Entre Alger et Riyad, le fossé diplomatique est abyssal: Faut-il rompre avec les Al Saoud ?

Les dignitaires de la monarchie des Al Saoud ne portent pas l’Algérie dans le cœur. Et pour cause, Alger est si loin de Riyad, géographiquement, mais surtout diplomatiquement. Et c’est tant mieux…
Ce qui, d’évidence, alimente la rancœur et la rancune de ce royaume moyenâgeux qui ne conçoit les autres pays de la sphère arabo-musulmane au mieux que comme des obligés, au pire des sujets.

On comprend mieux l’allergie des Al Saoud à l’autonomie algérienne en matière de politique étrangère. Notamment à l’égard des brûlantes questions qui agitent la géopolitique de cet «ensemble» géographique qui peine à se muer en force capable de mettre en échec les plans stratégiques de division concoctés par les grandes puissances.

La position adoptée par la diplomatie algérienne de rejeter, par principe, l’oukase saoudien de décréter le Hezbollah libanais comme une «organisation terroriste» a accentué un peu plus le fossé qui sépare les doctrines diplomatiques des deux pays. Au royaume de l’intrigue, on vit très mal cette sortie des rangs «arabes» d’un pays comme l’Algérie qui décide, souverainement, que seuls les valeurs de sa Révolution et ses intérêts vitaux doivent structurer sa politique étrangère.

A Riyad, on ne supporte pas non plus qu’un pays arabe ou musulman puisse s’extraire de la «sacro-sainte» règle de l’allégeance selon laquelle, croit-on, il doit s’astreindre à la «norme» diplomatique dictée par les «serviteurs» des Lieux Saints. Vu sous cet angle, l’Algérie a clairement fait échec au roi. Elle ne partage pratiquement rien de ce qui fait aujourd’hui l’alpha et l’oméga des relations internationales a fortiori s’agissant des questions qui touchent directement le monde arabo-musulman.

Il y a au moins trois dossiers extrêmement sensibles sur lesquels l’Algérie et l’Arabie saoudite sont aux antipodes. A commencer par la déprime du marché pétrolier qui a gravement impacté les finances publiques algériennes. Les pétromonarchies du Golfe, sous la houlette de l’Arabie saoudite, peuvent en un claquement de doigts faire remonter les cours du brut par une simple révision à la baisse de leur production. Ce geste d’un pays «frère» suffirait au bonheur d’un pays comme l’Algérie qui est rudement mis sous pression d’un baril pas cher. Mieux encore, cet effort des Al Saoud et leurs homologues du Conseil de coopération du Golfe (CCG) n’aurait aucune incidence sur leurs recettes dès lors qu’ils récupéreront la différence avec des prix nettement plus avantageux.

Une diplomatie autonome

Mais ce calcul logique entre «frères» ne fait pas partie du logiciel diplomatique de Riyad pour qui la fixation du pétrole est précisément un levier redoutable pour recruter des «obligés». Autrement dit, mettre la souveraineté et les principes de certains pays récalcitrants, à l’image de l’Algérie, de l’Irak et du Liban, dans une posture telle qu’ils seront contraints de céder. C’est un peu cette stratégie de l’usure que l’Arabie saoudite et ses sœurs mettent en pratique au sein du cartel de l’Opep en bloquant toute décision de réduction de production malgré le lobbying de l’Algérie et du Venezuela.

Il est tout de même bizarre qu’un pays vivant de la rente pétrolière refuse d’agir pour booster les prix… Mais la géopolitique du pétrole a ses raisons que la raison elle-même n’en a pas. Ce hara-kiri saoudien est un mal utile pour une monarchie qui a une autre bataille de survie à mener. Celle contre «l’ogre» chiite iranien. Riyad développe ces derniers mois, en effet, une véritable machine de propagande contre Téhéran. Au prétexte d’exporter le chiisme dans les pays arabe – où ce rite existe y compris au royaume des Al Saoud – Riyad redouble de férocité au point d’insupporter une quelconque relation avec l’Iran.

C’est le deuxième grief que retient ce royaume contre l’Algérie qui entretient des relations normales avec le pays de Hassan Rohani. Les Saoudiens digèrent mal que notre pays ait soutenu le programme nucléaire pacifique iranien qui a fini d’ailleurs par aboutir à un accord avec les grandes puissances. L’Iran chiite, c’est un peu le chat noir des Al Saoud. Et une fois de plus, l’Algérie est dans le «mauvais» côté, selon Riyad. Ce constat s’est vérifié quand la diplomatie algérienne a refusé, il y a une année, et à juste titre, de se joindre à la fameuse coalition arabe qui détruit le Yémen.

