FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Destination touristique privilégiée des algériens Jijel, beau pays des fiers Kutama

Les offres de location d’appartements, de niveaux de villas, de garages et même de terrasses ne se comptent plus. Les sites internet de location et les agences immobilières travaillent à plein régime les mois précédant la saison estivale.

Destination privilégiée des touristes, Jijel ne dispose que d’une vingtaine d’hôtels, dont sept sont fermés sur décision administrative .

Ce manque d’infrastructures est comblé par les offres proposées par des particuliers. Les Jijeliens laissent leurs habitations aux visiteurs étrangers durant toute la saison. «Les gens du cru préfèrent quitter leurs maisons qu’ils louent à des étrangers qui deviennent parfois d’indécrottables habitués de la région.

 

Durant les mois de juillet et août, les Jijeliens quittent la côte et s’installent dans leurs résidences sur les hauteurs. Et ce n’est qu’en septembre qu’ils reprennent possession des lieux. Les plages sont alors remplies par eux et eux seuls», signale Lyes M., quadragénaire de Bab Ezzouar (Alger), qui a pris l’habitude de prendre ses quartiers d’été chez ses amis à El Aouana.

Les nombreux visiteurs de Jijel prennent possession de toute la longue corniche façonnée par Dame Nature. Des tentes, des bennes de camions, des calèches, des véhicules, tout est bon pour passer de bons moments sur les plages de la côte. Jijel reçoit des milliers de visiteurs qui viennent d’au moins une dizaine de wilayas limitrophes, mais de plus loin aussi : Sétif, Alger, Blida, Batna, El Oued, Tébessa, Tissemsilt, Aïn Defla...

Rien ne peut les dissuader, même pas la cherté des loyers. Pieds dans l’eau, les maisons situées sur la proche côte sont louées à plus de 12 000 DA la nuit.

Ailleurs, les F4 sont cédés entre 10 000 et 12 000, tandis que les F1 avec WC sont à plus de 3000 DA. «Des gens au pouvoir d’achat plus important viennent quelques semaines plus tôt. J’ai eu de riches voisins de Oued Souf qui ont passé tout le Ramadhan ici», signale Nassim T., résident de Sidi Moussa (Alger), mais originaire par son paternel de l’Est de Jijel, où il a campé dans la très prisée plage des Aftis, où le moindre empan est encombré par des tentes, des parasols de toutes les couleurs, des chaises en plastique et, malheureusement, les inévitables amas d’ordures ! 

A défaut d’une location abordable ou d’une offre hôtelière intéressante, la wilaya ne disposant que d’une dizaine d’établissements, les touristes désargentés se débrouillent comme ils le peuvent.

Toute cette côte qui s’étend de la wilaya voisine de Béjaïa est occupée par des dizaines de «touristes» qui dorment le cœur léger sur des trottoirs, à côté de leurs véhicules ou dans des bennes de camions désossés ! Un drap et un oreiller usé suffisent pour passer «tranquillos » la nuit après une journée fatigante.

Une benne comme loge !

«La location est chère. Tout ce beau monde n’a pas un toit sur la tête le soir. Nos compatriotes du Sud préfèrent, eux, louer des garages et dormir sur des nattes», signale tout sourire le gérant d’une boutique aux Aftis.

Mais même avec un pied-à-terre, les estivants ne disposent pas de toutes les commodités. Il y a surtout le récurrent problème des coupures d’électricité et d’AEP, l’insalubrité, la défaillance des transports, etc. «Les coupures d’électricité ne se comptent plus. L’eau est rare.

Pour se déplacer d’un point à un autre, c’est le calvaire. L’estivant doit être véhiculé, sinon il est contraint de se faire escroquer par le premier clando venu. Il faut débourser jusqu’à 1200 DA/jour pour aller à la mer. Les plages sont squattées aussi. Les concessionnaires font la loi : l’accès à la plage est à 100 DA, le kit parasol avec 4 chaises à 1200 DA.

C’est le cas dans presque toutes les plages.

Même les prix de la nourriture ont augmenté à cause des habitudes consuméristes de certains visiteurs», résume Nassim l’Algérois, qui préfère planter son parasol sur la plage au sable fin du Grand Phare.

A qui profite toute cette activité touristique de masse dans une wilaya qui reçoit plus de 8 millions de touristes durant l’été (statistique de 2014) ? «Ce tourisme profite aux particuliers et aux commerçants locaux, et non pas aux professionnels du secteur», regrette Noureddine Mansour, directeur du tourisme. Pourquoi ? «Il n’y a pas d’agence qui dispose d’un produit et qui le met sur le marché.

Aujourd’hui, c’est soit une stricte relation client-hôtel, ou client-habitant pour la location», précise le directeur. La situation vécue par la région durant les années noires où les groupes terroristes de l’AIS «prenaient possession de territoires entiers de la République», a dissuadé les investisseurs publics ou privés de lancer des projets hôteliers ou autres et a ainsi retardé l’essor de l’activité d’une région au potentiel touristique immense. Mais maintenant que la paix est revenue, la situation du tourisme n’a guère changé et ne risque pas de l’être les prochaines années.

Les infrastructures sont presque inexistantes, les projets insignifiants et les prestations trop chères dans des établissements où le service est médiocre. Nouvelle donne : les concessionnaires automobiles ont changé la physionomie de la région, surtout dans les localités côtières, où des terres agricoles en friche sont cédées pour l’entreposage des véhicules qui sortent du port de Djendjen.

Tourisme de masse oblige, les estivants souffrent de beaucoup de désagréments, mais ils quittent Jijel avec quelques satisfactions : les gens sont accueillants, il y a un décor à couper le souffle, bien que salis par l’anarchie architectonique. La côte jijelienne plaît : celui qui y séjourne caresse le rêve d’y retourner…

Nadir Iddir

 

Commentaires   

christine hamad
# christine hamad 26-08-2015 16:29
well, i visited the beach in ouled boulnar before before yesterday, i didn t pay a single dinar, on the contrary, the guy renting the chairs tables moved them some meters so we could put our stuff, for the car we payed 100D.A.for parking, and the water was very clear but warm, spent a very nice day, and of course we will come back next year!
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    taher taher 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    taher taher 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...