Noam Chomsky. 88 ans, linguiste, philosophe américain, intellectuel engagé… «L’Occident terroriste, d’Hiroshima... aux drones»

Provocateur, globe-trotteur comme on n’en fait plus, il a rencontré beaucoup de monde pour conclure à l’injustice de ce monde.
Aujourd’hui à presque 88 ans, cet homme aux mille vies continue de s’interroger et d’interpeller les gens en multipliant les mises en garde.

Son dernier ouvrage : L’Occident terroriste : d’Hiroshima à la guerre des drones au titre significatif et ô combien accusateur, est une alerte qui n’est le fait ni d’un génie fauché ni d’un vagabond incompris.

Celui qui veut aiguillonner la révolution des consciences est dépité par «la dégénérescence» des vertus cardinales, gangrenées par les puissances de l’argent.

Dédaignant les joutes idéologiques imposées par des intellectuels assujettis, le philosophe cohérent et sincère veut sortir des carcans préfabriqués et des solutions prêt-à-porter. Hussard sur le toit brûlant d’une planète en ébullition voire en feu, ce saltimbanque de la pensée en mouvement perpétuel n’en finit pas de tirer la sonnette d’alarme et sur ceux qu’il considère à l’origine des désastres présents et à venir…Cet homme, c’est Noam Chomsky, ulcéré par le fait que la politique a été supplantée par l’économique. «L’ultralibéralisme économique a ceci de particulier.

En échappant aux institutions et aux régulations, celui-ci trouve un terreau propice à son expansion sauvage. En poursuivant avec la même arrogance son pouvoir si caduc en se déployant davantage de manière hégémonique. On a l’impression de vivre piégés. Cette situation fatale découlerait d’une ‘‘globalisation’’ dont on ne connaît ni les tenants, encore moins les aboutissants».

C’est à peu près autour de ces questions que le professeur en linguistique a consacré une bonne partie de ses travaux. Mais qui est au juste Noam Chomsky ? Il est né en 1928. Après des études studieuses en hébreu, il s’oriente vers la linguistique dont il devient l’une des références les plus en vue.

DE LA RELIGION À L’ANARCHISME

C’est vers 1964 que Chomsky a pris la décision de s’engager publiquement dans le débat politique. Depuis la publication de L’Amérique et ses nouveaux mandarins, en 1969, Chomsky a consacré l’essentiel de ses interventions publiques à une critique radicale de la politique étrangère des Etats-Unis.

Elle n’est guidée, selon lui, que par la volonté de favoriser coûte que coûte l’expansion ou le maintien de l’empire américain, si bien que «les Etats-Unis ne peuvent tolérer le nationalisme, la démocratie et les réformes sociales dans le tiers-monde parce que les gouvernements de ces pays devraient alors répondre aux besoins de la population et cesser de favoriser les intérêts des investisseurs américains».

A ce titre, Chomsky pense notamment que l’étiquette de «terroriste» est une arme idéologique employée par des gouvernements qui ont été incapables de reconnaître la dimension terroriste de leurs propres activités. Il critique largement la politique d’Israël vis-à-vis des Palestiniens et le soutien des Etats-Unis à cette politique.

Pour lui, loin de conduire à un véritable «processus de paix», le soutien diplomatique et militaire apporté depuis la résolution 242 par les Etats-Unis à leurs alliés israéliens au Moyen-Orient bloque toute initiative concrète en ce sens. En Israël, selon le quotidien Haaretz, Chomsky est vu par la droite, mais pas seulement, comme un déserteur, un traître et un ennemi de son peuple. Eveilleur Chomsky ? Il faut bien le croire en suivant son itinéraire chahuté.

En s’interrogeant en permanence sur notre incapacité à réagir, en acquiesçant presque toujours tétanisés, vivant non pas sous l’empire de la fatalité, mais plus banalement sous un régime planétaire dont l’idéologie évacue le principe même du politique et que sa puissance se passe du pouvoir et des institutions étant la source et le moteur des drames planétaires à propos desquels ce pouvoir invisible parvient à n’être même pas mentionné, car s’il détient la gestion véritable de la planète il délègue aux gouvernements soumis l’application.