Non-ingérence à toute épreuve

Elle a, selon le même principe et avec la même sagacité, pris ses distances vis-à-vis de la coalition dite «islamique» contre le terrorisme lancé il y a quelques mois sous l’étendard saoudien. Last but not least, l’Algérie vient de refuser catégoriquement de classer le Hezbollah libanais comme une «organisation terroriste» pour faire plaisir à Riyad. C’est l’ultime goutte d’eau versée dans l’océan qui sépare l’Algérie de l’Arabie saoudite. Cette position ferme a fait très mal là-bas. Des «douktours» enturbannés et autres experts de l’insulte sont convoqués sur des plateaux télé pour accuser l’Algérie de «trahison».

La meute wahabite est lâchée contre l’Algérie qu’elle veut mordre à pleines dents. Mais comme un pathétique désaveu diplomatique à ce royaume qui se sert de l’Islam, ses alliés américains viennent de… retirer le Hezbollah de la black-list des organisations terroristes. Ironie du sort, l’Arabie saoudite s’éloigne de l’Iran, de l’Algérie et des Etats-Unis.

Ils ne peuvent compter que sur le royaume du Maroc et la France qui vient d’auréoler son prince héritier d’une légion d’honneur. D’horreur plutôt pour «services» rendus aux droits de l’homme au Yémen, en Syrie et en Irak. Question à un riyal : que partage l’Algérie avec un régime aussi sulfureux qui a pris en otage la Ligue arabe devenue un «machin», selon la formule inspirée du général de Gaulle en évoquant l’ONU ? Faut-il rompre avec la monarchie des Al Saoud qui a dilapidé le charisme et l’aura du défunt roi Fayçal ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 16:00
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/02/27/170227042040592596.png ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 16:00
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/02/27/170227042040677096.png ...

    Lire la suite...

     
  • Constantine: un attentat terroriste ciblant un commissariat déjoué (DGSN)
    saladin saladin 27.02.2017 15:49
    Que Dieu veille sur tous ceux qui veillent sur le bien être et la sécurité de leurs ...

    Lire la suite...

     
  • ASSASSINÉ EN 1957 PAR L’ARMÉE COLONIALE: Un chahid reconnu à Alger, mais pas dans sa ville natale, Jijel
    saladin saladin 27.02.2017 15:43
    "Il n’est jamais trop tard pour bien faire", dit-on. Il est donc urgent de réparer cette injustice. Rahima ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    saladin saladin 27.02.2017 15:31
    On ne peut que saluer, avec le plus grand respect, tout être humain qui se met au service, des autres ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    lecteur assidu jijel.info lecteur assidu jijel.info 27.02.2017 12:20
    Bonjour Mr Souilah C'est vrai que Mme CEDIRA en majuscule : Je me souviens de cette sacrée femme, qui ...

    Lire la suite...

     
  • Constantine: un attentat terroriste ciblant un commissariat déjoué (DGSN)
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 12:07
    Le policier qui était devant le siège du commissariat situé au-dessous d'un bâtiment abritant une ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    saladin saladin 27.02.2017 07:05
    Bonjour Foughali, Ah oui, je me rappelle très bien de tout ce que tu dis… Je me suis toujours dit ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 26.02.2017 16:02
    Non Hasene. C'est une petite bouteille ronde, qu'ils ont intégré à la place de la roue de secours de ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    Foughali Foughali 26.02.2017 15:48
    Salut cousin. Y a t il toujours besoin d'une grosse ( longue) bouteille de gaz sur le toit de la ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    Foughali Foughali 26.02.2017 15:32
    Salut saladin Sans vouloir te vexer.... Si tu te souviens de ton séjour aux USA, tu devrais te rapeller ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    saladin saladin 26.02.2017 07:18
    Une discrimination flagrante de la part de Trump et consorts. Il ne faut surtout pas que les ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 16:00
    C'est exact, leur pommes sont des produits chimiques, je ne acheter pas, jamais, je préfère ces petits ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 15:56
    Ils, les français, ont caché 900 oreilles des citoyens algériens??? Et bien, on pourrais faire un ...

    Lire la suite...

     
  • Satyrisme, féminisme narquois et impuissance marquée
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 15:42
    It is a man's world, it is a man's world, But it would be nothing, nothing, without a woman or a ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    saladin saladin 25.02.2017 08:18
    Je partage entièrement ton humble avis. Mais pour s’attendre des " décideurs " à forcer la main ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    Foughali Foughali 24.02.2017 15:07
    Il fait virer le directeur de la chaîne et le directeur des programmes ..., Mais pas les lampistes ( ...

    Lire la suite...