"Suite". 4 JUILLET 1993 : DEUX HEURES DE TERREUR !

…/… J’ai considéré d’un air presque indifférent ces ombres assises qui se profilaient dans la pénombre et franchis le portail du mur d’enceinte. Mes pas crissaient sur le gravier de l’allée conduisant à l’entrée du bâtiment. Je montais l’escalier jusqu’au deuxième étage. Le bâtiment en comptait trois plus le rez-de-chaussée. J’entrais, refermais la porte et me dirigeais vers la cuisine. Je mis le dîner à chauffer et pris un morceau de pain que je mis à mâcher.
C’est à ce moment là que j’entendis frapper à la porte. Mais qui pouvaient venir à cette heure ci, me dis-je. Je me dirigeais vers la porte : oui, qui c’est ? « La police ». J’étais étonné et surpris tout à la fois. Mais que pouvait bien vouloir la police à cette heure de la nuit ? Tout à mon étonnement et, sans doute par réflexe mais c’était surtout par inconscience et manque de réflexion que j’ouvris la porte.../


Quelle ne fut ma surprise quand je vis quatre individus cagoulés franchir tous les quatre à la fois le seuil de la porte ! J’étais sidéré ! Parmi les quatre quidams l’un mesurait bien 1 m 90 et était bâtis en force. Deux autres étaient de taille moyenne et le quatrième court sur pattes. Plus tard j’ai su que c’était lui le chef de bande. Les trois s’engagèrent le long du couloir. Pendant que je les suivais du regard, je vis au milieu du couloir le chat dont les poils étaient hérissés comme les épines d’un porc-épic ! Le pauvre, lui aussi avait été surpris par cette intrusion !
Le « chef » me montra un couteau qu’il tenait à la main « tu connais ça ? Entre dans la cuisine, mets-toi face au mur». Je crus ma dernière heure arrivée ! Je me mis face au mur. « Où est le fusil de chasse ? ». Je n’ai pas de fusil de chasse, répondis-je. Le gars entra dans la buanderie, je ne sais s’il avait fouillé, n’ayant rien trouvé, il revint et me posa de nouveau la question. Je n’ai pas de fusil de chasse dis-je une nouvelle fois. Je n’en ai jamais eu.
Entre temps, les trois quidams étaient revenus et étaient entrés au salon. Ma femme et mes deux filles s’y trouvaient, elles regardaient la télé. Je tournais la tête, « Ne bouge pas où tu le regretteras » me dis le minus. J’entendais l’un des gars dire à ma femme « C’est quoi toutes ces allées et venues ? Tu ne sais pas que tous les habitants du village se plaignent ? Où vas-tu ainsi à chaque fois ? » « Chez mes parents, où voulez-vous que j’aille ? » « Non, pas seulement chez tes parents, nous t’avons surveillés, tu prends à chaque fois un taxi pour aller à Alger, qu’est-ce que tu vas y faire ? » « Je vais chez des amies passer l’après-midi, je suis d’Alger et par conséquent j’ai des amies, je ne peux pas m’abstenir de couper mes relations avec elles » …
Un dialogue de fou. Ainsi, nous étions sous surveillance depuis déjà assez longtemps ! Je le savais depuis un certain temps. Curieusement, une semaine avant cet évènement, j’avais été pris à parti par les voisins rassemblés dans la cour. Ce jour-là, je venais d’arriver vers 21 heures également. C’est souvent ainsi en raison de la difficulté qu’il y avait à trouver un transport vers sidi Moussa après 19 heures. Le dernier car de la SNTV démarrait effectivement à 19 heures de la gare d’Alger. Si je le ratais, bonsoir les problèmes de déplacement.
Je saluai tout le monde et m’apprêtait à rentrer chez moi. Celui qui avait été élu maire à sidi Moussa était mon voisin de palier. Candidat du FIS. Il m’appela « Un instant ya l’jar, nous avons besoin de te parler » Oui ? Dis-je en allant à leur rencontre. Ils formaient un cercle. « On t’informe, pour le cas où tu ne le sais pas, que ta femme nous occasionne un grand dérangement et c’est tout le monde du village qui s’en plaint ». Aaaah, ça je ne le savais pas ya lejmaâ, leur répondis-je. Mais je vais faire le nécessaire pour que cela cesse.