Aussi, la question n’est pas pour ce régime international d’organiser une société, mais d’accumuler des richesses et des profits, prêt à tous les ravages. «L’Occident, nous prévient-il, voit la démocratie chez les autres à travers un prisme bien singulier. Une démocratie à géométrie variable, penchant au nom de ses intérêts plutôt vers la deuxième conception de la démocratie qui veut que le peuple doit être exclu de la gestion des affaires qui le concernent et que les moyens d’information doivent être étroitement et rigoureusement contrôlés.

On est loin de la participation efficace des citoyens à la gestion des affaires qui les concernent et qui a cours dans les sociétés avancées.» Aussi Noam rappelle-t-il certaines évidences, en allant puiser dans l’histoire tumultueuse de la plus grande puissance mondiale. «Lippmann, figure de proue des journalistes américains et grand théoricien de la démocratie libérale, avait déjà reconnu il y a un siècle l’impact de la propagande censée fabriquer le consentement, c’est-à-dire pour obtenir l’adhésion de la population à des mesures dont elle ne veut pas grâce à l’application de nouvelles techniques de propagande.» Démocratie, que de dégâts a-t-on commis en ton nom ? s’est interrogé Chomsky : «Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, le colonialisme et le néo-colonialisme occidentaux ont causé la mort de 55 millions de personnes, le plus souvent au nom de nobles idéaux comme la liberté et la démocratie. Pourtant, l’Occident parvient à s’en tirer en toute impunité et à entretenir aux yeux du reste du monde le mythe voulant qu’il soit investi de quelque mission morale.

Comment y arrive-t-il ?» Chomsky dénonce de façon magistrale l’héritage funeste du colonialisme et l’exploitation éhontée des ressources naturelles de la planète exercée par les pays du Nord. Chomsky parle de la censure avec beaucoup de dérision. «Chez nous, la censure s’exerce aussi d’autres façons.

Nos médias emploient des techniques qui, sans relever précisément de la censure, nous empêchent de dire quoi que ce soit.» Plus sérieusement, l’analyste lucide et au fait des choses livre certaines vérités sur les manipulations et les retournements de situations qu’on a de la peine à croire. «Au début de l’invasion américaine de l’Afghanistan, j’ai séjourné à Islamabad. La capitale pakistanaise était l’endroit le moins éloigné du théâtre des opérations auquel la presse avait accès.

Des hordes de journalistes s’y trouvaient donc pour couvrir l’événement, et j’ai constaté la même chose : ils étaient tous assis au bar de l’hôtel à s’amuser. Quand un missile a détruit les bureaux d’Al Jazeera à Kaboul, ils ont minimisé l’affaire en la qualifiant d’erreur de tir. Tous les journalistes présents s’en moquaient Ils admettaient tous qu’on cherchait à pulvériser cet immeuble, mais aucun d’eux n’a rapporté cette information. Ils ont tous écrit le même texte.

C’était en Afghanistan, mais j’ai constaté la même chose en Cijordanie et en Amérique centrale (…). Nombreux sont les reporters qui ne vont jamais sur le terrain. Il existe cependant de courageuses exceptions qui méritent tout notre respect.»

LE MAL, C’EST L’ULTRALIBÉRALISME

Chomsky évoque les collusions suspectes de l’Amérique. Si l’on s’intéresse aux tribunaux internationaux, on constate que ce sont surtout des Africains qui y sont accusés, ainsi qu’une poignée d’ennemis de l’Occident, tel Milosevic. Et ces Africains font toujours partie du camp auquel nous nous opposons.

Pourtant, d’autres crimes n’ont-ils pas été commis ces dernières années ? «Prenez l’invasion de l’Irak : il n’y a rien là qui puisse être considéré comme criminel — si l’on oublie Nuremberg et le reste du droit international contemporain. Il en est ainsi pour une raison d’ordre juridique peu connue : les Etats-Unis se sont immunisés contre toute poursuite. En 1946, ils ont adhéré à la Cour internationale de justice en imposant une condition : celle de ne jamais y être poursuivis en vertu d’un traité international, qu’il s’agisse de la Charte des Nations unies, de la Charte de l’Organisation des Etats américains (OEA) ou des Conventions de Genève.

