Cité Tabriht à El Milia (Jijel) : Inquiétude, insalubrité et menace d’effondrement

Des commissions techniques ont maintes fois fait le déplacement sur les lieux. La solution s’oriente vers le relogement des locataires dans d’autres appartements loin de ces blocs vacillants.

Pourquoi refuse-t-on de nous reloger ailleurs ? Une commission est pourtant venue prendre note de notre situation, nous vivons dans une angoisse permanente, ces blocs ne sont plus habitables, le responsable local de l’OPGI l’a lui-même attesté, il nous a dit c’est votre droit de vous plaindre», tonnent des habitants de Tabriht à notre arrivée dans cette cité sinistrée.

Sinistrée, elle l’est réellement. Depuis l’apparition des premières fissures, il y a quelques années, la situation ne cesse de s’aggraver. Chaque jour, il y a un bâtiment qui se fissure. Tabriht est, pour l’histoire, une cité de la périphérie Ouest de la ville d’El Milia. D’une cité noyau d’un nouveau grand pôle urbain, voire d’une nouvelle ville, comme il a été question lors de la réalisation des premiers bâtiments, elle n’est plus qu’un site à scandale. «Mais qui a ordonné la construction de ces logements sur ce site instable ?», ne cesse-t-on de s’interroger.

Depuis 2005, date de l’arrivée des premiers habitants, la situation a pris des proportions alarmantes. A l’apparition des premières fissures, on a d’abord tenté de rassurer les habitants, en leur promettant de trouver une solution au problème. Mais sous la pression d’une situation de danger, l’ordre d’évacuation des premiers blocs a été donné en 2009. Depuis cette date, ce sont plusieurs blocs qui ont été vidés de leurs occupants. Quelques 200 familles ont été relogées, à la cité Tarzous, non loin de là.

Parallèlement à cette opération, des travaux de confortement du site sont lancés pour tenter de stabiliser le sol. «Une fois les blocs confortés, ils seront réoccupés», promettait-t-on, alors. «On ne peut pas lutter contre la nature», rétorquent, à leur tour, des initiés au relief du terrain. Un terrain instable et exposé à tous les ruissèlements d’eau. Si les travaux de confortement ont été achevés, les blocs présentent toujours des fissures. Sur place, on nous montre ces blocs de béton construits autour de certains bâtiments. «Ils ont couté des milliards !», ironisent des habitants.

Plongée dans l’insalubrité et l’angoisse, cette cité offre un spectacle de désolation. Dans chaque coin, il y a des blocs de béton qui se détachent du sol. Des fissures qui apparaissent sur les murs. Sous l’effet de ce mouvement, les réseaux d’AEP et d’assainissement ont été écrasés. Tout autour du bloc 23, des eaux usées jaillissent des murs. «Non seulement on est menacé par l’effondrement des murs, mais aussi par une épidémie de maladies à transmission hydrique», fulmine, à son tour, un retraité du secteur de la santé.

En attendant la solution

Enumérant les blocs touchés par ces fissures, des habitants, qui nous priaient de prendre des photos pour «montrer tout ça aux autorités et à l’opinion publique», parlent des blocs 32 ,33, 34, du 22 et 23, du 39 et bien d’autres qui sont sous la menace d’un effondrement. «L’eau ne monte plus, les réseaux sont écrasés sous l’effet de leur tassement pas le poids des blocs», insiste-t-on, par ailleurs. Connu de tous, ce problème est l’une des préoccupations majeure des autorités de la wilaya.

Des commissions techniques ont maintes fois fait le déplacement sur les lieux. La solution à trouver s’oriente, comme il a été question lors des précédentes fois, vers le relogement des locataires dans d’autres appartements loin de ces blocs vacillants. En attendant que cette solution soit préconisée, les habitants sont sur le qui-vive de jour comme de nuit. «On est alertés par les craquements des murs, ce qui nous pousse à sortir la nuit et le jour dans la précipitation pour fuir le danger, on vit dans la peur et la psychose», affirment-ils.

