L’Algérie, Sarkozy et les Tunisiens

Le 20 juillet dernier, un ex président français qui, ceci dit en passant, ne redeviendra jamais président, car vomi par l’écrasante majorité du peuple français qu’il a humilié en donnant de la France l’image d’une république bananière dirigée par un personnage caricatural, gaffeur et ignare, très loin de l’image de solennité, d’intelligence et de profondeur de vue qui était associée à ses prédécesseurs, est reçu d’une manière solennelle et officielle par la Tunisie, pays réputé « frère » de l’Algérie. Et, ce pays « frère » lui offre tribune, médias et aréopage officiel se délectant de ses paroles dont l’essentiel porte sur le dénigrement, voire, l’insulte du voisinage de ce pays, décrivant la Tunisie comme un pays civilisé et démocratique mais se débattant dans des problèmes qui lui ont été crées par d’autres. Car, pour son grand malheur, ce pays se trouverait enchâssé entre deux barbaries, la libyenne et l’algérienne. Et puis, s’interrogeant sur la situation catastrophique dans laquelle se débattrait notre pays, il versa même des larmes de crocodile sur son sombre avenir.

 

L’affront Sarkozy

Immédiatement, les réseaux sociaux s’enflammèrent poussant la majorité des médias nationaux à fustiger de la manière la plus véhémente les paroles et la conduite si inamicales à l’égard de l’Algérie, obligeant même nos officiels à réagir, très mollement, il faut le souligner, donnant même l’impression de le faire à contrecœur.  Dans cette histoire, tout le monde n’a vu et n’a ciblé qu’un coupable : Sarkozy.  Comme s’il fallait s’attendre à autre chose de la part de ce dernier, chef d’un parti de droite flirtant ouvertement avec l’extrême droite, sioniste engagé, même s’il l’est à un degré moindre que Hollande et le P.S., anti arabe et islamophobe notoire. Fallait-il s’attendre à des félicitations ou à un tressage de lauriers de la part de ce personnage, surtout dans cette période incertaine que traverse l’Algérie avec la chute des prix des hydrocarbures, l’archaïsme de la gestion du pays et de son système politique qui n’en finit pas d’agonir ? Et, en plus de ça, même s’’il y a rajouté sa touche personnelle tellement détestable mais que nous connaissons bien, il n’a fait que répéter ce que répètent à l’envi hommes politiques, journalistes et intellectuels algériens depuis déjà bien longtemps.

L’hypocrisie et la trahison du « frère »

Dans la mesure où les déclarations de Sarkozy étaient dans la droite ligne du personnage, j’avoue qu’elles n’ont moins choqué que l’attitude et la conduite du « frère » tunisien. Ce « frère »  n’en est pas à sa première trahison malgré le quitus de loyauté et les compliments qui lui sont régulièrement et gracieusement attribués par la partie algérienne qui semble frappée d’une amnésie sélective. Et qui semble avoir oublié que, pendant la terrible période de terrorisme et de guerre civile que nous avions traversée, la promotion de la Tunisie de Ben Ali auprès des étrangers en général et des « Occidentaux » en particulier, surtout auprès du « grand frère » et tuteur français, ne reposait que sur la mise en avant du  contraste qu’on voulait saisissant, entre ce pays, sa stabilité, sa quiétude, son hospitalité et sa civilité et le chaos et la sauvagerie moyenâgeuse de son voisin algérien et qui étaient même exagérés pour les besoins de la cause. Pourquoi personne n’a remarqué,  ni a été choqué par l’attitude du pays hôte qui a offert cette tribune à Sarkozy qui n’a jamais caché son hostilité à l’égard de l’Algérie ? Comment s’offusquer des paroles de Sarkozy, ennemi déclaré de l’Algérie, position qu’il a toujours assumée dans les paroles et dans les actes et oublier la trahison du « frère » qui l’a royalement accueilli et médiatisé ses paroles ? Comme le disait si bien Voltaire : «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis ! Quant à mes ennemis, je m’en charge ! ».

Un caractère immuable

En fait, malgré les drames, les agressions culturelles, la dépersonnalisation, l’arabisation, la propagande satellites et du Net, les trahisons, les reniements et les farces dont ils ont été et sont encore l’objet de la part de leurs dirigeants politiques, les Algériens n’ont pas changé d’un iota et, je crois, que ce n’est pas demain qu’ils changeront. Ils sont toujours là, dans un réflexe aussi spontané qu’irrépressible, vent debout, prêts à défendre l’intégrité de la Patrie, prêts à trucider l’ennemi extérieur, celui qui a eu l’audace de toucher à l’honneur et à la dignité de la Patrie ! Tout comme lors de l’agression marocaine de 1963 ou du match de football de Oum Dourman ! Toute l’Algérie debout pour défendre le pays par les armes ou par la voix !

Ce comportement est admirable mais ce trait de caractère qui fait de nous un peuple aussi sanguin, susceptible et explosif  est à double tranchant et  possède un bon et un mauvais côté.

