FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Si le 8 mai 1956 m’était conté : Massacre de tous les mâles du village d’Oudjehane

Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction, mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération nationale. Des survivants, à l’image de Nour, témoignent et d’anciens appelés de l’armée coloniale, à l’instar d’André, confirment.

Le 8 mai 1956, du côté d’El-Milia, dans le Nord- Constantinois, une section de l’ALN s’attaque à une unité de l’armée coloniale sans faire de victime. Le 11 mai, jour de l’Aïd es-Seghir, l’armée coloniale procède à un ratissage auquel prendra  part le 4e BCP stationné à El-Ancer. Une jeune fille d’Oudjehane qui se dirigeait vers la source d’eau, est harcelée par un militaire qui, cherchant à abuser d’elle, s’est isolé de ses collègues. Les cris de l’enfant alertent le père qui se précipite pour sauver sa fille des griffes de la bête. S’ensuit une rixe entre lui et le soldat.

Les collègues de ce dernier rappliquent et tirent  à bout portant sur le père. Ce dernier est mortellement touché, mais une balle de la rafale touche aussi le soldat. Les faits seront maquillés par le capitaine commandant le 4e BCP en une attaque menée par les villageois contre la patrouille. Ce jour-là, tous les hommes du hameau d’Oudjehane présents dans le douar, dont des enfants, seront froidement exécutés. Le bilan officiel est de 79 morts pour une population de 300 personnes. Pour haut fait d’armes, le capitaine commandant le 4e BCP est décoré de la croix de la valeur militaire !


Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération. En effet, les faits de la guerre d’Algérie ne se limitent pas aux événements consignés dans les notes des 2e et 5e bureaux et archivées en France. Le dernier livre de Claire Mauss-Copeaux, La Source. Mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956, est une enquête de terrain qui restitue un massacre, en partie prémédité, d’un village situé dans le Nord-Constantinois, dans la région de Jijel plus précisément. Un travail d’histoire qui, en plus des archives, se base sur le témoignage recueilli directement auprès des protagonistes de l’époque, à savoir des civils algériens victimes de la tragédie et des appelés de l’armée française en poste dans la région au moment des faits.
La genèse de cet ouvrage est elle-même une histoire unique dans son genre. Tout a commencé quand Nour, un des enfants des familles victimes du massacre du 11 mai 1956 à Oudjehane, s’est mis à la recherche de la vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Presque au même moment, de l’autre côté de la Méditerranée, à des milliers de kilomètres de ce village perdu entre Collo et Jijel, André, un ancien appelé de l’armée française, à l’époque en opération dans la région d’El-Ancer, s’était lancé, lui aussi, dans la quête d’une vérité plus objective que celle emmagasinée par la mémoire individuelle et moins subjective que celle véhiculée par la mémoire collective des combattants. Grâce aux nouvelles technologies d’information et de communication, les deux protagonistes de cette page de l’histoire sanglante du colonialisme se sont rencontrés sur la Toile. D’autres anciens appelés du 4e BCP se sont joints à ce travail de mémoire.


Un certain 11 mai 1956, nos protagonistes étaient dans le décor de l’événement, et chacun cherchait à démarrer à partir de ce qu’il avait entendu dire à l’époque pour jeter le maximum de lumière et de vérité sur les faits. À cette extraordinaire démarche de quête de la vérité s’est jointe l’historienne Claire Mauss-Copeaux pour nous offrir un ouvrage, provocateur pour les uns, réconciliateur pour les autres. “Dans ce récit d’histoire atypique, qui s’inscrit dans la continuation de mes recherches sur les mémoires de guerre, j’ai privilégié la parole des uns et des autres. Elle seule laisse entendre le difficile travail de deuil toujours en cours”, explique Claire Mauss-Copeaux. Et d’ajouter :  “Parmi toutes ces voix, la mienne est présente, au milieu des autres. Je n’ai pas voulu la dissimuler.”


