Poster une réponse 
 
Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Auteur Message
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #1
La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat

La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat


[Image: vvx6.jpg]

Le témoignage d’un ancien soldat français appelé de contingent, publié mercredi par le quotidien L’Humanité, qui pense avoir enterré le corps de Maurice Audin, assassiné par l’armée coloniale, relance l’exigence de vérité sur ce crime vieux de 61 ans.

«Je crois que c’est moi qui ai enterré le corps de Maurice Audin», a confié au journaliste de l’Humanité ce témoin des atrocités qu’avait fait subir l’armée française aux Algériens durant la guerre de libération, qui a voulu garder l’anonymat en se tenant à la disposition de la famille Audin.

Les événements se sont déroulés dans une ferme à Fondouk (actuellement Khemis el-Khechna) où, dans une cabane fermée à clé, se trouvaient «deux cadavres enroulés dans des draps et cachés sous la paille», a raconté le témoin de 82 ans (que le journal l’appelle Jacques Jubier) pour «soulager sa conscience et se rendre utile pour la famille Audin».

«J’ai d’abord l’impression de loin que ce sont des Africains. Ils sont tout noirs, comme du charbon», a-t-il précisé, faisant état des propos du soldat Gérard Garcet, désigné plus tard par ses supérieurs comme l’assassin de Maurice Audin qui racontait «fièrement» avoir passé les deux victimes à la «lampe à souder» (…) pour éviter qu’on puisse les identifier».

«C’est une grosse prise. Il ne faut jamais que leurs corps soient retrouvés», avait-il ajouté aux jeunes appelés, dont Jacques Jubier, précisant que l’un «était le frère de Ben Bella et l’autre +une saloperie de communiste+ qui les a fait disparaître».

Pour le témoin, «il est certain qu’il s’agissait bien de Maurice Audin, alors que pour le deuxième corps, il est impossible, pour lui, qu’il s’agisse d’un membre de la famille d’Ahmed Ben Bella. Il pense que c’est le corps d’un dirigeant du Front de libération nationale (FLN) proche de Ben Bella».

«Après les avoir enterrés, on a repris la route au nord du barrage du Hamiz. Je ne disais pas un mot», a-t-il dit. Le témoin raconte, par ailleurs, que parmi les soldats français, il y avait des volontaires pour la torture «qui ne se faisaient pas prier».

Selon L’Humanité, les députés Sébastien Jumel (Parti communiste) et Cédric Villani (La République en marche) vont exiger, à l’Etat français, la reconnaissance officielle de l’assassinat de Maurice Audin par l’armée française.

Selon Cedric Villani, le président Emmanuel Macron lui a fait part de son «intime conviction» que Maurice Audin a été «effectivement assassiné par l’armée française».

«Oui, j’ai eu l’occasion de m’en entretenir directement avec le président Macron. (…) Il m’a fait part de son intime conviction qu’effectivement, Maurice Audin a été assassiné par l’armée française», avait déclaré dans une interview à L’Humanité, publié le 23 janvier, ce mathématicien proche de la famille Audin.

«Il m’a annoncé que le grand travail d’ouverture des archives, initié par François Hollande, allait se poursuivre. Il m’a aussi dit qu’à ce jour, aucune archive ne venait apporter un éclairage décisif sur le sort de Maurice Audin (et) qu’il appartient aux historiens de reconstruire les événements et que l’Etat ne cherche plus à imposer sa version», avait-il ajouté.

«Au-delà du sort tragique de Maurice Audin, au-delà des circonstances particulières de son exécution, ce qui importe, pour moi et pour bien d’autres, c’est que l’Etat reconnaisse et condamne officiellement l’attitude et le plan de l’armée française de l’époque, faisant disparaître des citoyens par centaines», avait-il expliqué.

APS
16-02-2018 05:23 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
moudjahid Hors ligne
In the middle of no where...

