Hommage à Ferhat Abbas

Ferhat Abbas, dont on célèbre ce 24 décembre 2015, le 30ème anniversaire de sa mort, a mené toute une vie faite de droiture avec pour ligne de conduite constante, la vertu morale, la vertu de l'exemple et de la fidélité aux principes. “Je hais la violence, je hais plus encore l'injustice et le conservatisme des castes repues” a-t-il souligné dans son livre la Nuit Coloniale. 

Tout au long de son parcours politique, il milita avec franchise, sincérité et abnégation pour le bien-être du peuple qu'il aimait tant et dont il sentait et comprenait les souffrances multiples et les aspirations profondes. Ayant grandi en effet au milieu des siens dans son douar natal, il déclarait simplement que sa solidarité à l'égard des masses paysannes était en quelque sorte biologique.

Elle ne fut au demeurant jamais mise en défaut. Il privilégia, par ailleurs, avec humilité, l'analyse lucide et le souci de la rigueur et de la vérité. A cet égard, en vrai démocrate, il fut partisan du débat contradictoire et ne pouvait être que l'ennemi implacable et irréductible de l'analphabétisme et de l'inertie intellectuelle. Ferhat Abbas avait de fortes convictions politiques qu'il défendait avec courage, parce que justes et dédiées au fondement d'un Etat viable et puissant. A ses partisans et à ses concitoyens, il ne cessait de prôner les valeurs et idées forces que sont l'éducation, la culture et la modernité. Ne disait-il pas, notamment, dans son testament politique, qu'”à la foi et aux principes, les peuples n'ont besoin d'ajouter, pour conquérir leur liberté, que l'énergie au travail et l'amour de la science. Croyons à la vertu du travail, croyons à la science, à cette force capable de soulever des montagnes. Un peuple sans savants, sans techniciens, sans ingénieurs, est un peuple sans âme, sans assise”. Ce sont là quelques-uns des messages de l'humaniste dont il faut s'imprégner, car ils sont à la base de la grandeur des nations. La première strophe du poème composé par Frank Holden à l'occasion de l'Aïd Es Seghir 1961, et dédié “à Ferhat Abbas, président du Gouvernement provisoire de la République algérienne”, cerne avec pertinence la dimension de l'homme historique, comme “homme d'action, homme de paix, homme de résolution, homme d'épée”.

