Burkina Faso : les militaires putschistes libèrent le président

Les putschistes du régiment de sécurité présidentiel (RSP) ont annoncé, vendredi 18 septembre, la libération du président intérimaire, Michel Kafando, qu’ils retenaient depuis mercredi. Le premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, est, lui, toujours aux mains des militaires.

Ces derniers quadrillent la capitale, Ouagadougou, où le couvre-feu instauré entre 19 heures et 6 heures a été globalement respecté. De nombreux magasins restaient toutefois fermés et, d’après des journalistes sur place, des rassemblements avaient été dispersés dans le centre-ville.
Les putschistes ont également annoncé vendredi à midi la réouverture des frontières terrestres et aériennes du pays. Les militaires avaient décidé jeudi de les fermer jusqu’à nouvel ordre.

Les tirs ont repris. Ballet d'ambulances. Les Burkinabè allument des feux et montent des barricades. #Burkina #Lwili

— ludilani (@Ludivine Laniepce)

Place de la Révolution, il y a de la circulation, mais des hommes en faction et une moto qui brûle. #Burkina

— gcogne (@Gaël Cogné)

Jeudi, les soldats de l’unité d’élite à l’origine du coup d’Etat avaient violemment réprimé les manifestations des associations. Les heurts ont fait au moins trois morts, selon une source du principal hôpital de Ouagadougou. Le studio d’enregistrement du rappeur Smockey, un des fers de lance du collectif Balai citoyen, a été en partie incendié par des hommes qui ont tiré sur la porte au lance-roquettes, d’après sa femme.

 

D’autres rassemblements organisés malgré le couvre-feu dans plusieurs villes de province, notamment Bobo-Dioulasso, dans le Sud-Ouest, se sont déroulés sans incidents, les forces de l’ordre n’ayant pas cherché à intervenir. L’armée, la police et la gendarmerie sont d’ailleurs restées très discrètes depuis le putsch.

 

Lire aussi : « La transition a déraillé brutalement au Burkina Faso »

 

« Nous n’avons pas l’intention de nous éterniser »

 

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/09/18/768x0/4762416_7_ad91_le-general-gilbert-diendere-nouvel-homme_a32780d3b7dc1873ccbe5358e1494ead.jpg

Le général Gilbert Diendéré, nouvel homme fort du Burkina Faso.

Nommé jeudi à la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), l’émanation politique des putschistes, le général Gilbert Diendéré, ancien bras droit du président déchu, Blaise Compaoré, s’est engagé à organiser « rapidement » des élections.

 

« Dans tous les cas, nous n’avons pas l’intention de nous éterniser, nous n’avons pas l’intention de rester. »

Un scrutin présidentiel et des élections législatives étaient prévus en octobre pour tourner la page d’un an de transition. Les fidèles de Blaise Compaoré, qui dirigea le Burkina pendant vingt-sept ans, avaient été exclus par la Commission électorale, en vertu d’un nouveau code électoral controversé. « Il faut revoir les conditions, de façon à permettre à tous ceux qui souhaitent participer de pouvoir le faire », a insisté le général Diendéré.

 

Lire aussi : Qui est Gilbert Diendéré, nouvel homme fort du Burkina Faso ?

 

Le nouvel homme fort du pays, qui s’est entretenu jeudi avec le représentant spécial de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, doit recevoir dans la journée le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), et son homologue béninois, Thomas Boni Yayi. Les deux hommes espèrent lancer une médiation. « L’objectif est de parvenir à un retour à une vie constitutionnelle normale, à la libération du président et du premier ministre qui sont otages, et à la libération de tous les ministres », selon le chef de la diplomatie béninoise.

 

La communauté internationale a vivement condamné le coup d’Etat, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU se disant même « prêts à envisager des mesures supplémentaires si nécessaire ». Selon des diplomates, la France, soutenue notamment par le Tchad, a plaidé en faveur de sanctions si le pouvoir légal n’était pas rétabli.

 

Lire aussi : Le putsch met le Burkina Faso face à ses déchirures

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/18/les-militaires-putschistes-asseoient-leur-pouvoir-au-burkina-faso_4762418_3212.html#

Jeudi, les soldats de l’unité d’élite à l’origine du coup d’Etat avaient violemment réprimé les manifestations des associations. Les heurts ont fait au moins trois morts, selon une source du principal hôpital de Ouagadougou. Le studio d’enregistrement du rappeur Smockey, un des fers de lance du collectif Balai citoyen, a été en partie incendié par des hommes qui ont tiré sur la porte au lance-roquettes, d’après sa femme.

D’autres rassemblements organisés malgré le couvre-feu dans plusieurs villes de province, notamment Bobo-Dioulasso, dans le Sud-Ouest, se sont déroulés sans incidents, les forces de l’ordre n’ayant pas cherché à intervenir. L’armée, la police et la gendarmerie sont d’ailleurs restées très discrètes depuis le putsch.

Lire aussi : « La transition a déraillé brutalement au Burkina Faso »

« Nous n’avons pas l’intention de nous éterniser »

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/09/18/768x0/4762416_7_ad91_le-general-gilbert-diendere-nouvel-homme_a32780d3b7dc1873ccbe5358e1494ead.jpg

Le général Gilbert Diendéré, nouvel homme fort du Burkina Faso.

