Si le 8 mai 1956 m’était conté. Massacre de tous les mâles du village d’Oudjehane à Jijel

Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction, mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération nationale. Des survivants, à l’image de Nour, témoignent et d’anciens appelés de l’armée coloniale, à l’instar d’André, confirment.

Le 8 mai 1956, du côté d’El-Milia, dans le Nord- Constantinois, une section de l’ALN s’attaque à une unité de l’armée coloniale sans faire de victime. Le 11 mai, jour de l’Aïd es-Seghir, l’armée coloniale procède à un ratissage auquel prendra part le 4e BCP stationné à El-Ancer. Une jeune fille d’Oudjehane qui se dirigeait vers la source d’eau, est harcelée par un militaire qui, cherchant à abuser d’elle, s’est isolé de ses collègues. Les cris de l’enfant alertent le père qui se précipite pour sauver sa fille des griffes de la bête. S’ensuit une rixe entre lui et le soldat. Les collègues de ce dernier rappliquent et tirent à bout portant sur le père.

Ce dernier est mortellement touché, mais une balle de la rafale touche aussi le soldat. Les faits seront maquillés par le capitaine commandant le 4e BCP en une attaque menée par les villageois contre la patrouille. Ce jour-là, tous les hommes du hameau d’Oudjehane présents dans le douar, dont des enfants, seront froidement exécutés. Le bilan officiel est de 79 morts pour une population de 300 personnes. Pour haut fait d’armes, le capitaine commandant le 4e BCP est décoré de la croix de la valeur militaire !
Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération. En effet, les faits de la guerre d’Algérie ne se limitent pas aux événements consignés dans les notes des 2e et 5e bureaux et archivées en France. Le dernier livre de Claire Mauss-Copeaux, La Source. Mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956, est une enquête de terrain qui restitue un massacre, en partie prémédité, d’un village situé dans le Nord-Constantinois, dans la région de Jijel plus précisément. Un travail d’histoire qui, en plus des archives, se base sur le témoignage recueilli directement auprès des protagonistes de l’époque, à savoir des civils algériens victimes de la tragédie et des appelés de l’armée française en poste dans la région au moment des faits.
La genèse de cet ouvrage est elle-même une histoire unique dans son genre. Tout a commencé quand Nour, un des enfants des familles victimes du massacre du 11 mai 1956 à Oudjehane, s’est mis à la recherche de la vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Presque au même moment, de l’autre côté de la Méditerranée, à des milliers de kilomètres de ce village perdu entre Collo et Jijel, André, un ancien appelé de l’armée française, à l’époque en opération dans la région d’El-Ancer, s’était lancé, lui aussi, dans la quête d’une vérité plus objective que celle emmagasinée par la mémoire individuelle et moins subjective que celle véhiculée par la mémoire collective des combattants. Grâce aux nouvelles technologies d’information et de communication, les deux protagonistes de cette page de l’histoire sanglante du colonialisme se sont rencontrés sur la Toile. D’autres anciens appelés du 4e BCP se sont joints à ce travail de mémoire.
Un certain 11 mai 1956, nos protagonistes étaient dans le décor de l’événement, et chacun cherchait à démarrer à partir de ce qu’il avait entendu dire à l’époque pour jeter le maximum de lumière et de vérité sur les faits. À cette extraordinaire démarche de quête de la vérité s’est jointe l’historienne Claire Mauss-Copeaux pour nous offrir un ouvrage, provocateur pour les uns, réconciliateur pour les autres. “Dans ce récit d’histoire atypique, qui s’inscrit dans la continuation de mes recherches sur les mémoires de guerre, j’ai privilégié la parole des uns et des autres. Elle seule laisse entendre le difficile travail de deuil toujours en cours”, explique Claire Mauss-Copeaux. Et d’ajouter : “Parmi toutes ces voix, la mienne est présente, au milieu des autres. Je n’ai pas voulu la dissimuler.”
Un travail d’écriture de l’histoire qui a fait, aujourd’hui, de Nour, Azzedine, André et d’autres des amis réconciliés avec leur drame vécu un certain mai 1956. Lors de son travail de terrain à El-Ancer, nous avions eu le privilège d’accompagner l’auteure et historienne lors de certaines étapes. Claire Mauss-Copeaux fut admirative devant la grandeur de Doukha, cette femme victime du massacre d’Oudejhane, qui rappelait à l’historienne que si les massacres sont le fait du colonialisme, la France et le peuple français ne peuvent être ramenés juste à cet épisode. Toute une philosophie tant nécessaire pour un nouveau pacte d’amitié entre deux peuples et deux nations.

