Lieu de tortures et de sévices: La ferme Améziane

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Avec la villa Susini à Alger, la ferme Améziane à Constantine est considérée comme l’un des plus importants et des plus inhumains centres de tortures aménagés par l’administration coloniale durant la guerre de libération nationale. La ferme Améziane, propriété de l’un des deux bachaghas de Constantine, en l’occurrence le bachagha Améziane, a été en transformée en Centre de renseignement et d’action (CRA) vers la fin de l’année 1957. Ce centre dispose de plusieurs unités spécialisées chargées notamment de réprimer toute action soutenant la lutte du peuple algérien pour son indépendance.

Ces unités dépendent essentiellement de trois grands ensembles répressifs : il s’agit, par ordre d’importance, du 27e bataillon d’infanterie (unité opérationnelle du secteur), des Sections administratives urbaines (SAU), des Sections administratives spécialisées (SAS) et des Services civils à travers ses différentes composantes, PRG, PJ, Sûreté urbaine et CAS. Ce centre de renseignement et d’action dispose également d’un commando formé pour lutter contre l’organisation politico-administrative du Front de libération nationale (OPA/FLN). C’est le sinistre commandant Rodier qui est responsable de ce centre de torture. Ce dernier a centralisé toutes les actions au niveau de cette ferme. Tous les suspects arrêtés au niveau de Constantine sont conduits d’une manière systématique au domaine Améziane. Cela permet aux différents services de renseignement d’avoir des interrogatoires communs. Ce centre a été utilisé pour former les officiers de l’armée française à pratiquer la torture sur les suspects arrêtés lors des rafles ou sur dénonciation. Les suspects, une fois sur place, sont répartis en deux groupes distincts : ceux qui devaient être interrogés sur place et ceux qui devaient attendre dans des cellules aménagées pour la circonstance. Les principaux assistants du commandant Rodier, les tortionnaires de la ferme Améziane, sont notamment les capitaines Massin et Pesh Muller, l’inspecteur Berger ainsi que certains ralliés zélés chargés d’exécuter la basse besogne.

 

