FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

AGISSEZ MONSIEUR LE MAIRE, LA CHAISE… EST EPHEMERE…

Dans la culture de gestion des affaires publiques, de la collectivité nationale ainsi que celle des collectivités locales, on dit que « les premiers cent jours » pour un Président de la République, constituent le moment favorable pour donner une impulsion déterminante, pour les projets électoraux détaillés lors de la Campagne.
Pour les élus locaux, c’est la première année du mandat qui constitue cette période de « grâce.


Lors de la reprise de nos fonctions, Nous avions de prime abord interrogé monsieur le maire et ses adjoints, lors de rencontres de travail, à propos du plan d’action de l’assemblée populaire communale, avec l’espoir de voir se concrétiser les promesses électorales, avancées ça et là à travers les meetings à l’allure effrénée, visant à conquérir la confiance des électeurs : A Jijel, et comme dans la majorité de nos communes, rien de tout cela. Jijel, pour ne pas la nommer, commune chef lieu de la wilaya, parait s’épanouir au gré des paradoxes, dans une « routine » issue des mandats précédents.
Qu’avons-nous à dire, après quarante mois de mandature, sinon qu’il est temps, voire plus en retard, de reformuler quelques bonnes questions, qui nous taraudent l’esprit, pour la simple et unique raison, que lorsqu’on avance pas c’est le recul qui hypothèque la vie de tous les jours, présents et futurs…
1/ Qu’en est- il de la gestion financière de la Ville chef lieu de la wilaya ?
Le budget primitif 2016 aurait du être ambitieux, porteur de projets de relance dans la conjoncture économique actuelle. En réalité, rien de cela, un budget en demi-teinte visant à assurer uniquement sept mois de salaires de tout le personnel. Cet état de fait est la réplique de l’année 2015, résultat logique de cette vague de recrutements de complaisance, aggravée par l’incompétence caractérisée d’une administration obsolète. De quoi sera fait le budget 2017, dernier virage de votre mandat électif ? 
2/ Qu’en est-il des Plans de développement communaux (P.C.D) ?
La commune n’a-t-elle pas été capable de présenter des projets cohérents et crédibles, susceptibles d’être réalisés, au plan de relance et de financement faramineux, mis en place par le Président de la République, par le biais des programmes précédents la nouvelle donne financière, caractérisée par un rétrécissement budgétaire ? Alors que vous aviez couru inlassablement derrière le sésame du sénat, en léguant aux calendes grecques la gestion des affaires publiques de la ville.
Vos collaborateurs préfèrent se complaire dans les moutures de plans d’aménagement des trottoirs, de l’éclairage public- de pavoisement- et autres opérations centrées sur des lieux bien précis, lesquels rêves formulés dans un langage intelligent - comme si la conjoncture s’y prêtait. Ailleurs, on travaille plutôt à sauvegarder les acquis de la ville, et œuvrer dans le but d’améliorer dans la durabilité, le quotidien de la population.
Maintes questions vous ont été posées, monsieur le Maire, relatives à la politique publique locale en matière de gestion de l’espace urbain : elles sont restées sans réponses, s’agissant des quartiers périphériques, qui sollicitent depuis belle lurette une prise en charge réelle et durable…Les marchés de revêtement des trottoirs, et la rénovation sélective de l’éclairage public, à cout de plusieurs centaines de millions de dinars, demeurent l’apanage de tout ce beau monde, aguerri dans le mode de passation des contrats et marchés, et le suivi des fiches de consommation des crédits…
.
3/ Avez-vous mis en place un plan « d’action communale » pour la dernière année de votre mandat ?
Une rétrospective de la nomenclature des projets inscrits précédemment, s’étalant sur plusieurs années, fait ressortir un reste à réaliser effarent, et les chiffres qui filtrent dénotent d’une gestion malsaine... Le temps de gestation est long, surtout pour une commune qui accuse un retard considérable dans la réalisation des projets, malgré les potentialités dont elle dispose, et qui souffrent d’une prise en charge anarchique.
De très nombreuses questions restent à poser, elles le seront et il ne fait nul doute qu’elles viseront, à inciter le premier magistrat de la ville de Jijel que vous êtes, et votre équipe, à être plus explicites sur les grands axes de votre politique de développement communal. Les atouts de notre ville sont nombreux. Ils doivent être valorisés dans un cadre approprié, basé sur des règles de durabilité, afin d’améliorer le quotidien des citoyens, tout en garantissant un avenir meilleur pour les générations futures.
Même si vous avez réduit le rôle du secrétaire général de la Mairie chef lieu de wilaya à des investigations d’un temps révolu, il demeurera ce fervent scribouillard du net, afin de répondre aux procès malveillants de certains colporteurs de basse besogne. A bon entendeur…
Signé : Mourad Benjaballah, ben Mohamed.

