FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Algérie : Les prestations sociales prises en charge par le Trésor public seront bientôt payantes

Article proposé par: Daykhabotros

Les prestations sociales prises en charge par le Trésor public seront bientôt payantes (ministre). Mohamed Djellab, ministre des finances  « A l'avenir, le citoyen paiera ce qu'il doit payer …dans un hôpital public (en contrepartie de ses soins) ou bien son loyer pour le logement public (...) », a déclaré le ministre des finances au Sénat, avant de préciser que l'Etat veillera à ce que les subventions « soient réservées progressivement aux couches défavorisées ». Le gouvernement envisage d'adopter une nouvelle politique pour le financement du service public afin de ne pas alourdir davantage la charge financière du Trésor public dans un contexte de baisse des cours pétroliers, a fait savoir, mardi à Alger, le ministre des Finances, Mohamed Djellab.

Mohamed Djellab, ministre des finances

 Lors d'une audition devant la commission des affaires économiques et financières au Conseil de la nation, M. Djellab a indiqué qu'une nouvelle démarche était en cours d'élaboration au niveau du gouvernement visant à donner "un aspect économique et commercial" au service public au lieu de "l'aspect social" qui "alourdit la charge du Trésor public en raison de l'importance des subventions" destinées aux transferts sociaux lesquels, selon lui, représentent 30% du PIB annuellement.

 

"A l'avenir, le citoyen paiera ce qu'il doit payer dans un hôpital public (en contrepartie de ses soins) ou bien son loyer pour le logement public (...). Chacun doit assumer ses responsabilités", a souligné le ministre précisant que l'Etat veillera à ce que les subventions "soient réservées progressivement aux couches défavorisées". "Nous n'allons pas abandonner ces couches (défavorisées), mais nous devons les préparer à l'insertion économique (...). Mais il viendra le jour où nous devrions rationaliser l'intervention sociale du gouvernement", a ajouté le ministre. Lors de cette audition consacrée à l'examen des répercussions de la baisse des prix du pétrole sur les finances publiques, le ministre a indiqué que l'Algérie avait adopté dès 2014 un nouveau modèle de croissance fondé sur le financement de l'économie par le marché.

 

A travers ce nouveau modèle, "nous allons sortir graduellement du financement par le Trésor pour nous diriger vers le financement par le marché", a-t-il affirmé, en précisant que cette nouvelle démarche concernera tous les secteurs d'activité. "Toutes les entreprises économiques publiques vont financer leurs investissements (lorsqu'ils sont importants) à travers le marché obligataire", a soutenu M. Djellab rappelant l'entrée en bourse prochaine de huit entreprises publiques. Dans ce contexte, le ministre a fait savoir que son département ministériel travaillait sur un nouveau dispositif visant à réformer la Bourse d'Alger pour lui permettre d'attirer plus d'opérateurs. Rationalisation des dépenses publiques face la chute des prix du pétrole  Evoquant la baisse des cours du pétrole et le dispositif prévu par le gouvernement pour faire face à ses répercussions, M. Djellab a précisé que ces mesures entraient dans le cadre d'une politique de rationalisation des dépenses publiques et qu'il ne s'agit aucunement d'une politique d'austérité. Selon lui, tous les scénarios sont prévus, et ce, quelle que soit l'ampleur de la baisse des prix de pétrole.

 

Concernant le gel de recrutement dans la fonction publique en 2015, M. Djellab a expliqué que cette mesure ne concernait pas tous les secteurs tels ceux de l'éducation et de la santé. Concernant la rationalisation des importations décidée par le Conseil restreint en décembre dernier, M. Djellab a considéré que les dispositifs réglementaires ne pouvaient pas, eux seuls, cadrer le marché et que la concurrence devrait jouer son rôle. En outre, le ministre a fait savoir que son département s'est réuni récemment avec le secteur bancaire et l'administration douanière pour prendre des mesures supplémentaires dans le cadre de la promotion des exportations hors hydrocarbures. "Les financements des opérations concernant les exportations hors hydrocarbures vont être favorisés par rapport aux autres", a-t-il promis. Toutefois, le ministre a déploré le non respect par certains établissements bancaires de la réglementation relative au commerce extérieur.