Messages : 1,112
Inscription : May 2014
Message : #2
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Mieux vaut tard que jamais..,.
Plus 60 ans après son assassinat, le gouvernement francais reconnaît enfin sa responsabilité dans la disparition de Maurice Audin

C'est ici....
Et cela ouvre des portes pour d'autres cas de crimes qui ne manqueront pas d'être mis sur la place publique ....


https://actu.orange.fr/france/avec-l-aff...cf0fc.html

Why did you do that thing to me ?
13-09-2018 07:10 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
saladin Hors ligne
Membre Senior

Messages : 438
Inscription : May 2014
Message : #3
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
(13-09-2018 07:10 PM)moudjahid a écrit :  Mieux vaut tard que jamais..,.
Plus 60 ans après son assassinat, le gouvernement francais reconnaît enfin sa responsabilité dans la disparition de Maurice Audin

C'est ici....
Et cela ouvre des portes pour d'autres cas de crimes qui ne manqueront pas d'être mis sur la place publique ....


https://actu.orange.fr/france/avec-l-aff...cf0fc.html

Salut Moudjahid,

Maurice Audin, un des hommes libres, qui était tué, car ils militait pour une Algérie JUSTE, envers tous ses habitants.
Pas étonnant qu’il serait abattu, par les ennemis des peuples, de la manière la plus lâche.
Le reconnaitre 61 ans après ne change rien à la cruauté barbare du crime.
Les crimes d’état de la France, en Algérie, sont innombrables.
De 1830 à 1962 :
Combien de douars et mechta avaient été rasés de la carte ?
Combien d’innocents algériens avaient été exécutés sommairement ?
Combien d’innocents algériens sont toujours portés disparus ?
Combien de femmes avaient été violées ?
Combiens d’écoles avaient été brûlées ?
Pas pour remuer le couteau dans la plaie qui est toujours fraîche,
la France ne doit pas seulement reconnaître ses crimes d’état,
mais doit s’en excuser auprès des PEUPLES qu’elle a opprimés, pour de longues années.
14-09-2018 11:20 AM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #4
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
La repentance de Macron et les tortures de Le Pen


[Image: 1dj1.jpg]

Reconnaître officiellement que Maurice Audin est mort en 57 sous la torture devrait permettre à l’Algérie de réclamer la tête de Jean-Marie Le Pen, le lieutenant tortionnaire de l’Armée française, qui s’est épinglé lui-même, d’avoir usé de la torture en déclarant dans un entretien accordé au quotidien « Combat », le 9 novembre 1962 :"Je n’ai rien à cacher. J’ai torturé parce qu’il fallait le faire.’’

Le mea culpa officiel du président français sur la torture en Algérie est une audace politique de Macron et aussi une grande gifle pour le parti du Front national, dirigé par la fille du tortionnaire Jean-Marie Le Pen. Sous les feux de cette opposition constituée de majorité de pieds-noirs, Macron vient de gagner sa bataille médiatique en mettant le Papa Le Pen aux bancs des accusés des criminels de guerre.

Ce politique aux mains tachées de sang algérien, pris de peur d’être poursuivi en justice lance aux médias français : ‘’Macron est "détestable". Cette réaction raciste de Jean-Marie Le Pen à propos de la reconnaissance française des crimes commis en Algérie, n’est pas singulière. Evidement pour Le Pen le parachutiste tortionnaire qui se trouve coincé par son passé sale, ne peut réagir autrement de peur que ses histoires de crimes contre l’humanité commis en Algérie soient rendus publics et qui risquent de lui couter cher après qu’une dizaine de victimes algériennes ont livré leurs témoignages. Le Pen, était un tortionnaire !

Le lieutenant Le Pen engagé volontaire dans le 1er régiment étranger parachutiste en Algérie en 1957 a commis plusieurs actes de torture, selon quatre des témoins algériens torturés qui se sont confiés à José Bourgarel, l’auteur du film documentaire ‘’Le Pen et la torture, la question’’ diffusé sur France2. L’algérien Mohammed Abdellaoui, âgé de 27 ans en 1957, détenu à Fort l’Empereur : « On m’a mis par terre, j’avais un fil électrique dans le sexe, le deuxième au doigt du pied droit et après, Le Pen a jeté un bidon d’eau sur mon corps. » avait témoigné, Abdellaoui.

