FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

LES RIFITADINS ! Ou ces « Cita-ruraliens » issus d’une greffe avec rejet !

Maintenant que s’est radicalement accomplie la métamorphose tous azimuts des villes, en une sorte de permutation des populations. Que dans chacune d’elles, par la force des choses, on enregistre la présence d’un nouveau genre d’individus aux us et coutumes relevant d’une autre culture incompatible avec le concept de la ville et son modus vivendi. Bien que ces habitudes de vie soient déjà connus et inventoriés, elles nous paraissent cependant de plus en plus étranges à l’usage ; parce qu’utilisés dans un contexte social différent, défini comme une nouvelle dimension socio-spatio-temporelle s’exerçant en temps réel, visiblement de manière insensée et, en parallèle, se déroulant dans un sens contraire et giratoire à donner le tournis. Il est alors donné à penser que tout le monde se soit involontairement trouvé précipité dans un vortex, qui se serait brusquement ouvert, dont personne ne connaîtrait l’issue ni les conséquences à l’arrivée.

Cet étrange caravansérail se présentant par opposition aux normes classiques vécues jusqu’à présent par une société normale citadine, désormais considérée déclassée et révolue car vouée à disparaître pour n’avoir pas su s’adapter à ce qui se présente à elle, qui évolue à contre-courant. Le tout de cette situation incongrue et contradictoire étant la manifestation d’une inversion des valeurs, intervenue sous les effets conjugués de la force du nombre et du poids qu’il exerce au niveau de l’environnement ainsi squatté. La chose se traduisant concrètement par l’influence de l’ignorance s’imposant au détriment de la culture. Dans ce cas, la nature ayant horreur du vide laissé vacant par désertion, il est donc naturel qu’il soit occupé d’une manière ou d’une autre. Ce phénomène social intervenant à l’échelle d’une ville s’est réalisé à la suite d’une mauvaise greffe maladroitement effectuée en une sorte d’expérience menée par un mauvais alchimiste, consistant à donner à des individus l’occasion de copier le mode de vie des citadins originaux en en déformant son bon déroulement. Tous s’y sont mal pris, car ayant agit dans la précipitation mais surtout subrepticement. Le tout de cette opération clandestine ayant produit une espèce d’hybride somatique dont le négatif s’est avéré informe et illisible dans ses contours. La dite opération avait alors permis la création d’une nouvelle espèce de citadin appelé : «Rifitadin» ; un mélange du citadin auquel ce serait greffé le rural. Le « Cita-ruralien ». L’homme du futur antérieur, dont la mission est de rester, en permanence, tourné vers le passé auquel vient se mêler, en un cocktail explosif, le moderne aux règles incomprise, avec son mode d’emploi estimé assez ardu. Un mélange qui n’a rien à voir, cependant, avec le modèle développé depuis 1950 par les Japonais qui avaient magnifiquement intégrés la modernité à une culture classique millénaire. C’est à ce niveau déjà qu’apparaît une différence de culture assez remarquable entre les uns et les autres. Dans un sens, et contre toute attente, c’est la théorie de Darwin qui se confirme miraculeusement ; parce que, pour cette fois, le fameux maillon manquant est largement identifié confirmant l’origine de l’espèce. Ce pourquoi, à la suite de ce grandiose évènement, unique dans les annales de l’histoire de l’homme, il devient nécessaire de remettre à zéro tous les compteurs ayant enregistrés, jusqu’à présent, l’évolution positive de la citadinité. Et qu’il devient impératif de tout recommencer à décompter sur un autre registre car c’est la logique elle-même qui l’impose. La ville est transfigurée, forcément. Il est venu se calquer dessus le modèle urbanistique généralement utilisé en milieu rural. Un milieu aéré et plein de verdure, là où sont érigés les agglomérations d’origine appelées mechta, dechra et douar. Deux lieux situés l’un en pleine campagne, l’autre en milieu urbain. A partir de là il est deux concepts communautaires différents se trouvant en opposition, entrant en confrontation et même en affrontement. Il en résulte un changement dans l’air, devenu vicié, et une verdure décimée parce qu’occupant de l’espace. Il paraît que ces deux éléments garantissant l’équilibre de la vie et le bon fonctionnement du système nerveux ne sont plus aussi indispensables à ces étranges être hybrides. Même qu’ils y sont devenus résolument allergiques. Cela leur rappelle de mauvais souvenirs, d’après ce que l’on sait partiellement de ces êtres étranges, issus d’un ailleurs proche qui se sont subitement fâchés avec la terre, son labeur. et les fruits issus de son travail. A présent, il est et de nouvelles coutumes en pratique dans la ville. Car l’hybride, conscient de sa force et de son nombre, avait imposé à la ville une loi comprenant trois fondements : l’égoïsme, l’hypocrisie et les démarches sournoises menées en catimini. Une loi érigée en dictat et édifiée pare ces gens là sur la base d’une conception des choses honnie partout homme organisé et qui est l’anarchie absolue ! Dès lors, La saleté, par exemple, ne dérange plus personne. Encore moins le bruit, puisqu’il est produit à profusion, de jour comme de nuit. Exemple : à l’occasion de chaque mariage, dès la nuit venue, le domicile de la mariée ainsi que celui du marié situé dans un autre quartier, se transforment en une salle des fêtes. Les sonos sont utilisées à pleins tubes, et ce sont les succès sur fond de ghaïta et du jawaq, à travers lesquels sont débités sur le mode Raï, totalement déraillé et même sérieusement enroué, les cris déchirants de détresse d’un chanteur, narrant ses déboires d’un amour impossible. Le titre de la chanson débité à cette occasion est : «Naâl ebbouk yal kheddaâ». Ceci, sans inclure le jour du mariage, au moment où le cortège s’ébranle, la main du conducteur appuyée en blocage sur le klaxon, en un triomphal tintamarre du plus infernal. A ces absurdes calamités, s’ajoute encore cette habitude, que chacun affectionne depuis l’origine des temps, consistant à prouver à l’autre qu’il possède plus d’argent, en plus d’avoir les épaules larges : «El Maârifa wa lektaf». Contrairement aux habitudes des gens de «l’ancienne» civilisation, ayant plus de dignité, qui s’évertuaient seulement de prouver leur culture et leur bonnes manières, au bénéfice de la communauté. Aux