Jijel: Réhabilitation prochaine de trois zones d'activité industrielles.

Portrait de MedSouilah
Share this
Les travaux de réhabilitation de trois zones d'activité industrielles dans la wilaya de JIJEL, seront lancés prochainement, a-t-on appris de bonnes sources.
Les travaux de réhabilitation toucheront trois zones d’activité: EL-Aouana, Béni Ahmed et Bazoul, qui permettront d’impulser l’action de développement dans la région et de mettre en place un nouveau tissu d’entreprises industrielles, 43 projets, avec un montant de 246 Milliards de centimes "selon le journal arabophone ci-joint", en encourageant l’investissement par l’amélioration de l’environnement immédiat des entreprises.

medsouilah@jijel.info

Commentaires

Puisque on parle d'investissement, ces messieurs de la pêche peuvent ils nous confier combien d'investisseurs ont vu leur projet se concrétiser dans le domaine de l'aquaculture.

Un ami est passé chez eux il y de cela quelques semaines, le préposé à la réception a tout fait pour le décourager à investir dans ce créneau surtout pour l'aquaculture marine. Il est reparti les jambes fauchées.

Quel intérêt guide ce fonctionnaire ? Jijel importe la dorade et le loup d'elevage de Tizi-ouzou...la mainmise du hamas sur ce secteur est elle toujours en vogue...???

 

smarty

Je sais que pour la zone dite de Bazoul, cette zone "extraportuaire" a été créée spécialement pour s'accaparer des terres d'une famille de chouhada par l'ex Wali promu à d'autres sombres oeuvres à Tarf.

Ces terrains autour de la gare ferroviaire de Bazoul sont la convoitise d'une mafia du foncier venue les convoiter à partir des wilayas limitrophes essentiellement de sétif, bordj et constantine. L'ex wali a été jusqu'à conduire ces pseudos investisseur sur ces terres privées pour les leur proposer.

Cette famille raconte que même au plus fort des exactions de la france coloniale contre tous les hommes de cette famille dont beaucoup ont été tués et d'autres emprisonnés et torturés, la seule parcelle prise à la fin des années 50 s'est faite dans le strict cadre de la loi coloniale.

Aujourd'hui cette famille dont les terres côtières ont été sorties de la ZET pour être intégrées dans cette zone extra portuaire de la honte, ne cesse d'être agressé par une Administration locale qui fait fi de toutes les lois. Des spoliations sont régulièrement opérées sans expropriation préalable et les terres prises par voie de fait indemnisées au prix de 100 (cent) da le mètre carré (ces mêms terres indemnisées 30 ans plus tôt à 350 Da.

De nouveau cette famille été victime fin janvier dernier (2013) d'une nouvelle spoliation. Les passagers entre oued ennil et bazoul pourront constater l'implantation par Sonelgaz de pilones sans aucune procédure légale. En effet, une véritable expédition a été menée par la Daira de taher pour occuper par la Force ces terrains privés appartenant à cette famille de martyrs.

C'est dire que le cinquentenaire de la révolution rime pour cette famille avec spolitation et dépossessions sauvages. Notre wilaya s'est mise au ban des autres wilayas. Elle est devenue même avec l'actuel wali, l'exception qui confirme l'Etat de Droit. 

La témérité spoliatrice de l'administration locale n'a d'égale que son incapacité (sa lacheté) à récupérer les terrains litoraux accaparés durant la décenie rouge et maintenus en dormance dans des buts spéculatifs. 

 

 

 

Tu as très bien résumé la situation.

 

Depuis 2000 l'Algérie est redevenue un territoire à recoloniser par nos néocolons !

 

Ce territoire leur a été legué par la France en héritage pour continuer la colonisation.

 

Les Algériens ne sont pas considérés des êtres humains mais des animaux domestiques qui, effectivement, sont aujourd'hui parfaitement domestiqués: foot à la télé, hergma, voiture, villa, affairisme etc.

 

Le sentiment de nationalisme, de fierté, de courage dans l'action salutaire sont désormais des concepts inconnus.

 

FrownUndecided

 

 

La liberté a plus de valeur que l'argent gagné à travailler pour les autres.

Vous avez raison de vous poser des questions?!  je pense qu'avec le plan CALPIREF dans l'ensemble de l'Algerie, n'est qu'un plan de colonisation bis. car la méthode dont elles sont distribuées les terres agricoles du domaine de l'Etat, ressemble exactement à celle utilisée entre 1840 et 1880.

Aujourd'hui, des nimpotes qui s'octroient des terres avec un dinar symbolique voir meme gratuitement ( 40ha par ci et 100 par là..et plus)

la communauté qui en benéficie fortement sont les hauts cadres de l'Etat, les expatriés des AE et chancelleries et meme leurs copains, ainsi que nos cousins germain kabylus ben'amis. grace au services du cabinet d'expertise de Tadmeyt basé à Tizi, designé par si Hmed le patron du rnd ( pour la région du centre).

Pour les gens qui investissent réelement b'sahathoum, mais le probleme, reside dans le business du foncier agricole que certains spéculent sans scrupule, au detriment de l'interet général du pays. normalement l'Etat peut mettre en vente ou en location au profit des investisseurs du domaine agricole sous reserve de pénalisation en cas de manquement au oblgations de l'usage de ces terres. mais comme on a l'habitude de vendre le poisson avant qu'il ne soit péché, et de cacher le soleil avec un gherbèl, donc bonjour la spéculation.

w'Allah yerham echouhada

 

espérons que ces projets ne riment pas avec spoliation des terres des citoyens comme c'est apparemment le cas à Bazoul.

smarty

Portrait de JIJEL Garçons

Bonsoir

على بركة الله و الله يبارك