FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Votre courrier: NOTRE ADMINISTRATION? ENTRE LETHARGIE ET MANIPULATION...

L’administration publique au sein de laquelle évolue des centaines de milliers d’hommes et de femmes de tous les domaines du savoir, est le plus gros employeur du pays. Elle dispose de toutes les compétences nécessaires devant lui permettre de cerner et résoudre efficacement tous les problèmes auxquels nous sommes quotidiennement confrontés.
En tant qu’administrateur à la retraite, Il nous a été donné, durant d’innombrables occasions, de participer à rechercher des solutions aux divers dysfonctionnements et maux qui gangrènent notre administration.

Cette grande entité, en tant que pouvoir exécutif, démembrement de l’état central, auquel est confiée l’exécution de toutes les lois et règlements régissant la vie du citoyen, n’arrive pas à sortir de sa léthargie, pour les raisons que nous développerons ci-après.
En effet l’administration publique est la plus grande organisation qui s’occupe des activités quotidiennes de tous les agents de l’Etat. Ses activités touchent tous les domaines et affectent la vie de tous les citoyens. L’administration publique est un phénomène aussi vieux que l’Etat. Elle est constituée par l’ensemble des structures et organisations ainsi que des individus qui les animent dans la formulation et la mise en œuvre des politiques et programmes et décisions publics.
L’histoire de notre pays, évoque trois types d’administration : l’administrations précoloniale, l’administration coloniale, et enfin l’administration post-indépendante. Cette dernière est celle qui nous intéresse, constituée de l’ensemble des structures créées par notre pays pour répondre aux besoins divers, sans cesse croissants et variés des citoyens. Toute réflexion concernant l’efficacité de tout cet ensemble doit chercher à déterminer comment ces structures sont gérées et comment les hommes et les femmes qui y évoluent passent leurs temps et utilisent leurs compétences pour répondre aux objectifs et besoins de la société. Depuis que le parti unique est entré dans la vie politique de l’Algérie, au lendemain de l’indépendance, on a adopté un comportement qui a beaucoup affecté l’appareil administratif. Sous prétexte fallacieux de remédier à un déséquilibre régional né de la colonisation, on a institué de nouvelles méthodes, qui ont engendré de sérieuses tares dans l’administration publique. Elles ont pour noms régionalisme, tribalisme, népotisme, favoritisme, laisser-aller et corruption. A propos de la corruption, le défunt président Houari Boumediene, avait déclaré lors  du congrès national des cadres de la nation, tenu en 1977 à Alger, ce qui suit : « Faites vos affaires, et laissez nous faire notre politique ».
Pour mémoire, aussi fallacieuse soit-elle, il suffisait d’être un bon militant du parti, astreint à la possession de la carte de militant, instituée par le fameux article 120, pour prétendre à un bon poste de responsabilité, au mépris de toute considération de compétence. Ce critère partisan s’est couplé du facteur de népotisme. Partout, on pouvait trouver des individus d’un même village ou d’une même région, dans les départements ministériels, depuis le poste de ministre jusqu’à celui de planton. Dans ces conditions, les responsables secondaires n’avaient pas d’autorité sur leurs agents qui étaient considérés comme des protégés. La hiérarchie n’est plus respectée. Il fut un temps, les remaniements ministériels qui intervenaient, avaient respecté et encouragé le régionalisme et le tribalisme. On avait tendance à remplacer un ministre issu d’une certaine région par un autre de la même région. Et chacun s’évertuait de s’entourer des siens. Cette tendance se poursuit aujourd’hui dans plusieurs départements de l’administration de notre pays.
Tout le monde est conscient que les méthodes politiques du système du parti unique, érigé en Parti administration, ont vraiment gangrené l’administration publique. Même à l’heure actuelle, le clientélisme partisan se poursuit toujours à tous les niveaux. Ce qui est grave, c’est la grande corruption qui a cours dans toute l’administration publique. Les agents qui sont en contact direct avec le public monnaient leurs services. Un laisser-aller s’est instauré. Il est le résultat d’un leadership d’indifférence à l’égard de la grande majorité des agents. Les responsables s’entourent de cousins et d’amis et négligent les autres, moins nantis…