nuisances sonores occasionnelles, s’exerçant l’été durant, viennent s’ajouter les pétarades permanentes de ces motos au tube d’échappement modifié. En plus d’être montées comme le ferait une cavalière sur un cheval, c'est-à-dire les deux jambes réunies d’un côté de la selle. C’est la mode depuis quelques temps. Cette manière de monter une moto au moteur bruyant, exprime bien des choses de la part de ces jeunes atrophiés mentalement : citons entre autres : l’ignorance, l’arrogance et le manque de civisme qu’entraîne l’absence totale de toute forme d’éducation. Le tout de ces avantages de la civilisation sont remplacés par un seul défaut, livré dans sa forme compacte et économique : un comportement de sauvages, parmi ceux de la pire espèce. Ceci, de la part de ces gens qui n’abdiquent que devant la manifestation de la force brute et même brutale. Aujourd’hui, les rues sont pleines de femmes désœuvrées, accoutrées de diverses manières. Il y a celles emballées de noir de la tête aux pieds, ressemblant à des oiseaux de mauvais augure et celles harnachées à la diable donnant des maux de tête à ceux désireux de savoir l’origine de ces accoutrements. Ce sont là des femmes qui ne savent pas quoi faire de leur journée, encore moins désireuses d’apprendre à repasser un pantalon, recoudre un bouton de chemise ou préparer des macaronis à la sauce tomate. Quand à se soucier de savoir comment tenir un foyer en général, c’est vraiment trop leur demander ; car cela userait toutes leurs forces, en les empêchant de grossir comme des vaches qui se nourrissent de pizza à la mayonnaise. Le plat du jour et aussi celui de tous les jours. Voilà d’autres retards relevant de la diététique à combler également. Les commerçants de la nouvelle génération, partisans du moindre effort, issus de ce clonage raté, ne s’embarrassent de rien et ne s’entourent d’aucune considération. Leur principe atavique est l’accaparement des espaces là où ils se trouvent. Et l’espace privilégié qu’ils adorent et affectionnent le plus, ce sont les trottoirs ; qu’ils squattent systématiquement et en toute quiétude, avec l’aimable autorisation ou pas d’une administration, devenue aveugle à l’occasion, dont la majorité de ses agents est issue de ce surprenant clonage. Ce pourquoi tout leur paraît normal en estimant qu’il n’y a pas de quoi en faire tout un plat. Ajoutons à cette rocambolesque situation, relevant théâtralement du mélodrame, la manière de construire à ces clonés. Pas du tout parasismique mais résolument encombrante. Les maisons partent en hauteur et ne sont jamais terminées. Elles sont serrées les unes aux autres afin de ne rater aucun centimètre carré de terre non recouvert de ciment et de briques. La verdure en ces lieux est strictement exclue, car érigée en un interdit non exprimé mais parfaitement entendu. L’espace est sacré et donc ne saurai souffrir de la présence d’arbres, considérés incongrus par ces gens désincarnés du genre humains, tout à leur ignorance qu’à vouloir cracher en l’air tout retombe sur la figure et qu’à force d’évacuer ses gaz en dehors du niveau du tuyau d’échappement, il y a lieu de s’attendre, immanquablement et tôt ou tard, au violent retour de manivelle.

