Si le 8 mai 1956 m’était conté. Massacre de tous les mâles du village d’Oudjehane à Jijel

Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction, mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération nationale. Des survivants, à l’image de Nour, témoignent et d’anciens appelés de l’armée coloniale, à l’instar d’André, confirment.

Le 8 mai 1956, du côté d’El-Milia, dans le Nord- Constantinois, une section de l’ALN s’attaque à une unité de l’armée coloniale sans faire de victime. Le 11 mai, jour de l’Aïd es-Seghir, l’armée coloniale procède à un ratissage auquel prendra part le 4e BCP stationné à El-Ancer. Une jeune fille d’Oudjehane qui se dirigeait vers la source d’eau, est harcelée par un militaire qui, cherchant à abuser d’elle, s’est isolé de ses collègues. Les cris de l’enfant alertent le père qui se précipite pour sauver sa fille des griffes de la bête. S’ensuit une rixe entre lui et le soldat. Les collègues de ce dernier rappliquent et tirent à bout portant sur le père.

Ce dernier est mortellement touché, mais une balle de la rafale touche aussi le soldat. Les faits seront maquillés par le capitaine commandant le 4e BCP en une attaque menée par les villageois contre la patrouille. Ce jour-là, tous les hommes du hameau d’Oudjehane présents dans le douar, dont des enfants, seront froidement exécutés. Le bilan officiel est de 79 morts pour une population de 300 personnes. Pour haut fait d’armes, le capitaine commandant le 4e BCP est décoré de la croix de la valeur militaire !
Ces faits ne sont pas tirés d’un film de fiction mais d’une réalité vécue durant la guerre de Libération. En effet, les faits de la guerre d’Algérie ne se limitent pas aux événements consignés dans les notes des 2e et 5e bureaux et archivées en France. Le dernier livre de Claire Mauss-Copeaux, La Source. Mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956, est une enquête de terrain qui restitue un massacre, en partie prémédité, d’un village situé dans le Nord-Constantinois, dans la région de Jijel plus précisément. Un travail d’histoire qui, en plus des archives, se base sur le témoignage recueilli directement auprès des protagonistes de l’époque, à savoir des civils algériens victimes de la tragédie et des appelés de l’armée française en poste dans la région au moment des faits.
La genèse de cet ouvrage est elle-même une histoire unique dans son genre. Tout a commencé quand Nour, un des enfants des familles victimes du massacre du 11 mai 1956 à Oudjehane, s’est mis à la recherche de la vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Presque au même moment, de l’autre côté de la Méditerranée, à des milliers de kilomètres de ce village perdu entre Collo et Jijel, André, un ancien appelé de l’armée française, à l’époque en opération dans la région d’El-Ancer, s’était lancé, lui aussi, dans la quête d’une vérité plus objective que celle emmagasinée par la mémoire individuelle et moins subjective que celle véhiculée par la mémoire collective des combattants. Grâce aux nouvelles technologies d’information et de communication, les deux protagonistes de cette page de l’histoire sanglante du colonialisme se sont rencontrés sur la Toile. D’autres anciens appelés du 4e BCP se sont joints à ce travail de mémoire.
Un certain 11 mai 1956, nos protagonistes étaient dans le décor de l’événement, et chacun cherchait à démarrer à partir de ce qu’il avait entendu dire à l’époque pour jeter le maximum de lumière et de vérité sur les faits. À cette extraordinaire démarche de quête de la vérité s’est jointe l’historienne Claire Mauss-Copeaux pour nous offrir un ouvrage, provocateur pour les uns, réconciliateur pour les autres. “Dans ce récit d’histoire atypique, qui s’inscrit dans la continuation de mes recherches sur les mémoires de guerre, j’ai privilégié la parole des uns et des autres. Elle seule laisse entendre le difficile travail de deuil toujours en cours”, explique Claire Mauss-Copeaux. Et d’ajouter : “Parmi toutes ces voix, la mienne est présente, au milieu des autres. Je n’ai pas voulu la dissimuler.”
Un travail d’écriture de l’histoire qui a fait, aujourd’hui, de Nour, Azzedine, André et d’autres des amis réconciliés avec leur drame vécu un certain mai 1956. Lors de son travail de terrain à El-Ancer, nous avions eu le privilège d’accompagner l’auteure et historienne lors de certaines étapes. Claire Mauss-Copeaux fut admirative devant la grandeur de Doukha, cette femme victime du massacre d’Oudejhane, qui rappelait à l’historienne que si les massacres sont le fait du colonialisme, la France et le peuple français ne peuvent être ramenés juste à cet épisode. Toute une philosophie tant nécessaire pour un nouveau pacte d’amitié entre deux peuples et deux nations.

