FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

MASSACRES COLONIAUX EN ALGERIE: DONNER NOM ET SENS A LA SOUFFRANCE DES VICTIMES

 L’occupation française de l’Algérie MASSACRES COLONIAUX : DONNER NOM ET SENS A LA SOUFFRANCE DES VICITIMES

Par Hosni Kitouni, chercheur indépendant, Algérie. Novembre 2014. En 1845 un scandale éclate en France à propos d’un acte de répression particulièrement cruel et destructeur, les « enfumades du Dahra » qui ont fait plus de 800 morts par asphyxie, point culminant de la guerre de conquête de l’Algérie conduite par le général Bugeaud. Le gouvernement est alerté alors sur la nécessité d’un plus strict contrôle de l’information militaire. Mais faute de changer les règles de la guerre, il entreprend tout simplement de changer le discours sur la guerre, ainsi sont systématiquement escamotés les détails accablants qui révèlent les atrocités commises contre les civils et chargent les opérations militaires d’un surcroit d’horreur.

Réinjecter au cœur du récit la victime et sa souffrance comme révélateurs de sens de cette guerre, tel est l’enjeu de cette contribution.
I. La guerre coloniale : une violence nouvelle
Après dix années de tergiversations et voulant en finir avec la situation de ni guerre ni paix, le gouvernement français opte en 1840 pour l’occupation totale de l’Algérie et se donne pour doctrine les idées portées par un nouveau gouverneur, le général Bugeaud partisan de la guerre totale pour détruire les bases de vie de la résistance. Entre 1840 et 1845, l’effectif de l’armée d’Afrique est multiplié par deux, passant de 55.000 à 100.000 soldats. Des expéditions répétitives, trois fois par an, et des colonnes mobiles sillonnent le pays semant la mort et la destruction en procédant aux fameuses razzias
1. Plus que dominer un territoire et des hommes, le processus de conquête s’attache, selon Benjamin Brower à « désarticuler les réseaux sociaux traditionnels comme le « ashira»(tribu) et cible les liens sociaux comme « asabiyya» (sentiment de solidarité)
[
… (La terreur devenant l’arme la plus importante dans cette lutte : enlèvement, exécutions sommaires, assassinats purs et simples, torture et agressions sexuelles produisent Metrus atrox une «peur terrible», par laquelle les commandants pensent détruire des liens sociaux existants et entraîner une population à la docilité
2 »C’est à une violence nouvelle que les populations ont à faire face, elle les surprend par son ampleur, son acharnement destructeur et son apparente absence de but. La résistance qu’elles y opposent est tout à la fois leur refus de se soumettre à un pouvoir étranger et un sursaut pour se préserver d’un anéantissement programmé. C’est dans ce contexte qu’en 1845, alors qu’Abdelkader, le chef de résistance dans la province d’Oran, est donné pour battu, qu’éclate de manière totalement inattendue une insurrection générale dans le Dahra. Elle est conduite par Boumaza, un jeune à peine âgé de vingt ans. Surpris par son ampleur et sa radicalité, Bugeaud ordonne à ses officiers de réprimer au plus vite un soulèvement qui menace de s’étendre à d’autres régions. « Soyez impitoyables
3» leur ordonne-t-il. Mais qu’est-ce donc qu’« être impitoyable » en terme militaire ?


II. Les enfumades : des massacres de type nouveau
Dans une note du 11 juin 1845, le maréchal donne ses instructions : « Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, imitez Cavaignac aux Sbehas
4 ! Enfumez-les à outrance comme des renards
5 ». Le maréchal fait ici allusion à un meurtre collectif par asphyxie, demeuré secret parce que son auteur, le génér al Cavaignac voulait éviter de s’étendre « sur le nombre des Arabes morts», révèle Canrobert
6 . Une semaine plus tard, le colonel Pellissier lance ses colonnes infernales sur les Ouled Riah, il les encercle, les accule à la montagne et finalement parvient à les pousser dans ce qu’ils croyaient être leur sanctuaire. Ensuite tout se passe