Noureddine Bousdira jijel.info

Commentaires   

sam91
# sam91 05-06-2015 19:40
bonjour , quand je lis les commentaires , je m'appreçois que la plus part des auteurs s'insurgent contre le contenu de l'article et de son auteur , j'avoue que je ne comprend pas pourquoi les gens s'offusquent autant y'en a un qui l'accuse de racisme , l'autre de "di kabha" avec les sous entendus que l'on sait un autre qui cris a la censure , l'auteur a pointer le doigt sur un mal qui ronge notre ville a savoir des comportements inaproprié pour la vie en societé ainsi que l'anarchie et les agressions de toute sorte " occupation de l'espace public des trottoirs , les dechets laisser par terres dans nos rues les agressions sonores , les fumées qui se degage de ces cheminées de restaurants sur les trottoirs et sous les résidences ......ect" , le monsieur vous parle de tout ces comportements indignes et les incivilitées que nous voyons réguliérement et qui sont denoncer tout les jours sur jijel info et il fait le malheureux constat que ces comportements sont l'oeuvre je dis bien malheureusement de gens exterieur a la ville ou nouvellement installer en ville , les gens qui defendent la thése du racisme je les invites a décendre dans la rue et constater par eux meme c'est pas un acte raciste et je suis tout a fait d'accord pour dir aussi que certaines personnes ayant vécu toute leurs vies en ville commettent des actes similaires et nous le regrettons en ville croyez le et nous le denonçons avec autant de rigueur que pour les autres , mais ils reste une minoritée , bref nous denonçons ce genre de comportement qu'ils vien de n'importe qui ca ne change rien pour nous qu'ils soit citadins ou d'ailleurs une incivilitées reste une incivilitées qu'il faut denoncé et ne pas accepeter , je ne pense pas que vous ayez bien compris le sens et le but de cet article et de l'auteur y'a pas de sentiments racistes exprimé et je pense que les commentateurs auraient du etre de sont coté pour denoncer ces comportements plutot que d'attaquer la personne et proteger et accepeter ces actes , l'auteur a mis le doigt sur un mal , le mal de l'incivisme , et il est tout a fait vrais que quand ont met le doigt sur un mal cela fait crier le blessé , nous demandons plus d'integrations pour ces gens la dans la société citadine et il n'y a pas lieu de crier au loup car on a grandi avec des voisins venus de tout les horizons de jijel de beni khatab de beni foughal de partout et aujourd'hui se sont nos mailleurs amis , des gens propres avec le sens du civisme bien integrés , y'a pas de racisme moi je denoncerais les actes et les comportements inappropriés a la vie citadine et en sociéte quel que soit leurs auteurs citadins ou non citadins j'ai aucun probleme avec cela.
Signaler un abus
anar
# anar 02-06-2015 20:03
"MOI JE" nous donne une leçon de ruralité.
Arrogance quand tu nous tiens.
Bonne journée
Signaler un abus
Foughali
# Foughali 02-06-2015 12:22
Salut à tous les enfants di Kabha!!!!
J'ai l'honneur, le plaisir et la fiérté de vous annoncer que je suis bien né dans un petit douar de Beni Foughal...Je suis donc, un vrai foughali et fier de l'être!
A vous, qui êtes nés dans la citadelle de Jijel....je peux vous assurer que j'ai grandi dans la capitale de votre pays, j'ai étudié en europe et aux USA et travaillé aux quatre coins de la planète....et pourtant...
J'ai toujours dit d'où je venais et même avec des détails sur mon petit village...ses oliviers, ses figuiers ....et ses singes magots!
Par contre, j'ai rencontré des enfants de Jijel, qui eux n'osaient pas dire qu'ils étaient de ce coin retiré, où les gens sont très prudes....voire même un peu insulaires sur les bords....
Comme quoi, on n'est fier de ses origines que par les valeurs transmises par les parents.....
Bonne journée et surtout ne m'en voulez pas...je suis comme ça ( comme le dit la chanson !)....
Foughali :lol: :P
Signaler un abus
fly1
# fly1 02-06-2015 23:53
slt Foughali
je suis d'accord avec toi , et comme l'a bien dit BLADI , je ne pense pas que l'auteur de l'article soit di kabha , et meme pas dejnabha.( et peu importe)
ce qui me choque dans l'affaire , et je m'adresse à Igilgili créateur et mainteneur du site , et à MedSoiulah dans la censure et l'édition , comment peuvent -ils laisser passer un article aussi nauséabond, en complète contradiction avec la charte et l'éthique.