M. K.

Des hommes du hameau d’Oudjehane, dont des enfants, ont été froidement exécutés. ©D. R.

Commentaires   

saladin
# saladin 25-05-2015 20:31
Ci-dessous le lien du même sujet commenté le 8 mai 2015, sur jijel.info.

http://jijel.info/index.php?option=com_content&view=article&id=860:si-le-8-mai-1956-m-etait-conte-massacre-de-tous-les-males-du-village-d-oudjehane&catid=11&Itemid=148
Signaler un abus
saladin
# saladin 25-05-2015 20:25
Salut Mohamed,

Il est vrai qu’on ne se lasse jamais, à rendre hommage, aux chouhada, de la révolution de l’indépendance.
Par la même occasion rappeler "les civilisateurs", leurs crimes de guerre.
Si le monde était un peu plus JUSTE, les auteurs de ces innommables crimes, devraient passer devant le TPI et devraient être sévèrement châtiés.
Mais comme le monde, dit libre , fait du deux poids deux mesures, son cheval de bataille …
JUSTICE may wait …

Ps :
Voici le lien du même sujet , qu’on a déjà commenté : http://www.pressealgerie.com/pressealgerienneregionale6.htm
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Le port de pêche et de plaisance Boudis (Jijel) : Une destination privilégiée durant le Ramadhan
    yasmine yasmine 22.06.2017 21:24
    Pauvre de nous , depuis quand un port plein de baraques sans ames et sans charme devient une attraction.On ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.06.2017 19:34
    C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d'apprendre le décès de mon voisin Cheriet Rabia ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 21.06.2017 21:16
    Quarantième jour du décès de ALLOUTI Samir. Nous rendons hommage à la famille ALLOUTI de la plage ...

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    nostalgie nostalgie 21.06.2017 03:13
    bien heureux ceux qui ont pu vivre cette époque..... parfois Dieu fait bien les choses de la vie

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    fakir fakir 20.06.2017 12:35
    Que dieu et la nature nous pardonnent que est ce qu'on a fait de ce paradis?

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Igel Igel 19.06.2017 11:06
    Sous d'autres latitudes, les responsables devront tôt ou tard comparaître pour fautes graves ...

    Lire la suite...

     
  • Syrie : combats inédits entre troupes du régime et alliance soutenue par Washington
    MedSouilah MedSouilah 18.06.2017 23:37
    Une première dans le conflit en Syrie. Les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime ...

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Foughali Foughali 18.06.2017 20:31
    Salut Igel. Je vois que tu connais tes classiques ...en citant "the murphy's law".... Il est vrai que ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 18.06.2017 19:07
    CONDOLÉANCES. C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de mon ami et voisin de longue ...

    Lire la suite...

     
  • Échangeur de Tassoust (Jijel) bientôt en service...
    Igel Igel 18.06.2017 18:54
    Un échangeur qui continuera à faire parler de lui. A moins de le repenser(c'est là que nos compétences ...

    Lire la suite...

     
  • La mer est devenue verdâtre
    Ben@dem Ben@dem 18.06.2017 18:14
    Bonjour les dégâts, bye bye le tourisme et bye bye la nature chez nous. saha ftourkoum & saha ...

    Lire la suite...

     
  • Chez nous, la conduite est un calvaire...« Soyez prudents sur la route »
    Foughali Foughali 18.06.2017 15:24
    Salut Mohamed La situation n'a jamais été normale sur les routes algériennes Je me souviens de mes ...

    Lire la suite...

     
  • DEUX AUTRES ANCIENNES PHOTOS.
    Foughali Foughali 18.06.2017 14:41
    Salut nostalgie On ne pourra plus retrouver une telle situation ni un tel calme Les raisons sont liées ...

    Lire la suite...

     
  • Les lettres du général de Saint Arnaud
    Igel Igel 18.06.2017 14:15
    A quoi cela sert-il de s'attarder sur un monstre connu et reconnu (cf Victor Hugo). Il parle d'une ...

    Lire la suite...

     
  • Université de Jijel Mohamed-Seddik Benyahia revisité
    Igel Igel 18.06.2017 13:46
    Faudrait-il comprendre que ce grand nom est cet esprit brillant au destin tragique, victime de son ...

    Lire la suite...

     
  • Chez nous, la conduite est un calvaire...« Soyez prudents sur la route »
    Igel Igel 18.06.2017 13:22
    Belle comparaison. En plus d'une mentalité médiévale et le chaos est chez lui. Une solution serait ...

    Lire la suite...

     
  • Combat de rue à Jijel...
    Foughali Foughali 18.06.2017 08:10
    Salut Christine Of course, il n y a pas intérêt à mettre ma parole en doute ! Ceci dit, il ne faut ...

    Lire la suite...