 

Il a ainsi fait savoir que la Banque d'Algérie avait suspendu récemment les activités de financement du commerce extérieur pour certaines banques, et ce, après avoir constaté des infractions à la loi. 22.100 milliards de DA pour le plan quinquennal 2015-2019 Par ailleurs, le ministre a indiqué que le gouvernement avait donné son aval pour allouer un montant de 22.100 milliards de DA au plan quinquennal 2015-2019.

Interrogé par l'APS, en marge de cette séance d'audition, sur les détails des dispositifs prévus par le gouvernement en cas d'une éventuelle chute des prix du brut en deçà des 40 dollars, le ministre a répondu: "Nous avons tous les scénarios et toutes les projections. Face à tout niveau des prix du brut sur le marché, nous lui avons fait des projections". Relevant que l'Algérie subit une baisse de ses revenus pétroliers depuis juin 2014, le ministre a assuré que la situation actuelle était "bien maîtrisée" grâce au niveau actuel des réserves de change et un niveau d'endettement extérieur quasi-nul: "Ce qui permet de mieux gérer la situation". Interrogé également si une loi de finances complémentaire était prévue pour réajuster notamment le niveau des dépenses publiques, M. Djellab a souligné qu'aucune décision n'était prise pour le moment à ce sujet, assurant que la loi de finances 2015 permet, déjà, un contrôle suffisant des dépenses et des recettes.

 

APS

Commentaires

Daykhabotros
# Daykhabotros 24-01-2015 10:03
Par Hakim Laâlam
Email :
Mesures d’austérité. Qu’est-ce qui va changer dans les hôpitaux
publics ? Oh ! Trois fois rien ! Avant, la galère était gratuite.
Désormais, tu continueras de galérer, mais en …
… payant !
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 23-01-2015 18:58
"l'Etat veillera à ce que les subventions « soient réservées progressivement aux couches défavorisées"

Autrement dit 10 millions d'algériens recensés vivre sous le seuil de la pauvreté et dix autres en marge du seuil de la pauvreté...
Signaler un abus
fly1
# fly1 22-01-2015 10:16
@ igilgili
ça serait sot de ne pas accorder la subvention au professionnel et le contraire au particulier. Pourquoi ?

