Connexion

Nous avons 554 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Plongée dans l’histoire de la médina

En 1859, les habitants de Djidjelli furent dépossédés de leurs biens et expulsés de leur ville située sur une presqu’île, en application du décret impérial du 16 juin 1858 et de l’arrêté du ministre de la Guerre daté d’octobre 1859. Les Jijeliens devinrent alors, à tout jamais, orphelins de leur Casbah ancestrale. Mettant à mort un patrimoine urbain vieux de plus de 30 siècles, le génie militaire colonial démolit ensuite la citadelle pour « cause d’utilité publique » afin d’y installer un quartier militaire. Cette double opération d’expropriation et de destruction opérée par l’armée coloniale « en toute légalité » est venue parachever la destruction partielle de la vieille ville de Djidjelli par le raz-de-marée du 22 août 1856. 
Si l’on se réfère aux documents d’époque, les opérations d’expulsion furent menées avec brutalité. En effet, le décret impérial du 11 juin 1858 ordonne une « expropriation d’urgence pour cause d’utilité publique ». Cette « expropriation d’urgence » commanditée par Napoléon III deviendra une « prise de possession d’urgence des immeubles » édictée par l’arrêté du ministre de la Guerre daté du 14 octobre 1859, qui déclare « d’utilité publique l’établissement d’un quartier militaire dans la presqu’île ou vieille ville de Djidjelli ». L’occupant français a ainsi causé un énorme tort au patrimoine matériel, immatériel et archéologique de la ville. En effet, la citadelle musulmane que l’on voit sur les quelques cartes et gravures d’époque (essentiellement du dix-septième siècle) était elle-même bâtie sur d’anciennes fortifications romaines et byzantines. « La petite cité qui fit trembler, des siècles durant, les marines chrétiennes », semble avoir ainsi payé pour son passé glorieux. ` « Elle disparut à jamais avec ses tours de gué, ses maisons, son mur d’enceinte et ses mosquées », écrit un vieil historien autodidacte de Jijel, Salah Bouseloua, dans son « Génie de la mer ». Lorsque les Djidjelliens se souviennent de la cité martyre, ils se remémorent les récits transmis par leurs aïeux ou font une recherche dans les archives de la région qui existent dans le fichier français des Territoires d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence. Privées de leurs biens, les familles djidjelliennes furent contraintes de se replier vers l’arrière- pays et ne bénéficièrent de lots urbains de compensation qu’une décennie plus tard. Ses habitants essayèrent de faire revivre leur cher « Jijel El-Atik », également appelé « El Caserna », la cité de Sidi Ahmed Amokrane (saint patron de la ville), en construisant de nouvelles maisons de type traditionnel avec cour intérieure et terrasse. Ils ont également repris les dénominations anciennes en usage dans les vieilles villes d’Algérie, telles que "El-Djbel" (quartier situé en hauteur) pour le quartier des Andalous et des Raïs (souvent d’origine étrangère) et El-Merdja (la prairie) pour les quartiers habités par les citadins de souche autochtone plus ancienne.
algeriepyrenees.com
 
Horizons . le pelerin

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.