Un travail d’écriture de l’histoire qui a fait, aujourd’hui, de Nour, Azzedine, André et d’autres des amis réconciliés avec leur drame vécu un certain mai 1956. Lors de son travail de terrain à El-Ancer, nous avions eu le privilège d’accompagner l’auteure et historienne lors de certaines étapes. Claire Mauss-Copeaux fut admirative devant la grandeur de Doukha, cette femme victime du massacre d’Oudejhane, qui rappelait à l’historienne que si les massacres sont le fait du colonialisme, la France et le peuple français ne peuvent être ramenés juste à cet épisode. Toute une philosophie tant nécessaire pour un nouveau pacte d’amitié entre deux peuples et deux nations.

 

 

M.k Algérie-liberté.com

Commentaires   

MedSouilah
# MedSouilah 20-07-2015 17:56
Le commentaire suivant de "MedSouilah" a été signalé par "DECERIER André"

http://www.jijel.info/index.php?option=com_content&view=article&id=860:si-le-8-mai-1956-m-etait-conte-massacre-de-tous-les-males-du-village-d-oudjehane&catid=11:histoire&Itemid=148#comment-3363

Le rapporteur a fait le commentaire suivant:
Je suis le "André" que vous citez et qui, avec son ami Nour, a essayé de reconstituer le massacre et je voudrais évoquer une petite erreur dans votre récit.

Bien amicalement. André
Signaler un abus
Foughali
# Foughali 20-07-2015 21:53
Citation en provenance du commentaire précédent de MedSouilah :
Le commentaire suivant de "MedSouilah" a été signalé par "DECERIER André"

http://www.jijel.info/index.php?option=com_content&view=article&id=860:si-le-8-mai-1956-m-etait-conte-massacre-de-tous-les-males-du-village-d-oudjehane&catid=11:histoire&Itemid=148#comment-3363

Le rapporteur a fait le commentaire suivant:
Je suis le "André" que vous citez et qui, avec son ami Nour, a essayé de reconstituer le massacre et je voudrais évoquer une petite erreur dans votre récit.

Bien amicalement. André

Salut
André, pourriez vous nous faire profiter de cette erreur?
Merci
Signaler un abus
abdelkader
# abdelkader 10-05-2015 12:12
Lakhdar Bentobbal,le communsiteAbdelhamid Benzène, Belaid Abdesslam ect... tous le rappelleront dans leurs souvenir : cette jeunesse humiliée nourri une haine profonde de la minorité arrogante, riche et constante d'elles-mêmes, qui lui a pris son pays et s'est presque approprié son identité. La xénophobie se développe. Même si un Kateb Yassine garde son amour pour l'enseignement de ses maîtres français, la jeunesse algérienne choisit son camp religieux, culturel, racial... et forge une idéologie au patriotisme, elle rejette tous les rapports extérieurs qui dénaturent son identité arabo-amazigh-musulmane, tabac, alcool, béret, chapeau, et veut retrouver la pureté originelle de sa race.
le seul mole idéologique commun a toutes les couches sociales reste le havre religieux, avec le djihad (Allah ouakbar ) compris comme arme de guerre plus que religieuse. Ce cri provoque une terreur sacrée qui se transmute en énergie guerrière. les Amouchas, a cet appel, ne s'y trompent pas : les tribus s'équipent comme pour une fête religieuse avec leurs armes, ils sont prêts a partir en lutte les contre infidèles colonialistes, ils avaient leurs selles, leurs fusils, leurs épées et étaient sortis avec tous leurs effets, ils ont gagné les hauteurs de Mila et se sont mis a attendre, a deux ou trois kilomètres de la, l'arrivée des émissaires de la ville pour discuter avec eux des décisions a prendre.
la différence d'approche de la situation est patente : les citadins se soumettent aux décisions des organisations nationalistes (PPA, AML...) alors que les ruraux attirés par les souks (marchés) participent a la manifestation.
les services de renseignements coloniales a bien fonctionné et les indicateurs (traitre) ont tenu le commandant de la subdivision de Sétif au courant des événements, l'armée coloniale n'a pas été surprise, son intervention criminelle a été immédiate et brutale.
le 19e corps colonial dispose en Algérie de 110,781 hommes, dont 3 543 officiers et 13 616 s-off. Dans le constantinois, l'armée coloniale dispose plus de 10 000 soldats, deux bataillons de sénégalais (saliguéne), un bataillon de harki Chleuh marocains, mais peut compter sur les renforts rapides (goum Chleuh marocains venant du Maroc, un groupe mobile de Tunisie et des régiments de cavalerie prélevés en Allemagne et d'infanterie FFI de l'Atlantique). Le 8 mai, l'aviation et la marine interviennent dés les premières heures du massacre, dans un périmètre bien délimité, avec un commandement criminel sans état d'âme et bien rodé....
Signaler un abus
saladin
# saladin 09-05-2015 11:13
Merci à vous Igilgilli et Mohamed , pour le partage , de ces importantes informations qui font partie de notre histoire, pour que nul n’oublie.
De 1830 à 1962 , l’armée coloniale a mené d’horribles crimes de guerre, pour ne pas dire génocides, dans pratiquement chaque coin de l’Algérie.
Ci-dessous ce qui s’est passé au douar Lmakhazen ( BBA) , un certain 26 décembre 1956.

