Mouloud Hamrouche : « La situation du pays est gravissime »

Le président Bouteflika a annoncé sa décision de réviser la Constitution en 2011. Quatre ans après, le projet n’est pas encore concrétisé…

Ce projet ressemble à la légende du Loch Ness. Elle n’impressionne que ceux qui en tirent profit. C’est affligeant de voir des partis soutenir ou s’opposer à un projet qu’ils n’ont pas lu.

L’initiative d’une révision constitutionnelle revient au Président. Les apparences semblent indiquer que le président est réservé.

Vous n’avez pas l’air enthousiaste concernant ce projet. Etes-vous opposé à la révision de la Constitution ?

Les pratiques constitutionnelles à travers le monde démocratique montrent qu’un président n’utilise qu’une seule fois ce droit. Aujourd’hui, l’urgence est de faire face à deux risques imminents, la désintégration totale du pouvoir de l’État et la délégitimisation de l’ensemble de la représentation politique et sociale. D’autant que l’Algérie ne se conduit pas encore comme une société.

Cette situation consubstantielle rend toute tentative de créer un rapport de force avec le régime vaine. L’absence d’un tel rapport est à la fois un déficit politique grave et une menace qui peut, à tout moment, inciter à la violence.

Comment sortir de cette impasse ?  

La problématique est que la génération post indépendance n’a pas achevé le processus de rétablissement de l’État algérien, et visiblement n’a plus le temps de le faire avant de mettre pied à terre. Son devoir est de laisser aux nouvelles générations de meilleures chances pour l’accomplir.

Vous vous êtes adressé directement et indirectement à l’armée cette dernière année.  Concrètement, quel rôle peut  jouer cette institution dans la situation actuelle ? 

   

Il ne s’agit pas de demander à l’armée d’arbitrer la question du pouvoir. Il est par contre, réaliste et urgent de procéder à la réhabilitation du pouvoir régalien de l’État. Si le statu quo a été un choix par défaut, les menaces d’instabilité quant à elles sont réelles. Ces menaces pèsent sur la cohésion sociale et la discipline légale, pèsent sur la gouvernance nationale et pèsent aussi sur les droits des Algériens. D’autant que notre espace géoculturel est promis aux instabilités, aux insécurités et aux agressions multiformes pour les quinze prochaines années au moins.

 

Ces dangers ne semblent pourtant pas inquiéter le pouvoir…

 

 

On s’accroche au statu quo pour ses attraits ou quelque autre impératif. La première situation est liée à la nature humaine. La seconde est le fruit d’une lecture erronée. Ce ne sont pas le pouvoir régalien, la réforme et la démocratie qui menaceraient la stabilité. Ce sont plutôt le délitement de l’État, la corruption, le désordre social et le dysfonctionnement du gouvernement.

L’Algérie est-elle aujourd’hui totalement immunisé contre le Printemps arabe ?

Le Printemps arabe est l’expression d’un double échec. Échec de l’édification de l’État national et échec de la gouvernance. Il a pris l’allure d’un mouvement de refus et non d’un mouvement de projet. Il n’avait pas de leader ni de slogan politiques. L’Algérie a été épargnée grâce à la cohésion de l’armée durant les décennies de violence et les quelques acquis de la réforme.

La population à In Salah se bat contre l’exploitation du gaz de schiste depuis plusieurs  mois.  Mais le gouvernement maintient son projet.  Le  gaz de schiste devient-il une  fatalité pour l’Algérie?

Il faut rendre un vibrant hommage aux citoyens d’In Salah pour leur discernement, détermination et discipline. Ils se battent pour l’eau et l’environnement. Leur démarche pacifique mérite plus que de la solidarité. Ils méritent d’être écoutés.

Par-delà la question importante de la sécurité de l’eau, la génération de l’indépendance a vécu trop longtemps au crochet des acquis de la guerre d’indépendance et a puisé sans retenue dans une richesse non renouvelable sans réussir à moderniser le pays, développer son économie ou créer une alternative sérieuse aux recettes des hydrocarbures. Elle a perdu, dans les conditions actuelles, tout droit moral d’exploiter le gaz de schiste.

Pour le gouvernement, le recours  à l’exploitation du gaz  de schiste vise à préparer l’après  pétrole…

Ce n’est pas la chute des prix du pétrole qui menacerait notre pays, même si cette chute le prive de revenus financiers importants. La menace vient de notre incapacité à mobiliser nos potentialités pour y faire face. Nous n’avons rien appris de nos expériences et de nos échecs passés. Le risque aujourd’hui est de voir le gouvernement recourir aux remèdes d’hier qui ont montré leurs limites, ou introduire à la hâte de fausses et couteuses solutions. Avec de telles options, le pays risque de découvrir peu de temps après, que nos entreprises, banques, assurances et autres, ne seront plus maitresses de leurs actifs nets même avec la règle 51/49.

Vous accusez donc le gouvernement de recourir  aux solutions faciles ?

Il y a de graves déficits en termes de contrôle politique, parlementaire et légale. Il n’y a point d’expertises financières, juridiques et industrielles nationales impliquées dans la préparation des dossiers. De même, nos institutions de veille sont diminuées et aveuglées du fait de la déstructuration et l’affaiblissement des systèmes de collecte et de contrôle de l’information économique et financière.