L’autre témoin, Lakhdari Khalifa, un des responsables de l’UGTA, torturé par Le Pen, avait déclaré : lorsque j’ai été arrêté, un soir du mois de février 1957, Le Pen m’a mis un revolver dans le dos, et il m’a donné un coup au ventre. Dans la pièce des interrogatoires, ils m’ont mis sur un sommier plein d’électricités et m’ont mis un chiffon dans la bouche. Ils m’ont torturé pendant dix minutes. C’était Le Pen qui m’interrogeait.»
La mère de Hadj Ali Moulai, lâchement assassiné en 1957, raconte : ‘’ le lieutenant Jean Marie Le Pen et ses militaires ont débarqué chez moi à Belcourt, Le Pen a donné des ordres à ses paras, pour qu’on m’attache avec du fil de fer, de 10h du matin à 16h, dans la cour de ma maison, j’ai reçu des coups de crosse sur la tête, derrière la nuque, dont je garde jusqu’à présent des séquelles.” Le quatrième témoin, Cherki Ali Rouchai, arrêté le 22 février 1957 à Alger déclare : « ils m’ont fait rentrer dans une villa et ils m’ont ordonné de me déshabiller d’abord tout nu. C’est Le Pen qui donnait les ordres, j’étais nu, ils m’ont mis la gégène, Ils m’ont accroché les pinces ici, et ils ont commencé à lâcher des décharges d’électricité », avait déclaré cet algérien.

Après tout ce qu’il a fait, ce tortionnaire de Le Pen est aujourd’hui un homme politique français influent, jouissant toujours de la liberté, et il n’a jamais été jugé pour ses crimes racistes contre l’humanité. Le tortionnaire Jean-Marie Le Pen, tout comme le général Bigeard, l’assassin de Larbi Ben M’hidi, le général Massu doivent être jugés pour leurs crimes par des tribunaux algériens et français.

https://www.reflexiondz.net/La-repentanc...52927.html
14-09-2018 10:47 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #5
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Marine Le Pen : «Maurice Audin a caché des terroristes du FLN»


[Image: 5rgu.jpg]

Marine Le Pen, présidente du parti d’extrême-droite français, le Rassemblement national anciennement appelé Front national, a vertement critiqué le président français Emmanuel Macron, pour la qualification de crime d’État l’assassinat de Maurice Audin, militant de l’indépendance de l’Algérie.

Dans deux tweets publiés ce jeudi, la patronne du parti d’extrême-droite s’en est prise au président français qui, selon elle, surfe «sur la division des Français». Elle a accusé au passage Maurice Audin d’avoir aidé ce qu’elle qualifie de «terroristes du FLN».

«Maurice Audin a caché des terroristes du FLN (Front de Libération National) qui ont commis des attentats. Macron commet un acte de division, en pensant flatter les communistes», a-t-elle tweeté.

La chef de file des « frontistes », qui se trouve actuellement dans le sud de la France, plus précisément dans le Var, a été chahutée dans un village devant accueillir 72 migrants. « Cassez-vous », ont scandé les habitants.

"Maurice Audin a caché des terroristes du FLN qui ont commis des attentats. #Macron commet un acte de division, en pensant flatter les communistes." #LeTalk

Marine Le Pen (@MLP_officiel) September 13, 2018

"Quel est l'intérêt pour le Président de la République de rouvrir des blessures, en évoquant le cas de Maurice Audin ? Il souhaite surfer sur la division des Français, au lieu de les réunir dans un projet." #LeTalk

Marine Le Pen (@MLP_officiel) September 13, 2018

http://www.algeriemondeinfos.com/2018/09...istes-fln/
14-09-2018 10:50 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
saladin Hors ligne
Membre Senior