Cette subvention que ke commerçant perd , de la part de l 'état , va être compensée par une augmentation des prix , donc si l 'etat n accirde pas cette subvention au pro , le consommateur viendra la payer.autrement dit , ce que gagne le particulier d 'un côté le perd de l 'autre côté .en fait rien n 'est subventionné , le pouvoir connaît et manipule bien et d une bonne main de fer la machine economique qui sert à arnaquer le peuple
Signaler un abus
fly1
# fly1 22-01-2015 09:52
En fait le but de cet ancien general ct de faire
ecouler le premier sa marchandise sur le marché algerien , le saturant ,
Signaler un abus
fly1
# fly1 22-01-2015 09:46
Salut igilgili.
Ce Monsieur connaît bien ce type d 'importateur et il est même complice , si ce n'est pas lui le commanditaire de ces opérations de gangstere.
Ce qu il dénonce pas , ce sont ces importateurs , qui sont
fournisseur-client d'eux même. il cree son entreprise commerciale à l 'etranger sous prête- nom et il exporte vers son entreprise en algerie en sursurfacturant . En fait son but c le transfert de ses capitaux (conversion de ses milliard de da en devise ) , puisque la nouvelle loi de finance lui permet de payer avec un credit documentaire à une somme illimitée (avant c 'etait limité, et l importateur devait acheter le devise au marché parallèle s 'il depassait le cota , pour payer son fournisseur ).
Il y a beaucoups d'importateurs honnête , serieux et braves, qui trvaillent pour le pays (qui sont issus de grandes universités européenne s et américaine s) , mais , pour la plus part , ils ont arrêter parceque ils se sont toujours confrontés à ce problème de "rachoua" pour liberer leurs container , alors que d 'autres ......
Le meilleur DG dela douane etait celui de la periode Zeroual comme president , mais une fois le president détrône , les gros bonnets ont directement fait sauter le DG , parcequ il ne roulait pas dans leur ..... , et vous savez par qui , il a été remplacé .
Exemple de malfaissance du nouveau DG :
Un importateur serieux et intelligent
(de jijel) , se fait bloquer sa marchandise au large du port d 'alger sans aucune raison valable (Sauf en fait qu 'un bateau arrivait dans les jours qui suivent avec le meme type de marchandise , l'importateur etant un ancien general à la retraite).mais ces imbéciles ne savait pas que ce jijli a pris en france une assurance speciale pour que sa marchandise soit au port au jour J au plus tard. le bateau etait à quai le jour même de l 'entretien de l'ambassadeur de france à alger et le ministre du commerce ( il y a eu intervention de l 'assureur français). Le respect de la loi l 'emporte sur le rapport de force.
si l 'assureur etait algerien le probleme n'aurait pas été réglé.
Signaler un abus
igilgilli
# igilgilli 22-01-2015 11:40
Citation en provenance du commentaire précédent de fly1 :
Salut igilgili.

[fournisseur-client d'eux même. il cree son entreprise commerciale à l 'etranger sous prête- nom et il exporte vers son entreprise en algerie en sursurfacturant . En fait son but c le transfert de ses capitaux (conversion de ses milliard de da en devise ) , puisque la nouvelle loi de finance lui permet de payer avec un credit documentaire à une somme illimitée (avant c 'etait limité, et l importateur devait acheter le devise au marché parallèle s 'il depassait le cota , pour payer son fournisseur ).
.


Salut Fly,
Oui, ce sont des Algériens fournisseur-clients d'eux même, souvent installés en Europe qui sont derrière cette grosse arnaque qui coute très cher au trésor public.
Expédier à partir d’Europe des conteneurs remplis de chiffons pour encaisser en retour des centaines, voire des millions d’euros..
Ouyahia voulait rétablir le crédit documentaire limité avant qu’il ne soit débarqué de son poste de premier ministre.
Signaler un abus
أقموم أدالريشة
# أقموم أدالريشة 22-01-2015 02:02
ما عله أنخلصوا العلاج فالمستشفيات العمومية.
لكن خليونا أجورنا كما هي و لا تقتطعوا - زعما _ للضمان الاجتماعي.
وخليونا نداويو روحنا كيما أنحبوا بدراهمنا.
Signaler un abus
Daykhabotros
# Daykhabotros 21-01-2015 22:17
payants : pour les syndicats de la santé, Djellab « n’a rien compris »

Actualité - le 21 janvier 2015 à 16 h 50 min - Massissilia Chafai @Massissiliachaf.


« A l’avenir, le citoyen paiera ce qu’il doit payer dans un hôpital. Chacun doit assumer ses responsabilités », a déclaré, hier mardi 20 janvier, le ministre des Finances Mohamed Djellab. Les syndicalistes de la santé s’expriment, ce mercredi 21, janvier sur la question.

« Des discours contradictoires »

Contacté par TSA, Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), ne cache pas son étonnement : Nous ne comprenons pas pourquoi il n y’a pas de concertations entre les ministres. Chacun dit des choses différentes ». « Il s’agit là d’un discours qui contredit celui du ministre de la Santé », ajoute M. Merabet.

Selon lui, ce genre de décision ne peut pas se prendre sans réflexion. « Il faudrait que l’idée soit d’abord soumise à un débat national, où les parti politiques, syndicats, associations, citoyens seront concernés », ajoute-t-il.