Ils se sont donc mis à l’abri de tout procès relatif à ces dispositions, ce que la Cour a accepté. Le cas du Sahara occidental est intéressant. Ses habitants, les Sahraouis, sont de véritables non-personnes ! Il s’agit de la dernière colonie officielle d’Afrique, si bien que les Nations unies ont été chargées de son administration et de sa décolonisation (…) Mais sitôt annoncée la rupture du lien colonial en 1975, le pays a été envahi par le Maroc, un satellite de la France.

La plus récente récrimination a été soulevée au tout début du Printemps arabe. En fait, c’est au Sahara occidental que le Printemps arabe a commencé avant la Tunisie.» Chomsk est formel quant au financement du terrorisme international alors que les Américains laissent faire. «Les Saoudiens financent généreusement les variantes les plus extrémistes de l’islamisme radical — le wahhabisme des madrasas du Pakistan aux groupes salafistes d’Egypte. Les Etats-Unis n’y voient aucun problème et ne font rien pour les en empêcher. La thèse voulant que les Etats-Unis s’opposent à l’islamisme radical est ridicule. L’Etat islamiste le plus fondamentaliste du monde est l’Arabie Saoudite, un favori de Washington. Le Royaume-Uni a lui aussi soutenu l’islamisme de manière assidue.

Cet appui découle de la nécessité de combattre le nationalisme séculier. La relation de proximité qui existe aujourd’hui entre les Etats Unis et Israël s’est établie en 1967 quand l’Etat hébreu a généreusement écrasé le nationalisme séculier.» Le Printemps arabe est une équation complexe, estime Chomsky, «ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que l’Amérique latine, pour la première fois depuis les conquistadors, a emprunté le chemin de l’intégration et de l’indépendance.

Ce continent a aussi entrepris de faire face à certains de ses propres problèmes sociaux qui sont terribles. Son évolution récente a une portée historique. Si le Printemps arabe allait dans la même direction, ce qui est encore possible, l’ordre mondial en sortirait radicalement transformé. C’est pourquoi l’Occident fait tout pour l’en empêcher.»

UNE TRIBUNE POUR LES SANS-VOIX

«Je pressens que les gouvernements vont bientôt perdre toute crédibilité, incapables qu’ils sont de régler les problèmes fondamentaux qui ont donné lieu aux soulèvements, à savoir les politiques néolibérales et leurs conséquences. Ils ne font que les reconduire. Leurs pays vont ainsi s’enfoncer davantage dans le marasme. Prenons la Libye, par exemple. Le bombardement de ce pays n’a reçu pratiquement aucun appui au-delà des trois puissances impériales classiques que sont le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis.

On parle de la ‘‘communauté internationale’’, mais il s’agit d’une vue de l’esprit. Si les appuis ont été si rares, ce n’est pas sans raison : en mars 2011, les Nations unies avaient adopté une résolution appelant à l’établissement d’une ‘‘zone d’exclusion aérienne’’, à la protection des civils, à l’imposition d’un cessez-le-feu et à l’ouverture de négociations. Les puissances impériales ne souhaitaient pas emprunter cette voie. Elles voulaient prendre part à la guerre et imposer à la Libye un gouvernement correspondant à leurs attentes. Si le reste du monde s’opposait à l’offensive aérienne, c’est parce qu’il craignait que celle-ci, en menant à une guerre d’envergure, ne débouche sur une catastrophe humaine.

Et c’est ce qui s’est produit. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles plus personne n’en parle ; la Libye n’est plus qu’un champ de ruines.» Le terrorisme international qui semble avoir tissé une toile à travers le globe avec une facilité déconcertante restera comme une tache noire, mais aussi une énigme. «On classe les actes terroristes dans les catégories bien distinctes. Les ‘‘leurs’’ qui sont épouvantables, et les ‘‘nôtres’’ qui relèvent de la vertu». Vous avez dit vertu ? Et puis Chamsky de mentionner l’attaque de novembre 2004 contre Falloudja par les forces armées américaines, un des pires crimes commis dans le cadre de l’invasion de l’Irak. «Cela a commencé par l’occupation de l’hôpital général.

Cela constitue déjà en soi un grave crime de guerre. Des soldats en armes ont forcé les patients et les employés de l’hôpital à sortir des chambres, puis leur ont ordonné de s’asseoir et de se coucher par terre et leur ont ligoté les mains derrière le dos, rapportait l’article. Selon ce dernier, ces crimes étaient non seulement justifiés mais méritoires. En fait, l’hôpital général de Falloudja diffusait régulièrement des rapports sur le nombre des victimes civiles…».