Messages : 438
Inscription : May 2014
Message : #6
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Dans les accords d’Evian, on peut lire :


"Des droits et libertés des personnes et de leurs garanties

I. Dispositions communes.

Nul ne pourra faire l'objet de mesures de police ou de justice, de sanctions disciplinaires ou d'une discrimination quelconque en raison :

- D'opinions émises à l'occasion des événements survenus en Algérie avant le jour du scrutin d'autodétermination ;

- D'actes commis à l'occasion des mêmes événements avant le jour de la proclamation du cessez le feu.
"


C’est clair que c’est une amnistie générale et de ce fait Le Pen et consorts n’ont pas à s’inquiéter, de ce qu’ils ont fait durant la guerre de l’indépendance de l’Algérie.

Les ennemis des PEUPLE ont pensé à sauver leurs peaux, en exigeant cette condition d’amnistie.

Il est clair aussi que si les négociateurs algériens avaient laissé passer cette condition, c’est qu’ils étaient réellement des HOMMES de paix…

56 ans après, Le Pen et sa fille n’ont toujours pas honte, de leur passé maculé de sang des innocents…Angry
15-09-2018 10:55 AM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #7
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Retour sur le destin de Maurice Audin dont le nom a marqué l’histoire de la guerre d’Algérie





https://oumma.com/retour-sur-le-destin-d...-dalgerie/
15-09-2018 10:54 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
moudjahid Hors ligne
In the middle of no where...

Messages : 1,112
Inscription : May 2014
Message : #8
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Bonjour
Une figure historique vient de nous quitter.
L'épouse de Maurice Audin vient de s'éteindre ....
Elle a pu enfin obtenir l'aveu et la reconnaissance des autorités françaises sur l'assassinat de son mari.
C'est ici :

https://actu.orange.fr/france/deces-de-j...cyXQd.html

Why did you do that thing to me ?
04-02-2019 02:15 AM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
saladin 2 Hors ligne
Membre

Messages : 126
Inscription : Feb 2018
Message : #9
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
(04-02-2019 02:15 AM)moudjahid a écrit :  Bonjour
Une figure historique vient de nous quitter.
L'épouse de Maurice Audin vient de s'éteindre ....
Elle a pu enfin obtenir l'aveu et la reconnaissance des autorités françaises sur l'assassinat de son mari.
C'est ici :

https://actu.orange.fr/france/deces-de-j...cyXQd.html

Bonjour Moudjahid,

Paix à son âme.

Très sincères condoléances à sa famille .

Une GRANDE dame qui a combattu jusqu’à obtenir gain de cause , la reconnaissance de l’état français,
de l’assassinat de son mari, Maurice Audin , militant contre l’injustice.

Comme son mari, Josette a inscrit son nom, en lettre d’or, sur le registre universel,
des femmes et hommes libres et justes.
04-02-2019 09:43 AM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #10
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Décès de Josette Audin, veuve de Maurice Audin, mort sous la torture en Algérie


[Image: sv5b.jpg]

Elle avait consacré son existence à ce que la vérité soit faite sur l’assassinat de son mari et la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. Josette Audin est décédée samedi 2 février à l’âge de 87 ans.

Une grande dame s’est éteinte. Josette Audin est décédée samedi à l’âge de 87 ans, emportant avec elle l’histoire intime de la grande Histoire, celle qu’elle aura contribué à écrire par sa persévérance et son courage. Nous n’oublierons pas son merveilleux sourire, le 13 septembre dernier, lorsque le président de la République est venu chez elle lui demander pardon, « au nom de la République ». Josette aura vécu ce moment avant de s’en aller. Cette reconnaissance officielle de l’assassinat de Maurice Audin par l’armée française, elle y a travaillé plus de soixante ans, affrontant les lâchetés politiques et les mensonges de la Grande Muette. Par amour. Mais aussi pour tous les Algériens victimes de la torture. Car si sa vie a été indissociablement liée au nom de son mari, Josette Audin était une militante communiste, anticolonialiste, dont l’engagement ne s’est jamais affadi.

