La ville de Babor : Cette île émergeant d’un océan de montagnes…

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

À l'extrémité nord-est de la wilaya de Sétif, non loin du barrage d'Erraguène, dans la wilaya voisine de Jijel, et à moins de 20 km de la côte méditerranéene, la ville de Babor se dresse telle une île émergeant d’un océan de montagnes. Particulièrement meurtrie durant la décennie noire (1990), cette ville, (une des plus riches réserves naturelles de la planète), caractérisée par la beauté sauvage de ses paysages, a décidé de vivre et veut batailler pour ne pas se faire distancer par le train du développement…
Ce chef-lieu de daïra situé à une cinquantaine de km au nord de Sétif, semble batailler pour ne pas se faire distancer par le train du développement. Ses habitants, au caractère affirmé, mais si accueillants et tellement attachants, se fâcheraient presque lorsqu’ils s’entendent dire que Babor donne à ses visiteurs l’impression de somnoler, surtout en ces jours d’hiver qui recouvrent épisodiquement la région d’un manteau immaculé.
 C’est, en fait, une fausse perception, car les habitants de cette agglomération de près de 30 000 habitants, sévèrement (et c’est peu dire) affectée par la décennie noire qui avait provoqué son isolement, ont aujourd’hui soif de vivre. Mourad R., 46 ans, technicien en bâtiment, se souvient de ce qu’il nomme le «cauchemar» des années 1990. «Babor, avant même que le soir ne tombe, devenait ville morte, les gens se muraient chez eux et ce n’étaient pas les coups de feu résonnant au loin qui les incitaient à sortir», raconte-t-il. Il se rappelle aussi du départ de nombreux habitants de la région vers des cieux «plus cléments», fuyant le terrorisme. «Les attentats, les enlèvements et les actions de sabotage étaient suivis d’offensives des forces de sécurité combinées, à tel point qu’il n’y avait pas, pour ainsi dire, de répit. Même l’unique centre de formation professionnelle a dû être transformé en unité de paras pour protéger la région», souligne cet homme avant de soutenir que beaucoup, en revanche, ont décidé de rester pour aider, en tant que patriotes armés, les services de sécurité à venir à bout des criminels qui écumaient toute la zone, jusqu’à Jijel. «Petit à petit, les coups portés aux terroristes ont fini par donner leurs fruits avant que la paix et la sérénité ne soient définitivement rétablies, selon Mourad, qui indique se sentir «revivre» lorsqu’il voit ses deux enfants se rendre chaque matin à l’école sans aucune crainte. C’est au moment même où la région s'apprêtait à profiter de son nouveau statut de daïra pour se construire davantage et rehausser son niveau de développement que la folie meurtrière surgit. Des groupes terroristes, par dizaines, attirés par la topographie de la région, les denses forêts et les nombreuses caches aménagées par la nature, écumèrent la région jusque dans la wilaya voisine de Jijel, multipliant les attentats, assassinats et les embuscades. Les Patriotes, qui prirent les armes pour défendre leurs terres, les gardes communaux et les forces de l'ANP qui prirent position, à cette époque (années 1990) dans les locaux du centre de formation professionnelle, réussirent, dans des conditions pourtant très rudes, à porter de sévères coups aux terroristes. Ceux-ci, bien que souvent aux abois, conservèrent leur capacité de nuisance et, près de dix années durant, la peur, les cris et les larmes s’installèrent, mais sans jamais ôter l’espoir aux habitants de la ville de Babor et de ses alentours, convaincus que le jour finira bien par succéder à la nuit.odejjijel.org 
InfoSoir 10/03/2015 Par Lyes Sadoun

Une des plus riches réserves naturelles de la planète

Comme Mourad, la population de Babor, restée accrochée à ses racines, n’a plus rien à voir, aujourd’hui, avec la communauté foncièrement rurale illettrée des années 1960. D’immenses progrès y ont été accomplis dans les différents secteurs, conduisant au retour progressif des populations vers la terre où ils sont nés. L’un des secteurs les plus dynamiques, celui de l’éducation, a vu naître une multitude d’établissements pour les trois cycles de l’enseignement. Les habitants de Babor savent désormais, en tout état de cause, que leur région recèle suffisamment d'attraits et d’atouts naturels pour prospérer. En effet, située à l'extrémité nord-est de la wilaya de Sétif, non loin du barrage d'Erraguène, dans la wilaya voisine de Jijel, et à moins de 20 km de la côte méditerranéenne, Babor se caractérise par la beauté sauvage de ses paysages. Le magnifique panorama dessiné par les crêtes arrondies de la chaîne de montagnes s'étendant sur une centaine de km et dont le sommet le plus élevé culmine à plus de 2 000 m d’altitude est là pour nous le rappeler. Il y fleurit aussi une végétation riche en espèces rares, comme le sapin de Numidie (Abies numidica), le champignon Tricholoma calligatum (très demandé sur le marché extérieur), et une faune tout aussi importante à l’image, entre autres, de la sittelle kabyle qui ne compte plus que quelques individus, du singe magot, de la mangouste et du lérot (rongeur nocturne proche du loir). L’étendue forestière qui couvre une partie importante de cette région, qui fut aussi un haut lieu de la Révolution, regorge de sources d'eau pure et naturelle, complétant le tableau enchanteur offert aux visiteurs par ce petit coin de paradis, considéré comme l'une des plus riches réserves naturelles de la planète.odejjijel.org 
InfoSoir 10/03/2015 Par Lyes Sadoun

