La ville de Babor : Cette île émergeant d’un océan de montagnes…

À l'extrémité nord-est de la wilaya de Sétif, non loin du barrage d'Erraguène, dans la wilaya voisine de Jijel, et à moins de 20 km de la côte méditerranéene, la ville de Babor se dresse telle une île émergeant d’un océan de montagnes. Particulièrement meurtrie durant la décennie noire (1990), cette ville, (une des plus riches réserves naturelles de la planète), caractérisée par la beauté sauvage de ses paysages, a décidé de vivre et veut batailler pour ne pas se faire distancer par le train du développement…
Ce chef-lieu de daïra situé à une cinquantaine de km au nord de Sétif, semble batailler pour ne pas se faire distancer par le train du développement. Ses habitants, au caractère affirmé, mais si accueillants et tellement attachants, se fâcheraient presque lorsqu’ils s’entendent dire que Babor donne à ses visiteurs l’impression de somnoler, surtout en ces jours d’hiver qui recouvrent épisodiquement la région d’un manteau immaculé.
 C’est, en fait, une fausse perception, car les habitants de cette agglomération de près de 30 000 habitants, sévèrement (et c’est peu dire) affectée par la décennie noire qui avait provoqué son isolement, ont aujourd’hui soif de vivre. Mourad R., 46 ans, technicien en bâtiment, se souvient de ce qu’il nomme le «cauchemar» des années 1990. «Babor, avant même que le soir ne tombe, devenait ville morte, les gens se muraient chez eux et ce n’étaient pas les coups de feu résonnant au loin qui les incitaient à sortir», raconte-t-il. Il se rappelle aussi du départ de nombreux habitants de la région vers des cieux «plus cléments», fuyant le terrorisme. «Les attentats, les enlèvements et les actions de sabotage étaient suivis d’offensives des forces de sécurité combinées, à tel point qu’il n’y avait pas, pour ainsi dire, de répit. Même l’unique centre de formation professionnelle a dû être transformé en unité de paras pour protéger la région», souligne cet homme avant de soutenir que beaucoup, en revanche, ont décidé de rester pour aider, en tant que patriotes armés, les services de sécurité à venir à bout des criminels qui écumaient toute la zone, jusqu’à Jijel. «Petit à petit, les coups portés aux terroristes ont fini par donner leurs fruits avant que la paix et la sérénité ne soient définitivement rétablies, selon Mourad, qui indique se sentir «revivre» lorsqu’il voit ses deux enfants se rendre chaque matin à l’école sans aucune crainte. C’est au moment même où la région s'apprêtait à profiter de son nouveau statut de daïra pour se construire davantage et rehausser son niveau de développement que la folie meurtrière surgit. Des groupes terroristes, par dizaines, attirés par la topographie de la région, les denses forêts et les nombreuses caches aménagées par la nature, écumèrent la région jusque dans la wilaya voisine de Jijel, multipliant les attentats, assassinats et les embuscades. Les Patriotes, qui prirent les armes pour défendre leurs terres, les gardes communaux et les forces de l'ANP qui prirent position, à cette époque (années 1990) dans les locaux du centre de formation professionnelle, réussirent, dans des conditions pourtant très rudes, à porter de sévères coups aux terroristes. Ceux-ci, bien que souvent aux abois, conservèrent leur capacité de nuisance et, près de dix années durant, la peur, les cris et les larmes s’installèrent, mais sans jamais ôter l’espoir aux habitants de la ville de Babor et de ses alentours, convaincus que le jour finira bien par succéder à la nuit.odejjijel.org 
InfoSoir 10/03/2015 Par Lyes Sadoun