L’absentéisme chronique qu’on constate dans l’administration est la conséquence du manque d’équité dans la gestion du personnel. Il existe des principes dans l’administration publique qui commandent le respect de l’ancienneté et des grades. Cependant, chez nous, les autorités investies du pouvoir de nomination, qui se croient au-dessus des lois et principes, foulent tous ces principes au pied. Ainsi de simples agents, secrétaires et des attachés d’administration sont devenus les grands patrons qui font la pluie et le beau temps dans les services, pendant que les cadres supérieurs, hautement qualifiés,  passent la plupart de leur temps à gérer l’ennui, et les désagréments de l’exclusion.
La quasi-totalité de nos responsables, oublie tout de la bonne pratique de gestion des ressources humaines. Ils s’accrochent à la méthode partisane, qui consiste à s’entourer de petits commis qui courent derrière eux tout le long de la journée. En effet, beaucoup d’agents voire des cadres supérieurs n’ont pas d’attributions précises dans leurs domaines de compétence. Cet état de choses est une carence grave de gestion et de valorisation des ressources humaines. Certains agents et souvent les moins compétents mais bons militants sont submergés de dossiers alors que les autres passent le temps à tourner le pouce.
Notre administration continue de fonctionner sur des principes archaïques. Les nominations se font sur des critères partisans et complaisants, pour récompenser des amis et des cousins. On est prêt à sacrifier la compétence et l’efficacité pour des considérations extra professionnelles.
Tout ce qui précède peut expliquer la démotivation qui se manifeste au sein de l’administration publique, et participe à l’aggravation de l’inefficacité. La motivation est un processus qui consiste à se servir de mesures incitatives pour stimuler les individus à agir dans l’intérêt public, servir le citoyen et être à l’avant-garde du processus d’émancipation du pays et de ses institutions.
Il est impératif, et opportun, pour que nous tous, puissions sans complaisance, poser le problème d’efficacité de notre administration publique devenue un « fourre tout ». Il est temps qu’on recherche des réponses aux pourquoi et comment de chacun des dysfonctionnements identifiés. L’équité interroge la conscience de l’agent et le pousse à réagir positivement ou négativement selon le traitement qu’il reçoit dans son service. L’absence d’équité érigée en règle d’administration est l’une des tares de notre administration.
Espérons que nous avons tous compris que le changement doit signifier la restauration du système de mérite, la fin du tribalisme et du régionalisme, le triomphe du professionnalisme sur le népotisme et le favoritisme, et c ‘est à ce prix, et à ce prix seul, qu’on parviendra à faire triompher l’efficacité et l’efficience sur la médiocrité et la léthargie. Le changement doit en bref, signifier une nouvelle approche beaucoup plus humaine et professionnelle de la gestion des affaires publiques.

Mourad

Commentaires   

casino
# casino 13-05-2016 10:37
combiens de milliers de dossiers dorment aux tiroirs dans l'attente d'êtres traités contre chipa tradition très connue chez nous .
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:06
    Salut Après ton constat : Dis nous ce que tu vas faire pour contribuer au changement ? Sans rancunes

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:04
    Salut .... Pourquoi changes tu de pseudo périodiquement ? Aurais tu des choses à te reprocher ? C'est ...

    Lire la suite...

     
  • Championnat amateur: Résultats et classement de la 11ème journée
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:44
    prochain déplacement de la JSD au cercle militaire ( cirque ) et recevra l'équipe d'el faubourg le ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:42
    de Djidelli avec ses coopérants de l'époque ses 400 la piscine la ferme Andreux l'île magique de ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:56
    Salut taher Je suis entièrement d'accord pour dire que 50 ans après la fin de la guerre, il faut ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:42
    Salut Mohamed Oui, tu as raison ....nous étions nombreux à subir les bombardements des canons de 105 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 23:31
    Oui JJ , c tout à fait ça. un lundi peut être un lendi ,et pas l'inverse.

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...