FaceBookTwitterGoogle+

Recherche

Portail des kotama

L'information au quotidien en continue, en images et en vidéo. Découvrez chaque jour, la référence de l'actualité jijelienne en temps réel...

Interview du Tennisman Islem Ahmia

Islem est joueur capitaine au T.C de Jijel, issu d’une famille modeste habitant au quartier des 1000 lgts ESTE, son père est retraité, sa mère au foyer. Le sport l'a fasciné à un tel point que cela était devenu une passion enracinée dans sa chair. Islem est un jeune hyperactif, très concentré sur le présent, originaire de Jijel. C’est dans cette ville coquette qu’il a grandi et a développé sa passion pour le tennis. Parmi la belle génération en train d’éclore emmené par les Youcef, Oussama, Loukmen et Badéro... c’est certain, est une des plus belle pépites. Il a 19 ans, souriant, sympathique et modeste. Ahmia Islem, actuellement occupe la tête de fil des – 20 ans au niveau de la wilaya, nous parle donc de tennis, de l’entrainement et de sa vision de futur professeur de sport. Avec placidité et détermination. Deux des qualités qu’il illustre sans doute le mieux sur un court.

1- Bonjour Islem, peux-tu te présenter personnellement en quelques mots aux lecteurs ?

Islem : Bonjour tout le monde, je me présente, je m’appel Ahmia Islem, j’ai 19 ans le tennis a rythmé la fin de mon enfance et mon adolescence. Cette passion m’a permis de m’ouvrir énormément de choses. Le tennis m’a permis d’aller vers les autres, de donner, de recevoir et de connaitre mes aptitudes et lacunes.

2- Tu es bachelier, pourquoi ce choix d'aller en STAPS?

Islem : Si j'ai choisi d'aller en faculté des sports c'était avant une passion du sport en général et du tennis en particulier bien enracinée dans ma chair. Aussi pour consolider, enrichir mon capital expérience et faire développer mes savoirs- êtres et savoirs-faires. Les stages que j’ai faits avec le Tennis Club de Jijel ont confirmé le fait que j'avais fait le choix d'une filière qui me correspondait. De plus, faisant de l'animation, depuis un certain temps, les facilités que j'ai avec le public enfant ont peut-être contribué à la confirmation de mon choix d'orientation.

3- Quelles sont, pour toi, les qualités requises pour être un bon prof d'EPS ?

Islem : Aujourd'hui, en Fac, on favorise l'apprentissage théorique. Mais il faut bien avoir conscience que, dans cette profession, la pratique est très importante. Pour moi, un bon prof doit avoir de la présence. Il doit savoir poser des limites, se faire respecter et montrer qu'il n'est pas le copain des élèves, même si ceux-ci ont l'impression que, quand ils vont en EPS, ils ne vont pas à un vrai cours. Bien sûr, en tant que prof, on doit également faire preuve de pédagogie, pour savoir montrer que le sport n'est pas qu'un loisir. On doit en montrer l'utilité, pour que l'élève, ensuite, puisse pratiquer sans la présence d'un prof.
Je ferais également un cas particulier pour ceux qui seraient amenés à enseigner. Le sport va être, là, un moyen de travailler sur la citoyenneté, sur soi. Par la pratique d'une discipline comme la boxe, on va leur apprendre à se contrôler, à connaître les limites. On va aussi travailler sur la sécurité et l'intégrité physique, en montrant les risques encourus lorsqu'on pratique un sport n'importe comment.

4- Et que conseillerais-tu aux étudiants qui voudraient aller en STAPS ?

Islem : Il faut de la volonté… surtout maintenant. Avant, le plus dur c'était d'y entrer, car il y avait un concours qui était vraiment difficile. Aujourd'hui, il n'y a plus aucun problème pour intégrer la filière STAPS, mais ce qui est compliqué, c'est d'en sortir en ayant le CAPEPS. Il faut donc se donner à fond, car on ne prend que les meilleurs.
Il faut faire attention aussi en entrant à la Fac, on peut rapidement dévier, car on est tenté de sécher certains cours qui paraissent barbants et inutiles pour l'année en cours. C'est une erreur. Il est très important de prendre tous les cours, car ils servent tous lorsqu'on passe le CAPEPS. Cependant, il faut savoir que STAPS ne mène pas qu'à une carrière de prof d'EPS. Il existe d'autres filières, comme l’entrainement sportif, éducation et motricité ou encore, management du sport et événementiel sportif. Les stages sont aussi là pour t'aider à te décider sur ton orientation.
Et la dernière chose que j'ai envie de dire, c'est qu'il ne faut pas croire qu'être prof de sport, ça se limite à lancer un ballon aux élèves et à les regarder jouer. C'est très compliqué, car, à la différence des autres carrières professorales, à la théorie s'ajoute la pratique.

5- Que comptes-tu faire après ta licence ? Quel est ton projet professionnel ?


Islem : Après ma licence inch’Allah j’aimerais bien poursuivre avec le Master et pourquoi pas le doctorat. J’aimerais travailler pour une agence d’événementiel avec une branche sport, ou pour une entreprise en interne afin de communiquer et d’activer une ou des marques par des événements sportif grand public.

