Corniche Jijelienne : L’éclat naturel et sauvage de dame nature.

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Une belle photo nous est arrivée de nos lecteurs. Souvent décrite comme une vraie "carte postale", Jijel et ses environs, lovés langoureusement dans la célèbre corniche, entre le bleu des flots de la Méditerranée et la verdure des forêts, est riche de sites et de curiosités naturelles qui font sa réputation, même au-delà des frontières.

L’alliance naturelle de la mer et de la terre - un mariage de la nature et de l’histoire - ont conféré à cette contrée septentrionale de l’Algérie de grandes potentialités à même de promouvoir un développement du tourisme durable. Avec un littoral de 120 km au rivage au sable fin et doré, parsemé de criques, d’îles, d’îlots et d’autres sites enchanteurs et envoûtants à l’approche de chaque virage, auxquels s’ajoute un arrière-pays pittoresque à couper le souffle par endroits, la capitale de la Côte de saphir ressemble, à s’y méprendre, à un éden tel que l’homme se l’imagine.

 

Les Grottes merveilleuses, une des plus célèbres curiosités de la nature

La corniche est surtout célèbre pour ses Grottes merveilleuses, situées dans la commune de Ziama Mansouriah. Une vraie merveille de Dame nature de par les sculptures des stalactites et des stalagmites façonnés par le temps.

Mises au jour en 1917 lors des travaux de réalisation de la route qui relie Jijel à la commune côtière de Ziama, ces excavations où la température est basse en été et élevée en hiver, constituent un lieu de prédilection de milliers d’estivants et de touristes. Des études du milieu naturel de ces grottes ont fait ressortir l’existence d’une dizaine d’autres grottes, aussi intéressantes les unes que les autres, dont celle de "Ghar el Baz (la grotte de l’épervier), aménagée et ouverte au public.

Autre merveille, le Parc national de Taza (PNT) avec ses 3.807 hectares, couvrant des aires marines et terrestres. C’est aussi un espace très prisé pour ses espèces faunistiques et floristiques. Inclus dans le réseau mondial des réserves de la biosphère de l’UNESCO, ce parc compte 146 espèces faunistiques parmi les mammifères et les oiseaux, 15 espèces de mammifères dont le singe magot - espèce rare et endémique à l’Afrique du Nord - ou encore la Sittelle kabyle, et 435 espèces végétales inventoriées.

 

De création récente, le parc animalier de Kissir, situé à un jet de pierre du barrage hydraulique éponyme, est un autre espace de détente et de loisirs qui fait la fierté de la wilaya de Jijel. Il constitue lui encore une destination qu’on ne peut éviter lors d’un séjour dans l’antique Igilgili, fût-il de courte durée.

En cinq ans d’existence, ce parc a prouvé son utilité et affirmé sa vocation et sa raison d’être, dans une région qui manquait cruellement de d’infrastructures de loisirs.

Non loin de cet espace naturel, le "Grand phare", appelé localement "Ras el Afia" veille, tel une sentinelle, sur la côte. Edifié aux environs de 1865 par un tailleur de pierres du nom de Charles Savla, ce phare a été construit pour signaler aux navires la présence de deux écueils dangereux, la "Salamandre", au nord du phare, et "le Banc des Kabyles", beaucoup plus large, à l’est.

Le premier écueil porte le nom d’un bateau qui a sombré sur le récif, alors que le second doit son nom aux pèlerins partant de Bougie (l’actuelle Bejaia) vers Philippeville (l’actuelle Skikda) afin de s’embarquer pour La Mecque.

Le caboteur qui les transportait a été submergé à cet endroit par une lame de fond et a coulé à pic, rapporte une légende, qui ajoute que par temps clair, il est possible de voir ces pèlerins assis sur le récif, d’où son nom de Banc des Kabyles.

 

A l’ouest, El Aouana (Cavallo), avec son "îlot aux chèvres" (Ed’Zira) et d’autres îlots dispersés, fait aussi figure d’un havre de paix. Cet endroit est comparable à la baie de Guanabara à Rio de Janeiro (Brésil) avec son "pain de sucre".

Ce site s’est enrichi d’un port de pêche et de plaisance qui contribuera à la prospérité de la région, notamment en matière de promotion du tourisme et de développement du secteur de la pêche.

La source d’Ain Lemachaki, une "colle" pour les hydrologues

Sur les hauteurs, la commune de Selma Benziada, emmitouflée dans un calme olympien, offre aux curieux la source de "Ain Lemchaki’ (la fontaine des Lamentations).