comme prévu, les matières combustibles transportées par « cinquante-six mules
7 » sont placées à l’entrée des grottes, le feu est mis, les forces de la nature y ajoutent leur effet dévastateur et les
flammes de l’enfer
s’élancent alors à plus de 60 mètres. Le lendemain, quand les soldats arrivent pour l’habituel pillage, ils découvrent plus de 800 corps réduits en débris. Connue à Paris l’« Affaire du Dahra » fait scandale bien au-delà de la France. Le prince de La Moskowa, député de l’opposition, interpelle le gouvernement en qualifiant l’acte de Pellissier de « meurtre consommé avec préméditation sur un ennemi vaincu, sur un ennemi sans défense
8 ». Le Courrier français
9 dénonce de son côté « une œuvre de cannibales » alors que Le
Times
de Londres qualifie le futur grand chancelier de la Légion d’honneur, Pellissier de « monstre qui déshonore son pays, son époque et sa race
10 ». Arrêtons-nous sur les facteurs qui ont suscité cet inhabituel émoi dans les chambres et la presse d’opposition. Il faut d’emblée souligner que le rapport de Pellissier avait quelque chose de bien inhabituel : il donnait des détails horrifiants sur l’enfumade, soutenus par un aveu de reconnaissance de l’extrême violence du procédé. Comme pour en accentuer l’effet dévastateur, un officier espagnol publie de son côté un témoignage comportant des descriptions insoutenables sur ce qu’il a vu dans les grottes : « Tous les cadavres étaient nus, dans des positions qui indiquaient les convulsions qu'ils avaient dû éprouver avant d'expirer. Le sang leur sortait par la bouche ; mais ce qui causait le plus d'horreur, c'était de voir des enfants à la mamelle gisant au milieu des débris de moutons, des sacs de fèves, etc
11 . » Tony Johannot célèbre illustrateur tira de cette cauchemardesque description une illustration qui fut popularisée par la presse montrant victimes et animaux mêlés dans une sorte de descente aux enfers. Voilà comment la souffrance des victimes s’imposa pour la première fois dans le débat politique français révélant au grand jour la réalité de la guerre de conquête. C’est précisément la faute qui fut reprochée à Pellissier aussi bien par ses supérieurs que par l’historiographie coloniale : s’être laissé aller à fournir des détails qui n’avaient pas lieu d’être dans un rapport militaire qui plus est porté à la connaissance du public. Une faiblesse indigne d’un soldat dénonça plus tard Félix Gauthier. C’est d’ailleurs le sens des remarques que lui fit Bugeaud, qui indique clairement comment il aurait fallu procéder pour construire la narration de l’enfumade : « J'ai fait un récit rapide de l'événement, afin qu'il soit livré à la publicité
dégagé des détails que j'ai jugé à propos de supprimer
. » Bugeaud ne dit pas sur quoi portent ces détails, mais on le devine à la lecture de son rapport : il a systématiquement supprimé les informations relatives à la machinerie de l’enfumade, le nombre de ses victimes et leur fin tragique. Deux mois après ces faits, un autre officier, Saint-Arnaud, membre de l’état major de Bugeaud, très proche ami de Pellissier, confronté à l’insurrection d’une petite tribu du Dahra, décide à son tour de recourir à la même
technique
12 de meurtre collectif : « Il faut écrit-il à son frère, que je détruise les Sbehas… Il faut que j’aille faire le siège de leurs grottes comme Pellisier… Parce que, ajoute-t-il, je sais que
[
Bugeaud] m’approuvera
13 ». « Vertige de l’impunité
14 ». Le 12 aout 1845, Saint Arnaud anéantit les Sbehas (cinq cents victimes) tous âges et sexes confondus, hommes et biens. Ce nouveau massacre ne dépasse ni en horreur ni en cruauté celui de Pellissier, il s’en distingue néanmoins par une extrême maitrise opératoire : « Personne, écrit Saint Arnaud, n'est descendu dans les cavernes ; personne... que moi ne sait qu'il y a là-dessous cinq cents brigands », et il ajoute : « Un rapport confidentiel a tout dit au maréchal, simplement, sans poésie terrible ni images
15
. » On a l’impression de lire un officier de l’ère moderne se vantant d’être parvenu à éloigner caméra de TV et journalistes du champ de bataille, ne laissant « fuiter » aucune information qui vient trouble le récit officiel. Instruit par la mésaventure de Pellissier, Saint Arnaud a donc su prendre toutes les dispositions nécessaires pour accomplir son massacre et en rester le seul narrateur. Pari plus

que réussi puisque son opération demeurera secrète jusqu’en 1855
16
. Quant au fameux rapport adressé à Bugeaud, il a disparu des archives officielles
17
. Saint-Arnaud parvient ainsi à couvrir d’un linceul de silence le meurtre de cinq cents civils et à imposer à la postérité sa seule version des faits. L’habileté et la froideur avec lesquelles il accomplit son geste lui vaudront la r econnaissance des historiens coloniaux qui lui attribueront le mérite d’avoir su agir en soldat
18
. Il y eut en ces mêmes années 1845-46 cinq enfumades, en tout
19
qui ont fait plus de 2500 victimes. L’histoire n’en a pourtant retenu qu’une seule, celle de Pellissier. Elle apparait dès lors comme un fait isolé, exceptionnel et ne relevant aucunement d’un processus de répression inhérent à la guerre elle-même. C’est dire combien le travail d’occultation est parvenu à faire l’impasse sur des faits d’une aussi grande importance.
III.

