Loi sur les Bureaux de change: La fin du marché informel de la devise ?

L’annonce d’une réorganisation des bureaux de change officiels, les tensions sur les devises sur le marché parallèle et l’érosion continue de la valeur du dinar laissent entrevoir des changements profonds dans la politique de change observée jusque-là par les pouvoirs publics.

Va-t-on vers un rapprochement des taux de change officiel et informel et, par conséquent, vers l’affaiblissement, voire l’élimination, du marché parallèle des devises ? La question est assurément à l’ordre du jour, même si les implications qu’elle suppose quant à la convertibilité du dinar semblent encore loin d’être tranchées.

L’annonce faite tout récemment à ce sujet par le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, laisse entendre que le gouvernement prépare effectivement un véritable changement de cap dans sa politique de gestion du taux de change. Intervenant mardi dernier sur les ondes de la Radio nationale, le premier argentier du pays a ainsi annoncé que la Banque d’Algérie (BA) est désormais en train de travailler «pour changer les règles de fonctionnement des bureaux de change».

Dès que le nouveau système sera mis en place, la même institution «en informera les acteurs concernés», a-t-il dit, ajoutant que tous les enseignements ont été tirés du fait que la mise en place de bureaux de change officiels n’a pas fonctionné par le passé.

Et c’est là justement le point nodal de la question. Qu’est-ce qui a changé ou qu’est-ce qui va changer pour que le dispositif des bureaux de change officiels — qui n’a jamais fonctionné depuis près de vingt ans — puisse aujourd’hui devenir opérationnel ? D’ores et déjà, des sources proches des milieux bancaires évoquent l’amorce d’une démarche claire au sein de la Banque d’Algérie pour aller vers un rapprochement entre les taux de change pratiqués sur les marchés officiel et parallèle. Une telle option paraît en tout cas en cohérence avec les propos du ministre des Finances, qui évoquait «des enseignements tirés des échecs passés».

Il faut rappeler en effet que dès 1997, la Banque d’Algérie a agréé quelque 40 bureaux de change à l’échelle nationale sans qu’aucun d’entre eux ne voie vraiment le jour. Même après l’annonce, quelques années plus tard, d’une révision à la hausse de la marge fixée pour ces bureaux, rien n’a vraiment changé au royaume trouble du commerce des devises. Aussi, si des enseignements ont été effectivement tirés de ces expériences loupées, ils doivent forcément concerner le problème des marges et de la rémunération des bureaux de change que l’Etat envisage désormais de relancer.

Sauf que pour nombre d’économistes, une attractivité des niveaux de rémunération des bureaux de change officiels passe davantage par un alignement ou un rapprochement des parités que par la fixation de commissions plus ou moins appréciables.

En clair, il pourrait être question ou d’une double parité officielle — l’une commerciale et l’autre pour les particuliers — ou d’un rapprochement des taux de change parallèle et officiel de sorte à ce que le marché informel perde naturellement sa raison d’être. En l’état actuel des choses, en tout cas, le pays, confronté qu’il est à un grave problème de tarissement de ses ressources en devises, ne peut envisager d’alimenter un quelconque marché officiel où l’accès au change deviendrait plus libre et plus facile.

Bien au contraire, en œuvrant à favoriser l’installation de bureaux de change agréés, il chercherait plutôt à récupérer les fonds des émigrés et autres retraités qui profitent jusque-là au seul marché parallèle vu les taux qu’il offre.

Quoi qu’il en soit, alors que l’Etat commence déjà à manquer cruellement de ressources en raison de la chute des prix du pétrole, l’annonce d’une réactivation des bureaux de change officiels laisse augurer d’une réelle mutation de la sacro-sainte politique de change, restée figée depuis près de deux décennies.

Reste que dans un contexte où le dinar est en perpétuelle chute et où l’inflation repart fortement à la hausse, la problématique de la gestion du taux de change risque d’être diablement épineuse.