Vrai mystère, objet de diverses légendes, cette source fraîche en été et chaude en hiver présente un débit très particulier : l’eau commence par jaillir en abondance de la grotte, puis son débit diminue graduellement et, au bout de dix minutes, s’arrête complètement. Puis le débit reprend après quarante minutes non sans donner du fil à retordre aux hydrogéologues et autres spécialistes en hydraulique.

L’un d’eux qui s’est évertué à expliquer ce phénomène, s’est contenté de comparer ce cycle au principe du siphon, un dispositif servant à transvaser des liquides.

Toutes ses merveilles de Dame nature font dire à Nabil B, un trentenaire qui n’échangerait pour rien au monde ses parties de pêche à la palangrotte du côté de Rabta, que la corniche jijelienne suffirait à elle seule à donner des "ailes" au tourisme national.

Photos de Adel

Par : APS.              

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Nous avons 244 invités et aucun membre en ligne

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2018 15:39
    رحم الله الاستاذ الجليل بومعزة عمار وأدخله فسيح جناته مع النبيين والصديقين والشهداء والصالحين وحسن ...

    Lire la suite...

     
  • Arrêt sur image...
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2018 18:14
    Comme disait l'autre: "Ham Aydahak wa Ham Aybeki" Trouvez l'insolite dans cette triste image prise à ...

    Lire la suite...

     
  • Un hommage en ces jours de la Célébration de la Journée Nationale du Chahid
    Foughali Foughali 20.02.2018 23:54
    Salut maalah Merci pour ton avis Je ne suis pas le seul à penser ce que j'ai écrit Il faudra du temps ...

    Lire la suite...

     
  • Arrêt sur image de Taher.
    Maalah Maalah 19.02.2018 13:51
    Il n'y a rien d'insolite tout est claire et net il est interdit d'aller tout droit suivre les flèches ...

    Lire la suite...

     
  • Un hommage en ces jours de la Célébration de la Journée Nationale du Chahid
    Maalah Maalah 19.02.2018 13:49
    Monsieur Foughali a raison mille et une fois raison lors de sa visite en Algerie le Président Macron ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    saladin saladin 19.02.2018 09:00
    Bonjour Foughali En ce qui me concerne, je vois la civilisation humaine, comme étant un phénomène ...

    Lire la suite...

     
  • Quelques gestes pour une ville propre
    Foughali Foughali 18.02.2018 18:59
    Bonsoir Je voudrais demander à la nouvelle équipe de ne pas oublier les plages des aftis et de ziama....

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 18.02.2018 07:40
    Courrier des lecteurs: Avis de décès. انتقل إلى رحمة الله السيد شريط يونس73 سنة بمستشفى بارني بالعاصمة ...

    Lire la suite...

     
  • Quelques gestes pour une ville propre
    yasmine yasmine 16.02.2018 19:07
    Bon courage à toute l'équipe des nouveaux élus l'APC qui semblent être déterminés à redorer le blason ...

    Lire la suite...

     
  • Bonjour de la ville d'Igilgili
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:52
    Appelez la ville comme vous voulez.... On sait que chaque civilisation a voulu marquer son passage ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:40
    Concernant les trésors ...,,les ottomans se sont servi bien avant l'arrivée des français ( ils se ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    Foughali Foughali 16.02.2018 15:37
    Salut saladin Oui, je confirme qu'au départ, l'occident était en avance sur le reste du monde... A ...

    Lire la suite...

     
  • Journée du Chahid 18 Février : Ikhwani la tensaw chouhada
    saladin saladin 16.02.2018 12:01
    On ne le dira jamais assez, les martyrs, de la révolution de l’indépendance, font partie d’une ...

    Lire la suite...

     
  • DE L’HISTOIRE DE JIJEL EN GENERAL ET DU PARLER JIJILIEN EN PARTICULIER.
    saladin saladin 16.02.2018 10:08
    Bonjour El Khettabi Notre amie Nassiba qu’on salue chaleureusement , à l’occasion, avait posté sur ...

    Lire la suite...

     
  • La famine de 1866-1868 : anatomie d’une catastrophe et construction médiatique d’un événement
    saladin saladin 16.02.2018 08:11
    Bonjour Foughali Oh ! Mais on nous a toujours dit que la France était en mission civilisatrice ...

    Lire la suite...

     
  • DE L’HISTOIRE DE JIJEL EN GENERAL ET DU PARLER JIJILIEN EN PARTICULIER.
    El khettabi El khettabi 16.02.2018 01:56
    Bonjour saladin Pouvez vous me dire ou se situent les beni khettab ch'raga ? Juste pour ma culture.

    Lire la suite...

     
  • Bonjour de la ville d'Igilgili
    El khettabi El khettabi 16.02.2018 01:51
    Les IGILGILOIS et les IGILGILOISES vous saluent bien ...nostagie Que cela soit rappelé dans les livres ...

    Lire la suite...