 
 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Nous avons 260 invités et aucun membre en ligne

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2018 15:39
    رحم الله الاستاذ الجليل بومعزة عمار وأدخله فسيح جناته مع النبيين والصديقين والشهداء والصالحين وحسن ...

    Lire la suite...

     
  • Arrêt sur image...
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2018 18:14
    Comme disait l'autre: "Ham Aydahak wa Ham Aybeki" Trouvez l'insolite dans cette triste image prise à ...

    Lire la suite...

     
  • Un hommage en ces jours de la Célébration de la Journée Nationale du Chahid
    Foughali Foughali 20.02.2018 23:54
    Salut maalah Merci pour ton avis Je ne suis pas le seul à penser ce que j'ai écrit Il faudra du temps ...

    Lire la suite...

     
  • Arrêt sur image de Taher.
    Maalah Maalah 19.02.2018 13:51
    Il n'y a rien d'insolite tout est claire et net il est interdit d'aller tout droit suivre les flèches ...

    Lire la suite...

     
  • Un hommage en ces jours de la Célébration de la Journée Nationale du Chahid
    Maalah Maalah 19.02.2018 13:49
    Monsieur Foughali a raison mille et une fois raison lors de sa visite en Algerie le Président Macron ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    saladin saladin 19.02.2018 09:00
    Bonjour Foughali En ce qui me concerne, je vois la civilisation humaine, comme étant un phénomène ...

    Lire la suite...

     
  • Quelques gestes pour une ville propre
    Foughali Foughali 18.02.2018 18:59
    Bonsoir Je voudrais demander à la nouvelle équipe de ne pas oublier les plages des aftis et de ziama....

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 18.02.2018 07:40
    Courrier des lecteurs: Avis de décès. انتقل إلى رحمة الله السيد شريط يونس73 سنة بمستشفى بارني بالعاصمة ...

    Lire la suite...

     
  • Quelques gestes pour une ville propre
    yasmine yasmine 16.02.2018 19:07
    Bon courage à toute l'équipe des nouveaux élus l'APC qui semblent être déterminés à redorer le blason ...

    Lire la suite...

     
  • Bonjour de la ville d'Igilgili
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:52
    Appelez la ville comme vous voulez.... On sait que chaque civilisation a voulu marquer son passage ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:40
    Concernant les trésors ...,,les ottomans se sont servi bien avant l'arrivée des français ( ils se ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:37
    Salut saladin Oui, je confirme qu'au départ, l'occident était en avance sur le reste du monde... A ...

    Lire la suite...

     
  • Journée du Chahid 18 Février : Ikhwani la tensaw chouhada
    saladin saladin 16.02.2018 12:01
    On ne le dira jamais assez, les martyrs, de la révolution de l’indépendance, font partie d’une ...

    Lire la suite...

     
  • DE L’HISTOIRE DE JIJEL EN GENERAL ET DU PARLER JIJILIEN EN PARTICULIER.
    saladin saladin 16.02.2018 10:08
    Bonjour El Khettabi Notre amie Nassiba qu’on salue chaleureusement , à l’occasion, avait posté sur ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    saladin saladin 16.02.2018 08:11
    Bonjour Foughali Oh ! Mais on nous a toujours dit que la France était en mission civilisatrice ...

    Lire la suite...

     
  • DE L’HISTOIRE DE JIJEL EN GENERAL ET DU PARLER JIJILIEN EN PARTICULIER.
    El khettabi El khettabi 16.02.2018 01:56
    Bonjour saladin Pouvez vous me dire ou se situent les beni khettab ch'raga ? Juste pour ma culture.

    Lire la suite...

     
  • Bonjour de la ville d'Igilgili
    El khettabi El khettabi 16.02.2018 01:51
    Les IGILGILOIS et les IGILGILOISES vous saluent bien ...nostagie Que cela soit rappelé dans les livres ...

    Lire la suite...