Connexion

Nous avons 631 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage.

souv. Sans titre

Une image qui nous fait plonger dans les vieux souvenirs, car les gens de nos jours, ne connaissent plus le sens du partage; c'est dommage !

À cette époque , nous étions attachés aux coutumes.
L'Algérie était jadis un carrefour stratégique et une contrée de choix pour les différentes civilisations qui l’ont conquise et qui n’ont pas, par la même occasion, omis de poser leurs empreintes sur le territoire.

BONNE JOURNÉE A TOUTES ET A TOUS...

  23559828 1695907803783846 8455822380182213412 n

23559883 1695859773788649 7426741204717462910 n

Commentaires   

Igel
# Igel 14-11-2017 22:13
C'est un simple repas de famille comme on le pratique encore partout dans les campagnes algériennes. La solidarité cependant était un moyen de survie. Je t'aide et tu m'aides. Avec la construction de la maison, les moissons, les fêtes, la tonte des moutons...
saladin
# saladin 15-11-2017 12:25
Je ne sais pas quel est ton âge, mais si tu avais vu ce que j’avais vu, en tant qu’enfant, tu sauras que ce n’était pas une question de survie ou de tu m’aides et jet’aide , mais c’était quelque chose de beaucoup plus ça …
Les gens de ma déchera de jadis, leur arrivait d’égorger un ou plusieurs bovins, en commun, de temps à autre.
Chaque famille aura son masbah des morceaux de viande, selon le nombre, des membres de la famille.
Bien sûr, même les familles qui n’avaient pas cotisé (faute de moyens) recevaient leurs parts, dans la plus grande joie... :-)
saladin
# saladin 14-11-2017 14:07
GRAND merci Mohamed pour ces belles images !
Sobhane Allah on dirait ma déchera de jadis ! :-)
Je témoigne, même si je l’ai vécue en tant qu’enfant, il fut une époque, pas très lointaine, où les habitants de ma déchera se partageaient toutes les bonnes choses.
Leur esprit de solidarité était merveilleux.
La chose qui a marqué mon esprit le plus est la construction des maisons.
Des fondations jusqu’aux tuiles, tout était fait bénévolement par les habitants au profit du propriétaire.
Seules les tuiles sont à acheter par le propriétaire, tout le reste c’est la communauté qui s’en chargeait, main d’œuvre compris. :-)
Il n’ y a pas le moindre doute , la déchera vivait paisiblement et joyeusement …
Foughali
# Foughali 14-11-2017 18:53
Salut saladin
Oui, tu as raison, la solidarité n'est plus à l'ordre du jour chez les jeunes générations.
J'ai eu comme toi la chance de vivre mes premières années dans un milieu privilégié.....même si on n'avait pas le confort et le luxe qu'on pourrait avoir de nos jours, notre vie était rythmée par les saisons, les fêtes et le travail ou l'école pour les plus âgés ....
Toutefois, je ne suis pas sûr de pouvoir vivre dans un environnement aussi hostile et mener une vie aussi rude ...,,
Un grand merci à Mohamed qui a dégoté cette belle image.
Bonne soirée
:lol:
saladin
# saladin 15-11-2017 08:16
Bonjour Foughali,

Il ne nous est pas demandé de vivre, dans les mêmes conditions matérielles que nos ancêtres, mais il est plus que souhaitable d’hériter leur façon de vivre ensemble.

Je pense avoir déjà raconté cette anecdote, mais c’est mon plaisir de la raconter, encore une fois, à l’occasion… :-)

Dans ma déchera de jadis vivait un homme et sa femme et leur petit enfant.
Un beau matin du mois décembre, la femme était partie, avec son enfant, rendre visite à ses parents, dans une autre déchera. Son mari est parti, comme à son habitude, garder son unique chèvre et deux chevreaux, dans la foret à coté. Ils avaient oublié d’éteindre le feu dans l’âtre...
Quelques instants après leur départ, leur petite maison avait pris feu …
Les gens de la mechta se sont réunis, illico-presto, et avaient décidé de reconstruire la petite maison, immédiatement, en l’absence même des propriétaires…
Le soir, le travail était presque fini lorsque Slimane était revenu avec sa chèvre et ses deux chevreaux.
De loin, il n’a pas compris la présence de la nombreuse foule, devant sa demeure, mais lorsqu’il a su ce qui s’est passé, il avait invité tout le monde à rester diner chez lui. Sa chèvre devrait faire l’affaire, pensait-il. Les gens ne voulaient surtout pas qu’il sacrifie son unique "richesse", pour eux, mais Slimane les a avertis que s’ils ne restaient pas, c’est lui-même qui mettra le feu dans la demeure …
:-)

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.