Bio express

Naissance le 7 décembre 1928 à Philadelphie (Etats-Unis). Après avoir fait des études théologiques, il s’oriente vers la linguistique dont il devient un éminent représentant. C’est au Massachusetts Institute Of Techologie qu’il a enseigné toute sa carrière.

Il s’est fait connaître du grand public à la fois dans son pays et à l’étranger par son parcours d’intellectuel engagé de tendance anarchiste. Il mène une campagne virulente contre la guerre du Vietnam, ce qui lui vaut bien des déboires.

Hamid Tahri

Commentaires   

saladin
# saladin 11-07-2015 10:21
Merci Mohamed , pour cet article clairvoyant , de Hamid Tahri.

Là au moins , ça nous aide à voir plus clair , sinon à se poser les bonnes questions …
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    El khettabi El khettabi 24.06.2017 19:07
    Bonsoir a tous saha ramdankoum Hmm!!!! PROTEGER dans la lexicologie bureaucratique algérienne veut ...

    Lire la suite...

     
  • Traitement des points noirs sur les routes de Jijel: Des contraintes retardent toujours les travaux
    Igel Igel 24.06.2017 15:55
    Et tous les poids lourds qui traversent Jijel et empruntent la Corniche? La médiocrité des dirigeants ...

    Lire la suite...

     
  • RAMADANESQUE. Encore un drame à Sidi Maarouf.
    Igel Igel 24.06.2017 15:46
    Les semi-remorque et autres camions de carrière font désormais la loi a Jijel. L'acces Est du port ...

    Lire la suite...

     
  • Achouat: Collision entre deux voitures.
    Igel Igel 24.06.2017 15:41
    Il y a de quoi avoir des doutes quand il s'agit de prouver que les concernés de la signalisation ont ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    Igel Igel 24.06.2017 15:32
    Merci Yasmine. Et merci Foughali. D'abord Yasmine pour l'objectivisme et la honte qu'elle ressent ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    Igel Igel 24.06.2017 15:19
    A qui vous adressez-nous ? Il y a quelques temps, nous avions pris des familles in flagranti, et ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    Foughali Foughali 24.06.2017 14:38
    Salut , salam.... Salut nostalgique .... Vous avez raison..,.il en faut des idiots, mais chez nous ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    nostalgie nostalgie 24.06.2017 09:32
    que voulez-vous......il faut des idiots un peu partout....et surtout un grand manque de civisme....enfin ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    Foughali Foughali 24.06.2017 08:29
    Salut yasmine Certes, il faudrait probablement aménager et embellir ce coin, mais à défaut de grave ...

    Lire la suite...

     
  • VIDÉO. Frontière algéro-marocaine : l’Algérie poursuit la construction du mur
    christine hamad christine hamad 24.06.2017 02:12
    By the way, qui pay pour la construction de cet mur??, le roi moh6??

    Lire la suite...

     
  • VIDÉO. Frontière algéro-marocaine : l’Algérie poursuit la construction du mur
    christine hamad christine hamad 24.06.2017 02:08
    Saha shourkoum, je crois pas vraiment que une mur va arrêté le trafic de drogue ou autre chose de ...

    Lire la suite...

     
  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:22
    Bonsoir Igel et saha ftourek Oui en effet, nous reviendrons sur ce sujet avec beaucoup de ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:20
    Avis de décès de Monsieur BOUCHICHA Boualem à Alger. Le défunt habitant El-Aouana, à coté du CEM ...

    Lire la suite...

     
  • HISTOIRE D’ANTAN…
    Igel Igel 23.06.2017 19:39
    Moralité : on peut raconter des histoires sur Jijel Info.

    Lire la suite...

     
  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    Igel Igel 23.06.2017 19:36
    Quelle bonne décision enfin! Et protégées comment? Et par qui, quand et pour qui? Cette annonce ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    yasmine yasmine 22.06.2017 21:24
    Pauvre de nous , depuis quand un port plein de baraques sans ames et sans charme devient une attraction.On ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.06.2017 19:34
    C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de mon voisin Cheriet Rabia ...

    Lire la suite...