FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Détail des combats dans lesquels les Beni-Foughal se sont engagés lors des campagnes du général de Saint Arnaud

Un voisin d'origine Sétifienne, qui habitait avec moi à Boucherka, A. S. docteur chercheur en histoire et professeur à l'université de Constantine, m'a dit un jour une phrase que je n’oublierais jamais, quand il a su que je suis des bénifoughales:

Mohamed, il faut être très fier d’être Foughali !

Une cousine qui vit à Paris, Bahia B., que je salue au passage, et avec qui, j'ai beaucoup travaillé, pour l'enrichissement de son magnifique site, ne parle qu'avec des archives qu'elle nous présente dans son journal...Allons y voir.

Gravures relatives au combat du 20 Mai 1851
Le combat le plus meurtrier de la campagne du Général Saint Arnaud eut lieu le 20 Mai 1851, il impliqua principalement les Beni Amran et les Beni Foughal. Ce combat est détaillé ici...

Le livre dont il est maintenant question propose un exposé très détaillé des combats les plus acharnés: il permet de se rendre compte que les Beni Foughal et les Beni Amrane ont été engagés dans tous les combats les plus meurtriers- ceux qui ont fourni la plus forte opposition à l'armée française.

http://www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/gravures-relatives-au-combat-du-20-mai-1851-combat-du-ravin/

http://www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/combats-dans-lesquels-les-bf-furent-engag%C3%A9s-lors-de-la-campagne-du-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-saint-arnaud/

Combat du 20 Mai 1851 contre les Beni Amran et bénifoughales.

Références:

Histoire populaire et contemporaine de la France, volume 2

Victor Duruy

Publication de Charles Lahure, Paris, 1865

Ce livre est disponible à la Princeton University Library, et vous le trouverez ici en version numérique dans Google Books.

 

Commentaires   

fakou
# fakou 17-12-2015 09:51
Incomprehensible ! , si mes commentaires ne sont pas totalement censurés , ils sont amputés de leurs mots essentiels et pertinents qui n'ont rien d'insultant , par rapportrt aux autres que jijelinfo protège et encourage .
.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 17-12-2015 18:32
Citer :
Incomprehensible ! , si mes commentaires ne sont pas totalement censurés , ils sont amputés de leurs mots essentiels et pertinents qui n'ont rien d'insultant , par rapportrt aux autres que jijelinfo protège et encourage .
Bonsoir
Beaucoup sont ceux qui interviennent que pour provoquer et insulter, alors que vous avez des sujets qu'il fallait débattre pour le bon développement de la wilaya.
C'est désolant et triste de voir des intellectuels absents sur un portail qui essaye de promouvoir le développement de la région.
C'est incroyable.
Qui n'avance pas recule.
NB: Les modérateurs ont jugés les commentaires provocants, ils auraient du les supprimer, tout simplement, et non les amputer comme vous l'avez dit, et vous avez raison !
Enfin, il faut savoir que les responsables donnent plus d'importance aux commentaires qu'aux contenus des sujets !
D'autres membres inscris sur ce site, n'interviennent jamais, et attendent juste le bon moment, que quelqu’un fasse des bêtises et des commentaires dépassés...
Alors maintenant qu'on se le dise:
Pourquoi jijel.info est là ?
La réponse est ici: http://www.jijel.info/local/2082-communique-jijel-info-2 . Nous devons se mettre tous au boulot dans ce portail, pour le bien de nous tous, ou bien le fermer, et ce sera la grande déception de beaucoup de citoyens qui nous soutiennent toujours !
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 16-12-2015 22:12
A la suitede ce qui a été censuré du contenu de certains commentaires on devine aisément qu'il y a eu une autre foire à empoigne suite à l'édition d'un récit relatant un volet de l'histoire du colonialisme français.

Comme toujours, les réactions se font de manière épidermique et agressive. Ceci sans considération pour l'un ou l'autre des intervenants et sans souci du moindre respect à son égard.

Là, il s'agit de l'histoire du colonialisme français et non de l'histoire des individus aujourd'hui vivants.