Torture quasi industrielle
Dans un document publié pour la première fois dans Vérité Liberté n° 9 de mai 1961, le fonctionnement de la torture dans cette ferme est clairement expliqué. D’après Pierre Vidal-Naquet, ce rapport sur la ferme Améziane n’est pas un document émanant d’un service officiel. « Il a été rédigé par un groupe de jeunes appelés en service à Constantine. Ces jeunes appelés ont eu accès à une documentation officielle et les chiffres qu’ils donnent, notamment, sont d’une authenticité absolue ». Quelle que soit la source de ce document authentifié, son contenu reste éloquent. Il traduit toute l’organisation sinistre mise en place par les services spéciaux à Constantine pour pratiquer la torture à grande échelle : « À la ferme Améziane, centre de renseignement et d’action (CRA) de Constantine, elle se pratique à l’échelle quasi industrielle (...) C’est à la ferme Améziane que sont conduits tous les suspects pris par les unités de l’Est algérien. L’arrestation des « suspects » se fait par rafles, sur renseignements, dénonciation, pour de simples contrôles d’identité. Un séjour s’effectue dans les conditions suivantes : à leur arrivée à la « ferme », ils sont séparés en deux groupes distincts : ceux qui doivent être interrogés immédiatement et ceux qui « attendront », à tous on fait visiter les lieux et notamment les salles de torture « en activité » : électricité (gégène), supplice de l’eau, cellules, pendaisons, etc. Ceux qui doivent attendre sont ensuite parqués et entassés dans les anciennes écuries aménagées où il ne leur sera donné aucune nourriture pendant deux à huit jours, et quelquefois plus encore. »
Dans le même article, un fait surprenant est révélé. La torture se pratique en suivant un guide dument rédigé par les services de renseignement : « Les interrogatoires, conduits conformément aux prescriptions du guide provisoire de l’Officier de renseignement (OR), chapitre IV, sont menés systématiquement de la manière suivante : dans un premier temps, l’OR pose ses questions sous la forme « traditionnelle » en les accompagnant de coups de poing et de pied : l’agent provocateur, ou l’indicateur, est souvent utilisé au préalable pour des accusations précises et... préfabriquées. Ce genre d’interrogatoire peut être renouvelé. On passe ensuite à la torture proprement dite, à savoir : la pendaison (...), le supplice de l’eau (...), l’électricité (électrodes fixées aux oreilles et aux doigts), brûlures (cigarettes, etc.) (...) les cas de folies sont fréquents (...) les traces, cicatrices, suites et conséquences sont durables, certaines même permanentes (troubles nerveux par exemple) et donc aisément décelable. Plusieurs suspects sont morts chez eux le lendemain de leur retour de la « ferme ».
Les interrogatoires-supplices sont souvent repris à plusieurs jours d’intervalle. Entre-temps, les suspects sont emprisonnés sans nourriture dans des cellules dont certaines ne permettent pas de s’allonger. Précisons qu’il y a parmi eux de très jeunes adolescents et des vieillards de 75, 80 ans et plus. À l’issue des interrogatoires et de l’emprisonnement à la ferme, le « suspect » peut être libéré (c’est souvent le cas des femmes et de ceux qui peuvent payer (...) ou interné dans un centre dit « d’hébergement » (à Hamma-Plaisance, notamment) ; ou encore considéré comme « disparu » (lorsqu’il est mort des suites de l’interrogatoire ou abattu en « corvée de bois » aux environs de la ville (...)
Les « interrogatoires » sont conduits et exécutés par des officiers, sous-officiers ou membre des services du CRA (...) Les chiffres – car il y en a – sont éloquents : la capacité du « centre » entré en activité en 1957, est de 500 à 600 personnes, et il paraît fonctionner à plein rendement en permanence. Depuis sa constitution il a « contrôlé » (moins de huit jours de prison) 108 175 personnes ; fiché 11 518 Algériens comme militants nationalistes sur le secteur ; gardé pour des séjours de plus de huit jours 7 363 personnes ; interné au Hamma 789 suspects. » »
Ce rapport, repris par Jean-Luc Einaudi, dans son livre La Ferme Améziane, Enquête sur un centre de torture pendant la guerre d’Algérie, recoupe et confirme les différents témoignages recueillis par Einaudi à Constantine. Ce rapport, souligne-t-il, établissait « ce qui me paraissait déjà évident : la ferme et les tortures qui s’y pratiquaient n’étaient pas des aberrations sanglantes nées de l’esprit de quelques bourreaux sadiques. Il s’agissait d’une institution fonctionnant sous le contrôle de la hiérarchie militaire. Les tortures qui y étaient pratiquées reposaient sur des techniques enseignées, sur une méthode systématique. »

Zéléikha Boukadoum
Parmi les témoignages recueillis par Jean-Luc Einaudi, celui de Zéléikha Boukadoum reste le plus émouvant. Elle a subi les affres de la torture à la Ferme Améziane juste après son arrestation le 10 août 1959 à Constantine lors d’une rafle menée par le commandant Rodier. Zéléikha Boukadoum subira les sévices les plus inhumains pendant un mois et deux jours. Un jour, raconte Einaudi reprenant le témoignage de cette brave femme, « en présence du commandant, elle a la mâchoire fracturée par les coups. Le sang s’écoule de sa bouche. Le policier El Baz est là. – Viens voir ! disent-ils en l’entrainant dans la buanderie de la ferme. Là, elle voit un homme nu, très grand, qui hurle, plongé dans l’eau bouillante de la chaudière. Il est brulé. – Si tu ne parles pas, tu vas subir le même sort que celui-là ! la menace-t-on. Elle saigne abondamment. – Emmenez cette chienne ! ordonne le commandant. Je ne veux pas la voir dans cet état ! On la reconduit dans sa cellule, la cellule F. Le supplicié qu’elle a vu se trouve dans la cellule G. Dans la nuit, elle l’entend se plaindre faiblement puis c’est le silence. Vers deux heures du matin, voilà des pas. Elle a peur. Elle se dit que c’est pour elle. Mais ils s’arrêtent devant la cellule G et elle entend dire : – C’est fini. Allez vers Chettaba. A la ferme Améziane, elle perdra toutes ses dents et une infection se déclarera. Un médecin militaire est appelé. Car, bizarrement, il arrive parfois que les tortionnaires fassent appel à la médecine. – Il faut l’hospitaliser, conclut le médecin. Mais elle est remise en cellule et chaque jour un infirmier vient lui faire une piqûre. Elle est confrontée avec une femme nue qui essaie de se cacher le corps avec une couverture, qui a une blessure à la face, qui saigne, dont les cheveux se dressent sur la tête. Ce n’est qu’au bout d’un moment qu’elle réussit à la reconnaitre. Une fois, elle est emmenée à la douche. Elle y rencontre deux jeunes filles qui pleurent. Elles ont été violées. Parfois, de la musique est mise pour couvrir les cris des suppliciés. Mais Zéléikha Boukadoum les entend malgré tout et elle se bouche les oreilles car ils lui sont insupportables. Vingt-huit ans plus tard, elle les entendra toujours et certaines nuits elle verra encore le supplicié dans la chaudière. »
L’enfer vécu par Zéléikha Boukadoum à la ferme Améziane, a été partagé par plusieurs autres braves femmes et braves hommes. Pendant plus de 3 ans, la ferme Améziane a fonctionné à plein régime comme une véritable usine de torture.