Le bon côté

Le bon côté, c’est celui qui montre que notre pays, notre Nation et notre terre, sont durablement et, je l’espère, définitivement sacralisés. Et que nous sommes prêts à les défendre, tous ensemble, dans un même souffle et un même élan contre tout agresseur venu d’ailleurs. Les Algériens, malgré tout ce qu’on leur a fait subir, ont gardé, au plus profond d’eux-mêmes, le serment des héros de Novembre et de « Min Djibalina » : « Noudhahi bi hayati wa bi mali 3leyki » (je sacrifierai ma vie et mes biens pour toi, ma patrie ».

Cela doit faire réfléchir plus d’un et refroidir tout projet de nous porter l’estocade, après ces deux décennies d’affaiblissement menées, tant à l’intérieur par nos propres enfants et nos propres dirigeants, que par tous nos ennemis déclarés ou tapis dans l’ombre.

Le mauvais côté

Le mauvais côté de ce caractère, c’est qu’il nous rend facilement prévisibles donc contrôlables et manipulables. Car, il faut bien se dire que tous ceux qui nous observent et nous étudient pour mieux  nous  apprivoiser, nous assujettir ou nous spolier de nos richesses et de nos libertés, ont bien compris la manière dont nous réagissons. Nous avons tendance à réagir d’une manière éminemment émotive, presque pavlovienne dès que l’étranger est pointé du doigt, nous faisant parfois laisser la proie pour l’ombre au risque de tomber dans le piège grossier qui est tendu devant nous. Nous donnons l’impression d’user plus que de nature de la partie reptilienne de notre cerveau, celle de l’instinct de conservation et  de défense notamment, celle qui ordonne au lézard de quitter immédiatement le mur ensoleillé où il se trouve au moment où il risque d’avoir trop chaud ou de le rejoindre quand il fait froid, ordre que ce dernier exécute sur-le-champ sans pouvoir réfléchir sur les raisons qui ont motivé cet ordre ni sur la possibilité d’une autre issue. Comme cette partie du cerveau ne conserve qu’une mémoire à court terme, il est aisé à quiconque qui voudrait nous manipuler de la solliciter pour nous faire aller dans la direction voulue et le refaire à chaque fois qu’il le voudrait.

Ainsi, nos dirigeants nous brandissent souvent et régulièrement la main de « l’étranger » qui, même si elle est invisible par essence, est devenue un acteur important et incontournable de la vie politique nationale, plus important encore que beaucoup de nos hommes politiques. Et que de fiascos ne relevant que de la seule responsabilité des dirigeants en place ont été attribués à la main extérieure, circonscrits et forclos sans dégâts ni conséquences sur leurs responsables réels ! La recette fonctionne depuis des décennies et  semble toujours efficace puisque le pouvoir ne s’en est jamais départi.

Notre diplomatie, aussi, semble être enferrée dans ce réflexe reptilien, ne reposant plus, depuis la disparition de Mohamed Seddik Benyahia en 1982, que sur deux principes : la non-ingérence (HTM, h’chicha talba m3icha) et la réciprocité, c’est-à-dire, la somnolence sur le mur chaud et la fuite ou la tentative de se défendre et de se protéger en cas d’agression, alors que, souvent, il est déjà trop tard. Car nous vivons dans un monde plus que jamais instable, où les alliances se nouent et se dénouent rapidement, parfois contre nature, faisant émerger des blocs, des puissances, des intérêts et des convoitises  qu’on ne pouvait imaginer il ya quelques années seulement, un monde où tous les coups sont permis pour ceux qui voient loin et qui gardent leurs arrières.

Nos protestations émotives et occasionnelles quand notre honneur semble touché ne peuvent cacher notre myopie, notre somnolence et notre passivité, donnant de l’Algérie, géant de l’Afrique et du Monde Arabe, l’image d’un lion assoupi et édenté dont les rugissements de circonstance n’effraient plus le renard tunisien et autres petites bêtes mauritaniennes, marocaines, qataries et j’en passe.

Depuis quelques mois déjà, les Tunisiens agissent et manœuvrent  pour sortir de la mauvaise passe où ils se trouvent. Afin d’arriver à leurs fins, ils nouent des alliances qui bouleverseront de fond en comble tous les rapports entre les états et tous  les équilibres au Maghreb et en Afrique. L’anecdote Sarkozy n’est qu’un artéfact, une anecdote dans ce que ce pays prépare avec les U.S.A., la France et l’Europe. Pendant ce temps, le lion algérien s’amuse avec le chiffon rouge qu’on lui a si gentiment balancé.

C’est ce qui arrive toujours, hélas, quand une Nation est orpheline de ses patriotes, de son intelligentsia et de ses révolutionnaires.