Ce que peut dire l'un ou l'autre dans ce cas n'engage que lui et ne peut donner lieu à des insultes ou s'engager dans des polémiques du plus stérile (encore une fois).

Mais il semble que ce soit là des habitudes acquises dont bien peu pensent à se dissocier pour maintenir la sérénité sur ce portail.

Tout ce que j'ai personnellement à dire c'est : Allah yahdi ma khlak.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 23:42
Souvenirs de la vie militaire en Afrique
Voici maintenant un récit de la campagne militaire de Saint Arnaud vue 'de l'intérieur', que l'on trouve dans les mémoires de Louis charles Pierre Comte de Castellane.
Ce récit est moins complet,et il est plus difficile d'y distinguer les étapes de la progression de la colonne. Mais ce témoignage direct reste très intéressant, car il retranscrit de façon plus concrète la violence des combats...
(Le récit de l'expédition de Kabylie commence en page 395 - si vous voulez aller plus vite vous pouvez commencer à lire à la page 411, et jusqu'à la page 434). Je ne fais figurer ici que quelques passages montrant à quel point ces combats furent un carnage.

Au sujet de l'embuscade qui fera 43 morts et 108 blessés au sein du 10e régiment de ligne (page 420):
www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/souvenirs-de-la-vie-militaire-en-afrique/
Références:
Souvenirs de la vie militaire en Afrique
Louis Charles Pierre de Castellane
Victor Lecou, libraire éditeur, Paris, 1852.
L'original de ce livre est disponible à la Hoover Institution- Stanford Library.
Vous pouvez télécharger ce document en français ici.
Une version anglaise 'allégée' est disponible ici.

copier coller le lien:

https://books.google.dz/books?id=B_YTAAAAIAAJ&pg=PA429&dq=beni+amram&lr=&as_brr=3&hl=fr&redir_esc=y#PPP3,M1
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 23:39
Combats de 1851 : détails fournis par le journal de Toulouse
Vous trouverez ci-dessous un récit supplémentaire des combats qui se sont déroulés en Mai 2009 dans le cadre de la campagne du Général de Saint Arnaud.
Cet article du Journal de Toulouse reprend les points vus ici mais il ne masque pas totalement la violence des combats - en général les pertes au combat et les exactions commises sont peu détaillées. Ici, en filigrane, on arrive à percevoir la violence des combats, les villages brûlés, et la lutte pour gagner chaque mètre de terrain.
(dans ce texte que le nom de Djidjelli est orthographié de plusieurs manières, je n'ai rien modifié à cela)


www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/combats-de-mai-1851-d%C3%A9tails-fournis-par-le-journal-de-toulouse/
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 23:37
- L'annuaire historique universel fournit lui aussi un résumé rapide de la campagne. On y trouve toutefois le décompte total des morts et blessés côté français:
"
Presque tous les pas de notre armée, pendant cette brillante expédition, avaient été arrêtés par des difficultés qu'on ne saurait comprendre si l'on n'a apprécié, par ses yeux, la configuration tourmentée de la Kabylie:ravins profonds, cols élevés, pentes abruptes, rochers escarpés, sentiers rendus praticables la pioche à la main sous le feu de l'ennemi, pluies torrentielles, chaleurs accablantes, nuits glacées, telles avaient été les conditions de cette campagne si rapidement terminée. 640 kilomètres avaient éré parcourus en 80 jours, et, dans ving-six rencontres victorieuses, la colonne du général de Saint-Arnaud avait eu 13 officiers tués, 42 blessés, 176 sous-officers et soldats tués, 741 blessés, un homme touché sur huit.


www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/campagne-de-saint-arnaud-autres-documents/
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 23:15
Les Beni Foughal et les Beni Amrane ont été engagés dans tous les combats les plus meurtriers- ceux qui ont fourni la plus forte opposition à l'armée française...
Reconnaissance de l'occupant dans les archives ici
www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/combats-dans-lesquels-les-bf-furent-engag%C3%A9s-lors-de-la-campagne-du-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-saint-arnaud/

Ce livre est disponible à la Princeton University Library, et vous le trouverez ici en version numérique dans Google Books.