Et pourtant , on a vu par le passé , que pour un simple commentaire séctariste posté par un Jijli, non seulement il est censuré , mais l'auteur l'auteur se trouve menacé d'etre radié par JI..
Signaler un abus
Scipion
# Scipion 31-05-2015 16:49
Le ressentiment est l’arme des faibles, rejeter ses propres tares sur les autres est une façon d’exprimer ses propres frustrations face à une situation d’échec, un comportement spécifique aux arabes, citadins comme ruraux.
Etre citadin n’a jamais été un privilège réservé à une caste et encore moins une marque de pureté, la faillite dans la gestion de la ville n’est que le résultat de la démission de certains citadins « rois fainéants » qui préfèrent regarder les autres faire, se contenter des rôles subalternes pour mieux critiquer par la suite.
Je croyais ce clivage citadins/ruraux révolu, décidément la bêtise est ancrée à jamais dans nos gènes.
Signaler un abus
bladi
# bladi 31-05-2015 14:23
@ anar
Citer :
Khali bir beghtah.
yaatek essaha , vous l'avez vraiment bien dit.Ces autoproclamés citadins , qui s'attaquent avec virulence et véhémence à leurs semblables ,honteux !.la saleté peut venir aussi bien du rural que du citadin.mais ces arrivistes de l'après 1962 oublient vite d'ou ils viennent , une mémoire tellement courte qu'il nierais meme " jdiddeh Khemmissa" du El gourbi de beni siar. HONTEUX !
Signaler un abus
Aissa Amiar
# Aissa Amiar 31-05-2015 10:35
Mr bousdira, mr anar:
اذا عربت خربت. Cela a ete deja dit et verifie, et par qui?
Neanmoins, un peu plus de tolerance, de paience et de grandeur d'esprit de la part des citadins envers les ruraux, et et la vie continue. Rappelez-vous l'histoire du bedouin qui a pisse dans la mosquee du prophete صلى الله عليه و سلم. La toletance du mostafa fut la cause de la conversion de ce bedouin a l'islam.
Signaler un abus
anar
# anar 30-05-2015 20:24
Ne vous enrvez pas Monsieur ,pourquoi voulez vous que les ruraux restent toujours des ruraux et ne peuvent aspirer a devenir des citadins. La ruralité n'est pas un caractere genetique,inné.Ce n'est qu'un phenotype
N'oubliez pas que nous sommes tous des ruraux a la base,vous aussi .Khali bir beghtah.
Pour comprendre les causes de ce mauvais comportement de ces gens qui viennent merdoyer(sic) ,vous avez esquissé un debut d'explication, mais tres vite vous retombez dans la diatribe .C'est dommage car vous avez les capacités intellectuelles pour comprendre ce phenomene qu'on appelle "exode rural' .
Cette forme de migration est observée tout le long de l'histoire et se deroule encore a l'echelle planetaire.Souvenez vous des boat-people vitnamiens, et maintenant des migrants a travers la mediterrannée.
Personne n'arretera ce phenomene et encore moins vos ecrits.
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 30-05-2015 17:56
sam91 27-05-2015 09:13

"bonjour Mr Bousdira et yarham waldik aala hada l'article , y'a plus rien a ajouter vous avez tout resumé , aw tablina bhadou les énergumènes qui nous ont envahi sans aucun réspect des régles de vie citadine, ni moral , ni éducation , s'instalant dans nos quartiers a la force du dinar abondonnant dérriere eux les terres de leurs ancétres qui étaient jadis une fierté et qui ne valent aujourd'hui rien a leurs yeux abondonnant un héritage et une identité..."

Merci Sam91.

C'est là un triste constat qu'effectivement nul qui soit digne ne peut nier du fait qu'il le vit au quaotidien des jours. C'est seulement peut-être que les gens ne pensent pas à l"admettre en comprenant la chose à sa racine.

Ce dont je me suis chargé de faire comprendre, n'en déplaise aux détracteurs de service animés de toute la mauvaise foi du monde, à l'image de ce monsieur anar, faisant semblant de défendre l'indéfendable en usant d'arguments désuets et communs aux gens se sentant pris au piège, mais ne faisant que cautionner ce vil état des choses, indigne de la personne humaine s'agissant de merdoyer chez les autres, sans respect ni considération pour autrui, dans l'ignorance totale des règles et des us et coutumes de la citadinité, chacun de ces enérgumènes en effet se croyant tout permis,ceci parce que sans doute ce monsieur étant l'un de ces fauteurs de troubles en milieu citadin !!

Et c'est parce que l'autorité bat en retrait par stratégie sociale et momentanément. Tôt ou tgard, devant le volume inquiétant que prend l'anarchie causée par ces gens, l'autorité reviendra par la force des choses !

A cette catégorie de gens indélicats, un seul remède, echettreb, à l'image de l'âne qu'il faut piquer parce que ne comprenant pas et prenant un malin plaisir à agir de la sorte pour en ne sait quelles sombres raisons !.
Signaler un abus
anar
# anar 27-05-2015 14:27
C du racisme de bas etage.S'attaquer a des gens pour masquer son incapacité et son impuissance. C ignoble.
Qund on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage.
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 30-05-2015 17:48
Homme de mauvaise foi à qui la vérité fait peur et davantage l'incapacité de reconnaîtree ses tords et ceux des gens de votre acabit !!

