Connexion

Nous avons 441 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

El Milia (Jijel) : Le CET fermé par des habitants depuis une semaine

Barricadé par des citoyens, le centre d’enfouissement technique (CET) n’est plus en service depuis une semaine. Des habitants de la localité rurale de Zerzour, située à sept kilomètres à l’Est de la ville d’El Milia, ont eu recours à cet acte radical pour s’opposer à tout rejet des déchets ménagers. Ils se disent incommodés par les odeurs répugnantes depuis l’ouverture de ce CET en 2011. «Nous disons assez à cette pollution ; nous vivons un calvaire depuis l’ouverture de ce CET qu’on a implanté à coté de nos maisons», s’emporte un habitant. Annoncé à sa mise en service comme la solution idoine pour le règlement du problème des déchets ménagers à El Milia et dans la commune avoisinante de Settara, ce CET est devenu une dangereuse source de pollution pour la population.

«C’est un gigantesque dépotoir, ce n’est pas une structure de traitement des déchets, comme on l’avait promis, on ne fait ni enfouissement, ni traitement, on se débarrasse des ordures et on s’en va», s’indignent les riverains. Fermé à plusieurs reprises par les habitants, qui n’ont pas cessé d’adresser des requêtes aux responsables locaux pour se plaindre des désagréments causés, ce centre est loin de respecter les normes d’enfouissement. Dans la ville d’El Milia, où on n’arrive toujours pas à trouver des solutions à cet épineux problème, c’est la panique. Aux prises avec la grogne de la population de Zerzour, les responsables de l’APC n’ont pas hésité à se débarrasser des déchets collectés en ville n’importe où. «Où voulez-vous qu’on les jette (les déchets)», s’est élevé, à son tour, le P/APC. Et c’est sur un  terrain bordant la RN 43, servant lui aussi de lieu de dépôt des tas de terre prélevés du site de terrassement de Bellara, qu’on a préféré se débarrasser de ces déchets. En quelques jours, l’endroit s’est transformé en une décharge sauvage, avec tout son lot de désagréments et de pollution. Des cigognes, retrouvées morts sur place, ont été les premiers à en pâtir de cette incurie.odejjijel.org El Watan 21/07/2015 Par Adam S.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.