Bataille de Catinat (Settara): Hauts faits d’armes de la Wilaya 2

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Voici encore une fois l'histoire de la bataille de Catinat (Settara), mais aussi une vidéo de presque deux heures sur la guerre d'Algérie de 1954 à 1962 comme vous n'avez jamais vu auparavant

Nous avions pris l’habitude de réagir et d’écrire à l’approche de la date du 1er novembre, non seulement pour rendre hommage, ou marquer tout simplement l’anniversaire, mais surtout et avant tout en guise de rappel et lutte contre l’oubli.

Au début de l’année 1958, l’Etat-major français déploya de grands moyens militaires dans le but de neutraliser physiquement et psychologiquement les unités de l’ALN. Le 7 février 1958, le ministre-gouverneur Jean Lacoste déclara à Constantine que «la guerre sera gagnée». Le 8 février, le «droit de poursuite» réclamé par les militaires fut, pour la première fois, mis en œuvre par le bombardement du village de Sakiet Sidi Youcef (situé en territoire tunisien), considéré comme une zone de repli des combattants algériens.

Au printemps de l’année 1958, l’état-major français entreprit un important ratissage militaire, qui débuta le 26 avril et prit fin le 5 mai, sur la région nord-orientale de l’Algérie. Ce fut lors de cette offensive, les 26 et 27 avril plus exactement, qu’eut lieu l’une des plus grandes batailles de la guerre d’Algérie entre les forces françaises et une importante unité de l’ALN sur les monts escarpés de la région d’El Milia. C’était en direction du territoire de la commune de Settara, Catinat du temps de la colonisation, anciennement rattachée au département de Constantine et aujourd’hui dépendant de la wilaya de Jijel, que les forces coloniales cantonnées dans la région du Nord-Constantinois convergèrent, des massifs qui se caractérisent par des crêtes hautes de 700 à 800 mètres et au relief escarpé, une zone réputée à forte concentration de combattants de la Wilaya II.