Ces derniers mois, en dépit de la maladie, elle trouvait la force d’être là où son combat devait la mener. Le 12 décembre, elle était au premier rang de l’amphithéâtre de l’Institut Poincaré, pour la cérémonie de remise du prix de mathématiques Maurice-Audin. Le 14 septembre, elle avait tenu à venir à la Fête de l’Humanité, pour partager avec les siens la formidable victoire politique de la reconnaissance, la veille, du crime d’État par Emmanuel Macron. Le public de la Fête le lui avait bien rendu, par un de ces instants magiques où l’émotion n’a plus besoin de mots. À l’Agora, sa frêle silhouette avait soulevé l’admiration et le respect d’un public qui a partagé son engagement pendant toutes ces années. Celui qui a permis que le nom de Maurice Audin ne tombe pas dans l’oubli.

Le 11 juin 1957, un commando de parachutistes l’arrache au bonheur

[Image: 4o0e.jpg]

Sa vie a basculé en 1957. Josette a 25 ans. Militante du Parti communiste algérien (PCA), elle a rencontré Maurice Audin cinq ans plus tôt, à la faculté d’Alger. Ils partagent l’amour des mathématiques, de l’Algérie et de son peuple. Un pays où elle est née et a grandi, dans le quartier de Bab El Oued. « On était conscient des risques qu’on prenait, expliquait Josette Audin, mais nous étions révoltés par le colonialisme. On ne supportait pas de voir des gosses algériens cirer les chaussures dans les rues, au lieu d’aller à l’école. Au marché, si le vendeur était arabe, tout le monde le tutoyait. Nous ne l’acceptions pas ». Au mois de juin 1957, l’un des plus meurtriers de la bataille d’Alger, le jeune couple héberge des militants clandestins dans son appartement de la rue Flaubert, dans le quartier du Champ-de-Manœuvre.

C’est ici que, vers 23 heures, le 11 juin 1957, des parachutistes tambourinent à leur porte, derrière laquelle dorment leurs trois enfants : Michèle, 3 ans, Louis, 18 mois, et Pierre, un mois. « Quand est-ce qu’il va revenir ? » demande Josette Audin, alors que son mari est enlevé par l’armée. « S’il est raisonnable, il sera de retour dans une heure », lui répond un capitaine. « Occupe-toi des enfants », a le temps de lui lancer Maurice Audin. Ce seront les derniers mots qu’elle entendra de lui, qui n’est jamais revenu. Et Josette n’a jamais cru à la thèse de l’évasion avancée par les autorités. « Jamais », assurait-elle. « Il aurait tout fait pour prendre contact avec moi .».
Depuis ce jour où un commando de parachutistes l’a arrachée au bonheur, Josette ne s’est jamais résignée.

Josette Audin n’a jamais renoncé, ne s’est jamais résignée

« Mon mari s’appelait Maurice Audin. Pour moi il s’appelle toujours ainsi, au présent, puisqu’il reste entre la vie et la mort qui ne m’a jamais été signifiée », écrivait-elle en 2007 dans un courrier adressé à Nicolas Sarkozy, publié dans nos colonnes, resté lettre morte. Inflexible, pendant plus de soixante ans, Josette n’a jamais renoncé à sa quête de vérité. Dès le 4 juillet 1957, elle porte plainte contre X pour homicide volontaire. La famille de Maurice Audin est la seule à l’épauler dans ces semaines pénibles, où les soutiens se font rares. Les collègues de la faculté ne se précipitent pas pour l’aider. Quant aux camarades, « c’était trop dangereux pour eux de me contacter ». L’instruction de l’affaire, commencée en juillet 1957 à Alger, est transférée à Rennes en 1960.