La famille Abbas

Commentaires   

abdelkader
# abdelkader 23-12-2015 15:17
Ferhat Abbas et le manifeste.
la contagion nationaliste est telle que même l'un des plus fervents assimilationnistes qui, avant guerre, cherchait en vain la > , el marhoum Ferhat Abbas, passe avec éclat dans le camp nationaliste avec une nuance de taille : il ne prononce pas le mot d'indépendance, mais sa pensée subit une évolution rapide. Le non-repense du régime fasciste de Vichy a sa missive d'avril 1941, les nouvelles inquiétudes sur le partage de l'Afrique du nord entre forces de l'axe, les dangers Eurafrique avaient obligé Ferhat Abbas a une révision de sa position. Les mesures racistes prises contre les juifs, au moment ou les alliés multipliaient les appels en faveur de la liberté de l'homme et l'égalité des peuples.
devant ce constat, la fièvre s'empare des nationalistes algériens au lendemain du débarquement American le 8 novembre 1942, immédiatement les formations politiques d'avant guerre se réunissent pour mettre au point un plan d'action. Des octobre 1942, les relations se nouent, les accusations se multiplient. Ferhat Abbas rencontre, a Sétif Lamine Debaghine et un large accord politique est conclu. el mahoum Benyoucef Benkhedda rapporte cette entrevue importante et cite sa source: Debaghine me dit.... qu'il se trouvait a Sétif ou il effectuait un remplacement au cabinet du docteur Ahmed Francis (UDMA) confident et ami intime de Ferhat Abbas (...) Abbas entretenait des relations avec les milieux musulmans , européens de tous bords, il lui arrivait de m'appeler au téléphone, dit Debaghine et de m'inviter a venir chez lui. Les discussions roulaient sur la guerre et la position que devaient prendre les algériens.... dans l'éventualité d'un débarquement américain....j'estimais qu'il fallait se préparer en conséquence.... il ne fallait pas surtout répéter l'erreur 1914-1918, il fallait adopter une position commune et ne pas aller a la bataille en ordre dispersé.... Debaghine soumit a Ferhat Abbas l'idée d'un document a rédiger qui serait intitulé a la puissance occupante quelle qu'elle soit. Il rédigea le texte volontairement qu'il remit a Abbas , sachant que celui-ci, porté par le compromis, allait l'atténuer... il avait fait admettre a Abbas une série de points : libération des prisonniers politiques... libération de Massali Hadj reconnu chef national de l'Algérie.... participation a l'effort de guerre conditionnée par la reconnaissance de notre indépendance et une armée algérienne combattant sous son propre drapeau.
c'est ce document de novembre 1942, suggéré par la direction PPA (parti du peuple algérien) , remanié et édulcoré par Ferhat Abbas, accepté et signé par son parti (l'union populaire algérienne) . Crée en juillet 1938) le PPA, les oulémas par son trésorier Ahmed Maiza , les docteurs Mohamed Salah Bendjelloul, Chawki Mostefai et Ahmed Francis, qui va servir de base a la rédaction du fameux manifeste de février 1943. suite....
Signaler un abus
ABDELHAMID
# ABDELHAMID 24-12-2015 20:33
Citation en provenance du commentaire précédent de abdelkader :
Ferhat Abbas et le manifeste.
la contagion nationaliste est telle que même l'un des plus fervents assimilationnistes qui, avant guerre, cherchait en vain la > , el marhoum Ferhat Abbas, passe avec éclat dans le camp nationaliste avec une nuance de taille : il ne prononce pas le mot d'indépendance, mais sa pensée subit une évolution rapide. Le non-repense du régime fasciste de Vichy a sa missive d'avril 1941, les nouvelles inquiétudes sur le partage de l'Afrique du nord entre forces de l'axe, les dangers Eurafrique avaient obligé Ferhat Abbas a une révision de sa position. Les mesures racistes prises contre les juifs, au moment ou les alliés multipliaient les appels en faveur de la liberté de l'homme et l'égalité des peuples.
devant ce constat, la fièvre s'empare des nationalistes algériens au lendemain du débarquement American le 8 novembre 1942, immédiatement les formations politiques d'avant guerre se réunissent pour mettre au point un plan d'action. Des octobre 1942, les relations se nouent, les accusations se multiplient. Ferhat Abbas rencontre, a Sétif Lamine Debaghine et un large accord politique est conclu. el mahoum Benyoucef Benkhedda rapporte cette entrevue importante et cite sa source: Debaghine me dit.... qu'il se trouvait a Sétif ou il effectuait un remplacement au cabinet du docteur Ahmed Francis (UDMA) confident et ami intime de Ferhat Abbas (...) Abbas entretenait des relations avec les milieux musulmans , européens de tous bords, il lui arrivait de m'appeler au téléphone, dit Debaghine et de m'inviter a venir chez lui. Les discussions roulaient sur la guerre et la position que devaient prendre les algériens.... dans l'éventualité d'un débarquement américain....j'estimais qu'il fallait se préparer en conséquence.... il ne fallait pas surtout répéter l'erreur 1914-1918, il fallait adopter une position commune et ne pas aller a la bataille en ordre dispersé.... Debaghine soumit a Ferhat Abbas l'idée d'un document a rédiger qui serait intitulé a la puissance occupante quelle qu'elle soit. Il rédigea le texte volontairement qu'il remit a Abbas , sachant que celui-ci, porté par le compromis, allait l'atténuer... il avait fait admettre a Abbas une série de points : libération des prisonniers politiques... libération de Massali Hadj reconnu chef national de l'Algérie.... participation a l'effort de guerre conditionnée par la reconnaissance de notre indépendance et une armée algérienne combattant sous son propre drapeau.
c'est ce document de novembre 1942, suggéré par la direction PPA (parti du peuple algérien) , remanié et édulcoré par Ferhat Abbas, accepté et signé par son parti (l'union populaire algérienne) . Crée en juillet 1938) le PPA, les oulémas par son trésorier Ahmed Maiza , les docteurs Mohamed Salah Bendjelloul, Chawki Mostefai et Ahmed Francis, qui va servir de base a la rédaction du fameux manifeste de février 1943. suite....



