Aït Saïd pour son article "La fièvre du Cinquantenaire de l'indépendance gagne la Toile: l'Histoire racontée par les TIC." Pour la catégorie presse écrite, six travaux avaient été nominés, et quatre lauréats choisis. Le 2e prix est en revanche revenu à Fatma Hamdi pour son reportage "Des centaines de pages sur Facebook s'attaquent à l'Islam et déclenchent le sectarisme" paru dans le quotidien arabophone El Ahdath. Le 3e prix a, quant à lui, été raflé par Asma Bersali pour son reportage "Le téléphone portable en Algérie : les Algériens ont la puce à l'oreille" publié par El Watan. Le Prix spécial du Jury avait été attribué à Fatima Keddar pour son reportage "Les technologies du téléphone portable ont projeté la société algérienne et les institutions de l'Etat dans une profusion d'informations" paru dans le quotidien El Oumma El Arabiya. L'édition 2013 de " Média Star" promet d'être très disputée. Journalistes, à vos plumes !

Le Maghreb 28/01/2013 Par Lazhar D.


Extension des capacités de stockage des dépôts de carburant d’El Khroub et Sidi Bel Abbès

Signature de convention entre Naftal et ENGTP

 

Dans le cadre de la réalisation en EPC des augmentations des capacités de stockage au niveau national, Naftal a procédé, hier, à l’hôtel

El Aurassi, à la signature d’un contrat d’application avec l’Entreprise nationale des grands travaux pétroliers (Engtp).

Ledit contrat s’inscrit dans le sillage de l’accord-cadre signé entre les deux entreprises, il y a une année, et qui porte sur l’extension des capacités de stockage des dépôts de carburants d’El Khroub et de Sidi Bel Abbès. Hier, lors de la cérémonie de signature, le premier responsable de Naftal a fait savoir que le projet rentre également dans le cadre du programme national d’augmentation des capacités de stockage de carburants. «Ce programme d’intérêt national consiste à atteindre une capacité de stockage de 2,2 millions de tonnes, pour une autonomie de stockage de 30 jours à l’horizon 2020.» M. Saïd Akretche a également indiqué que ce projet permettra de sécuriser l’approvisionnement des dépôts de carburants en réalisant un réseau interconnecté de transport par pipelines, réduire sensiblement le recours de transport par route ainsi que l’amélioration des performances HSE (réduction des risques d’accidents routiers et des émissions polluantes). «Ce programme qui comporte une quarantaine de projets dont 11 (pipelines et dépôts) sont en cours de réalisation dans un délai de réalisation de 36 mois» précise-t-il. Et d’ajouter que le coût du projet est de l’ordre de 12 milliards de dinars. Ledit projet a également un impact sur plusieurs wilayas. En effet, ce denier permettra de sécuriser divers endroits via notamment, la livraison des stations services se situant à Jijel, Constantine. L’autre impact a trait à l’approvisionnement par pipeline du dépôt d’El Eulma ainsi que par train des dépôts de Batna, Biskra, M’sila, Tébessa et Khenchela et également celui d’El Khroub. Le dépôt de carburant de Sidi Bel Abbès aura également un impact sur les wilayas de Saïda et Béchar. Pour sa part, le P-dg de l’Engtp, Mohamed Seghir Laouissi, a exprimé sa satisfaction de mettre l’expérience de son entreprise au service de Naftal et pris l’engagement de satisfaire les attentes de cette dernière dans la qualité et les délais requis. Il est utile de rappeler, que l’Entreprise nationale des grands travaux pétroliers, Engtp, est une filiale à 100% du groupe Sonatrach, implantée au niveau de l’ensemble des champs pétroliers et gaziers du Sud, l’Engtp est leader en matière de construction des ouvrages et installations industriels.     

La Tribune 28/01/2013 Par Salah Benreguia


 

 

medsouilah@jijel.info