Deux ans plus tard, un premier non-lieu sera prononcé pour « insuffisance de charges ». Mais Josette Audin ne baisse pas les bras. C’est une battante, une militante. Elle décide de rester vivre en Algérie et, après l’indépendance, elle fait le choix de devenir fonctionnaire algérienne, quitte à perdre beaucoup de salaire. Ce n’est qu’à l’été 1966, après le coup d’État de Boumédiène, qu’elle se résout à partir en France, pour protéger sa famille. « On a annoncé à tout le monde, aux voisins, qu’on allait passer l’été dans le sud de l’Algérie. Ma mère avait tout organisé. On a atterri pour une autre vie à Étampes », raconte Pierre Audin, son plus jeune fils, lui aussi mathématicien. « Pas de chance, le proviseur du lycée où ma mère enseignait était au FN. Donc on est partis vivre à Argenteuil… » Quelques semaines après son arrivée en France, en décembre 1966, la Cour de cassation déclare l’affaire « éteinte ». Mais les plaies sont toujours ouvertes. « Ma mère n’en parlait jamais. C’était son jardin secret, et on l’a respecté, confie Pierre Audin. Il y avait son portrait partout, je me doutais que c’était un héros, mais je ne savais pas pourquoi. Un jour, je suis tombé sur un livre dans la bibliothèque, intitulé l’Affaire Audin… »

La reconnaissance par Macron, une victoire personnelle et politique

Les années passent, et chaque nouvelle étape de l’affaire replonge Josette Audin dans ce deuil impossible. Elle ne s’est jamais remariée. Au début des années 2000, alors que les tortionnaires soulagent leur conscience dans la presse française, Josette remonte au front et dépose une nouvelle plainte contre X pour séquestration, qui aboutira encore à un non-lieu. Elle refuse de rencontrer en privé la famille des assassins de son mari : « Si la vérité doit advenir, explique-t-elle, il faut que cela soit devant tout le monde, devant la justice de la République. » L’espoir, la lassitude, la colère… En janvier dernier, à l’Assemblée nationale, à 87 ans, elle était venue redire, avec une incroyable dignité, qu’elle espérait toujours que « la France, pays des droits de l’homme, condamne la torture, ceux qui l’ont utilisée, et ceux qui l’ont autorisée ». Ce jour-là, le mathématicien Cédric Villani est à ses côtés. Le député LaREM en est convaincu : Emmanuel Macron doit reconnaître ce crime d’État.

Simultanément, l’Humanité publie des témoignages d’appelés qui racontent l’horreur de la torture et remettent dans le débat public les pratiques de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Une lettre ouverte adressée au président de la République, signée par de nombreuses personnalités, est également publiée dans nos colonnes. « Des deux côtés de la Méditerranée, les mémoires algérienne et française resteront hantées par les horreurs qui ont marqué cette guerre, tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue », affirme le texte. Trois mois plus tard, grâce au geste historique du chef de l’État, la France regarde en face l’une des pages les plus sombres de la colonisation. Car le sort d’un homme révéla tout un système : celui de la pratique généralisée de la torture pendant la guerre d’Algérie.

Le 13 septembre 2018, dans le salon de Josette, où Maurice Audin est partout, éternel jeune homme de 25 ans immortalisé par des clichés posés sur les étagères du salon, une page d’histoire s’est écrite. Un dialogue entre Emmanuel Macron et Josette Audin en dit long : « Je vous remercie sincèrement », lui dit-elle. « C’est à moi de vous demander pardon, donc vous ne me dites rien. On restaure un peu de ce qui devait être fait », répond Emmanuel Macron. « Oui, enfin, je vous remercie quand même ! » lui rétorque Josette Audin d’un air malicieux. Le président : « Je vois que l’indiscipline continue »… L’insoumission, l’indocilité plutôt. Le combat de Josette Audin, exemplaire, lui survivra. Nous y veillerons. Pendant soixante ans, nos colonnes ont tenté de l’accompagner dans son juste combat. C’est dire si les équipes de l’Humanité ont du chagrin aujourd’hui. À ses enfants, Michèle et Pierre, ses petits-enfants, et toute sa famille, elle adresse ses condoléances les plus chaleureuses.


