FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

5 juillet 1962, les internautes algériens n’oublient pas -

Voici quelques images des festivités organisées à l'occasion de la fête du 5 juillet à JIJEL...

Sur la toile algérienne, les messages pour célébrer l’Indépendance du pays arrachée le 5 juillet 1962 et rendre hommage aux chouhadas se multiplient depuis vendredi soir. Le web algérien n’a pas la mémoire qui flanche. Depuis vendredi soir, les internautes algériens ont été nombreux à publier un message pour fêter le 53è anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie. Si presque aucun d’entre eux n’était né en ce fameux 5 juillet 1962, la date reste importante et symbolique pour la nouvelle génération.

 

يعود علينا الخامس جويلية محملا بذكريات الأجداد الخالذة التي لا تنسى في ذكراه 53... . و جيجل في الموعد تتلو تراتيل العيد تعيد الحكاية ....جويلية في الذاكرة و الي الأبد .... المجد و الخلود لشهدائنا الابرار 
مختلف محطات اليوم .... مع الوفد الولائي و علي رأسهم والي الولاية ...
..زيارة مقبرة اشهداء و وضع إكليل من الزهور و قراءة الفاتحة .
..اطلاق اسم الشهيد علي اجد الشورع ....صويلح رابح بن علي ...بالقرب من المكان المسمي الحي العسكري حي ايوف 
اطلاق اسم الشهيد ..شيبوطي الصديق بن العربي علي احد الشوارع قرب مركز الحماية المدنية بجانب لجامعة 
..الالتحاق بقاعة المحضرات بالحي لإداري من اجل تكريم الرياضين للذي حققوا نتائج جيدة خلال موسم الرياضي 2014..2015.. دوليا وطنيا عربيا افرقييا ..
..الالتحاق بدار البلدية من اجل تكريم عائلات من ذوي الحقوق .... عبد الوهاب .
..صور اخري ستصلكم احقا

 

- See more at: http://www.algerie-focus.com

Commentaires   

Daykhabotros
# Daykhabotros 06-07-2015 18:53
liberté !
10:55 lundi 6 juillet 2015 | Par Hafid Derradji | Actualité
J’aurais aimé, à l’occasion de la double fête de l’indépendance et de la jeunesse, m’exprimer sur les sacrifices des hommes, les réalisations de l’État et les attentes du peuple. J’aurais voulu également m’attarder, avec beaucoup d’amitié et de respect, sur les points positifs pour les encourager et relever les points négatifs en vue de les corriger. Comme j’aurais souhaité évoquer l’avenir de l’Algérie et les défis qu’elle doit relever. Malheureusement, j’étais contraint, à cette occasion, de parler d’une indépendance inachevée, 53 ans après, et qui n’a pas été synonyme de la liberté, de la démocratie ainsi que de la justice sociale pour lesquelles se sont sacrifiés des hommes durant la période coloniale et pendant la Décennie noir.

En dépit des réalisations enregistrées depuis 1962, l’indépendance est incomplète, tant que la France continue de choisir qui gouverne en Algérie et lui dicte la manière de le faire. Nous serons toujours en quête de liberté, tant que nous considérons ceux qui ne partagent pas nos positions comme des traitres et des criminels, alors que les supporters et les prébendiers sont pris pour de fidèles nationalistes. Nous sommes dans une période où l’échèle des valeurs est inversée ; la production des fiascos et des lâches est florissante ; le pouvoir est passé entre les mains des individus qui n’ont pas été choisis et mandatés par le peuple pour gérer ses affaires. C’est une période où la volonté populaire n’a aucune considération, d’autant plus que la caste au pouvoir s’échine à préparer le successeur de Bouteflika et les conditions favorables pour la concrétisation de leur plan avec l’aide des milieux d’affaires et des groupes d’intérêts !

Le recouvrement de l’indépendance n’a pas été accompagné par un développement économique et une prospérité pour le peuple. Il s’est transformé en un néocolonialisme exercé par une poignée d’individus sur l’Algérie et d’autres Algériens en s’accaparant de tous les pouvoirs, en contrôlant les gens et en exploitant les richesses du pays. Des richesses dont ils disposent comme une propriété privée qu’ils dilapident sans contrôle et sans rendre compte à personne. En outre, ils distribuent une partie de ce gain pour acheter le silence de nos enfants et prolonger leur mainmise sur le pouvoir.