Les services de la Protection civile, de sécurité et les responsables locaux sont en permanence alertés sur l’imminence de l’effondrement de ces blocs. Autant dire que ce casse-tête n’a pas été sans créer un grand problème de logement à El Milia. «Si des décisions viennent à être notifiées pour reloger de nouvelles familles, on risque de ne pas trouver de logements pour les caser», avoue-t-on.

77% du budget pour la garde communale

Comme d’habitude, la part du lion du budget de wilaya de Jijel revient au corps de la garde communale. Ainsi sur un budget primitif prévisionnel pour 2016 de 3,18 milliards de dinars, les dépenses de fonctionnement de la garde commune totalisent pas moins de 2,48 milliards de dinars soit pratiquement 77% de l’ensemble du budget.

En enlevant les 3% destinés au fonds de promotion des initiatives de jeunesse et la pratique sportive, le budget des services de la wilaya sera de 646,13 millions de dinars. Fodil S.

Adam S.

Commentaires   

MedSouilah
# MedSouilah 25-12-2015 21:44
El Mabrouk Ghouila. Directeur de l’urbanisme, de l’architecture et de la construction de la wilaya
«Les blocs confortés sont à récupérer»
- Qu’on est-il des conclusions des commissions techniques dépêchées sur les lieux ?

Une commission composée des services de l’OPGI, de la daïra, du CTC, de la direction du logement et de la DAUC s’est déplacée sur les lieux et a recommandé la démolition de deux blocs menaçant ruine, qui représentent un danger pour les habitants. Elle a également préconisé le dégagement d’un montant pour la réhabilitation des blocs confortés et la reprise des travaux de VRD et de l’étanchéité.

- A la lumière de ces conclusions, quel sort réserve- t-on à cette cité ?

Les blocs confortés ne présentent plus aucun risque de fissure ou de glissement; il est recommandé leur réhabilitation selon les conclusions de la commission. Pour cela, il convient d’inscrire une opération pour la réhabilitation du site dans son ensemble. Les blocs confortés sont à récupérer pour les réaffecter à de nouveaux occupants.


Adam S.
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • C'était hier à la sortie EST d'El-Aouana au lieu dit: "Etourna da ballout"...
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 17:21
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628064122866322.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    Igel Igel 28.06.2017 16:59
    La magie de la nature. Elle nous rassemble. Des concombres Bio. C'est un bon départ. A la prochaine idée ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo: Nettoyage de la plage Zaway.
    Igel Igel 28.06.2017 16:51
    Il m'a toujours semblé que cette plage était interdite à la baignade en raison des dépôts de produits ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    Igel Igel 28.06.2017 16:43
    On peut se poser quelques questions simples. Qu'est-ce une ville? En y répondant objectivement on ...

    Lire la suite...

     
  • Un petit tour en ville...
    Igel Igel 28.06.2017 16:36
    Une vidéo qui dépeint par l'image et le son la profonde morosité couvre de ses ailes cette ville ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    dzira dzira 28.06.2017 15:39
    Y'a pas de justice.le walou fait ce qu il veut avec la complicité de l APW et le désengagement des ...

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    yasmine yasmine 28.06.2017 09:38
    Malheureusement les paltanes de la rue Vivone actuellement 1er Novembre , se meurent dans l'indifférence ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 05:47
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628071128180638.png

    Lire la suite...

     
  • La photo du jour: Quelle horreur...
    Foughali Foughali 27.06.2017 22:51
    Salut igel Serais tu jaloux ? Tu peux te joindre à nous....tu es le bienvenu ! Je suis à Marseille ...

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:11
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511432380.png

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:10
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511197226.png

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:07
    Merci Mohamed pour la publication de cet ancien texte qui nous remonte à l'époque du calme et de ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:06
    ls ont fini dans le bois de chauffage des Hammams et les gros tronçons, dans la fabrication des ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:05
    Le chauffeur ne connaissait pas le Levier d'Archimède... C'est pour ça qu'il avait réparti n'importe ...

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251617223.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251261535.png

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    Igel Igel 27.06.2017 14:45
    Le bilan est catastrophique. Un docteur à la vue des résultats de l'analyse du malade Jijel ne saurait ...

    Lire la suite...