Source : L’Humanité – https://www.humanite.fr/disparition-jose...ice-667259


http://www.babzman.com/deces-de-josette-...Aggbon95gE
04-02-2019 08:47 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #11
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Interview Josette Audin




04-02-2019 08:49 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Nassiba Hors ligne
Super posteur

Messages : 7,334
Inscription : May 2014
Message : #12
RE: La vérité sur l’assassinat de Maurice Audin : un témoignage relance le débat
Hommage à la veuve de Maurice Audin: Macron revient sur la torture pendant la guerre d’Algérie


[Image: 4ois.jpg]

Le président de la République française a reconnu, hier, que le militant Maurice Audin «avait été torturé puis exécuté ou torturé à mort» par l’armée française, durant la guerre de libération nationale.

Dans un hommage à Josette Audin, veuve du mathématicien et militant de la cause algérienne, enlevé et assassiné par l’armée française en juin 1957, Macron a rappelé qu’arrêté à son domicile par des militaires français, Maurice Audin «ne revint jamais». Le 13 septembre dernier, en rendant visite à Josette Audin, il lui avait remis une déclaration reconnaissant que le militant communiste était mort sous la torture du fait d’un «système légalement institué» alors en Algérie par la France.

Dans cette déclaration, le président «reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté à son domicile ( ). Il reconnaît aussi que si sa mort est, en dernier ressort, le fait de quelques-uns, elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué». Devant la veuve, Emmanuel Macron a également confirmé l’ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens. Arrêté à son domicile à Alger le 11 juin 1957, en présence de sa femme, par des parachutistes, Maurice Audin, 25 ans, était soupçonné d’héberger des membres de la cellule armée du Parti communiste algérien.

Il a été torturé à plusieurs reprises dans une villa d’El Biar, en compagnie d’Henri Alleg. Dix jours plus tard, sa femme apprend officiellement que son mari s’est « évadé » lors d’un transfert. En dépit de son invraisemblance, cela restera la version officielle jusqu’à ce que François Hollande affirme en 2014 que «M. Audin ne s’ (était) pas évadé» mais était «mort durant sa détention». Macron a souligné que la plainte pour enlèvement et séquestration que Josette Audin déposa alors «achoppa, comme d’autres, sur le silence ou le mensonge des témoins-clés». Il a encore rappelé que «l’enquête fut définitivement close en 1962 par un non-lieu, en raison des décrets d’amnistie pris à la fin de la guerre d’Algérie, qui mirent fin à toute possibilité de poursuite».

Le chef de l’État français a insisté sur le combat pour la justice de Mme Audin, indiquant qu’elle l’avait déplacé «sur le terrain de l’établissement et de la reconnaissance de la vérité, des faits historiques et des responsabilités politiques». Il a également évoqué son combat de plus de soixante ans, en compagnie de ses enfants, au sein de l’Association Maurice-Audin, avec le soutien d’historiens comme Pierre Vidal-Naquet, de mathématiciens et de journalistes «pour que jamais le souvenir de Maurice Audin et la mémoire de son sort ne s’éteignent».

Ce combat, a-t-il poursuivi, a été également mené pour que «l’État reconnaisse la responsabilité des gouvernements français qui, durant la guerre d’Algérie, échouèrent à prévenir et à punir le recours à la torture, faillirent à cette mission fondamentale qui incombe à toute autorité démocratique d’assurer la sauvegarde des droits humains et, en premier lieu, l’intégrité physique de celles et de ceux qui sont détenus sous leur souveraineté». Réagissant à son décès, le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel, a tweeté : «Grande tristesse. Josette Audin s’en est allée. Elle s’est battue toute sa vie pour la vérité et pour la mémoire de son mari. Elle part apaisée d’avoir vu enfin ce crime d’État reconnu».

https://www.algerie360.com/hommage-a-la-...tWnj6z5nc4
05-02-2019 02:01 PM
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :