FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

L’environnement n’est plus 'la 5ème roue de la charrette' à Jijel

Le secteur de l’Environnement n’est plus considéré comme "la 5ème roue de la charrette" dans la wilaya de Jijel, a affirmé le directeur de l’Environnement, Derradji Belloum-Alkama.

Naguère quelque peu sous-estimé, le secteur de l’Environnement "bénéficie aujourd’hui de toute la sollicitude et de toute une batterie de textes juridiques et réglementaires qui constitue autant de garde-fou, a indiqué ce responsable à l’APS à la veille de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement.

"Les outils mis en place par l’Etat ont fait que ce secteur est devenu un instrument élément incontournable dans toute prise de décision liée à la réalisation de tout projet de développement", a-t-il souligné.

La protection de l’environnement passe aussi par l’implication citoyenne

Pour le cas de la wilaya de Jijel, réputée par ses richesses naturelles et ses innombrables atouts et/où l’Environnement, pour reprendre une expression de M. Belloum-Alkama, "n’est ni tout à fait noir, ni tout à fait blanc", l’état de santé du secteur passe par la prévention et l’implication pour atteindre les objectifs tracés localement.

S’agissant des moyens déployés par les pouvoirs publics en matière de gestion des déchets ménagers, M. Belloum-Alkama n’a pas caché sa satisfaction devant les efforts fournis par l’Etat et que le citoyen "ressent favorablement".

Le même responsable a notamment cité, à ce propos, la création et la mise en exploitation de trois (3) CET (centres d’enfouissement technique) intercommunaux qui ont permis la fermeture totale de décharges incontrôlées publiques, celles, en l’occurrence, de Taher, El Milia et de Mezghitane.

Des moyens supplémentaires totalisant 220 millions de dinars ont été alloués au secteur de l’Environnement pour la réalisation de casiers pour chaque CET, afin d’augmenter leur capacité de traitement et allonger leur durée de vie.

Ces investissements, a souligné le directeur de l’Environnement, s’inscrivent dans le cadre des efforts de l’Etat pour améliorer le cadre de vie du citoyen et éliminer toute source de pollution.

Ces équipements ont, par ailleurs, bénéficié de projets de réhabilitation dans le cadre du projet FEDEP (fonds de l’environnement et de dépollution), pour lesquels des appels d’offres nationaux ont été lancés, a fait savoir le même responsable, précisant que ces CET reçoivent une moyenne de 250 tonnes/jour.

Un volume qui augmente de 50 % en période estivale en raison du flux d’estivants.

Désormais "présent", le secteur de l’Environnement s’est "imposé" dans les décisions relatives, surtout, aux projets de grande envergure, à l’image du futur complexe sidérurgique de Bellara (El Milia) où la prise en compte des impacts et des dangers sur le milieu ont constitué une condition sine qua non à la mise sur rail de ce projet.

Subsistance de "points noirs"

Il subsiste néanmoins des "points noirs" dans la wilaya de Jijel où le tissu industriel n’est pourtant pas aussi important que celui d’autres wilayas du pays. La tannerie-mégisserie, une installation classée, constitue, à cet égard, un "lourd héritage", a indiqué le directeur de l’Environnement, déplorant la non-fonctionnalité de la STEP (station de traitement des eaux usées) de cette usine de cuir, ce qui induit des rejets nocifs ressentis dans l’entourage immédiat.

L’autre entreprise, spécialisée dans la production d’aggloméré expansé de liège, avec ses rejets gazeux "tolérés car pas aussi nocifs" est aussi dans le collimateur.

Les deux entités économiques sujettes à des taxes de pollution ont récemment été rappelées à l’ordre par la direction de l’Environnement qui a sommé ses responsables de prendre les mesures nécessaires pour la dépollution.

Autre "point noir", et non des moindres, l’hôpital de Jijel est également visé à cause des rejets de fumées de son principal incinérateur. Des riverains se sont plaints et ont pointé du doigt cette installation soupçonnée d’être à l’origine de diverses maladies respiratoires, selon une association du quartier populeux Village Moussa.