Commentaires   

taheri
# taheri 07-04-2016 16:51
mon cher Nouredddine salam, pourquoi le Wali à droit à l'eau H/24 possède t il 50 vertèbres de plus que nous citoyens? pourquoi doit on utilser la citerne et le suppresseur et pas lui aussi ? pourquoi fuit il le sujet à ce jour ? à qui faut il s'adresser pour savoir à quand l'eau H/24 au mécanicien du coin au tôlier au boulanger puisque l'ADE ni le Wali n'ose donner une date sûre tellement ils nous ont habitués aux mensonges :-?
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 07-04-2016 10:16
Monsieur Mourad Benjaballah ben Mohamed,

Personnellement je vous remercie beaucoup pour cet article qui, pour la première fois assurément, nous donne enfin un éclairage sur les sombres arcanes de la gestion de l'APC de Jijel et ses mystères aussi épais que ceux entourant la construction des pyramides d'Egypte.

Je me suis maintes et maintes fois posé des question au sujet de cette gestion et la manière avec laquelle elle se déroule.

Ne parlons pas de de l'absence de perspectives de développement ambitieux ainsi que cette affolante et fâcheuse absence de budget conséquent nécessaire au développement de la commune.

Il me semble que bien des responsables demeureznt timorés, craintifs et même franchement peureux de demander des budget à la hauteur des exigences de la commune. On se demande bien pourquoi.

N'est-il pas un personnel capable d'évaluer ces besoins au lieu de toujours s'atteler à des choses relevant, en effet de méthodes de travail obsolète pour rester toujours mariner dans la même sauce.

Ce n'est pourtant pas les conseillers et les informations qui manquent. Une enquête officielle est facile à mener dès lors qu'on est déterminé à bien faire pour relever le niveau tristement bas de cette wilaya et, en conséquence de quoi, celui de l'APC de Jijel.

La Wilaya de Jijel semble bien la seule en Algérie qui continue de vivre sur des acquis que tous semblent dorloter pour ne pas franchir des seuils autrement plus intéssant en abodant des crénaux nettement plus porteur en terme de développement du cadre de vie, de la possibilité d'offre d'emploi en contribuant ainsi à initier une dynamique susceptible d'élever le niveau général, aussi bien de la commune, qu'améliorer la qualité de vie du citoyen.

Pourquoi Jijel devrat-elle toujours être gérée à l'image d'une Dechra dans le cadre d'une vision étroite limitée par des oeillères ?

Pour ma part, j'ose espérer encore plus d'information nous donnant la possibilité de mieux évaluer entre ce qui se fait et ce qui pourra être fait de bien meilleur.

Encore merci.
Signaler un abus
taheri
# taheri 07-04-2016 09:54
MED salam , je l'étonne de ceux qui s'étonnent .tout le monde sait à JIJEL que le Maire et ses adjoints ne servent que de décors comme quoi nous avons un Maire et adjoints. oui pour se remplir les poches et traiter des affaires personnelles et utiliser les voitures de l'APC à usage personnels y compris les jours fériés et les congés aussi plein de carburants aux frais de nous contribuables .un M aire qui ne peut même pas donner une date et non un mensonge à quand l'eau H/24 ni son chef hiérarchique le Wali qui fuit le sujet concernant l'eau à JIJEL. rendons tous un vibrant hommage à l'ex: wali MAABED qui sanctionnait immédiatement les responsables incapables de gérer cordialement d'un lecteur .
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 07-04-2016 10:24
Monsieur Taheri Bonjour,

J'allais justement écrire un article au sujet de ce cruel déficit en eau.

Pourquoi, dans la wilaya où la pluviométrie est la plus importante d'Algérie, l'eau n'arrive dans les robinets qu'à sept heure du matin, sachant que la journée commence officiellement et légalement à six heures, en dehors de ceux qui se lèvent à cinq heures pour leur prière matinale et qui trouvent le robinet aussi sec qu'un raisin quand ils désirent s'atteler à leurs ablutions ?

Pourquoi l'eau est-elle à ce point en déficit ? Sept heures - 15 heures et puis plus rien !

Ne parlons pas du manque de pression qu'il faut attendre jusqu'à neuf heures trente pour pouvoir faire fonctionner son chauffe bain.

Faut-il donc que tous nous soyons dans l'obligation absolue et conditionnelle d'avoir une citerne, en plus d'un suppresseur ? A quel prix ?

Où va l'argent servant à payer notre consommation d'eau ? A quoi sert-il aussi ? Sinon, en principe, améliorer la prestation de distribution de l'eau à laquelle a droit tout citoyen. Laquelle obligation doit être considéré un but à atteindre par l'ADE pour satisfaire ledit citoye,n au lieu de se complaire à le racketter comme le faisait le gang d'Al Capone à Chicago des années 1930 !
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    taher taher 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    taher taher 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...