LE MANIFESTE de la LIBERTE
je rappelle d’abord à ce bonhomme, qui se prénomme Abdelkader, comme l’avait si bien dit le regretté président Boudiaf, à la question que l’on lui posa : est-ce que c’est Ferhat Abbas qui rédigea le Manifeste ? pourquoi Ferhat Abbas ne sait pas écrire répondit-il séchement.
Cette rumeur sur l’écriture par Lamine Debaghine ( qui au passage ne mérite que l’on malmène sa mémoire ou que l’on lui attribue de fausse gloire, car sans cela il fut un grand militant de la cause nationale) n’est qu’une manifestation de la haine qu’avait les obscurantistes contre la vision éclairée d’un avenir pour l’Algérie et du vivre ensemble .
Il faut souligner que pendant plus de trente années personne n’a contesté à Ferhat Abbas – de sa rédaction par ce dernier à sa mort- la paternité du Manifeste, ni de son vivant, ni du vivant de Lamine Debaghine qui n’a jamais du reste réclamé son écriture, car tout simplement il ne le pouvait pas, parce que le Manifeste est l’expression d’une vie commune qui était loin du radicalisme du parti dans lequel militait Lamine Debaghine et l’occasion aurait été belle pour les représentants du gros colonat avec qui Ferhat Abbas croisait le fer .
Et il faut ajouter que Ferhat Abbas homme de conciliation et d’union a réuni les Oulémas, le PPA et les Elus au sein d’une association appelé les Amis du Manifeste et de la Liberté –AML-
Il faut dire que Ferhat Abbas, qui a pensé et rédigé le Manifeste, a été assisté par le président des étudiant de l’époque en l’occurrence le pharmacien de Jijel, Djemame Mohamed el Hadi. Par ailleurs le cercle de Ferhat Abbas recèle tellement de bonnes et belles plumes (les Lounis –un autre jijelien et normalien de surcroît- Dr Saadane, Tahrat, Hedi Mostefai, Dr Benkhelil, Me Boumendjel, Rahal, Dr Francis, Me Kessous et j’en passe….) pour faire qu’il fasse appel à une plume d’un autre bord !
Ferhat Abbas a laissé derrière lui d’innombrables articles de presse et autant d’édito, il a rédigé la lettre à Pétain, j’accuse la France, le Manifeste, mon testament politique et la mémorable lettre de démission de l’assemblée nationale constituante. Il a laissé derrière lui cinq (5) livres pour l’histoire, je les rappelle à ce Abdelkader, pour se rafraichir la mémoire et s’imprégner -demain se lèvera le jour, le jeune algérien, la nuit coloniale, autopsie d’une guerre et l’indépendance confisquée-
PS / Certains délires de voir le Manifeste lui accolé un autre nom à l’instar de celui de Marx et Engels. Dans ce cas, il aurait fallu laisser le choix à Ferhat Abbas de son acolyte.

ABBAS NASSIM
Signaler un abus
ABDELHAMID
# ABDELHAMID 24-12-2015 20:34
VÉRITÉ SUR LE MANIFESTE

je rappelle d’abord à ce bonhomme, qui se prénomme Abdelkader, comme l’avait si bien dit le regretté président Boudiaf, à la question que l’on lui posa : est-ce que c’est Ferhat Abbas qui rédigea le Manifeste ? pourquoi Ferhat Abbas ne sait pas écrire répondit-il séchement.

Cette rumeur sur l’écriture par Lamine Debaghine ( qui au passage ne mérite que l’on malmène sa mémoire ou que l’on lui attribue de fausse gloire, car sans cela il fut un grand militant de la cause nationale) n’est qu’une manifestation de la haine qu’avait les obscurantistes contre la vision éclairée d’un avenir pour l’Algérie et du vivre ensemble .
Il faut souligner que pendant plus de trente années personne n’a contesté à Ferhat Abbas – de sa rédaction par ce dernier à sa mort- la paternité du Manifeste, ni de son vivant, ni du vivant de Lamine Debaghine qui n’a jamais du reste réclamé son écriture, car tout simplement il ne le pouvait pas, parce que le Manifeste est l’expression d’une vie commune qui était loin du radicalisme du parti dans lequel militait Lamine Debaghine et l’occasion aurait été belle pour les représentants du gros colonat avec qui Ferhat Abbas croisait le fer .