Bonne lecture et bonne fin de soirée...Copier coller le lien

https://books.google.dz/books?id=HplBAAAAYAAJ&pg=PA246&dq=foughal&lr=&hl=fr#v=onepage&q=&f=false
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 21:02
Nous devons à l'obligeance de M. MERLE, d'Alger, deux lettres inédites du Capitaine de Saint-Arnaud. Elles sont adressées à son ami, le Chef d'Escadron Louis Morris, qui était alors à Alger, au 1er Régiment de Chasseurs.
Elles sont datées de Djidjelli (on écrivait alors Jigelli), les 19 Mai et 17 Juin 1839, c'est-à-dire au lendemain de la prise de la ville. Elles traduisent, dans un style de conversation à allure militaire, sans fard et sans recherche, l'état d'âme de nos officiers, constamment aux prises avec le danger, et n'échappant à la mêlée, tout frémissants encore de la bataille, que pour confier aux amis chers leurs émotions, leur mépris du danger, leurs espérances aussi, avec tout l'élan généreux d'un cœur affectueux et passionné.

www.djidjelli.info/deux-lettres-inedites-du-capitaine-de-saint-arnaud-djidjelli-1839/
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 21:00
Saint arnaud à Beni-amran et Beni-Ahmed (mai 1851)

L'éloignement de nos troupes avait rendu l'audace et la résolution aux contingents kabyles accourus au secours des tribus attaquées; ils s'étaient abandonnés si aveuglément aux illusions de l'espérance, qu'ils s'étaient avancés en masses nombreuses jusqu'à quelques lieues de Djidjelly, se flattant de tirer vengeance des défaites de leurs compatriotes, si nous tentions de les attaquer dans la forte position où ils étaient venus se retrancher.

Le général en chef jugea utile de leur donner une leçon aussi rapide que sévère. Notre division reçut l'ordre de se préparer à entrer en campagne le 19 au point du jour; à onze heures elle avait atteint le plateau de Dar-El-Guidjali au milieu du riche territoire des Beni-Amram ; un fort parti ennemi occupait sur la gauche une ligne de hauteurs, éloignée d'environ deux kilomètres, au centre de laquelle se trouvait, près d'un camp fortifié à la hâte, le passage qu'il fallait franchir.

Le général donne l'ordre au corps expéditionnaire d'établir son camp sur ce plateau, et commandant à six bataillons de déposer leurs sacs, il en forme trois colonnes: une reste sous ses ordres ; les deux autres sont confiées à la direction des généraux Luzy et Bosquet; une partie de la cavalerie doit appuyer le mouvement.

A midi, les trois colonnes se mettent en marche et descendent le versant de Dar-El-Guidjali d'un pas rapide; arrivées au pied des positions ennemies, les trois colonnes s'élancent sur les rampes, les gravissent avec une ardeur devant laquelle toutes les difficultés disparaissent, et abordent l'ennemi avec une telle impétuosité qu'il ne peut soutenir le choc ; renversé de toutes ses positions, il se rallie; il tente d'effectuer sa retraite en ordre en la couvrant d'une vive fusillade, et, lorsque nos soldats la pressent trop vivement, en opérant sur eux des retours offensifs; mais le colonel Bouscarin, qui est parvenu à tourner ses positions avec la cavalerie, apparaît devant lui et le charge énergiquement en tète, tandis que nos soldats, stimulés par ce concours imprévu, fondent sur ces masses confuses avec un redoublement d'ardeur.

Les Kabyles, ainsi pris entre la pointe de nos baïonnettes et le tranchant de nos sabres, se jettent avec épouvante dans toutes les directions où ils espèrent échapper à la mort. Cent vingt cadavres restèrent sur le champ de bataille ; ce succès ne nous coûta que deux hommes et trente-un blessés.