Les visites techniques effectuées par une commission ad-hoc n’ayant pas été suivies d’une amélioration de la situation, l’administration de l’Environnement a accordé un moratoire d’un (1) mois pour la fermeture de ces équipements devenus obsolètes par la force de l’usage.

La lutte contre les prédateurs de sable : cheval de bataille de la gendarmerie nationale

La solution de rechange annoncée consiste à réaliser trois (3) incinérateurs dans la région pour un montant de cent (100) millions de dinars, a indiqué M. Belloum-Alkama, précisant que des appels d’offres ont été lancés alors qu’un bureau d’études spécialisé, agréé par le ministère de tutelle, a été désigné.

Enfin, s’agissant de l’extraction illicite du sable de mer par des individus peu scrupuleux, opérant le plus souvent en bandes organisées, une mention spéciale est à accorder à la Gendarmerie nationale qui, outre ses missions classiques et traditionnelles, a fait de la lutte contre les pilleurs de sable son cheval de bataille.

Les "descentes" et autres opérations "coup de poing", effectuées de jour et de nuit dans la parties Est du littoral, si elles se soldent par des saisies d’importantes quantités de sable extrait illicitement, et par l’arrestation de nombreux prédateurs, ne semble pas avoir l’effet dissuasif escompté, puisque le "carrousel" de camions sur les routes de la wilaya de Jijel est encore visible, surtout de nuit. Mais la lutte se poursuit, inlassablement.

A la direction de wilaya de l’Environnement, actuellement hébergée à la cité administrative en attendant d’occuper le nouveau siège réalisé à l’entrée Est de Jijel, malgré un effectif limité à une vingtaine de personnes entre cadres, ingénieurs et inspecteurs, le combat pour la protection de l’environnement, de la biodiversité et du cadre de vie se conjugue au quotidien.

APS

 

Commentaires   

MedSouilah
# MedSouilah 12-06-2015 07:18
Voici une lettre que j'ai transmis à Monsieur le wali.
Monsieur le wali;
Le littoral Jijelien, avec ses plages, ses criques et ses sites non encore totalement touchés et pollués par les suractivités anthropiques, hormis des constructions, fait la fierté de la population locale, ainsi que l’admiration et le bonheur de ceux qui le visitent ou qui y viennent profiter, pour quelques jours, de vacances afin de se reposer et se ressourcer dans un climat de calme, par comparaison aux turbulences quotidiennes propres aux grandes villes.
Bien malheureusement, depuis un certains temps, nous constatons que ce littoral est sérieusement menacé ; subissant continuellement une pression qui ne dit pas son nom...

Par le biais du portail : www.jijel.info, il a été porté à la connaissance des citoyens que la loi 02-02 du 05 février 2002, relative à la «protection et à la valorisation du littoral» leur donne toute latitude pour protéger ce littoral et d’exiger une application rigoureuse des dispositions de ce texte législatif, signé par le Président de la République.

Ce pourquoi, à la suite de ce qui précède, la population de cette paisible localité, tout de même dans le doute et l’appréhension, n’a d’autre choix pour davantage faire entendre sa cause, que recourir par la voie légitime à la législation, avec la foi et la certitude que sa plaidoirie sera entendue et suivie d’effets.

Dans cette attente, veuillez recevoir, Monsieur le wali, les remerciements anticipés de la population de Jijel, veuillez croire en leur considération.

http://jijel.info/…/1052-video-reportage-6-sidi-abdelaziz-h…
Signaler un abus
Foughali
# Foughali 12-06-2015 12:29
Citation en provenance du commentaire précédent de MedSouilah :
Voici une lettre que j'ai transmis à Monsieur le wali.
Monsieur le wali;
Le littoral Jijelien, avec ses plages, ses criques et ses sites non encore totalement touchés et pollués par les suractivités anthropiques, hormis des constructions, fait la fierté de la population locale, ainsi que l’admiration et le bonheur de ceux qui le visitent ou qui y viennent profiter, pour quelques jours, de vacances afin de se reposer et se ressourcer dans un climat de calme, par comparaison aux turbulences quotidiennes propres aux grandes villes.
Bien malheureusement, depuis un certains temps, nous constatons que ce littoral est sérieusement menacé ; subissant continuellement une pression qui ne dit pas son nom...