Construire l’occultation et l’amnésie Déni des massacres
Selon Jennifer Sessions, qui a consulté les archives de cette époque, dans ses nombreuses correspondances, le maréchal Soult, ministre de la guerre, s’affirme convaincu que rendre publiques les cruautés de l’armée d’Afrique diminuait le soutien de la métropole à la colonie, démontrant ainsi que c'est la publicité faite autour des cruautés qui lui posait problème, pas les cruautés en elles-mêmes. Par des instructions précises, il recommande au général Bugeaud d’éviter de porter à la connaissance du public les détails choquants de la guerre. Soult est particulièrement sensible à la « fâcheuse impression » que la « guerre non conventionnelle », suscite dans l'opinion publique. « Je ne pense pas, écrit-il, que nous pouvons exposer [notre stratégie] à l'examen et à la censure d'un public ignorant de la nature de la guerre très particulière que nous devons faire en Algérie et le caractère tout à fait exceptionnel de ses habitants. » Et Jennifer Sessions d’observer que, les employés du ministère de la Guerre, et souvent le ministre lui-même, se chargent d’expur ger attentivement les rapports militaires de trois types de détails avant de les rendre publics
20
: les sévices faits aux prisonniers algériens ; les exécutions sommaires et autres mutilations et cruautés dont se rendent coupables les soldats ; les pillages et les destructions des razzias. Cette censure, puisqu’il faut l’appeler ainsi, exercée par l’autorité politique va influer grandement sur la manière dont les militaires établissent les rapports de campagne et les journaux de route. Ils prennent soin de passer sous silence les brutalités et atteintes aux droits de la guerre qui se commettent sous leurs ordres. De nombreux témoignages d’officiers révèlent combien la narration officielle de la guerre est fort éloignée de sa réalité : « L'esprit d'exploitation par le charlatanisme, écrit l’un d’eux, s'est glissé partout : le bulletin est le journalisme de l'armée
21
.» Ou encore ceci : « le général Bugeaud a cherché, dans un récit qui fait plus d'honneur à son imagination qu'à sa véracité, à élever à la hauteur d'un combat
une misérable razzia
, dans laquelle sa cavalerie indigène a égorgé quelques douzaines de femmes et de vieillards sans défense. »
Taire le nombre des victimes.
Un autre procédé d’occultation consiste à taire le nombre des victimes de la répression. Alors que les rapports militaires habituellement fourmillent en indications sur les villages détruits, les arbres coupés, les bêtes razziées et les prisonniers, ils ne disent rien sur les victimes civiles. W. Gallois a découvert un document relatant l’expédition du colonel Gentil contre les Bni Zeroual en 1843 qui s’est soldée, y est-il écrit, par 150 Arabes tués. Comme pour démentir ce chiffre une note surajoutée en marge mentionne que 600 Arabes de la tribu ont été tués ou mortellement blessés. Et Gallois de se poser la question de savoir qui a osé ainsi, sur un document officiel, apporter un démenti flagrant à la version officielle des faits, et

il conclut que cela pourrait suggérer que Gentil ou ses supérieurs avaient pris l'habitude de modifier les données sur les razzias pour les faire apparaitre comme des batailles et non comme tueries collectives
22
.
Imputer les crimes aux auxiliaires arabes
Faute de faire l’impasse sur le nombre de victimes, les rédacteurs des comptes rendus militaires attribuent purement et simplement les cruautés et les tueries aux supplétifs indigènes de l’armée française : zouaves et autres tirailleurs. « Cela semble, écrit W. Gallois, à la fois plus raisonnable et acceptable d'alléguer que les alliés algériens locaux sont incapables de s’arracher à leurs propres pratiques barbares, que d'admettre que ces atrocités constituent un élément clé de la stratégie militaire adoptée dès les premiers jours de la colonisation
23
. » Tels sont donc les obstacles qui empêchent de repérer les massacres dans le discours officiel. Ce qui aurait pu les contrecarrer ce sont les témoignages d’une tierce source, mais celle-ci est quasiment inexistante.
Le point de vue des victimes manque
La guerre de conquête n’a pas eu de témoignages locaux. À l’exception du livre de Hamdane Khodja
24
ou de quelques correspondances de chefs de tribus, nous manquons totalement de sources algériennes. Les témoignages oraux, comme ceux du poète Bouteldja dont les « chants lyriques, d’une douleur touchante et d’un farouche patriotisme, étaient devenus populaires parmi la jeunesse arabe
25
» ont tous pratiquement disparu. La censure militaire y est pour beaucoup. Bugeaud a émis dans ce sens, une circulaire pour instruire les autorités afin de pourchasser « ces chanteurs errants qui voyagent de tribu en tribu, et sous le prétexte de leur industrie, entretiennent par des chansons populaires les idées de haine contre nous, ainsi que ces
[
…] improvisateurs de chants religieux contre les chrétiens
26
. » Ainsi sur cette longue guerre, nous ne disposons que des seules sources de l’armée française. L’unilatéralité du récit, ses occultations, ses silences rendent évidemment très difficile l’identification des massacres, leur localisation et la mesure exacte de leur ampleur. On sait simplement aujourd’hui que la guerre de conquête (1830 et 1871) a fait plus de 825.000 morts, soit un tiers de la population totale, entrainant ce que les démographes
27
ont appelé un véritable « désastre démographique ». Quelle part, les meurtres collectifs de civils ont pris dans ce désastre ? Nous ne le savons pas.
Entre déni et légitimation
Dans son livre,
Solution pour la question d’Alger
, le général Duvivier fait ce constat : « Depuis onze ans, on a renversé les constructions, incendié les récoltes, détruit les arbres, massacré les hommes, les femmes, les enfants, avec une furie toujours croissante.
[

]
Croit-on que la postérité ne nous en demandera pas compte ; qu'elle ne nous flétrira pas encore plus qu'elle n'a flétri les compagnons de Cortez et de Pizarre
28
? ». Ce à quoi 60 ans plus tard l’historien Félix Gautier répond, en reprochant à ceux qu’il nomme les « philanthropes » de vouloir attribuer aux indigènes une sensibilité qu’ils n’ont pas. « Je pense, écrit-il, que la masse énorme des indigènes ne sent pas (les massacres) comme nous, ne les ont même pas sentis ainsi jadis, lorsqu'ils en furent témoins oculaires ou victimes
29
. » Il est donc selon lui totalement inapproprié que les Européens cherchent à se faire des reproches sur des actes qui relèvent pour les victimes de l’ordre normal de la guerre. Parce que : « Dans ces horreurs orientales, les victimes ont une part de responsabilité ; c'est leur propre férocité qui est contagieuse, une sorte de typhus moral, contre lequel le vainqueur ne se protège pas
30
. » Nous ne sommes plus là dans l’occultation pure et simple, mais dans l’idéologie de la

légitimation faisant appel aux catégories raciales propres au XXe siècle qui allait bientôt révéler ses terribles horreurs. Comme nous l’avons vu, le déni des violences de masse contre les civils est une narration construite destinée à préserver la guerre de conquête de la désaffection des chambres et de l’opinion. Par différents procédés, le récit officiel a entrepris de faire disparaitre les détails qui révèlent l’ampleur des victimes et leurs souffrances. Cette double occultation visait à ruiner définitivement une population et simultanément à plonger sa ruine dans le silence et l’oubli. Le discours officiel privant ainsi les contemporains du droit de savoir et condamnant la postérité à l’amnésie. Mais comment oublier, quand la terre elle-même ne cesse de livrer le témoignage organique
31
de ces multiples tragédies.
IV.