Ces positions avaient été défendues par plus de deux mille fusils, appartenant aux tribus des Beni-Amran, des Beni-Ahmed [...]. Cette défaite ne découragea point cet ennemi acharné; loin de se disperser, il se rallia, le soir même, sur une nouvelle ligne de défense occupée par les nombreux guerriers de la tribu des Beni-Foughal et de leurs alliés, dont les positions conquises ne formaient, pour ainsi dire, que les avant-postes.


Sources: "Histoire de l'Armée et de tous les régiments »
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 21:00
Le général en chef, résolu à ne pas laisser s'effacer l'impression profonde sous laquelle ce premier échec a dû placer l'ennemi, va, dès le point du jour, avec un détachement de chasseurs, reconnaître la disposition des lieux où se trouvent concentrées les forces kabyles.

La ligne, dont elles occupent tous les points saillants, est formée d'une chaîne de crêtes, presque toutes couronnées par de hautes futaies. Elle présente un développement d'environ deux mille mètres, et offre tous les avantages d'une excellente position stratégique. Un énorme ravin couvre la gauche, une plaine assez vaste s'étend sur la droite, mais la raideur des pentes qu'elle présente peut sembler une protection suffisante. Le général pressent cependant que la se trouve la partie vulnérable de celte forte position, et porte presque exclusivement de ce côté son exploration; il reconnaît bientôt, en effet, que la configuration des lieux sur l'arrière de cette ligne constitue un grave danger pour l'ennemi; les hauteurs où ses forces sont portées s'abaissent en arrière vers un petit vallon qui s'ouvre sur la plaine et dont le col va rejoindre et commande le ravin de gauche.

La cavalerie jetée dans la plaine peut pénétrer dans ce vallon et gagner aisément le col. L'ennemi se trouve donc menacé, en cas de revers, d'avoir sa retraite brusquement coupée.

Le général Saint-Arnaud regagne le camp, son plan d'attaque est arrêté. L'ordre est donné à huit bataillons, sans sacs, de prendre les armes; quatre obusiers et toute la cavalerie doivent concourir à l'attaque. Ces forces quittent le camp à onze heures ; à midi elles se trouvent en présence de l'ennemi. Le général Bosquet, chargé d'exécuter le mouvement de front avec deux bataillons d'élite, jette les zouaves en tirailleurs dans un terrain boisé d'où ils occupent l'attention de l'ennemi par une fusillade sans autre importance réelle.

Pendant ce temps, la cavalerie se masse dans un pli de terrain et le bataillon de tirailleurs indigènes s'approche de la gauche dont il doit gravir les pentes abruptes. Le général Saint-Arnaud, resté avec un bataillon de réserve, donne l'ordre d'attaquer; c'est un coup d'obusier qui transmet ce commandement aux troupes impatientes.


A ce signal toutes ces forces s'ébranlent à la fois. Le général Bosquet, l'épée à la main, prend la tête du 8e de ligne, et s'élance vers la crête, que les zouaves assaillent à droite avec une irrésistible ardeur; les tirailleurs indigènes s'attachant aux rocs, se prenant aux broussailles, gravissent les escarpements de gauche avec une ardeur et une rapidité effrayantes ; la cavalerie, que le 2e bataillons de chasseurs à pied suil au pas gymnastique, se précipite vers l'entrée du vallon, y plonge et, sabrant tout ce qui veut s'opposer à son passage, gagne le col, où les chasseurs à pied arrivent aussitôt qu'elle. Les Kabyles, enveloppés par ce mouvement rapide, se trouvent inopinément attaqués de trois côtés à la fois par des forces qui, se resserrant sur eux , ne leur laissent d'autre retraite que le ravin profond où elles veulent évidemment les jeter.

Le combat prend alors le caractère de la plus furieuse violence. Dans l'alternative de se faire tuer ou de tenter la périlleuse voie de salut que leur offre cette espèce de précipice, les Kabyles ne peuvent d'abord se résoudre à fuir, ils luttent avec l'acharnement du désespoir, disputant chaque pied de terrain qu'ils n'abandonnent que rougi de leur sang et couvert de leurs morts; ce n'est qu'au moment d'être culbutés dans le ravin, qu'ils se décident à s'y dérober à la ceinture de fer que nos baïonnettes et nos sabres ferment sur eux. Ils glissent, se précipitent au fond de cette gorge étroite où leurs masses, s'agitant en désordre et roulant dans la confusion de la terreur, sont obligées de défiler sous le feu de nos bataillons. Le sol reste couvert de trois cent quatre-vingts de leurs cadavres.