M. K.

Des hommes du hameau d’Oudjehane, dont des enfants, ont été froidement exécutés. ©D. R.

Commentaires   

saladin
# saladin 25-05-2015 21:31
Ci-dessous le lien du même sujet commenté le 8 mai 2015, sur jijel.info.

http://jijel.info/index.php?option=com_content&view=article&id=860:si-le-8-mai-1956-m-etait-conte-massacre-de-tous-les-males-du-village-d-oudjehane&catid=11&Itemid=148
Signaler un abus
saladin
# saladin 25-05-2015 21:25
Salut Mohamed,

Il est vrai qu’on ne se lasse jamais, à rendre hommage, aux chouhada, de la révolution de l’indépendance.
Par la même occasion rappeler "les civilisateurs", leurs crimes de guerre.
Si le monde était un peu plus JUSTE, les auteurs de ces innommables crimes, devraient passer devant le TPI et devraient être sévèrement châtiés.
Mais comme le monde, dit libre , fait du deux poids deux mesures, son cheval de bataille …
JUSTICE may wait …

Ps :
Voici le lien du même sujet , qu’on a déjà commenté : http://www.pressealgerie.com/pressealgerienneregionale6.htm
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 16:00
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/02/27/170227042040592596.png ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 16:00
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/02/27/170227042040677096.png ...

    Lire la suite...

     
  • Constantine: un attentat terroriste ciblant un commissariat déjoué (DGSN)
    saladin saladin 27.02.2017 15:49
    Que Dieu veille sur tous ceux qui veillent sur le bien être et la sécurité de leurs ...

    Lire la suite...

     
  • ASSASSINÉ EN 1957 PAR L’ARMÉE COLONIALE: Un chahid reconnu à Alger, mais pas dans sa ville natale, Jijel
    saladin saladin 27.02.2017 15:43
    "Il n’est jamais trop tard pour bien faire", dit-on. Il est donc urgent de réparer cette injustice. Rahima ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    saladin saladin 27.02.2017 15:31
    On ne peut que saluer, avec le plus grand respect, tout être humain qui se met au service, des autres ...

    Lire la suite...

     
  • Une femme en or, amie de tous les Jijelliens.
    lecteur assidu jijel.info lecteur assidu jijel.info 27.02.2017 12:20
    Bonjour Mr Souilah C'est vrai que Mme CEDIRA en majuscule : Je me souviens de cette sacrée femme, qui ...

    Lire la suite...

     
  • Constantine: un attentat terroriste ciblant un commissariat déjoué (DGSN)
    MedSouilah MedSouilah 27.02.2017 12:07
    Le policier qui était devant le siège du commissariat situé au-dessous d'un bâtiment abritant une ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    saladin saladin 27.02.2017 07:05
    Bonjour Foughali, Ah oui, je me rappelle très bien de tout ce que tu dis… Je me suis toujours dit ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 26.02.2017 16:02
    Non Hasene. C'est une petite bouteille ronde, qu'ils ont intégré à la place de la roue de secours de ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    Foughali Foughali 26.02.2017 15:48
    Salut cousin. Y a t il toujours besoin d'une grosse ( longue) bouteille de gaz sur le toit de la ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    Foughali Foughali 26.02.2017 15:32
    Salut saladin Sans vouloir te vexer.... Si tu te souviens de ton séjour aux USA, tu devrais te rapeller ...

    Lire la suite...

     
  • "Etes-vous musulman?" Un des fils de Mohamed Ali retenu à l'aéroport
    saladin saladin 26.02.2017 07:18
    Une discrimination flagrante de la part de Trump et consorts. Il ne faut surtout pas que les ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 16:00
    C'est exact, leur pommes sont des produits chimiques, je ne acheter pas, jamais, je préfère ces petits ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 15:56
    Ils, les français, ont caché 900 oreilles des citoyens algériens??? Et bien, on pourrais faire un ...

    Lire la suite...

     
  • Satyrisme, féminisme narquois et impuissance marquée
    christine hamad christine hamad 25.02.2017 15:42
    It is a man's world, it is a man's world, But it would be nothing, nothing, without a woman or a ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    saladin saladin 25.02.2017 08:18
    Je partage entièrement ton humble avis. Mais pour s’attendre des " décideurs " à forcer la main ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    Foughali Foughali 24.02.2017 15:07
    Il fait virer le directeur de la chaîne et le directeur des programmes ..., Mais pas les lampistes ( ...

    Lire la suite...