Une des plus riches réserves naturelles de la planète

Comme Mourad, la population de Babor, restée accrochée à ses racines, n’a plus rien à voir, aujourd’hui, avec la communauté foncièrement rurale illettrée des années 1960. D’immenses progrès y ont été accomplis dans les différents secteurs, conduisant au retour progressif des populations vers la terre où ils sont nés. L’un des secteurs les plus dynamiques, celui de l’éducation, a vu naître une multitude d’établissements pour les trois cycles de l’enseignement. Les habitants de Babor savent désormais, en tout état de cause, que leur région recèle suffisamment d'attraits et d’atouts naturels pour prospérer. En effet, située à l'extrémité nord-est de la wilaya de Sétif, non loin du barrage d'Erraguène, dans la wilaya voisine de Jijel, et à moins de 20 km de la côte méditerranéenne, Babor se caractérise par la beauté sauvage de ses paysages. Le magnifique panorama dessiné par les crêtes arrondies de la chaîne de montagnes s'étendant sur une centaine de km et dont le sommet le plus élevé culmine à plus de 2 000 m d’altitude est là pour nous le rappeler. Il y fleurit aussi une végétation riche en espèces rares, comme le sapin de Numidie (Abies numidica), le champignon Tricholoma calligatum (très demandé sur le marché extérieur), et une faune tout aussi importante à l’image, entre autres, de la sittelle kabyle qui ne compte plus que quelques individus, du singe magot, de la mangouste et du lérot (rongeur nocturne proche du loir). L’étendue forestière qui couvre une partie importante de cette région, qui fut aussi un haut lieu de la Révolution, regorge de sources d'eau pure et naturelle, complétant le tableau enchanteur offert aux visiteurs par ce petit coin de paradis, considéré comme l'une des plus riches réserves naturelles de la planète.odejjijel.org 
InfoSoir 10/03/2015 Par Lyes Sadoun

 
 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Jijel: Les grands projets en images...

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • C'était hier à la sortie EST d'El-Aouana au lieu dit: "Etourna da ballout"...
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 17:21
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628064122866322.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    Igel Igel 28.06.2017 16:59
    La magie de la nature. Elle nous rassemble. Des concombres Bio. C'est un bon départ. A la prochaine idée ...

    Lire la suite...

     
  • Vidéo: Nettoyage de la plage Zaway.
    Igel Igel 28.06.2017 16:51
    Il m'a toujours semblé que cette plage était interdite à la baignade en raison des dépôts de produits ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    Igel Igel 28.06.2017 16:43
    On peut se poser quelques questions simples. Qu'est-ce une ville? En y répondant objectivement on ...

    Lire la suite...

     
  • Un petit tour en ville...
    Igel Igel 28.06.2017 16:36
    Une vidéo qui dépeint par l'image et le son la profonde morosité couvre de ses ailes cette ville ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    dzira dzira 28.06.2017 15:39
    Y'a pas de justice.le walou fait ce qu il veut avec la complicité de l APW et le désengagement des ...

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    yasmine yasmine 28.06.2017 09:38
    Malheureusement les paltanes de la rue Vivone actuellement 1er Novembre , se meurent dans l'indifférence ...

    Lire la suite...

     
  • Le crie de cœur des habitants de la cité Rabta
    MedSouilah MedSouilah 28.06.2017 05:47
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/28/170628071128180638.png

    Lire la suite...

     
  • La photo du jour: Quelle horreur...
    Foughali Foughali 27.06.2017 22:51
    Salut igel Serais tu jaloux ? Tu peux te joindre à nous....tu es le bienvenu ! Je suis à Marseille ...

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:11
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511432380.png

    Lire la suite...

     
  • MA PREMIÈRE CULTURE DES POMMES DE TERRE AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 19:10
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627083511197226.png

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:07
    Merci Mohamed pour la publication de cet ancien texte qui nous remonte à l'époque du calme et de ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:06
    ls ont fini dans le bois de chauffage des Hammams et les gros tronçons, dans la fabrication des ...

    Lire la suite...

     
  • La photo insolite: Les misères et splendeurs de ces véhicules de nos jours...
    Ben Nafa Ben Nafa 27.06.2017 19:05
    Le chauffeur ne connaissait pas le Levier d'Archimède... C'est pour ça qu'il avait réparti n'importe ...

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251617223.png

    Lire la suite...

     
  • MA DEUXIÈME CULTURE DES CONCOMBRES AU POTAGER BIO
    MedSouilah MedSouilah 27.06.2017 18:38
    http://nsa37.casimages.com/img/2017/06/27/170627080251261535.png

    Lire la suite...

     
  • LES BEAUX PLATANES DE LA RUE DE VIVONNE...
    Igel Igel 27.06.2017 14:45
    Le bilan est catastrophique. Un docteur à la vue des résultats de l'analyse du malade Jijel ne saurait ...

    Lire la suite...