Vidéo: Rassemblement en soutien au peuple yéménite.

A l'appel du Collectif Français pour la Liberté des Peuples, un rassemblement était organisé ce dimanche 12 avril au Trocadéro à Paris, en solidarité au peuple yéménite et à tous les peuples victimes de l'impérialisme saoudien. Le Cercle des Volontaires a pu interviewer M. Amrouni, organisateur de l'événement, ainsi que Ginette Skandrani, présente à ce rassemblement.

Lire également: Poutine lève l’interdiction de livraison des systèmes de missile S-300 à l’Iran

 

 

 


Lire également:

GROSSE QUENELLE. Poutine lève l’interdiction de livraison des systèmes de missile S-300 à l’Iran
Le service de presse du Kremlin a annoncé que le président russe avait annulé l’interdiction de livrer des systèmes de défense aérienne à l’Iran qui avait été prononcée en 2010, par l’actuel Premier ministre Dmitri Medvedev, alors président.
 
«Le décret lève l’interdiction de mouvement de transit sur le territoire de la Fédération de Russie (y compris par les airs), d’exportation du territoire de la Fédération de Russie vers la République islamique d’Iran et aussi de transfert des systèmes de missiles antiaériens S-300 hors de la Russie par mer et par les airs à destination de la République islamique d’Iran sous les drapeaux de la Fédération de Russie», indique le document.
 
Le décret est entré en vigueur après sa signature par le président.
Cet accord autorisant la livraison des systèmes de missiles à l’Iran avait été signé en 2007 et prévoyait la livraison des S-300 pour un montant de 750 millions d’euros. Mais en 2010, l’accord a été suspendu en raison des sanctions contre l’Iran décrétées par les Nations unies.
 
Téhéran a réclamé des indemnités à hauteur de 4 milliards de dollars à la société russe Rosoboronexport devant un tribunal arbitral à Genève mais la question de la livraison des S-300 à l’Iran n’était pas réglée depuis des années. Après de longues négociations, en février 2015, Moscou a offert à Téhéran d’acheter son système antiaérien et balistique Anteï-2500 en lieu et place des S-300 qui ne sont plus fabriqués. Téhéran avait répondu qu’il examinera la proposition.
 
Le monde