Donner nom et sens a la souffrance des victimes
Alors que la fin du nazisme a ouvert la voie à une réévaluation historique de la place des victimes civiles dans les conflits de masse, que des travaux récents de Jacques Semelin notamment, ouvrent des champs nouveaux à l’analyse et la compréhension des massacres et génocides dans l’histoire humaine, il est quand même étonnant de constater, encore aujourd’hui, cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, combien en France, les historiens résistent à l’idée d’intégrer dans leur champ d’études la guer re de conquête et d’inscrire ses massacres « dans la longue lignée des massacres coloniaux
32
». Dans un livre récent (2012) sur l’histoire de l’Algérie coloniale écrit sous la direction d’un groupe d’historiens français et algériens, sur 700 pages, cinq seulement sont consacrés aux violences durant la période de conquête et elles sont écrites par un auteur américain
33
. On peut ajouter que pas un livre n’a été publié sur le sujet durant ces trente dernières années
34
. Cela contraste avec la multiplication de travaux universitaires anglo-saxons sur cette tranche d’histoire, riche, complexe, et qui demeure totalement inexplorée. Les Jennifer Sessions
35
, William Gallois
36
, Benjamin Brower
37
pour ne citer que ceux-là, nous révèlent combien la guerre de conquête (1830-1848) fut une suite ininterrompue de meurtres de masses qui ont indistinctement visé les populations civiles. Le massacre des Aouffias, de Blida, des Hadjoutes, des Ouled Nacer, des Ouled Riah, Beni Ferrah, Ouled Sultan, Taouargha, Ouar Azzedine, des Zaatchas, de Nara, de Bni Habibi, de Sidi Okkacha, de Ain Salah… cette « expérience ultime de la souffrance », comment est-elle vécue, ressentie, pensée, transmise par ceux qui en sont les victimes ? Comment ceux soumis à la destruction de leurs récoltes, de leurs maisons, à la razzia de leurs biens, aux tueries cruelles de leurs parents, leurs enfants, leurs voisins, ceux pourchassés, ceux torturés, ceux contraints de se réfugier dans les montagnes, telles des bêtes sauvages, dans les forêts, par froid par neige, s’enfonçant dans les grottes et menacés par le feu dans leur dernier refuge, ceux ayant perdu leurs montagnes, le miroitement de leurs rivières, l’entrelacement de leurs chemins, la couleur de leurs arbres et le frémissement de leur air, de leurs nuages et la saveur de leur pain, ceux qui n’ont plus de famille, de tribu, de zaouïas, de mosquées, d’école, de livres, à cause de quelqu’un qu’ils ne connaissent même pas, qu’ils n’ont jamais vu, à cause de quelque chose qu’ils ignorent, tellement cela est incompréhensible pour eux qu’un étranger vienne du bout du monde convoiter l’humus de leur terre, le fruit de leur travail ; comment ceux-là ont-ils perçu ce renversement du monde, cette violence inouïe qui s’abattait sur eux tel un feu de l’enfer ? Quels souvenirs leurs enfants et les enfants de leurs enfants en ont-ils gardés ? Quels traumatismes, quelles souffrances leur communauté en est-elle porteuse ? Qu’est devenu leur monde ? Telles sont les questions au passé qui hantent notre présent.
1
Raid rapide, généralement au petit jour, pour massacrer, ravager et piller les tribus.

B.C. Brower, A Desert Named Peace. The Violence of France’s Empire in the Algerian Sahara, 1844-1902
,
New York, Columbia University Press, History and Society of the Modern Middle East, 2009, p.22.
3
Cité par F. Maspero, L’honneur de Saint Arnaud, Casbah édit. Alger, 2004, p.205.
4
Voilà ce qu’écrit P. de Reynaud à propos de cet événement : « Plusieurs centaines de ces indigènes s'étant retirés dans les grottes d'où il fut impossible de les faire sortir, on alluma de grands feux à l'entrée des grottes, et ces malheureux furent étouffés dans les flammes. Il fut peu question de cet acte rigoureux, qui se perdit pour lors au milieu du fracas des événements du Maroc. » Annales algériennes, t.III, Paris, 1854, p.126.
5
Cité par F. Maspero, L’honneur de Saint Arnaud, Alger, Casbah, p.205.
6
Ibidem, p 210.
7
Témoignage de l’officier espagnol cité Christian, P., L’Afrique française et l’empire du Maroc, Paris, Barbier, 1846, p.440.
8
Busquet, « L’affaire des grottes du Dahra »,
Revue Africaine
, 1907.t.51. p.126.
9
Celui-ci cessa de paraître en 1851.
10
Edition du 14 juillet 1845.
11
Lettre d’un soldat espagnol, in Christian, L’Afrique française, p.430.
12
Le Cour Grandmaison, O, Coloniser Exterminer, sur la Guerre et l’État colonial, Casbah, Alger, 2005, p.142.
13
Saint Arnaud, Lettres, Paris, 1855, lettre du 15 juillet 1845, p.33.
14
J. Semelin, Purifier et détruire. Paris, Seuil, 2005, p.373.
15
Saint Arnaud, Lettre 15 aout 1845, p.37.
16
Date de la publication de la correspondance de Saint Arnaud.
17
F. Gauthier, « Une visite aux grottes du Dahra »,
Revue de Paris
, 15 juin 1914, pp 729-759.
18
C’est du moins l’opinion de F. Gautier et Busquet.
19
Lire à ce propos Busquet, L’affaire des grottes du Dahra, Daniel Lefeuvre, Pour en finir avec la repentance coloniale, Champs actuel, Paris 2008, pp. 46-52.
20
Jennifer E. Sessions “Unfortunate Necessities” : Violence and Civilization in the Conquest of Algeria In
France and Its Spaces of War,
publié par Patricia M. E. Lorcin, Daniel Brewer, p.34.
21
Lire notamment Campagnes d'Afrique, 1835-1848. Lettres adressées au maréchal de Castellane Lettre du capitaine, Paris, Plon ; 1898, Lettre de M. Dussert, sous-directeur des affaires civiles à Oran. Oran, 16 mai 1840, p. 190.
22
W. Gallois, A History of Violence in the Early Algerian Colony, Palgrave Macmillan, 2013,

