Connexion

Nous avons 411 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Occupation des trottoirs à Ziama.

A ziama centre le piétonnier n'a plus droit au trottoir, il est obligé d'emprunter la chaussée par manque de passage sans aucune réaction des autorités locales, et, le phénomène s'aggrave de plus en plus !

L’absence des autorités concernées aidant, les racketteurs n’en font qu’à leur tête, sans se soucier de l’impact de tel incivisme sur la fluidité et la bonne gestion de la ville.

 Image: Square de Ziama-Mansouriah par un temps pluvieux avec ses Rhaphiolepis indica en fleurs.

 

Commentaires   

khelifabenali
# khelifabenali 03-07-2015 00:41
L'occupation du domaine public (trottoirs, places) par un commerce doit répondre à des conditions fixées par l'autorité administrative qui est en charge de sa gestion, généralement la commune. Elle nécessite une autorisation, qui prend la forme d'un arrêté, et entraîne le paiement d'une redevance.
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 27-06-2015 21:29
L'occupation des trottoirs par leur squat permanent et sauvage est devenu un phénomène régional. Nous avons cette sinistre impression que la chose est encouragée par les autorités. Sans doute pour perpétuer l'esprit tribal et la mentalité du souk. C'est là sans doute un phénomène qui s'inscrit dans le cour de l'histoire du pays.

Il ne faut pas oublier qu'il avait fallu à l'armée Française plus de quarante ans avant de "pacifier" les indigènes locaux.

La France en partant avait laissé des recommandations à ses sbires pour maintenair la région au niveua le plus bas, par vengeance "posthume" et postindépendance. L'un dans l'autre, nous comprenons alors la position des autorités, elles-mêmes instruites pour laisser pisser le mérinos...et le mérinos ne se gêne pas alors de pisser partout...convaincu de son bon droit en toute anarchie...

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.