En tout état de cause vous voilà avec un pieu bien enfoncé dans le coeur !! Quand j'écris, c'est l'expression de la vérité et s'il est quelque part un relent d'ignoble il fuse de votre part.

Pauvre malheureux !
Signaler un abus
bladi
# bladi 02-06-2015 21:27
Citer :
reconnaîtree ses tords
il me semble que le mot TORT prend bien un T à la fin , quant à ton érit , les fautes d'orthographe et de syntaxe sont à ramasser à la pelle.
Madame S.Arada
Signaler un abus
bladi
# bladi 02-06-2015 21:41
Bravo ! Monsieur Ssipion ,pour le diagnostique psyhologique que vous avez fait à l'auteur (rural et omplexé) de l'érit ,
En effet la FRUSTRATION est engendrée par la jalousie et l'envie, qui se manifeste après par la haine , l'attaque et le dénigrement ,surtout de es prohes qui ont réussi , et lui (l'auteur) en sonstat d'ehes total.
Mais il n'a qu à se faire soigner , il faut qu'il ose venir vous voir pour une therapeuthie psyhologique.
bonne soirée à tous les Djidjelliens.

Madame S.Arada
Signaler un abus
sam91
# sam91 27-05-2015 11:13
bonjour Mr bousdira et yarham waldik aala hada l'article , y'a plus rien a ajouter vous avez tout resumé , aw tablina bhadou les énergumènes qui nous ont envahi sans aucun réspect des régles de vie citadine, ni moral , ni éducation , s'instalant dans nos quartiers a la force du dinar abondonnant dérriere eux les terres de leurs ancétres qui étaient jadis une fierté et qui ne valent aujourd'hui rien a leurs yeux abondonnant un héritage et une identité , pour venir s'installer en ville les coeurs chargé de rancune et l'esprit revanchard envers cette ville et ces habitants , on s'imposant eux et leurs mode de vie rural a toute la ville se gréffant a tout les niveaux et dans tout les domaines , forçant ainsi les gens a vivre avec les poules dans les immeubles et les vaches en plein centre de la ville , écoutant une musique dépourvu de toute moral et incitant a la débauche parlant une autre langue et introduisant des moeurs jusque la inconnu a jijel
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    taher taher 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    taher taher 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    taher taher 04.12.2016 14:28
    comment tolérer aux directions administratives implantées sur un terrain agricole au vu et su de tout ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:51
    Il est vrais qu'à cette époque d'autres bambins, vivaient loin de la ville en pleine montagne dans ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 11:43
    Ce sont des images retouchées y a Christine. Comme celle là: Toujours à: TAHER, maison du Juge en ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    christine hamad christine hamad 04.12.2016 11:32
    Salut, dites moi, on a eu des photos en couleur 1957?? Je me souvient de mes propres photos quand ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:21
    Oui g envi de pleurer , mais nos chouhadas.

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 10:20
    Les eleves de Jules Ferry , fin des annees 50 , en plein guerre d'Algerie ,ces indigenes forcés à ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 04.12.2016 01:21
    Salut Yasmine Non, il ne faut pas regretter ni pleurer.... En effet, tu as eu beaucoup de chance ...

    Lire la suite...

     
  • VOL D'UNE AUTRE VOITURE A DJEMAA BENI H'BIBI.
    MedSouilah MedSouilah 03.12.2016 20:16
    Selon un rapport de la Gendarmerie nationale, les réseaux de trafic de véhicules recourent à 9 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    yasmine yasmine 03.12.2016 18:49
    Franchement j'ai envie de pleurer en voyant ces images qui me font penser à mon enfance.Merci monsieur ...

    Lire la suite...

     
  • Monsieur le Maire: et le secrétaire général de la ville de jijel démolissez en finesse.
    dzira dzira 03.12.2016 15:32
    Les citoyens devraient s'organiser en associations pour faire respecter leurs droits, surtout face à ...

    Lire la suite...