120.
23
W. Gallois, p 90.
24
Hamdane Khodja, Le miroir, publié en 1834, témoignage sur les premières années de la conquête.
25
Duc d’Orléans, Campagne de l’Armée d’Afrique, cité par M Lacheraf, Algérie nation et société, Maspero, Paris, 1969, p.78.
26
M.P. de Menerville, Dictionnaire de la législation algérienne, tome 1, p. 31.
27
K Kateb, Européens, “Indigènes” et Juifs en Algérie, Paris, l'Ined/PUF, p.49.
28
Général Duvivier, Solution de la question de l’Algérie, Paris, 1841, p. 285.
29
F. Gauthier, ibidem, p.757.
30
F. Gauthier, p.739.
31
Sauver le site des enfumades des grottes du Dahra Publié par Aziz Sadki sur 5 Février 2013,

http://histoiredelalgerie.over-blog.com.
32
W. Gallois,
Genocide in nineteenth-century Algeria, Journal of Genocide Research, 15:1, p.70 et suiv.
33
B. Brower,
Les violences de la conquête
, in Histoire de l’Algérie à la période coloniale, ed. Barzakh-La Découverte, Alger, Paris, 2012, 716 p.
34
Nous excluons le livre de Yves Benot qui se limite à la période 1944-1950 et ceux qui traitent des massacres du XXe siècle.
35
Jennifer E. Sessions est professeure associée, université d’Iowa ( Etats-Unis).
36
W. Gallois, Institute of Arab and Islamic Studies University of Exeter, Angleterre.
37
Benjamin Brower, Université Austin, Texas, (Etats-Unis).

 

Commentaires   

christine hamad
# christine hamad 19-06-2015 17:36
these atrocities, committed by the french army during the colonization are simply unbelievable, outstanding horror-stories, which are true of course, sorry to say, president holland, who doesn t wish to excuse the french army for these war-crimes committed in the name of civilisation, is maybe too ashamed to say something about it! maybe someone, oneday, will go out there and burn down paris with all its inhabitants, no wonder if that would happen!!!
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • JIJEL : LE "CIRQUE" DU CENTRE VILLE.
    fly1 fly1 05.12.2016 19:42
    Et bien avant, c'etait quoi ? Un terrain vague ,qui avait son nom (portait le nom d'une famille de ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 05.12.2016 18:20
    Avis de décès de Monsieur HAMADI Mostfa "Ben DERNALI". jijel.info présente ses sincères condoléances ...

    Lire la suite...

     
  • Ce matin à Jijel: Le poisson toujours inabordable
    ninoumouad ninoumouad 05.12.2016 16:58
    Des étals de misère .

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:06
    Salut Après ton constat : Dis nous ce que tu vas faire pour contribuer au changement ? Sans rancunes

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:04
    Salut .... Pourquoi changes tu de pseudo périodiquement ? Aurais tu des choses à te reprocher ? C'est ...

    Lire la suite...

     
  • Championnat amateur: Résultats et classement de la 11ème journée
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:44
    prochain déplacement de la JSD au cercle militaire ( cirque ) et recevra l'équipe d'el faubourg le ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:42
    de Djidelli avec ses coopérants de l'époque ses 400 la piscine la ferme Andreux l'île magique de ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:56
    Salut taher Je suis entièrement d'accord pour dire que 50 ans après la fin de la guerre, il faut ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:42
    Salut Mohamed Oui, tu as raison ....nous étions nombreux à subir les bombardements des canons de 105 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 23:31
    Oui JJ , c tout à fait ça. un lundi peut être un lendi ,et pas l'inverse.

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...