Et il faut ajouter que Ferhat Abbas homme de conciliation et d’union a réuni les Oulémas, le PPA et les Elus au sein d’une association appelé les Amis du Manifeste et de la Liberté –AML-

Il faut dire que Ferhat Abbas, qui a pensé et rédigé le Manifeste, a été assisté par le président des étudiant de l’époque en l’occurrence le pharmacien de Jijel, Djemame Mohamed el Hadi. Par ailleurs le cercle de Ferhat Abbas recèle tellement de bonnes et belles plumes (les Lounis –un autre jijelien et normalien de surcroît- Dr Saadane, Tahrat, Hedi Mostefai, Dr Benkhelil, Me Boumendjel, Rahal, Dr Francis, Me Kessous et j’en passe….) pour faire qu’il fasse appel à une plume d’un autre bord !

Ferhat Abbas a laissé derrière lui d’innombrables articles de presse et autant d’édito, il a rédigé la lettre à Pétain, j’accuse la France, le Manifeste, mon testament politique et la mémorable lettre de démission de l’assemblée nationale constituante. Il a laissé derrière lui cinq (5) livres pour l’histoire, je les rappelle à ce Abdelkader, pour se rafraichir la mémoire et s’imprégner -demain se lèvera le jour, le jeune algérien, la nuit coloniale, autopsie d’une guerre et l’indépendance confisquée-

PS / Certains délires de voir le Manifeste lui accolé un autre nom à l’instar de celui de Marx et Engels. Dans ce cas, il aurait fallu laisser le choix à Ferhat Abbas de son acolyte.

ABBAS NASSIM
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:22
    Bonsoir Igel et saha ftourek Oui en effet, nous reviendrons sur ce sujet avec beaucoup de ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 23.06.2017 21:20
    Avis de décès de Monsieur BOUCHICHA Boualem à Alger. Le défunt habitant El-Aouana, à coté du CEM ...

    Lire la suite...

     
  • HISTOIRE D’ANTAN…
    Igel Igel 23.06.2017 19:39
    Moralité : on peut raconter des histoires sur Jijel Info.

    Lire la suite...

     
  • Les îlots d'El-Aouana ex: Cavallo protégés.
    Igel Igel 23.06.2017 19:36
    Quelle bonne décision enfin! Et protégées comment? Et par qui, quand et pour qui? Cette annonce ...

    Lire la suite...

     
  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    yasmine yasmine 22.06.2017 21:24
    Pauvre de nous , depuis quand un port plein de baraques sans ames et sans charme devient une attraction.On ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.06.2017 19:34
    C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de mon voisin Cheriet Rabia ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 21.06.2017 21:16
    Quarantième jour du décès de ALLOUTI Samir. Nous rendons hommage à la famille ALLOUTI de la plage ...

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    nostalgie nostalgie 21.06.2017 03:13
    bien heureux ceux qui ont pu vivre cette époque..... parfois Dieu fait bien les choses de la vie

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    fakir fakir 20.06.2017 12:35
    Que dieu et la nature nous pardonnent que est ce qu'on a fait de ce paradis?

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Igel Igel 19.06.2017 11:06
    Sous d'autres latitudes, les responsables devront tôt ou tard comparaître pour fautes graves ...

    Lire la suite...

     
  • Syrie : combats inédits entre troupes du régime et alliance soutenue par Washington
    MedSouilah MedSouilah 18.06.2017 23:37
    Une première dans le conflit en Syrie. Les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime ...

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Foughali Foughali 18.06.2017 20:31
    Salut Igel. Je vois que tu connais tes classiques ...en citant "the murphy's law".... Il est vrai que ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 18.06.2017 19:07
    CONDOLÉANCES. C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de mon ami et voisin de longue ...

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Igel Igel 18.06.2017 18:54
    Un échangeur qui continuera à faire parler de lui. A moins de le repenser(c'est là que nos compétences ...

    Lire la suite...

     
  • La mer est devenue verdâtre
    Ben@dem Ben@dem 18.06.2017 18:14
    Bonjour les dégâts, bye bye le tourisme et bye bye la nature chez nous. saha ftourkoum & saha ...

    Lire la suite...

     
  • Chez nous, la conduite est un calvaire...« Soyez prudents sur la route »
    Foughali Foughali 18.06.2017 15:24
    Salut Mohamed La situation n'a jamais été normale sur les routes algériennes Je me souviens de mes ...

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    Foughali Foughali 18.06.2017 14:41
    Salut nostalgie On ne pourra plus retrouver une telle situation ni un tel calme Les raisons sont liées ...

    Lire la suite...