La légende du Babor...

Coutumes & Traditions : Les Légendes de l’autre rive du fleuve.

avec l'accord de Marcel Simonet, webmaster du site www.écoles-agriculture-algérie.org Un grand merci à mon ami Paul ISEL conteur patenté, grand spécialiste des légendes et histoires de terroir

Le djebel Babor, ce promontoire qui s’élève à 2004m d’altitude au beau milieu de la Petite Kabylie, à 9 km au nord de Sétif, est limité par les oueds El Kebir et Sahel. De par son relief particulier, un immense navire la coque renversée, sa flore exceptionnelle et son nom, invitent au mystère. De tout temps, cette montagne a excité l’imaginaire de la population environnante. Comment alors ne pas être sensible aux légendes qui occupèrent les veillées….peut-être encore aujourd’hui. Au cours d’un entretien avec Madame Joséphine RUNTZ-BOUSQUET, native Tizi N’Béchar, j’ai recueilli l’une d’entre elles. Je serai neutre, je ne dirai pas celle qui se rapproche le plus de la réalité. Laissons la parole à notre amie : - « En préambule, il faut savoir que Babor, en arabe, veut dire bateau. » Voici la légende du Babor.

Il était une fois un bateau immense, si grand que jamais personne n’en avait vu de pareil, il y a…..le millésime oublié compte peu. Ses proportions inaccoutumées provoquèrent l’étonnement des gens de mer qui s’enfuyaient à son approche. Tous craignaient cette masse qui pouvait s’abattre sur leurs frêles esquifs et les pulvériser. Alors que nombre d’armateurs convoitaient ce vaisseau, son propriétaire avait choisi, profitant de l’énorme capacité de son armement, de voguer à travers toutes les mers du globe avec à son bord une foule de voyageurs pour un périple sans fin. Dans quel but ? Nul ne le savait ! Seul le commandant à bord eut pu le dire ! Un parchemin scellé à la cire, rompu au large du port d’attache le lui avait appris ; mais l’ordre lui enjoignait expressément de laisser dans l’ignorance tout subalterne.