6-Peux-tu nous citer les meilleurs conseils pour rester motiver au tennis ?

Islem : Pour rester motivé au tennis il est important à mon sens de : Savoir prendre du plaisir en jouant. Prendre le temps d’aller voir jouer du bon tennis Savoir enrichir sa culture sportive et soigner les relations que l’on peut avoir avec les acteurs de son sport Trouver le bon équilibre entre la compétition, l’entraînement et le loisir.

7-Selon toi, le sport et la motivation sont-ils réellement deux éléments indissociables ?

Islem : J’ai pu personnellement constater que l’entrainement physique stimulait mon intellect et mon humeur .Quand je suis de mauvaise humeur c’est souvent que j’ai négligé de m’aérer le corps et l’esprit. Donc, il me suffit souvent de jouer au volley-ball ou une partie de tennis pour trouver de nouvelles idées et de nouvelles sensations.

8: Peux-tu nous dire à quel âge et comment tu as commencé le tennis ?

Islem : J’ai commencé à jouer au tennis à l’âge de 12 ans. Lorsque j’étais petit, je n’étais pas vraiment très fort. Je jouais correctement, mais à cette époque, je jouais essentiellement pour le plaisir. Ce n’est que depuis ces dernières années que j’ai réalisé d’énormes progrès avec le Tennis Club de Jijel. C’est comme ça que j’ai pris mes premières leçons.

9- Peux-tu nous dire quel a été ton meilleur souvenir dans le tennis ?
Mon meilleur souvenir qui m’a le plus marqué est mon voyage à Oran, une superbe ville, l’ambiance avec mes amis à l’hôtel et les 14 heures de route qu’on a enduré pour arriver à Oran tard la nuit.

10- Quel métier aimeriez-vous exercer plus tard ?

Islem : J’envisage à travers mes passions, en particulier le tennis, ces expériences, toutes menées au sein de mon club, m’ont permis de côtoyer différents univers sportifs et d’acquérir une solide connaissance de ce marché. Mon souhait serait d’être professeur de tennis.

11- Parmi tous les joueurs que tu as vus à la télévision lors des différentes rencontres, lequel t’as impressionné le plus ?

Islem : Autant pour sa polyvalence que pour son aisance technique, le joueur le plus impressionnant que j’ai vu à la TV est Novak Djokovic car il a une volonté et une rage de vaincre qu’on ne trouve pas chez les autres joueurs.

12-Lors des séances d'entrainement, quelles sont les priorités sur lesquelles tu insistes avec les enfants de -10 ans ?

Islem : Si vous avez plaisir à apprendre à jouer au tennis, vous êtes susceptibles de pratiquer davantage et d’améliorer. D’autre part, si vous détestez le processus de passer par la courbe d’apprentissage, vous allez finir par abandonner le tennis. Donc la priorité avec des enfants à bas âge c’est avoir plaisir à apprendre à jouer au tennis. Je ne vois pas le problème. Pour moi le fait que je suis joueur avec eux et capitaine, c’est un atout. J’ai l’impression de connaitre très bien l’ensemble du groupe. Il va falloir maintenant que je porte un regard différent sur eux. Les avoir côtoyés,vu réagir dans différentes situations, c’est un matelas d’informations qui me donne confiance pour ma nouvelle fonction.

13- C’est un poste exposé ou vous risquez d’avoir des tensions avec certains joueurs. Pour un « affectif » comme toi, cela peut être dur à vivre, non ?

Islem: Oui, peut être. Mais les Youcef, Oussama, Loukmen, Badéro… ils sont intelligents. Ils savent bien qu’a ce poste-la, il faut prendre des décisions. Et si j’arrive à bien expliquer les choses à chacun, les joueurs accepteront mes idées. Il suffit de savoir les convaincre.

14- Etre capitaine, c’est aussi avoir un devoir d’exemplarité. C’est donc apprendre à contrôler ses émotions, à maîtriser la langue de bois…cela ne risque-il-pas d’être compliqué ?

Islem : Si on dit les choses intelligemment, si on les explique bien, on peut en dire beaucoup sans avoir besoin d’élever la voix. Parfois, bien sur, je devrai montrer la fermeté. Mais je ne vois pas mal parler aux joueurs, le tennis ce n’est pas le football (rire). En ce qui concerne, par exemple, mes rapports avec mes amis (joueurs),il est évident que ma position va changer. En tant que joueur, je pense avoir toujours été honnête sur moi, sur mon niveau et sur mes erreurs. C’est ce qui m’a valu un bon rapport avec entraîneur « cheikh Zahir » et notre coach du club.

15- Quelle est la qualité mentale principale d’un joueur de tennis ?

Islem: Au tennis, le doute n’est pas permis. La confiance en soi est cruciale chez le tennisman. Mais ce qui est compliqué avec la confiance en soi, c’est qu’il vous faut beaucoup de temps pour la construire. Ralf Wald Emerson disait « la confiance on soi c’est la base du succès ».