Nommé jeudi à la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), l’émanation politique des putschistes, le général Gilbert Diendéré, ancien bras droit du président déchu, Blaise Compaoré, s’est engagé à organiser « rapidement » des élections.

« Dans tous les cas, nous n’avons pas l’intention de nous éterniser, nous n’avons pas l’intention de rester. »

Un scrutin présidentiel et des élections législatives étaient prévus en octobre pour tourner la page d’un an de transition. Les fidèles de Blaise Compaoré, qui dirigea le Burkina pendant vingt-sept ans, avaient été exclus par la Commission électorale, en vertu d’un nouveau code électoral controversé. « Il faut revoir les conditions, de façon à permettre à tous ceux qui souhaitent participer de pouvoir le faire », a insisté le général Diendéré.

Lire aussi : Qui est Gilbert Diendéré, nouvel homme fort du Burkina Faso ?

Le nouvel homme fort du pays, qui s’est entretenu jeudi avec le représentant spécial de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, doit recevoir dans la journée le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), et son homologue béninois, Thomas Boni Yayi. Les deux hommes espèrent lancer une médiation. « L’objectif est de parvenir à un retour à une vie constitutionnelle normale, à la libération du président et du premier ministre qui sont otages, et à la libération de tous les ministres », selon le chef de la diplomatie béninoise.

La communauté internationale a vivement condamné le coup d’Etat, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU se disant même « prêts à envisager des mesures supplémentaires si nécessaire ». Selon des diplomates, la France, soutenue notamment par le Tchad, a plaidé en faveur de sanctions si le pouvoir légal n’était pas rétabli.

Lire aussi : Le putsch met le Burkina Faso face à ses déchirures


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/18/les-militaires-putschistes-asseoient-leur-pouvoir-au-burkina-faso_4762418_3212.html#YJpAMVvMMqXfUHzD.99

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    El khettabi El khettabi 24.06.2017 19:07
    Bonsoir a tous saha ramdankoum Hmm!!!! PROTEGER dans la lexicologie bureaucratique algérienne veut ...

    Lire la suite...

     
  • Traitement des points noirs sur les routes de Jijel: Des contraintes retardent toujours les travaux
    Igel Igel 24.06.2017 15:55
    Et tous les poids lourds qui traversent Jijel et empruntent la Corniche? La médiocrité des dirigeants ...

    Lire la suite...

     
  • RAMADANESQUE. Encore un drame à Sidi Maarouf.
    Igel Igel 24.06.2017 15:46
    Les semi-remorque et autres camions de carrière font désormais la loi a Jijel. L'acces Est du port ...

    Lire la suite...

     
  • Achouat: Collision entre deux voitures.
    Igel Igel 24.06.2017 15:41
    Il y a de quoi avoir des doutes quand il s'agit de prouver que les concernés de la signalisation ont ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    Igel Igel 24.06.2017 15:32
    Merci Yasmine. Et merci Foughali. D'abord Yasmine pour l'objectivisme et la honte qu'elle ressent ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    Igel Igel 24.06.2017 15:19
    A qui vous adressez-nous ? Il y a quelques temps, nous avions pris des familles in flagranti, et ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    Foughali Foughali 24.06.2017 14:38
    Salut , salam.... Salut nostalgique .... Vous avez raison..,.il en faut des idiots, mais chez nous ...

    Lire la suite...

     
  • Garder la plage propre...
    nostalgie nostalgie 24.06.2017 09:32
    que voulez-vous......il faut des idiots un peu partout....et surtout un grand manque de civisme....enfin ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    Foughali Foughali 24.06.2017 08:29
    Salut yasmine Certes, il faudrait probablement aménager et embellir ce coin, mais à défaut de grave ...

    Lire la suite...

     
  • VIDÉO. Frontière algéro-marocaine : l’Algérie poursuit la construction du mur
    christine hamad christine hamad 24.06.2017 02:12
    By the way, qui pay pour la construction de cet mur??, le roi moh6??

    Lire la suite...

     
  • VIDÉO. Frontière algéro-marocaine : l’Algérie poursuit la construction du mur
    christine hamad christine hamad 24.06.2017 02:08
    Saha shourkoum, je crois pas vraiment que une mur va arrêté le trafic de drogue ou autre chose de ...

    Lire la suite...

     
  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:22
    Bonsoir Igel et saha ftourek Oui en effet, nous reviendrons sur ce sujet avec beaucoup de ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:20
    Avis de décès de Monsieur BOUCHICHA Boualem à Alger. Le défunt habitant El-Aouana, à coté du CEM ...

    Lire la suite...

     
  • HISTOIRE D’ANTAN…
    Igel Igel 23.06.2017 19:39
    Moralité : on peut raconter des histoires sur Jijel Info.

    Lire la suite...

     
  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    Igel Igel 23.06.2017 19:36
    Quelle bonne décision enfin! Et protégées comment? Et par qui, quand et pour qui? Cette annonce ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    yasmine yasmine 22.06.2017 21:24
    Pauvre de nous , depuis quand un port plein de baraques sans ames et sans charme devient une attraction.On ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.06.2017 19:34
    C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de mon voisin Cheriet Rabia ...

    Lire la suite...