La situation du pays est gravissime et ne s’accommode plus ni avec des mesures d’urgence ni avec des mesures de fond mal concoctées ou appliquées à la hâte. Un pays peut accélérer ou ralentir mais il ne peut jamais rattraper le temps perdu.

 

 

TSA

Commentaires   

igilgilli
# igilgilli 22-04-2015 12:25
Citer :
Le Printemps arabe est l’expression d’un double échec. Échec de l’édification de l’État national et échec de la gouvernance. Il a pris l’allure d’un mouvement de refus et non d’un mouvement de projet. Il n’avait pas de leader ni de slogan politiques. L’Algérie a été épargnée grâce à la cohésion de l’armée durant les décennies de violence et les quelques acquis de la réforme.
Il fait le bon diagnostic mais se trompe de remède comme d’habitude. Y pas si longtemps il faisait appel à l’armée pour « reformer » le système, aucune leçon n’a été tirée des erreurs du passé.
Signaler un abus
christine hamad
# christine hamad 22-04-2015 15:54
dear igigilli, i got no big idea about algerian intern politics, but as my long experience in arab countries tells me, the army would be a good idea, i believe, its surely better to have the army clean up all that mess of corruption and other misbehavior, than to get another
Signaler un abus
Foughali
# Foughali 23-04-2015 11:10
Citation en provenance du commentaire précédent de christine hamad :
dear igigilli, i got no big idea about algerian intern politics, but as my long experience in arab countries tells me, the army would be a good idea, i believe, its surely better to have the army clean up all that mess of corruption and other misbehavior, than to get another

Salut Christine
Je pense que c'est à la justice de décréter les lois et non à l'armée.....
Quand on donne le pouvoir aux militaires, on sait ce qui se passe..... Et si besoin, l'histoire est là pour nous le rappeler.
Je sais qu'au moyen orient, où les gens vivent encore au moyen âge, l'uniforme inspire ou impose le respect.... Mais ce n'est pas le cas chez des nations civilisées
Bonne journée
Signaler un abus
BenAdem
# BenAdem 21-04-2015 22:35
Je ne sais pas pour le compte de qui, dda Mouloud roule sa bosse ?
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    Foughali Foughali 24.02.2017 15:07
    Il fait virer le directeur de la chaîne et le directeur des programmes ..., Mais pas les lampistes ( ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 24.02.2017 15:05
    Salut saladin Nos importateurs ne sont même pas capable d'acheter des produits de qualité En effet, les ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    Foughali Foughali 24.02.2017 14:57
    Salut saladin Suite à cette fameuse pétition, il me semble que les autorités françaises avaient ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 24.02.2017 13:59
    Un message de nos lecteurs: ça fait déjà une année que tu nous a quitté père, et en cette circonstance ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 23.02.2017 15:31
    salut Foughali, Oui certainement, certains ont trouvé leur aubaine, dans l’importation de la pomme des ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 23.02.2017 14:09
    Salut cousin. En effet, moi je roule avec le GPL depuis environs deux années, et je le trouve ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    Foughali Foughali 23.02.2017 09:57
    C'est une excellente idée En effet, le gaz est moins polluant que le diesel.... Par contre, c'est une ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 23.02.2017 09:04
    Salut saladin Pas entendu parler de pomme des alpes vendues en Algérie. Tant qu'à faire ..... Mieux vaut ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 21:41
    Canal Algérie a invité, dans l’émission matinale « Bonjour d’Algérie » du mardi 21 février, Ferial ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 20:35
    Bonsoir Foughali, Sans chercher à trouver des justificatifs, aux comportements néfastes, de certains ...

    Lire la suite...

     
  • Taher. La tension sur le GPL perdure
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 20:13
    Une aide de 25.000 dinars est octroyée pour les propriétaires de véhicules qui veulent installer ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:13
    ...Moreover... Personne ne dit que la plaie algérienne n'est pas toujours ouverte....en effet, on ...

    Lire la suite...

     
  • Une contribution de l’historien Ali Farid Belkadi – Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
    saladin saladin 22.02.2017 18:10
    "Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris détient une oreille, non-identifiée, un morceau de ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    Foughali Foughali 22.02.2017 18:03
    salut saladin Je pense que tu peux comprendre le chagrin et la tristesse d'un pere du jeune soldat ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 22.02.2017 15:00
    CONDOLÉANCES. Nous apprenons avec tristesse le décès avant hier à Alger de Madame BOUHAL,née BOURAOUI ...

    Lire la suite...

     
  • Le drapeau algérien crée la polémique dans une ville du nord de la France
    saladin saladin 22.02.2017 07:18
    Si cette blessure n’est pas encore cicatrisée dans la société française, quoi dire alors de la société ...

    Lire la suite...

     
  • COUP DE GUEULE
    Foughali Foughali 22.02.2017 00:26
    Salut Mohamed Tu as raison de montrer que la colonisation n'est pas vécue de la même façon selon ...

    Lire la suite...