Quelques quintaux seulement attendus à Skikda: Lemkerkba, une fraise en voie de disparition ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Normal, à Jijel la production est estimée en tonnes, plus de 13 000 tonnes cette année, alors qu’à Skikda, on caracole encore avec les quintaux. Jijel, qui n’avait pas de traditions dans ce genre de production, est passée pour être le premier producteur de fraise au niveau national. Cet acquis, Jijel le doit d’abord à ses enfants et tant mieux pour elle.

Pour cette année, et selon les services agricoles de la wilaya, Skikda s’attend à produire plus de 25 000 quintaux de fraises, constitués à plus de 70 % de la variété locale, Lemkerkba (la rondelette) comme la nomment ses propres producteurs.

C’est la fraise légendaire de Skikda qui, en dépit  de la  rude concurrence Jijelienne, continuera encore cette année de charmer les fins gourmets, en leur proposant un jus abondant, une saveur exquise et un arôme singulier, qu’aucune autre fraise ne peut garantir. En plus, c’est un produit purement bio, car on n’utilise pour sa culture ni pesticides, ni engrais.

La pérennité de Lemkerkba, qui survit sur les flancs marins de Stora et de la Grande Plage, est à mettre exclusivement à l’honneur des agriculteurs locaux.

Ce sont eux qui ont préservé, de génération en génération et depuis près d’un siècle déjà, cette plante qui ne survit que sur ces terres. Des tentatives de la transplanter ailleurs ont toutes échoué, comme si Lemkerkba voulait être exclusivement skikdie. Normal, elle pousse sur ces terres riches en humus depuis 1920, date de son introduction sur les hauteurs de Stora par des colons italiens. Depuis, Lemkerkba a fini par s’y acclimater au point de devenir un authentique produit du terroir.

On a tenté de tuer la fraise de Skikda

Seulement, ici à Skikda, on n’a jamais pensé à valoriser ce que la ville a de beau et de bon. N’était l’abnégation des femmes de Stora, de la Grande Plage et de Oued Bibi, qui se brisent le dos à bichonner les plants de Lemkerkba sur des talus, il y a longtemps que cette variété aurait à jamais disparu.  Ce savoir-faire n’a jamais été fructifié et les producteurs qui cultivent quelques parcelles n’ont jamais été soutenus. On ne se rappelle de leur existence que lors de la fête de la fraise, pour les laisser par la suite à leur dure réalité. Avec l’avènement de la fraise de Jijel, Lemkerkba s’est subitement faite toute petite.

Normal, à Jijel la production est estimée en tonnes, plus de 13 000 tonnes cette année, alors qu’à Skikda, on caracole encore avec les quintaux. Jijel, qui n’avait pas de traditions dans ce genre de production, est passée pour être le premier producteur de fraise au niveau national. Cet acquis, Jijel le doit d’abord à ses enfants et tant mieux pour elle.

Et Skikda ? A Skikda, on s’entre-déchire encore. On a d’ailleurs même osé organiser, il y a quelques années seulement, une fête de la fraise parallèle à Tamalous. Autant dire que dans cette wilaya, le régionalisme négatif ne cessera jamais de nuire à Skikda qu’on veut défaire de toutes ses lettres de noblesse. N’empêche, les terres de Aïn Zouit et de Skikda continuent, contre vents et marées à offrir plus de 160 ha à Lemkerkba, l’originelle.

On assiste aussi à de valeureuses  tentatives d’intensifier la production d’autres variétés de fraises à Tamalous, qui passe cette année à 127 ha et des débuts assez timides à Bouchtatah avec moins de 10 ha. Du 21 au 23 mai, Skikda abritera la traditionnelle fête de la fraise. Une manifestation qui a toujours été faite pour les responsables et jamais pour la population, qui n’y participe jamais.

Cette année encore, on promet déjà la réussite de l’évènement, d’autant plus, croit-on savoir, que le ministre de l’agriculture sera de la fête. Osons espérer qu’il ne rentrera pas avec l’impression d’avoir retrouvé Skikda comme il l’a laissée en tant que wali, il y a plus de dix années déjà, c’est à  dire une ville sans ambitions, sans développement, sans élus…et sans même de nouvelles parcelles pour Lemkerkba.

Khider Ouahab

 

 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 20:03
    Pour la ferme d'Andreu, on la surnomme Bordj Blida, depuis bien longtemps, dont nous avons déjà parlé ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 19:54
    Salut JJ Donc: Résumons...Les Jijellis de la ville, les anciens bien sur, connaissaient parfaitement ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    Igel Igel 16.08.2017 18:15
    J'avais seulement cité Andreux pour montrer l'évolution des appellations. Le sujet ici sont eschalath ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    jijel.jijel jijel.jijel 16.08.2017 17:11
    Pour ceux qui n'ont pas eu l'opportunité de voir des chalands (èchallat dans le port de Jijel, ce ...

    Lire la suite...

     
  • Le président Bouteflika met fin aux fonctions de Tebboune et nomme Ouyahia Premier ministre
    khelifabenali khelifabenali 16.08.2017 15:37
    la guerre des clans dans la haute sphere ne va pas s'éstomper jusqu'a 2019 d'ici là on pourrait avoir ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 15:36
    Raison de plus que c faux , à Jijel les chalets on les appelle "Abrarek"ou le mot français jijelianisé ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 15:26
    Oui Jj c'est Andreu , et avant lui c'etait la famille Debz.et apres 1962 (et khalotta jalota , des ...

    Lire la suite...

     
  • Une image de Challat...
    christine hamad christine hamad 16.08.2017 14:23
    Le calme et la sérénité, oui, ca existe dans les églises, moi j'ai aimé beaucoup le duomo de Milano ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    MedSouilah MedSouilah 16.08.2017 13:01
    Enfin je peux me tremper. Mais croyez moi, la maison la plus près à cette plage, est la mienne. Nous ...

    Lire la suite...

     
  • Tourisme À Jijel : À l’ère des plages-dortoirs
    Igel Igel 16.08.2017 11:35
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Seul_sur_Mars_(film)

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    Igel Igel 16.08.2017 09:26
    Voilà donc une question avec une réponse claire. Effectivement, le chaland se disait eschala en jijli.

    Lire la suite...

     
  • Lettre de Hassiba Benbouali à ses parents ...
    Igel Igel 16.08.2017 09:19
    Que faut-il dire à celles et ceux qui ont offert leurs vies pour l'indépendance de ce pays à la vue de ...

    Lire la suite...

     
  • Lettre de Hassiba Benbouali à ses parents ...
    saladin saladin 16.08.2017 08:58
    "…nous sommes pleins de bonne volonté et des frères meurent tous les jours pour conduire leur pays à ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 08:47
    Avant que Andreux (qui habitait rue Marsan en face Dar Belferyani) n'ait pris cette ferme qui porte son ...

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    jijel.jijel jijel.jijel 16.08.2017 07:37
    Le nom correct est Andreu sans X final.

    Lire la suite...

     
  • La plage Challat ou Krama.
    fly1 fly1 16.08.2017 06:58
    Tout à fait d'accord avec vous , JJ et Igel, les ilots et leur forme geometrique evoquaient pour les ...

    Lire la suite...

     
  • Une image de Challat...
    Foughali Foughali 16.08.2017 00:13
    Salut Christine Non, je ne suis pas allé à l'église Je voulais juste dire que c'est un jour férié ...

    Lire la suite...