Par le biais du portail : www.jijel.info, il a été porté à la connaissance des citoyens que la loi 02-02 du 05 février 2002, relative à la «protection et à la valorisation du littoral» leur donne toute latitude pour protéger ce littoral et d’exiger une application rigoureuse des dispositions de ce texte législatif, signé par le Président de la République.

Ce pourquoi, à la suite de ce qui précède, la population de cette paisible localité, tout de même dans le doute et l’appréhension, n’a d’autre choix pour davantage faire entendre sa cause, que recourir par la voie légitime à la législation, avec la foi et la certitude que sa plaidoirie sera entendue et suivie d’effets.

Dans cette attente, veuillez recevoir, Monsieur le wali, les remerciements anticipés de la population de Jijel, veuillez croire en leur considération.

http://jijel.info/…/1052-video-reportage-6-sidi-abdelaziz-h…

Salut cousin
Pour appuyer ton inquiétude, je voudrais dire à monsieur le wali que chaque année je reviens dans mon pays et ma région ( aouana).
Que vois je chaque année?
La dégradation de l'environnement, des décharges de poubelles sauvages à ciel ouvert, des plages de plus en plus sales....
Je pourrais fournir des photos prises chaque année..,
Je peux ajouter qu'il y a un manque de civisme et de laisser-aller de la part des citoyens et des autorités locales ( police..,).
Chaque année, je viens en algerie avec un espoir de voir un pays plus propre, des citoyens plus responsables, plus éduqués .,,,
Chaque année je repars déçu et très fâché de voir ce qu'est devenu mon pays et surtout son environnement !
C'est une catastrophe écologique, sociale et humaine....
J'ai vu des gens laisser les poubelles après un pique nique, voire certains automobilistes jeter les déchets par la fenêtre de la voiture en roulant ..,,au risque de provoquer un accident ..,,
Une telle anarchie n'existe que dans des pays sous développés comme le bengladedsh , le Pakistan et autres pays sub sahariens

Donc, monsieur le wali, je sais que la tâche est rude, le chemin est très long..,, mais, il faut commencer si on veut changer le pays et les mentalités ..,.
Rien n'est impossible à celui qui a une vision !
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 11-06-2015 23:57
S'agissant de l'entretien de l'environnement, sa préservation et tout le toutim, il demeure cependant un grave problème que personne ne veut ou n'ose soulever :

LES INCENDIES DE FORETS !!

Si ce n'est pas le citoyen qui en est responsable ni ma grand-mère c'est qui alors ? Question bien futile puisqu'on sait qui ! Et cela dure depuis 23 ans !

Depuis 1986, 80% du patrimoine forestier est parti en fumé à ce jour d'aujourd'hui, en cendre, en charbon, hé hé, le charbon, en causant des chaleurs infernales, hé hé, il faut bien que les climatisuers se vendent n'est-ce pas ?

Hé bien voilà, c'est tout cela...

Dans quel pays brûlent-on les forêts pour vendre des climatiseurs, Hein ? Ne cherchez pas, c'est uniquement en Algérie !!

On sait par qui, comment et pourquoi ! Et tant que cette histoire demeurera, on saura qu'on n'est toujours pas en démocratie et que quelque part il est le règne de la force
!!
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:06
    Salut Après ton constat : Dis nous ce que tu vas faire pour contribuer au changement ? Sans rancunes

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:04
    Salut .... Pourquoi changes tu de pseudo périodiquement ? Aurais tu des choses à te reprocher ? C'est ...

    Lire la suite...

     
  • Championnat amateur: Résultats et classement de la 11ème journée
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:44
    prochain déplacement de la JSD au cercle militaire ( cirque ) et recevra l'équipe d'el faubourg le ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:42
    de Djidelli avec ses coopérants de l'époque ses 400 la piscine la ferme Andreux l'île magique de ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:56
    Salut taher Je suis entièrement d'accord pour dire que 50 ans après la fin de la guerre, il faut ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:42
    Salut Mohamed Oui, tu as raison ....nous étions nombreux à subir les bombardements des canons de 105 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 23:31
    Oui JJ , c tout à fait ça. un lundi peut être un lendi ,et pas l'inverse.

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...