Pour pouvoir parler de soins payants, il faudrait mettre en place des mécanismes, organiser des campagnes de sensibilisation, et passer par une période de transition, note encore le syndicaliste.

Lounes Ghachi, président du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), partage cet avis. Il estime qu’il est « actuellement impossible » de rendre payants les soins dans les hôpitaux publics. « Il faut faire un travail colossal, qui s’inscrit dans la durée afin de préparer ce changement », explique-t-il.

Les soins sont déjà payants en partie

Pour Lyes Merabet, les soins sont « loin d’être gratuits », actuellement. « Le citoyen paie déjà pour un minimum de prise en charge », explique-t-il. « Lorsqu’on a besoin d’exploration, radiologie, interventions chirurgicales, le patient est obligé de dépenser de sa poche sans être remboursé », affirme-t-il.

Lounes Ghachi insiste sur l’importance de ne pas oublier la tranche démunie et pas assurée. « La population démunie et qui n’est pas assurée a également le droit d’accéder aux soins ».

« Offrir la qualité pour exiger l’argent »

Les syndicalistes estiment que pour exiger que les soins soient payants au niveau des hôpitaux publics, il faut que la qualité suive. « Pour que les patients paient, il doivent être pris en charge convenablement », souligne Ghachi Lounes.

Le syndicaliste trouve également anormal que les patients soient obligés de se tourner vers le privé pour un scanner ou une IRM, car les hôpitaux publics n’en disposent pas.
Signaler un abus
Daykhabotros
# Daykhabotros 21-01-2015 20:48
Je suggère a tous de lire l'excellent discours du president Barak Obama prononcer hier sur l'état des états unis ou il était beaucoup question d'économie de la richesse du pays le chômage a reculer il propose de taxer les riches et que les fruits de la croissance soit mieux repartie chez nous comment se soigneront les plus démunis les plus vulnérables alors que certains se rendent dans des hopiteaux en Europe pour se faire enlever de la graisse ou subir de la chirurgie esthétique avec l'argent public cette austérité laissera des traces sur le ghachis Mesquine
Signaler un abus
Hoscin
# Hoscin 21-01-2015 19:58
Le paiement des prestations à l’hôpital est normal dans la mesure où les prestations doivent à la hauteur des attentes de la populations. Actuellement ces structures sont des mouroirs. N'avez vous pas vu la pollution émanant de l’hôpital ? En plus le badigeonnage de façade n'a été effectuée que lors de la visite du ministre.
Signaler un abus
igilgilli
# igilgilli 21-01-2015 19:52
Á qui profitent les subventions de l’État algérien ?

Les prix du pétrole, qui sont en chute libre, relancent une nouvelle fois la question de la gestion des subventions en Algérie. Les recettes de l’État risquent de diminuer inexorablement et la rente pétrolière qui contribue largement à financer les produits de grande consommation en prendra un coup. D’autant plus que ces subventions bénéficient à tous, pauvres et riches sans distinction.

Á qui profitent les subventions de l’État algérien ?

Alors que le déficit budgétaire guette (-7% selon les prévisions du FMI) et que de nombreux projets de développement du pays sont en passe d’être abandonnés, certains appellent l’État à mesurer ses dépenses et donc à revoir sa politique de subvention en l’attribuant exclusivement aux ménages les plus pauvres. En effet, ces aides concernant des produits comme le lait, l’huile alimentaire, les céréales et le sucre notamment, bénéficient à tous les consommateurs du marché alimentaire algérien sans distinction de revenus.

Coca, Pepsi, Danone achètent du sucre subventionné

Des restaurateurs aux industriels, tout le monde en profite. On peut citer les cas les plus connus de multinationales comme Coca-Cola et Danone ou encore des sociétés algériennes telles que Rouiba ou Hamoud Boualem qui utilisent le sucre subventionné par l’État dans la fabrication de leurs produits. Des produits comme ceux de Hamoud Boualem sont même exportés. Un scandale pour certains, d’autant plus, que cela ne se répercutent pas forcement sur le prix de vente final.