La dernière lettre du Président à l’occasion de la fête d’indépendance contient une nouvelle provocation des Algériens, notamment dans son volet concernant les questions de la Constitution, la corruption, l’opposition et le développement national. Elle a confirmé que l’homme ne consulte pas le contenu de ses messages et ignore ce qui se passe dans son pays. Et ceux qui écrivent en son nom sont loin de connaître le vrai sens de l’indépendance, de la liberté et l’État de droit. Ils n’abandonneront pas leur magouille et leurs pratiques malsaines !

Sous l’indépendance, des partis politiques, des associations de la société civile et beaucoup de personnalités subissent un harcèlement affreux auquel ils n’ont pas été exposés durant le colonialisme. Beaucoup d’hommes et de femmes qui ont tenu la dragée haute au colonialisme français ont été également tués, emprisonnés et forcés à s’exiler ; d’autres ont été harcelés et accusés de traîtrise tout au long de ces années d’indépendance. Le harcèlement et l’escroquerie se poursuivent, au point où le peuple a fini par accepter un président handicapé, au nom duquel gouvernent des prébendiers et des opportunistes qui ont volé les institutions en contournant la volonté populaire. De ce fait, nous ne pouvons plus changer notre sort et nous passons sous silence toutes les formes de dilapidation, de pillage, de mauvaise gestion et de gaspillage de nos ressources !


Le harcèlement que subissent la presse écrite et les chaînes de télévision privées n’a aucun rapport avec le professionnalisme et le non-respect de la déontologie. Au contraire, il a mis à nu le pouvoir qui croyait qu’il est possible d’acheter tous les journaux avec quelques pages de publicité. Ce dernier pensait également qu’il contrôlera et instrumentalisera les chaînes privées, par le simple fait d’autoriser leur création avant la mise en place de conditions légales. Malheureusement, nous nous sommes retrouvés dans une triste réalité qui aggravera notre régression dans les domaines informationnel, intellectuel et culturel. Celle-ci s’ajoute à notre recul en matière de libertés et sur les plans économique et social.

Il est vrai que beaucoup de chaînes privées sont plus dociles que celles publiques. Certaines d’entre elles ont dépassé tous les seuils de la mesquinerie et de la faillite intellectuelle, artistique et créative. Cependant, d’autres chaînes ont démontré leurs capacités professionnelles extraordinaires, au point de déranger ce pouvoir qui a échoué, 53 ans après l’indépendance, à ouvrir le champ audiovisuel selon des bases légales et professionnelles ; il a ainsi autorisé l’ouverture des bureaux à Alger pour seulement cinq chaînes, laissant plus de vingt chaînes « algériennes-étrangères » évoluer en dehors du cadre juridique légal.

Même l’Autorité de régulation qui veille à la l’application des lois et au respect de la déontologie n’a pas de légitimité, car il a entamé son travail sans désigner la totalité de ses membres et sans attendre la publication du décret portant sa création au Journal officiel. Cette dernière commence à travailler avec des chaînes privées de droit étranger et qui peuvent continuer à diffuser leur programme en dehors du territoire national et sans accorder de l’intérêt à l’Autorité de régulation ou au ministère de l’Éducation. Cela démontre la légèreté avec laquelle les pouvoirs publics traitent la question de l’audiovisuel, en maintenant les contradictions et les dysfonctionnements.

Nous avons un sentiment de honte lorsqu’on entend et on voit ce qui se passe chez nous, comparé aux changements et au développement que connaissent d’autres pays et sociétés. Nous craignons aussi pour notre pays et pour l’avenir de nos enfants, quand on observe ce qui se passe dans d’autres pays qui pataugent dans des troubles et des guerres, en raison de la dictature, de l’absence de la liberté, de la démocratie et de la justice sociale qui font défaut aussi en Algérie. En effet, la fête de l’indépendance et du recouvrement de la souveraineté nationale est devenue une occasion qui aggrave notre désillusion. Car cette patrie n’est pas celle dont rêvaient les martyrs et les moudjahidine ; une patrie qui accueillera tout le monde sans haine, sans rancune et sans exclusion où accusation de traîtrise. Un pays où nous pouvons vivre en toute liberté et indépendance, non pas sous la dictature et la colonisation comme c’est le cas aujourd’hui !

Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    taher taher 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    taher taher 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...