16- Quelle est votre devise dans la vie ?

Islem : Quand on veut, on peut. La volonté fait que l’on réalise son but, c’est la clé de la réussite. Il faut se battre et persévérer et ne pas baisser les bras devant le premier obstacle qui s’oppose à nous.

17- Un mot de la fin, pour conclure ?

Islem : Le TC de Jijel, doit mettre en œuvre une véritable politique de développement du tennis. La priorité rendre la pratique du tennis accessible au grand nombre et de créer des pôles de développement au niveau de la wilaya.
Ecoute, Islelm, je vais te remercier très sincèrement et très chaleureusement pour l’interview que tu viens de nous donner et puis je te souhaite vraiment une bonne réussite pour tes étude et bonne chance pour les tournois futurs.
Islem : Merci beaucoup, ça m’a fait très plaisir « Cheikh Hocine » !
Entretien réalisé par Rida Hocine

Commentaires   

lecretois
# lecretois 30-01-2016 22:16
Islem Ahmia a réussi un bac math technique, mais il a fait un choix inattendu. Islem a préféré suivre ses études à l'UFR/STAPS de Jijel tellement qu’il était passionné par la petite balle jaune. Ce choix me rappel l’année 1990 lorsque Riad Messaoudene et Nabil Messaoudène ont réussi un bac mathématique mais ils ont préféré suivent leurs études à l'ISTS pour devenir des entraîneurs de volley-ball. Ils sont des exemples frappants de réussite.
A mon sens, pour être enseignant aujourd'hui, il faut aimer transmettre et enseigner mais avant tout partager avec les élèves, les apprécier tels qu’ils sont et les accompagner pour atteindre le meilleur d'eux-mêmes.
Si votre passion est nourrie de cela, alors oui, présentez-vous au concours de recrutement des professeurs de sport… et vite, vous êtes faite pour ce métier !
Signaler un abus

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Début des travaux"

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • JIJEL : LE "CIRQUE" DU CENTRE VILLE.
    fly1 fly1 05.12.2016 19:42
    Et bien avant, c'etait quoi ? Un terrain vague ,qui avait son nom (portait le nom d'une famille de ...

    Lire la suite...

     
  • Décès et condoléances...
    MedSouilah MedSouilah 05.12.2016 18:20
    Avis de décès de Monsieur HAMADI Mostfa "Ben DERNALI". jijel.info présente ses sincères condoléances ...

    Lire la suite...

     
  • Ce matin à Jijel: Le poisson toujours inabordable
    ninoumouad ninoumouad 05.12.2016 16:58
    Des étals de misère .

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:06
    Salut Après ton constat : Dis nous ce que tu vas faire pour contribuer au changement ? Sans rancunes

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 12:04
    Salut .... Pourquoi changes tu de pseudo périodiquement ? Aurais tu des choses à te reprocher ? C'est ...

    Lire la suite...

     
  • Championnat amateur: Résultats et classement de la 11ème journée
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:44
    prochain déplacement de la JSD au cercle militaire ( cirque ) et recevra l'équipe d'el faubourg le ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 05.12.2016 07:42
    de Djidelli avec ses coopérants de l'époque ses 400 la piscine la ferme Andreux l'île magique de ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:56
    Salut taher Je suis entièrement d'accord pour dire que 50 ans après la fin de la guerre, il faut ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    Foughali Foughali 05.12.2016 01:42
    Salut Mohamed Oui, tu as raison ....nous étions nombreux à subir les bombardements des canons de 105 ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    fly1 fly1 04.12.2016 23:31
    Oui JJ , c tout à fait ça. un lundi peut être un lendi ,et pas l'inverse.

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 18:59
    Ce petit film couleur a été prix par une caméra portative personnelle 8mm (peut-être Kodak) déjà ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    MedSouilah MedSouilah 04.12.2016 17:19
    Un film de 8 minutes, vue panoramique sur la ville de Jijel entre 1960 et 1962. le Port, la ...

    Lire la suite...

     
  • Mise en conformité des constructions illicites à Jijel: Quand le citoyen paie les errements de l’administration
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 17:06
    disons que tout le pays est construit aux règles non conformes honnêtement .

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:41
    Oui fly1, exact! mais on les appelait les "lendits" et non "lundis" parce que "lendit" signifie "jour ...

    Lire la suite...

     
  • Photos inédites de Jijel et Taher entre 1957-1958
    jijel.jijel jijel.jijel 04.12.2016 15:27
    Ya MSouilah, La photo couleur existait depuis la moitié du 19ème siècle et s'est encore plus développée ...

    Lire la suite...

     
  • Retour aux souvenirs...
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:37
    donc on va rester à vivre avec le passé en évoquant nos chouhadas tout le temps ? oui je compatit ...

    Lire la suite...

     
  • Projet des transferts des eaux de Jijel et Bejaia vers Sétif: toutes les entraves levées
    elmej,oun elmej,oun 04.12.2016 14:33
    chez nous c'est déshabiller Paul pour habiller Pierre . nous qui sommes privés d'eau H/24 pour une ...

    Lire la suite...