En navigant dans les mers antarctiques, le navire s’était couvert de glace, les mâts en étaient lourdement chargés. Croisant en Méditerranée, au large de la Cote d’Azur, son climat tempéré n’eut pas raison de cette gangue de glace.
A bord, il était surprenant de constater que les passagers portaient barbes importantes et cheveux longs, ce qui les laissait dans un anonymat complet.
Se trouvant au large des côtes kabyles, ce navire géant fut pris dans une effroyable tempête.
Alors le bâtiment se mit à tanguer fortement, les vergues s’inclinaient sous le vent. Les voiles claquaient, se fendaient dans la largeur, s’envolaient en loques.
Les vagues écumaient, s’élevaient de plus en plus, déferlaient dans un vacarme de fin du monde. Un coup de vent plus fort que les autres, arracha le grand mât et le bateau démâté bascula dans l’onde amère. Un remous le désempara, le roula, désormais vaincu à la merci des flots rageurs.
Maintenant la grande mangeuse, furibonde, à l’approche de la côte se colletait avec les eaux tumultueuses et boueuses d’un fleuve. A son embouchure un raz de marée prit le navire dans ses rouleaux et s’en joua comme d’un fétu de paille à travers les récifs sournois. Une ville s’apercevait sur la côte. A cette vue, les malheureux passagers pris par l’angoisse, se mirent à espérer. Tous élevèrent leurs supplications vers le Régisseur des mondes qui crée et apaise les tempêtes. En réponse, une vague formidable prit le bateau, le souleva dans sa trajectoire, le projeta dans les airs à une très grande hauteur et le poussa au plu s loin retombant sur le sol.
Cet évènement, qui se situait au sud des villes ctuelles de Bougie et Djidjelli, changea l’aspect de la contrée. La coque se renversa et ses débris recouvrirent une zone de terres arides, incultes, où il n’existait aucune trace de vie humaine, où nul village n’égayait l’uniformité de la plaine, limitée par des montagnes.
Quelques naufragés, favorisés par la chance, purent se dégager de la masse de fer, de bois et de glace, pendant que l’équipage et le reste des passagers
trouvaient la mort par asphyxie et par écrasement. Les survivants, étreints par la crainte d’un retournement de la carène, ce qui les eût infailliblement ensevelis, allèrent s’établir à une distance suffisante pour ne plus avoir rien à redouter d’elle. Les morts avaient dans l’épave un cercueil monumental ! Les ans, les siècles apportèrent le sable et la terre nécessaires à l’enfouissement total de la coque. Extraordinairement, la luxuriante pilosité des passagers, maintenant morts, croissait, se frayant un passage par toutes Les fentes des planches disjointes de la carcasse. La glace avait fini par fondre et abreuva les terres desséchées.
Un miracle s’était accompli : « La montagne du Babor était créée !!! »
La puissance du Détenteur de tout pouvoir fit fructifier les cheveux et les barbes, Il les transforma en arbres superbes. De ce jour naquit le « Pinus Baboriensis >> ou Pin du Babor*. Ce conifère qui a les aiguilles du pin et les branches horizontales du cèdre ne se trouvent nulle part ailleurs. La pomme de pin, c'est-àdire le cône est pointu, beaucoup plus allongé que celui du pin d’Alep (Pinus halepensis). Le pays du Babor, dès lors, eût une flore exceptionnelle et une faune rare.
N’oublions pas que Joséphine a été enseignante : alors elle enchaîne…. Le Babor, cette masse énorme à laquelle un renflement assez prononcé donne la forme d’une ellipse, s’étend d’est en ouest sur une distance de 4km, à une altitude de 2004m. Ses flancs sont couverts d’un beau peuplement de chênes zeens, de chênes verts, de cèdres, de sapins et bien sûr de pins du Babor.

Le sous-bois présente une végétation luxuriante : bruyères, genêts, cyclamens, glaïeuls, soucis, jonquilles ….et aussi des orchidées…. Et de se souvenir lorsqu’elle fut Guide: Dès notre première excursion, nous sommes tombés sur un champ de pivoines. Un véritable enchantement ! Nous faisions des expéditions vers cette montagne qui nous émerveillait ; des mulets transportaient le matériel : guitounes, vivres, eau, ustensiles de cuisine, etc.… Nous montions à pied, un sentier en lacet, assez pénible. Mais quelle récompense là-haut ! « Ma Mer **» à nos pieds et au loin tous les villages, la plaine, un émerveillement !
Une fois nous avions fait une sortie scoute, avec sac à dos et cela pour plusieurs jours. Nous rejoignîmes à flanc de montagne le chalet « Dussais » possédant un
gîte et une source. Que de souvenirs merveilleux, de découvertes en découvertes !
Parfois nous faisions des sorties accompagnées notre professeur de Sciences naturelles, Monsieur Champagne, qui nous transmettait son savoir en nous
faisant découvrir la flore si particulière du site. Une anecdote : en juillet 1943, j’avais vingt ans, nous étions dans ce gîte, lorsqu’un matin je vois surgir un mulet monté par Chouéar, notre métayer. -« Que ce passe-t-il Chouéar? » lui demandais-je inquiète.
-« Ton père m’a chargé de venir te chercher, tu dois partir tout de suite. Demain matin, Robert *** doit embarquer à Alger et souhaite te voir avec ses