Source: "Histoire de l'Armée et de tous les régiments »
-
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 20:57
Etant très jeune, habitant les Bénifoughales, je me suis toujours demandé pourquoi, les habitants de cette région appelaient la ville d'El-Eulma, "SATARNO", qui veut dire St Arnaud !
C'est par la suite, que j'ai appris, le fameux décret de création d'un village nommé saintarnaud en 1862, Nom de ce criminel, qui n'est jamais venu dans cette région d'El Eulma)
...........................................................................
ART 1 :il est créé dans le département de CONSTANTINE ,au lieu dit « Taftikia », sur la route de Constantine à SETIF ,a 28 km de la dernière de ces deux villes ,un centre de population de 40 feux qui prendra le nom de SAiNT-ARNAUD. http://www.el-eulma.com/satarno/histoire_d'ElEulma.htm

On relèvera en particulier cette phrase tirée d'une de ses lettres:
"Voici une campagne comme je n'en ai point encore faite en Afrique, malgré mes quinze années de vie militante"
Signaler un abus
Benifoughales Selma
# Benifoughales Selma 14-12-2015 20:43
Malgré tout ce que nous avons donné pour le pays, des ignorants viennent nous insulter ici gratuitement...
et NE présentent même pas des excuses.
Pourquoi la france avait séparé les tribus des bénifoughales...?
A collo, la plus grande mechta les Ouled Atia, sont des bénifoughales, à guelma aussi.
Signaler un abus
Merisier
# Merisier 14-12-2015 20:03
" Le général lança à deux heures sur ces rassemblements deux colonnes légères, qui eurent ordre, après les avoir dispersés, de se porter sur leurs villages et de les réduire en cendres. La résistance de Kabyles ne put empêcher ces incendies. Énergiquement culbutés sur tous les points où nos troupes purent les aborder, ils durent se résigner à voir leurs habitations dévorées par les flammes et s'évanouir en tourbillons de fumée. Le soir, il ne restait plus de ces villages que des monceaux de décombres au-dessus desquels se dressaient encore quelques troncs carbonisés."

Voilà ce qu'a fait la france civilisatrice en algérie pendant 130 ans, réduire des villages paisibles en cendre, chasser les autochtones dans des forêts au fin fond des montagnes, sans vivres ni logis. Cela porte le nom de CRIME CONTRE L’HUMANITÉ.
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 18:41
Insurrection de 1865: camp d'observation d'El Aouana
Voici un extrait - malheureusement tronqué - d'un article du journal 'Le Monde Illustré' consacré aux troubles agitant les Babors à cette époque.

Remarque: le nom 'El Aouana' a été mal retranscrit dans l'article, il est écrit 'El Touana'.
Je n'ai pas réussi à trouver de chiffre précis, mais il semble qu'un bataillon à cette époque contenait environ 500 à 700 hommes, et une section 30 à 50 hommes. (si un lecteur averti pouvait confimer cette évaluation...) L'article indique que 4 bataillons et une section bivouaquaient au col d'El Aouana => c'est donc deux à trois mille hommes qui stationnaient là.

Et voici les gravures jointes à cet extrait d'article:


www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/insurrection-de-1865-camp-d-observation-d-el-aouana/

Références
'Le Monde illustré'
Edition inconnue
Année de publication probable: 1865
Signaler un abus
fly1
# fly1 14-12-2015 21:01
Bonsoir Mohamed
ne sois pas déçu , tu n'as rien avoir avec cet inculte , la fosse des Marianne vous sépare .
Ce qui me choque , c'est pourquoi tu n'as pas réagit comme tu le fais aujourd'hui , quant cet ...a traité Lajoajla sur jijelinfo de BATARD.
bonne soirée
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 21:13
Je n'ai jamais vu cette intervention de Foughali, et si vous avez des problèmes avec lui, ne nous insulte pas SVP...
Comme, je te l'ai déjà dit: C'est la plus grande tribu de la région, qui s'est sacrifiée dans la libération du pays avec les autres tribus de la région comme les Béniamrane, bénikhatab, beni caid, béni afer etc etc
Voilà mon cher fly, il est vrais que ma réaction était rapide, claire et nette !
il existe des harkis dans la tribu comme partout en Algérie, le plus connu, B.... ses frères et cousins étaient des Moudjahidines et chouhadas...

