FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

ALLONS, RETRAITÉS DE LA PATRIE…

jnoro

…Le jour de paie est arrivé !
Enfin le 24 du mois. C'est à cette date que sont payés les retraités à Jijel. C’est un grand jour. Les retraités pavoisent intérieurement mais avec tout de même beaucoup de tristesse affichée. Depuis hier, les retraités sont en effervescence, attendant avec impatience que se lève le jour. Demain est un autre jour en effet. Celui d’enfourner enfin quelques billets pour renflouer la poche, payer ses dettes et, 15 jours plus tard, se retrouver de nouveau dans la dèche avec l’obligation soit d’emprunter, soit d’acheter à crédit chez l’épicier du coin pour la durée de la dernière quinzaine. Ce qui revient à dire : «creuser un trou pour en boucher un autre».


Tôt le matin, certains depuis 4 heures déjà, oui c’est bien ça, 4 heures du matin, juste après la première prière du «sobh» effectuée à la mosquée, paradoxalement, ceux le moins dans le besoin, ayant déjà une pension en Euros, font la queue devant la porte du bureau de poste de Ouled Aïssa, quartier périphérique sud, et ce, jusqu’au moment de l’ouverture : 8 heures. 4 heures d’attente. Il faut les faire.
Que de patience et de détermination. Le temps ne compte pas. Pour d’autres, moins nantis, la résignation l’emporte sur tout le reste, pour peu que l’ont puise encaisser parmi les premiers. Les vieux, certains âgés de 70 ans et plus, estiment que rien n’est sûr, rien n’est acquis. L’incertitude en tout l’emporte sur toute autre considération. Aussi, les plus méfiants préfèrent prendre les devants et attendre.
D’un autre côté, il faut souligner le peu de considération donné aux personnes du troisième âge ; obligés de faire la queue comme tout le monde, ce sont précisément eux les premiers à se pointer tôt le matin. Beaucoup sont handicapés par une quelconque maladie. Le fait d’en être là exprime toute l’ampleur du peu de considération accordée à tout un chacun, faisant de cette société un ramassis de sauvages indignes, loin de tout sentiment d’humanisme, chacun n’en voulant que pour lui-même quitte à marcher sur le corps des autres. C’est terrible.
A 8 heures, plus de deux cents personnes sont en attente. A l’intérieur il n’y a que seul agent payeur. Les gens patientent pour arriver, chacun son tour, devant l’agent payeur, avec l’angoisse d’entendre annoncer à tout moment qu’il n’y a plus d’argent ou que le réseau s’est mis subitement en panne. C’est le suspense de tous les instants.
Dehors, ceux qui ont une carte magnétique, qui ne sont pas relativement aussi nombreux que le reste, s’escriment avec le distributeur. Tantôt il délivre de l’argent, tantôt il s’arrête. C’est alors la panique et la mauvaise humeur. Le soleil matinal commence déjà à darder ses chauds rayons. La sueur coule et les esprits s’échauffent. Tout le monde a l’invective à la bouche. Inaâ el bou hadi doula ! Je n’irais pas voter ! Puisque c’est ce qu’ils veulent !
Et puis quelqu’un s’écrie : ça y est, il y a de nouveau de l’argent. Les esprits se rassérènent, chacun reprend la queue. « Bechwiya yal khaouwa », il y a de l’argent et tout le monde va pouvoir encaisser sa pension de misère. Rires douloureux.
L’Algérien est ainsi fait ; il rit même de sa détresse. Parce que ne pouvant autre chose devant l’absence de choix et d’alternative. Mieux vaut en rire que d’en pleurer. Et c’est ainsi que tout le monde arrive à vaincre les jours difficiles. Tout accepter, tout supporter stoïquement en espérant à tous moments des jours meilleurs.
Ce n’est pas tous les retraités qui sont malheureux. Si la majorité se plaint du montant de sa retraite, dont les trois quarts de la somme sont déjà hypothéqués au moment de sa perception, servant à rembourser les dettes du mois et au paiement d’autres obligations inhérentes aux charges familiales, il y en a d’autres qui ne songent même pas à la percevoir, laissant les mois s’accumuler les uns sur les autres, tellement ce qu’ils touchent est pharamineux.
Ceux qui ont trimés 32 ans durant, dans une quelconque boîte étatique se retrouvent avec une retraite étagée sur la base du poste occupé. Encore qu’au bout de dix années, même ceux-là en viennent à constater avec amertume que leur retraite commence à s'amenuir et à rétrécir comme une peau de chagrin, au fur et à mesure des augmentations du SNMG. Là-dessus, allez-y comprendre quelque chose. Plus le SNMG augmente, plus les pensions de retraies s’appauvrissent ! Mais c’est là une toute autre histoire…
Les autres, qui ne se font jamais de souci, sont ceux-là qui ont su prendre le train en marche, fonçant tête baissée, s’étant engagés sur le tôt à faire le jeu des uns et des autres, contrairement à ceux qui ont préférés rester sur les quais, en se tenant réfugiés derrière leur dignité et leurs principes. Ils sont alors devenus, matériellement parlant, les grands perdants.
Ce n’est pas tant le travail et les efforts qui sont payants mais les engagements politiques opérés à un moment de sa vie. Ce pourquoi, aujourd’hui, plus que jamais, nous voyons tout le monde courir avec acharnement et avec une grande conviction vers la conquête du fauteuil de député, entre autre.
Ce sera là leur seule conquête mais suffisante, sachant ses retombées bénéfiques et salutaires, desquelles ils resteront profiter pendant longtemps.
Image ci-dessous : Retraités devant la poste et manque de liquidités...
Photo de Noureddine Bousdira.

Rédaction jijel.info

Commentaires   

ekellal
# ekellal 27-02-2016 20:22
ces pauvres retraités ne savent même pas s'ils seront tous payés faute d'argent , pendant qu'en haut la machine à imprimer les billets ne cesse de fonctionner .
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    taher taher 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    taher taher 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...