Ces dysfonctionnements font désormais réagir et plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer ce système généralisé d’attribution. Cité par le quotidien national Liberté, Mohamed Sghir Babes, président du Conseil national économique et social (CNES) réagissait hier lors d’une réunion : « On ne peut pas continuer à subventionner autant de produits sachant que cette subvention ne sert pas forcément les citoyens ; elle encourage plutôt le gaspillage et la fuite des produits subventionnés vers les pays voisins. »

Cette situation entraîne effectivement des trafics aux frontières et contribue au développement d’un commerce informel entre les pays du Maghreb.

Les recettes des pays voisins

La contrebande touche également la Tunisie puisque le pays perd pas moins de 1,2 milliards de dinars (tunisiens) chaque année selon les estimations de la Banque Mondiale. Le problème de la généralisation des subventions est aussi en question.

Pour y faire face et limiter l’utilisation de produits de base subventionnés aux personnes nécessiteuses, le ministère de l’Industrie tunisien a instauré un quota sur certains aliments comme l’huile. Des mesures de contrôle sont aussi mises en place pour garder un œil sur les restaurants à qui la loi interdit l’utilisation d’huile subventionnée par exemple. Par ailleurs, une différence de prix existe sur d’autres aliments (comme le sucre en transformation) selon qu’ils soient destinés aux ménages ou aux industriels.

De son côté, le Maroc prend aussi des mesures progressives pour limiter ses dépenses budgétaires. Le gouvernement annonçait en novembre, que les produits pétroliers ne seraient plus subventionnés et que le budget de la caisse de compensation serait dégraissé en passant de 55 milliards en 2012 à 23 milliards de dirhams en 2015. Une réforme qui vise à assainir les finances publiques et qui avait été fortement encouragée par le FMI.

Par ailleurs, l’idée de diminuer les subventions sur les produits de base pour verser des allocations directement aux populations démunies fait lentement son chemin au sein du royaume chérifien.

TSA
Signaler un abus
igilgilli
# igilgilli 21-01-2015 20:58
.
.

Où va l'argent du pétrole?


Les douanes s’alarment de l’ampleur des surfacturations

« Le phénomène de la surfacturation concerne l’ensemble des secteurs d’activité, liés au commerce extérieur », a reconnu, ce mercredi 21 janvier, Benammar Regue, directeur du contrôle à posteriori auprès de la Direction générale des douanes.

Les importateurs véreux n’hésitent pas à utiliser des registres de commerce prête-nom pour importer des marchandises à des prix très élevés mais, en réalité, sans valeur réelle et qu’ils abandonnent ensuite dans les enceintes portuaires, a-t-il dit à l’agence APS.

« Dans un grand nombre de conteneurs abandonnés, ouverts par nos services, nous découvrons du sable, du parpaing et des machines usagées destinées à la casse, et pour lesquels des sommes importantes de devises ont été transférées vers l’étranger au titre du paiement de ces importations », a-t-il admis, confirmant des informations

http://www.tsa-algerie.com/2015/01/21/importations-les-douanes-salarment-de-lampleur-des-surfacturations/
Signaler un abus
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 23-01-2015 19:01
Les fins renards qui peuplent les rouages de l'Etat n'en finiront jamais de trouver les pires astuces et les mille et un moyens de vider les caisses de l'Etat !
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Jijel: Manifestations du 11 décembre 1960
    MedSouilah MedSouilah 09.12.2016 20:49
    Une autre... http://nsa38.casimages.com/img/2016/12/09/161209090627760731.jpg

    Lire la suite...

     
  • Jijel: Manifestations du 11 décembre 1960
    MedSouilah MedSouilah 09.12.2016 20:44
    Ne s'agit t-il pas de l'école BOUMAAZA Mohamed?