Akli Rezouali

Commentaires   

kavallo
# kavallo 21-03-2016 11:34
même les employés de banque sont complices en renvoyant le client chez le gambiste contre pourcentage .c'est connu depuis belles lurettes chez nous .
Signaler un abus
medmer
# medmer 21-03-2016 09:43
Ce pouvoir et ses membres de gouvernement ne sont pas capable de gérer un kiosque ou une gargotte et gérer un pays est un autre débat et ce ne sont que des paroles en l'air pour noyer un poisson.
Signaler un abus
TAMANTOUTE
# TAMANTOUTE 21-03-2016 00:15
BEN BIEN SUR LE SEUL PAYS AU MONDE AVEC PRESQUE 5 0000 000 MILLIONS D'algériens rn France aucune banque ALGERIENNE contrairement a nos voisins africains au maghrébins .....donc les bureaux de changes algériens sont sur la rue d'ISLY ...AIN FOUARA OU RABAT EL LJMAL AU AIN MLILA EL EULMA .......MEME POUR LE PELRINAGE IL FAUT PAS PAR SES LIEUX ILLEGALE ....ON PLUS ON PARLE DES BUREAUX DE CHANGE IL AFUT REFORMER LES BANQUE PUIS LES BUREAUX DE CHANGE IL CHANQE POUR QUI,,,?????ET QUI VIENS CHANGER EN ALGERIE ,??????.
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 24.02.2017 13:59
    Un message de nos lecteurs: ça fait déjà une année que tu nous a quitté père, et en cette circonstance ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 23.02.2017 15:31
    salut Foughali, Oui certainement, certains ont trouvé leur aubaine, dans l’importation de la pomme des ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 23.02.2017 14:09
    Salut cousin. En effet, moi je roule avec le GPL depuis environs deux années, et je le trouve ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    Foughali Foughali 23.02.2017 09:57
    C'est une excellente idée En effet, le gaz est moins polluant que le diesel.... Par contre, c'est une ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 23.02.2017 09:04
    Salut saladin Pas entendu parler de pomme des alpes vendues en Algérie. Tant qu'à faire ..... Mieux vaut ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 21:41
    Canal Algérie a invité, dans l’émission matinale « Bonjour d’Algérie » du mardi 21 février, Ferial ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 20:35
    Bonsoir Foughali, Sans chercher à trouver des justificatifs, aux comportements néfastes, de certains ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 20:13
    Une aide de 25.000 dinars est octroyée pour les propriétaires de véhicules qui veulent installer ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:13
    ...Moreover... Personne ne dit que la plaie algérienne n'est pas toujours ouverte....en effet, on ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    saladin saladin 22.02.2017 18:10
    "Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris détient une oreille, non-identifiée, un morceau de ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:03
    salut saladin Je pense que tu peux comprendre le chagrin et la tristesse d'un pere du jeune soldat ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 15:00
    CONDOLÉANCES. Nous apprenons avec tristesse le décès avant hier à Alger de Madame BOUHAL,née BOURAOUI ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 07:18
    Si cette blessure n’est pas encore cicatrisée dans la société française, quoi dire alors de la société ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    Foughali Foughali 22.02.2017 00:26
    Salut Mohamed Tu as raison de montrer que la colonisation n'est pas vécue de la même façon selon ...

    Lire la suite...

     
  • ALGERIE TELECOM: DÉGRADATION
    GIGELIEN GIGELIEN 21.02.2017 20:36
    nous constatons depuis quelques temps et surtout depuis le départ massif des anciens en retraite; les ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    MedSouilah MedSouilah 21.02.2017 19:27
    Moi, franchement, j'avais vu beaucoup de vérité dans son écris.

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    jijel.jijel jijel.jijel 21.02.2017 19:16
    Oui Mohamed, mais il me semble que j'ai déjà lu un de ses écrits dans lequel il disait qu'il avait ...

    Lire la suite...