NB: Tes insultes envers la tribu, je les ai vu qu'après la réponse de Foughali...Le commentaire a été édité par un autre modérateur !
Signaler un abus
fly1
# fly1 14-12-2015 21:59
Demande à Ker et Fakou , puisque ce jour là , ils étaient intervenant pour lessiver cette .......de pseudo :foughali .
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 18:35
Pour ceux qui souhaitent encore creuser le sujet, analyser les différences entre les récits, ou trouver des informations au sujet .... chaque récit cite les noms de quelques tribus - mais pas toujours les mêmes, c'est donc en lisant tous les documents qu'on arrive petit à petit à construire un historique pour chaque tribu de la région.



Références:

Revue de l'Orient, de l'Algérie et de toutes les colonies
Tome neuvième
chez Just Rouvier, libraire, Paris, 1851
L'original de ce livre est disponible à l'Astor Library de New York.
Vous pouvez télécharger ce livre en cliquant ici.

Annales Algériennes, nouvelle édition
Tome troisième
E Pellissier de Reynaud
Librairie militaire, Paris, 1854.
L'original de ce livre est disponible à la Bodleïana Bibliotheca
Vous pouvez télécharger ce livre en cliquant ici.

Annuaire historique universel
Histoire politique pour 1851
A Fouquier, C L Lesur
Thoinier Desplaces, Paris, 1853
L'original de ce livre est disponible à la Harvard College Library
Vous pouvez télécharger ce livre en cliquant ci-dessous.

Annuaire de l'économie politique et de la statistique
MM Joseph Garnier et Guillaumin
Guillaumin et compagnie, Paris, 1852
L'original de ce livre est disponible à l'Université du Michigan
Vous pouvez télécharger ce livre en cliquant ci-dessous.
www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/campagne-de-saint-arnaud-autres-documents/
Signaler un abus
MedSouilah
# MedSouilah 14-12-2015 18:28
Et c'est la défaite des Beni Foughal, connus pour être de très vigoureux guerriers, qui a fait basculer le sort des Babors: beaucoup d'autres tribus moins belliqueuses, impressionnées par cette défaite, demandèrent l'aman.
Au final, les pertes humaines pour la tribu furent considérables, tous les hommes valides ayant été envoyés au combat; de plus tous les villages de la tribu furent détruits et incendiés.

www.benifoughal.com/histoire/conqu%C3%AAte-et-colonisation/combats-dans-lesquels-les-bf-furent-engag%C3%A9s-lors-de-la-campagne-du-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-saint-arnaud/
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:06
    Salut Après ton constat : Dis nous ce que tu vas faire pour contribuer au changement ? Sans rancunes

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:04
    Salut .... Pourquoi changes tu de pseudo périodiquement ? Aurais tu des choses à te reprocher ? C'est ...

    Lire la suite...

     
  • Championnat amateur: Résultats et classement de la 11ème journée
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:44
    prochain déplacement de la JSD au cercle militaire ( cirque ) et recevra l'équipe d'el faubourg le ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:42
    de Djidelli avec ses coopérants de l'époque ses 400 la piscine la ferme Andreux l'île magique de ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:56
    Salut taher Je suis entièrement d'accord pour dire que 50 ans après la fin de la guerre, il faut ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:42
    Salut Mohamed Oui, tu as raison ....nous étions nombreux à subir les bombardements des canons de 105 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 23:31
    Oui JJ , c tout à fait ça. un lundi peut être un lendi ,et pas l'inverse.

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...