Imad Kenzi


Lieu de tortures et de sévices. Des Algériens enterrés vivants, une autre atrocité de la France coloniale.

Commentaires   

MedSouilah
# MedSouilah 29-10-2015 12:59
Mais aussi celle à Al Hamra - Damas Al Habiba.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 29-10-2015 12:52
Ecoutez:
Signaler un abus
fly1
# fly1 29-10-2015 09:12
En effet , beaucoup de fermes avaient une double activité , avec la complicité ,du rural traitre , khabit El GAID.
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 20:03
    Pour la ferme d'Andreu, on la surnomme Bordj Blida, depuis bien longtemps, dont nous avons déjà parlé ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 19:54
    Salut JJ Donc: Résumons...Les Jijellis de la ville, les anciens bien sur, connaissaient parfaitement ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    Igel Igel 16.08.2017 18:15
    J'avais seulement cité Andreux pour montrer l'évolution des appellations. Le sujet ici sont eschalath ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    jijel.jijel jijel.jijel 16.08.2017 17:11
    Pour ceux qui n'ont pas eu l'opportunité de voir des chalands (èchallat dans le port de Jijel, ce ...

    Lire la suite...

     
  • Le président Bouteflika met fin aux fonctions de Tebboune et nomme Ouyahia Premier ministre
    khelifabenali khelifabenali 16.08.2017 15:37
    la guerre des clans dans la haute sphere ne va pas s'éstomper jusqu'a 2019 d'ici là on pourrait avoir ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 15:36
    Raison de plus que c faux , à Jijel les chalets on les appelle "Abrarek"ou le mot français jijelianisé ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 15:26
    Oui Jj c'est Andreu , et avant lui c'etait la famille Debz.et apres 1962 (et khalotta jalota , des ...

    Lire la suite...

     
  • Une image de Challat...
    christine hamad christine hamad 16.08.2017 14:23
    Le calme et la sérénité, oui, ca existe dans les églises, moi j'ai aimé beaucoup le duomo de Milano ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 13:01
    Enfin je peux me tremper. Mais croyez moi, la maison la plus près à cette plage, est la mienne. Nous ...

    Lire la suite...

     
  • Tourisme À Jijel : À l’ère des plages-dortoirs
    Igel Igel 16.08.2017 11:35
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Seul_sur_Mars_(film)

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    Igel Igel 16.08.2017 09:26
    Voilà donc une question avec une réponse claire. Effectivement, le chaland se disait eschala en jijli.

    Lire la suite...

     
  • Lettre de Hassiba Benbouali à ses parents ...
    Igel Igel 16.08.2017 09:19
    Que faut-il dire à celles et ceux qui ont offert leurs vies pour l'indépendance de ce pays à la vue de ...

    Lire la suite...

     
  • Lettre de Hassiba Benbouali à ses parents ...
    saladin saladin 16.08.2017 08:58
    "…nous sommes pleins de bonne volonté et des frères meurent tous les jours pour conduire leur pays à ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 08:47
    Avant que Andreux (qui habitait rue Marsan en face Dar Belferyani) n'ait pris cette ferme qui porte son ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    jijel.jijel jijel.jijel 16.08.2017 07:37
    Le nom correct est Andreu sans X final.

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 06:58
    Tout à fait d'accord avec vous , JJ et Igel, les ilots et leur forme geometrique evoquaient pour les ...

    Lire la suite...

     
  • Une image de Challat...
    Foughali Foughali 16.08.2017 00:13
    Salut Christine Non, je ne suis pas allé à l'église Je voulais juste dire que c'est un jour férié ...

    Lire la suite...