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Des cours en langue et culture amazighes lancés
    MedSouilah MedSouilah 09.12.2016 20:34
    Salut Al Watani Ton raisonnement est à coté mon cher ami. Il y a d'autres vrais larbins , qui essayent ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Des cours en langue et culture amazighes lancés
    MedSouilah MedSouilah 09.12.2016 20:23
    Ton MAK n'a aucune place à Jijel , qu'il aille au diable, ce mak et tous ceux qui l'ont soutenu.

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Des cours en langue et culture amazighes lancés
    fly1 fly1 09.12.2016 19:19
    Voys avez tout à fait raison ElWatani , "toulane wa 3ardane". Ce sont des berberes latinisés et donc ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: Manifestations du 11 décembre 1960
    MedSouilah MedSouilah 09.12.2016 19:03
    Dans le célèbre film d'Agnès Varda, Cléo de 5 à 7, réalisé en 1962, un flash de la radio démarre ...

    Lire la suite...

     
  • Damas libère encore un bastion des terroristes à Alep-Est (Vidéo).
    jijel.jijel jijel.jijel 09.12.2016 18:15
    Oh, Christine...!!! http://petitemimine.p.e.pic.centerblog.net/m/0a0902f3.jpg

    Lire la suite...

     
  • Fable du bénévolat...
    Ben Nafa Ben Nafa 09.12.2016 17:41
    Ça me rappelle les petits bourgeois qui vont attendre au port les chalutiers pour demander un peu de ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Des cours en langue et culture amazighes lancés
    Al Watani Al Watani 09.12.2016 17:07
    Comme si Massinissa et Jugurtha s'exprimaient et écrivaient dans cette langue et avec ces caractères!

    Lire la suite...

     
  • Des Produits Jijelliens au Canada...
    Al Watani Al Watani 09.12.2016 16:57
    Levez la tête et ne vous donnez pas des explications bidons quant à la faible compétitivité des ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Le centre de soins de Belghimouz dans tous ses états
    christine hamad christine hamad 09.12.2016 16:22
    Ma voisine vient de mourir ce matin, et ça malgré tout les séances de chimiothérapie qu'elle a fait ...

    Lire la suite...

     
  • Damas libère encore un bastion des terroristes à Alep-Est (Vidéo).
    christine hamad christine hamad 09.12.2016 16:17
    Quand quelqun s'exprime sur un plateau ou une chaine te TV, je ne crois pas qu'il rigole ou fait ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Le centre de soins de Belghimouz dans tous ses états
    Foughali Foughali 09.12.2016 16:13
    Salut JJ et les autres Oui, je confirme... L'inde est une destination très prisée par les malades ...

    Lire la suite...

     
  • Damas libère encore un bastion des terroristes à Alep-Est (Vidéo).
    jijel.jijel jijel.jijel 09.12.2016 11:58
    Raisonnement bizarre!? Ainsi, si on suit votre raisonnement, lorsque une chaîne de télévision ...

    Lire la suite...

     
  • Damas libère encore un bastion des terroristes à Alep-Est (Vidéo).
    christine hamad christine hamad 09.12.2016 10:20
    Oui, JJ, c'est cet individu dit cheikh, mais une chaine israélien a posté sa criminel intervention. Ils ...

    Lire la suite...

     
  • JIJEL: Le centre de soins de Belghimouz dans tous ses états
    jijel.jijel jijel.jijel 09.12.2016 08:10
    Pourquoi c'est terrible? Avez vous une idée du niveau et de la qualité des soins et des médecins ...

    Lire la suite...

     
  • Damas libère encore un bastion des terroristes à Alep-Est (Vidéo).
    jijel.jijel jijel.jijel 09.12.2016 07:48
    Christine, lisez bien et écoutez bien ce que dit le Cheikh Khaled et vous comprendrez que c'est le ...

    Lire la suite...