Gloire à nos martyrs !


Lmakhazen* ou le douar martyr

Le 26 décembre 1956

Avec la collaboration d'un traître algérien sous le nom de Laïd Belagraa, l'armée française avait organisé un massacre à douar Lmakhazen.Aprés les raids aériens et la destruction de pratiquement toutes les maisons, venait le tour de la tuerie de pas moins de 101 personnes , toutes des indigènes , entre femmes,enfants ,vieux et vieilles.Le traître ,pour plaire à ses maîtres sanguinaires et pour terroriser davantage les habitants, avait choisi 27 jeunes hommes lesquels avaient été enterrés vivants dans une fosse commune!!!C'était avec un bulldozer à chenille que l'horrible crime de guerre avait été commis!

Ci-dessous quelques noms des chouhadas de cette date tragique:

Ahmed(fils de Omar) Harizi
Ahmed(fils de Amara)Harizi
Ahmed(fils de Sassi)Harizi
Deradji(fils de Mohamed)Harizi
Deradji(fils de Tahar)Harizi
Nadir Harizi
MaamarHarizi
Tahar Harizi
Moussa Harizi
Lakhdar Harizi
Miloud Harizi
Tayeb Harizi
Abdallah Harizi
Bouzid Harizi
Mokhtar Harizi
Lemnaouer Harizi
Boudjemaa Harizi
Mahmoud Mohamdia
Tayeb Mohamdia
Saadi Mohamdia
Saad Mohamdia
Bouzid Lakhal
Toumi Bentoumi
Rebaie Bentoumi
Abdallah Laarayeb

Rahima Allahou Elchouhada.

* Lmakhazen: Douar de la commune de Hamadia wilaya de BBA.

Source : http://forum.setif.info/index.php?topic=1496.msg69092#msg69092
Signaler un abus
jijel.jijel
# jijel.jijel 09-05-2015 10:20
Bonjour MSouilah,
La 1ère photo de votre commentaire, celle où l'on voit un soldat casqué devant des cadavres étendus n'a rien à voir avec l'Algérie et c'est tellement facile de le voir car la tenue militaire n'est pas celle de l'armée française mais celle de l'armée américaine de la 2ème guerre mondiale.
Il était pourtant facile de vérifier que cette photo a été prise dans le camps nazi de concentration de Dachau près de Munich et non à Sétif.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 09-05-2015 07:19
Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction, mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération nationale.
Les bienfaits du colonialisme se résument à une épuration humaine. Trois villes, 45.000 martyres, hommes, femmes, enfants.




Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 09-05-2015 11:20
Salut J.J
En supervisant la source de cette image, je retrouve ceci:
mohsenabdelmoumen.over-blog.com/2015/04/france-algerie-une-histoire-sanglante-et-une-relation-perverse.html

Mais vous avez bien raison, il me semble que cette image a été tirée d'ici:
https://www.stormfront.org/forum/t827788-10/



Merci bien J.J. pour le suivi des sujets à la perfection !
Bien amicalement
Mohamed
Signaler un abus
jijel.jijel
# jijel.jijel 09-05-2015 11:41
Personnellement, je trouve que les sites qui utilisent des photos n'ayant aucun lien avec un sujet donné abusent de la confiance des lecteurs, pire encore ils rendent le sujet peu crédible.
Il est vrai que beaucoup de sites ont utilisé cette photo (prise dans le camp de Dachau en Allemagne) sans prendre les précautions de vérifications, peut être par manque de documents photographiques relatifs aux événements du mai 1945 en Algérie.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 09-05-2015 07:01
8 Mai 1945,

" Tu pardonnera peut-être,

mais tu n'oublieras jamais "

C'était l'un des slogans qui était repris après le 5 Juillet 1962 pour que la MEMOIRE soit entretenue,

Pour que le sacrifice des Algériens, depuis 1830, ne soit pas vain.

D'entre tous ceux qui ont combattu le colonialisme français nous citerons aujourd'hui Mouloud OULMANE, un combattant anonyme parmi d'autres combattants anonymes algériens.

Natif d'El Aouana (ancienne Cavallo, dans la wilaya de Jijel) Mouloud OULMANE a faitnpartie des "insurgés"du 8 Mai 1945.

Ayant pris part aux manifestations de ce jour historique, il fut arrêté et condamné à la prison à perpétuité.

Il ne recouvra la liberté que 17 ans plus tard, avec l'Indépendance de l'Algérie.

En 1968, il raconte :

" Lorsque j'ai appris la nouvelle du déclenchement de la Révolution ce fut une très grande joie pour moi et pour tous les autres frères emprisonnés.

Cette joie, nous l'avons extériorisée à tel point que les geoliers se crurent obligés de "ramener l'ordre" dans la prison.

L'un des geoliers m'apostropha :

- Qu'est-ce qui vous prend Mouloud ?"

Je lui répondis :

- Nous sommes heureux aujourd'hui car pour nous c'est comme si c'était l'Indépendance; nos enfants n'ont pas oublié notre combzt et ile le reprennent à leur compte."

- Mais vous êtes fous! Vous voulez sortir la Fance ! Mais avec quoi ??

- Avec des pierres ! Nous le ferons avec des pierres InCha Allah.

Les enfants de Mouloud OULMANE prirent effectivement une part active dans le combat libérateur.

Les années passèrent après l'Indépendance et Cheikh Mouloud atteint un âge vénérable.

Mais il fut interloqué lorsqu'un jour un de ses nombreux petits-enfants et petits-neveux lui dit :

" Mais pourquoi est-ce qu'on t'a mis en prison ?"

MÉMOIRE,

MÉMOIRE,

Mémoire,
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...

     
  • Mohamed Aggoune, chercheur historien : « Nous devons célébrer la bataille de Jijel de 1664, une grande épopée de notre histoire »
    dzira dzira 03.12.2016 15:24
    Une grande bataille non celebrée parce que nos dirigeants sont des valets de la France.la capitale ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    Foughali Foughali 03.12.2016 11:20
    Ce qui m'intrigue, c'est de lire que le secrétaire général de la mairie est révoqué, alors que tous les ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 11:11
    Avis de décès de Monsieur Bencharif Noureddine, habitant hai ayouf. L'enterrement du défunt aura lieu ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    Foughali Foughali 03.12.2016 11:05
    Salut dzira Tu as sûrement de bonnes raisons pour te révolter contre les fonctionnaires, mais ce n'est ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    Foughali Foughali 03.12.2016 10:46
    @rima Avant d'insulter les gens, tu devrais te égard et dans un miroir ...et te demander de quel droit ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 04:16
    ya foughali ,tu parles comme un saint.viens passer une semaine avec ces pseudos responsables et je ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    taher taher 02.12.2016 22:09
    venez comprendre nos gouvernants , hier interdiction aux notaires d'établir un contrat de location ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    rima rima 02.12.2016 21:28
    meskin le vieux Foughali de 98 ans.

    Lire la suite...