Mohamed CHOUIEB

4 août 2015

Commentaires   

christine hamad
# christine hamad 05-08-2015 14:47
there is a mexican proverb which says: all your friends are false, but all your enemies are real! when living in tunis in the 80s last century, most tunisians i met did not like the algerians, they were making jokes and teasing when on talked about algeria, they felt themselves being superiour to the algeria, why? i don t know, they could never answer me the question,as for the psychology of the algerian people, it is the psychology of the oppressed, dont forget 132 years of colonization, after that ther comes 30 years of so-called socialism, and on top of it 10 years of terrorism or civil war, i personally find after all these tragedies, the algerian as a individual or as a group behaves himself very well, it could be much worse! as for ex-president sarkoszy, of jewish hungarian origin, what did you expect from him?? on judgement day, the good lord may he put him into hell, i hope!
Signaler un abus
anar
# anar 04-08-2015 22:00
Tres bonne analyse.
Qu'attendez vous d'un monsieur qui a trahi tous ces collegues politiques.-Copé-Lavrilleux-Chirac-Fillon--
Je sais que la politique c'est de la pourriture, mais que tous sonentourage soit confronte aux affres de la justice, ceci montre son machiavelisme.Betancourt-Tapi-Guéant-Buisson-
Et c vrai avant de parler des autres balayant devant nos portes.Ne soyons pas naifs
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Constructions illicites à Jijel: Des situations intolérables
    Foughali Foughali 28.04.2017 22:02
    Salut yasmine Pour vous consoler ( peut être ?).... Sachez que c'est la même chose partout en Algérie ...

    Lire la suite...

     
  • Revenons à Bordj Blida...
    Foughali Foughali 28.04.2017 21:51
    Saluuuuut Je crois que le passé n'était pas mieux que le présent...,souvenez vous.... Par contre, le ...

    Lire la suite...

     
  • Revenons à Bordj Blida...
    jijel.jijel jijel.jijel 28.04.2017 14:08
    La ferme ANDREU et la plage dans les années 5O! https://img4.hostingpics.net/pics/291713andreu.jpg

    Lire la suite...

     
  • Revenons à Bordj Blida...
    MedSouilah MedSouilah 28.04.2017 07:21
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/04/28/17042807441439954.png

    Lire la suite...

     
  • Constructions illicites à Jijel: Des situations intolérables
    yasmine yasmine 27.04.2017 18:47
    Monsieur Le wali , on laisse des batisses pousser sur l'intineraire de voies publiques et projets ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Une saison estivale compromise ? vidéo.
    MedSouilah MedSouilah 27.04.2017 17:16
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/04/27/170427053822857543.png

    Lire la suite...

     
  • Photo unique de la Salamandre, au nord du phare, et le Banc des Kabyles,
    jijel.jijel jijel.jijel 27.04.2017 15:05
    Le problème n'est pas de croire ou de ne pas croire. Il s'agit tout simplement de demander aux plus ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Une saison estivale compromise ? vidéo.
    MedSouilah MedSouilah 27.04.2017 14:27
    Très bonne idéé Yasmine. Je viens de rajouter une vidéo qui apparaitra dans un moment... Impressionnante.

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Une saison estivale compromise ? vidéo.
    yasmine yasmine 27.04.2017 14:25
    J'en appele à Monsieur le wali pour prendre une décision energique et efficace , quitte à fermer ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Une saison estivale compromise ? vidéo.
    MedSouilah MedSouilah 27.04.2017 14:05
    Ce que pensent les lecteurs sur notre page facebook.

    Lire la suite...

     
  • Photo unique de la Salamandre, au nord du phare, et le Banc des Kabyles,
    Foughali Foughali 27.04.2017 01:58
    Salut Mohamed Merci pour cette précision. N'étant pas de jijel cité, je ne connais pas bien les noms ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: Un sublime jardin au cœur de la ville
    MedSouilah MedSouilah 26.04.2017 20:36
    Il est vrais que c'est un sublime jardin... Grand Merci à notre ami Amor Z, qui a bien voulu partager ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: Un sublime jardin au cœur de la ville
    MedSouilah MedSouilah 26.04.2017 19:16
    Une tondeuse pour entretenir le gazon, et, avoir une belle pelouse, est plus que nécessaire.

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    alichet alichet 26.04.2017 16:36
    Je viens juste d'apprendre le décès de mon ancien élève Yahi Noureddine de'Taher (Année scolaire ...

    Lire la suite...

     
  • Photo unique de la Salamandre, au nord du phare, et le Banc des Kabyles,
    MedSouilah MedSouilah 26.04.2017 16:20
    J'ai entendu cette appelation et je l'ai toujours appelé: Bordj Fnar, il y a de cela plus de 50 ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: Un sublime jardin au cœur de la ville
    yasmine yasmine 26.04.2017 15:16
    et l'entretien ? les services de l'APC disposent t-ils d'une tondeuse pour entretenir le gazon ?

    Lire la suite...

     
  • Photo unique de la Salamandre, au nord du phare, et le Banc des Kabyles,
    jijel.jijel jijel.jijel 26.04.2017 13:27
    Bordj Fnar...????? C'est quoi ça??? Il n'y a jamais eu de Bordj Fnar à Jijel et sa région! Bordj Fnar ...

    Lire la suite...