Les faits se déroulèrent précisément au mont Dar el Hadada, d’une altitude de 805 m, où était implanté le douar Beni Sbih, lieu de repli des combattants de l’ALN qui en avaient fait le siège de la Zone 2 et où ils creusèrent des tranchées et des casemates (caches souterraines) devant éventuellement leur servir d’abri en cas de raids de l’aviation française. Cette zone, située dans la partie sud du massif de Collo, est difficilement accessible aux militaires français agissant au sol, car facilement repérables par les hommes de l’ALN. Dans cette région, l’armée française avait installé des PC au cœur même de ce qu’on appelait alors les zones libérées par l’ALN où elle procéda à la réalisation de pistes pour l’atterrissage et le décollage d’avions de reconnaissance (les fameux mouchards) et d’hélicoptères pour l’approvisionnement en munitions et le transport de troupes. Du fait de l’envergure des moyens militaires mis en œuvre par les Français, jamais les combattants algériens n’eurent à faire face à une aussi forte concentration d’effectifs militaires. Côté français, plus de 3 000 hommes furent réquisitionnés, alors que côté algérien seulement 500 éléments leur faisaient face. Mais il n’était pas dit que cette action allait se faire aussi facilement que les troupes colonialistes le croyaient, car elles furent confrontées à une forte résistance des troupes de l’ALN qui leur occasionnèrent de lourdes pertes, tant matérielles qu’humaines.
A l’origine de cette bataille, l’attention de l’ennemi fut attirée par un incessant mouvement des habitants des douars environnants en direction de la forêt de Beni Sbih où avait été créé un souk (marché) fréquenté par les membres de l’Armée de libération nationale. Convaincue de leur présence, elle décida d’agir. Pour mener cette offensive et attaquer sa cible, elle dépêcha d’importantes unités de l’artillerie et des fantassins des garnisons d’El Milia, de Djidjelli (Jijel) et de Constantine, appuyées par des chars blindés et l’aviation, composée d’avions de reconnaissance, d’hélicoptères et de chasseurs bombardiers. Ce genre d’opérations ne consistait pas seulement à éliminer les combattants de l’ALN mais à occuper leur espace vital, à étouffer toute possibilité de survie et en déplaçant les populations qui vivaient dans les douars vers les villes, car considérées comme un soutien avéré aux indépendantistes. Très tôt dans la matinée du 26 avril 1958, en l’occurrence à cinq heures du matin, plusieurs colonnes de militaires français commencèrent à converger vers les villages et autres douars situés en contrebas et sur les versants nord et sud des monts de Catinat afin de mettre en place un blocus et procéder à l’encerclement des combattants de l’ALN se trouvant dans la région. Avisés de cette opération grâce à la mise en place d’un système de surveillance efficace, les moudjahidine, sous le commandement de Mostefa Filali et Messaoud Boudjeriou, décidèrent de faire diversion en tendant des embuscades aux unités militaires ennemies afin de les dissuader d’atteindre leur but. Mais cette action n’empêcha pas l’aviation ennemie d’entrer en action en procédant au bombardement des casemates servant de gîte aux combattants de l’ALN, qui avaient préalablement fait fuir les habitants de cette localité vers des refuges plus sûrs. C’est ainsi que, pour boucler la zone, des hélicoptères de transport de troupes se déployèrent sur toute l’étendue des lieux et débarquèrent plusieurs unités de soldats.
A neuf heures, la bataille, au cours de laquelle un armement lourd fut utilisé, atteignit un point culminant. En dépit de l’inégalité des forces en présence, les moudjahidine parvinrent à repousser l’offensive et causèrent des pertes considérables dans les rangs des militaires français, ce qui les contraignit à battre en retraite afin d’évacuer morts et blessés et, à tout le moins, se réorganiser pour reprendre l’offensive.
Vers 15 heures, l’arrivée en renfort de cinquante camions bondés de parachutistes et à leur tête une colonne blindée dotée d’armes lourdes transforma la bataille en un affrontement au corps à corps jusqu’à la tombée de la nuit, au cours de laquelle des hélicoptères se mirent à éclairer la zone des combats. Au milieu de la nuit, d’autres unités ennemies, les parachutistes du 2e REP (Régiment étranger de parachutistes), embarqués dans la nuit du 26 avril 1958 de la base militaire de Philippeville (Skikda) à bord d’hélicoptères Banane, sont déposées sur les crêtes de Beni Sbih et, d’est en ouest, sont déployées sur les contreforts de la zone, se heurtant à une farouche résistance. Voyant que les forces de l’ALN étaient beaucoup plus aguerries et, subissant de leur part des tirs nourris, les troupes françaises se retirèrent après 36 heures de fusillade.
Lors des affrontements, l’armée française perdit 1 100 soldats et l’ALN 110 djounoud, alors que 300 civils habitant les douars situés dans cette zone, notamment des femmes, des vieillards et des enfants, furent tués. Deux avions de chasse furent également abattus. A la fin de la bataille, les survivants parmi les moudjahidine réussirent à se frayer un passage à travers le blocus mis en place par l’ennemi et à atteindre une zone protégée afin de se mettre hors de portée des tirs adverses. L’ampleur des pertes françaises fit l’effet d’une onde de choc au sein de l’état-major français. L’expérience et la puissance de feu des combattants algériens, malgré un terrain peu favorable, obligèrent l’ennemi à battre en retraite. Mais le gros des pertes dans leurs rangs était incontestablement dû aux frappes aériennes et à l’artillerie. Bien après l’indépendance, la zone des combats resta telle qu’elle fut après les affrontements, parsemée de fragments métalliques, et sur laquelle trônent, tels des trophées, les restes des carlingues et des moteurs d’avions abattus, les cratères laissés par les bombardements et les rochers criblés de balles.
Pour immortaliser cette bataille mémorable menée par l’Armée de libération nationale dans le Nord-Constantinois durant la révolution et en hommage aux nombreux martyrs de Béni Sbih tombés sous les balles de l’ennemi, une stèle a été érigée à leur mémoire sur le lieu même des combats et dont les noms ont été écrits en lettres de sang sur le fronton du cimetière où ils reposent.