parents. » Sous le ton ferme de Chouéar je dois quitter le camp. Il me fait monter sur la bête, lui conduisant avec une grande attention, toujours prévenant.
En toutes occasions, il rappelait à qui voulait l’entendre –« Monsieur Bousquet m’a confié une mission : aller chercher sa fille au Babor, vous voyez la confiance qu’il a en moi ! »
Je n’ai jamais hésité une seconde pour le suivre tellement moi aussi j’avais confiance en lui.
Une autre fois, alors que mes sœurs faisaient leur toilette à la source, des singes leur ont jeté des cailloux. Prises de frayeur, elles se sont enfuies, mais en revenant un instant après, plus de savons, plus de linge, ils avaient tout emporté !
C’est là-haut que j’ai été émerveillée par une mer de nuages. Que c’était beau !!
Là-haut, loin de tout, dans une étrange atmosphère, parmi les odeurs particulières, c’est là que j’ai ressenti l’éternité. Depuis des siècles tout est là et après nous tout sera là. » » * Il existe aussi le Sapin de Numidie (Abies numidica) espèce endémique du Babor et du Tababor ** Il s’agit bien évidemment de la Méditerranée. ***Robert, à son retour de guerre, qu’il a fait en tant que pilote de la RAF, épousera Joséphine Bousquet. (Notes de la rédaction) Une autre version, beaucoup plus laconique nous vient d’un conteur patenté, grand spécialiste des légendes et histoires de terroir, Paul ISEL, originaire de Sétif et de Djidjelli. Il nous a déjà fait l’honneur de paraître dans les pages de notre site : -« « Une hypothèse concernant le nom Babor ou Babour: le chef Vandale
Gélimer (je crois) aurait été vaincu sur le Mont Papoua, prononcé par les Arabes "Baboua", qui aurait donné par la suite "Babou-ha" puis "Babour".
Et Babor » ».

Paul Isel.

Coutumes & Traditions : Les Légendes de l’autre rive du fleuve
Posté par Mohamed le 17/3/2009 22:40:00
Les Légendes de l’autre rive du fleuve

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 21:41
    Canal Algérie a invité, dans l’émission matinale « Bonjour d’Algérie » du mardi 21 février, Ferial ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 20:35
    Bonsoir Foughali, Sans chercher à trouver des justificatifs, aux comportements néfastes, de certains ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 20:13
    Une aide de 25.000 dinars est octroyée pour les propriétaires de véhicules qui veulent installer ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:13
    ...Moreover... Personne ne dit que la plaie algérienne n'est pas toujours ouverte....en effet, on ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    saladin saladin 22.02.2017 18:10
    "Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris détient une oreille, non-identifiée, un morceau de ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:03
    salut saladin Je pense que tu peux comprendre le chagrin et la tristesse d'un pere du jeune soldat ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 15:00
    CONDOLÉANCES. Nous apprenons avec tristesse le décès avant hier à Alger de Madame BOUHAL,née BOURAOUI ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 07:18
    Si cette blessure n’est pas encore cicatrisée dans la société française, quoi dire alors de la société ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    Foughali Foughali 22.02.2017 00:26
    Salut Mohamed Tu as raison de montrer que la colonisation n'est pas vécue de la même façon selon ...

    Lire la suite...

     
  • ALGERIE TELECOM: DÉGRADATION
    GIGELIEN GIGELIEN 21.02.2017 20:36
    nous constatons depuis quelques temps et surtout depuis le départ massif des anciens en retraite; les ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 19:27
    Moi, franchement, j'avais vu beaucoup de vérité dans son écris.

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    jijel.jijel jijel.jijel 21.02.2017 19:16
    Oui Mohamed, mais il me semble que j'ai déjà lu un de ses écrits dans lequel il disait qu'il avait ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 18:21
    L'image agrandie: http://nsa38.casimages.com/img/2017/02/21/170221064045812185.jpg

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 18:20
    C'est un panneau de commémoration que j'ai pris en photo la semaine dernière implanté sur la plage ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 18:16
    Colonisation de l'Algérie au nom de la civilisation européenne par René Vautier. Voir document ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 18:03
    Bonsoir JJ Il a bien précisé: Dans sa commune. ".... Je suis, jusqu'à preuve du contraire, le premier ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    saladin saladin 21.02.2017 17:38
    Merci pour cet article qui dévoile la laideur de l’esprit colonialiste pour ne pas dire esclavagiste.

    Lire la suite...