Abderrachid Mefti

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • La tannerie d'El Hadada, à Jijel, ne polluera plus
    Igel Igel 24.07.2017 00:35
    Quel chantier!!!

    Lire la suite...

     
  • Projets d’aep de cinq communes à Jijel: Les travaux au ralenti
    jijel.jijel jijel.jijel 24.07.2017 00:07
    Voici une capture Google Earth du 19 mars 2016 (il y a donc 17 mois de cela!) ...

    Lire la suite...

     
  • Projets d’aep de cinq communes à Jijel: Les travaux au ralenti
    jijel.jijel jijel.jijel 23.07.2017 23:52
    Ce que le journaliste d'El Watan ne dit pas: 1/ le Barrage de Boussiaba fournira 50% de son volume ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    jijel.jijel jijel.jijel 23.07.2017 22:02
    Bonsoir à MSouilah et à ceux qui se sont exprimés sur la page Facebook de Jijel Info et dont certains ...

    Lire la suite...

     
  • LE COMPLEXE SPORTIF ROUIBAH HOCINE DANS UN ETAT LAMENTABLE. Réédité
    Igel Igel 23.07.2017 19:27
    Il est impossible de garder la tête froide dans wilaya! La bêtise du monde entier semble s'y être ...

    Lire la suite...

     
  • Projets d’aep de cinq communes à Jijel: Les travaux au ralenti
    Igel Igel 23.07.2017 19:02
    Un petit détail de taille. Il n'y a jamais eu d'eau potable à Jijel car potable signifie buvable. Il ...

    Lire la suite...

     
  • Feux de forêts: plus de 6.000 ha touchés depuis début juin
    Foughali Foughali 23.07.2017 18:14
    Bonsoir Ce que j'ai toujours admiré chez les autorités algériennes....c'est la précision en matière de ...

    Lire la suite...

     
  • Projets d’aep de cinq communes à Jijel: Les travaux au ralenti
    Ben@dem Ben@dem 23.07.2017 16:45
    Logiquement parlant, il faut d'abord estimer la capacité en volume, si elle est suffisante. et ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    christine hamad christine hamad 23.07.2017 14:21
    Abdelah a commis un grand injustice, bien sur, pas tout les algeriens sont sale, au contraire, dans mon ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    MedSouilah MedSouilah 23.07.2017 13:58
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/07/23/170723032331406885.png

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    MedSouilah MedSouilah 23.07.2017 13:58
    http://nsa38.casimages.com/img/2017/07/23/170723032333843409.png

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    MedSouilah MedSouilah 23.07.2017 13:47
    Combien de sujets avons-nous postés das ce portail, concernant cette catastrophe écologique, qui était ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    Foughali Foughali 23.07.2017 09:40
    Salut JJ Tu as raison ! Mon post adressé à Abdallah était hors sujet. Toutefois, je m'interroge sur les ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    jijel.jijel jijel.jijel 22.07.2017 18:57
    Et cliquez aussi sur cet autre lien ...

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    Foughali Foughali 22.07.2017 14:41
    Salut Abdallah Afin de partager avec nous ... Pourrais tu développer un peu plus ton avis ? Merci

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    jijel.jijel jijel.jijel 22.07.2017 14:11
    Cliquer sur le lien: http://img15.hostingpics.net/pics/929453PortInond.jpg

    Lire la suite...

     
  • El-Aouana: L'image la plus triste de tous les temps...
    jijel.jijel jijel.jijel 22.07.2017 13:54
    La question ici (dans cet article) n'est pas de dire que "les algériens sont sales" ou "qu'il existe ...

    Lire la suite...