« On t’avais déjà signalé que ta femme mettait trop fort la radio et cela nous dérange ». Oui, en effet, mais j’y ais mis bon ordre. « On s’en est aperçu ». C’est pendant toute une demi-heure que dura ainsi cet entretien de fous. Ce fut un palabre, des conseils et des avertissements clairement formulés. Dès que je sis entré à la maison je pris ma femme à part et lui racontais ce que je venais d’entendre de la part des voisins. Il me semble que je t’avais déjà fait la leçon lui dis-je. Tu sais bien dans quel milieu nous vivons ! Ce ne sont pas des gens ordinaire, ce sont des paysans et des montagnards qui, lorsqu’ils s’entendent au sujet de quelqu’un il s deviennent sans concession.
Pourquoi tu les provoques comme ça sans cesse. Tu sais bien qu’ils n’ont pas la même mentalité qu’un citadin d’Alger ! « Mais je les emmerde ! Je suis chez moi, ils n’ont pas à nous adresser des remarques, et puis ça ne les regarde pas ! » Têtue et bornée. Depuis ce jour, j’appréhendais le pire et il a fini par ce produire tel que je l’avais imaginé !
Coincé face au mur, j’entendis soudain ma femme s’exclamer « Non, non pas avec le couteau ! » En une fraction de seconde je me sentis envahi par plusieurs impressions et sentiments. Mon sang se glaçât dans mes veines ! Je sentis le ciel tomber sur mes épaules avec fracas et un voile noir descendre sur mes yeux, tandis que mes pensées s’affolèrent avant de se figer ! J’avais le tournis et ne sus plus où me situer ! J’étais impuissant avec le type qui, à ce moment là m’avait collé la pointe de son couteau derrière le cou ! « Ne bouge pas ! ».
Non, non, ce n’est pas possible me mis-je à penser, désemparé et ne sachant ce qui arrive. Je m’attendais à entendre encore les cris d’effroi et de terreur qu’allaient pousser mes enfants devant ce que j’imaginais d’horrible qui allait se passer. Bizarrement rien ne se produisit. « Ne bouge pas », me dit encore le minus…
Il se mit à me questionner à sont tour « Que connais-tu de D… (Le maire). C’est mon voisin et la seule chose que je sais de lui est qu’il est enseignant dans cette école au même titre que ma femme. « Et puis quoi encore ? » C’est tout, lui répondis-je. Je n’ai pas pour habitude de m’intéresser aux personnes même s’ils sont mes voisins. Mais je suppose qu’il devait bien le savoir, du fait que nous étions depuis longtemps sous surveillance, dans le moindre de nos faits et gestes !
A suivre…

Noureddine Bousdira jijel.info

 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.

Connexion

Nous avons 543 invités et aucun membre en ligne

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Prévisions Météo

Espace pub: TOUR BENZIADA " Avancement des travaux"

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

Le projet Bellara,
Donnez votre avis

  • La photo du jour de la corniche. Attention. Ralentissez!
    christine hamad christine hamad 20.11.2019 07:32
    Ces singes sont adorables

    Lire la suite...

     
  • Communiqué de la gendarmerie nationale
    christine hamad christine hamad 20.11.2019 07:30
    C'était les préparations pour réveillon!! Les l

    Lire la suite...

     
  • Courrier des lecteurs: Lettre Urgente à Monsieur le Wali
    BenAdem BenAdem 19.11.2019 23:04
    Le Wali de Jijel, est complètement à l'ouest son seul travail se limite à la visite des dechrates ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: La campagne de la cueillette des olives lancée, hélas pas pour tout le monde...
    MedSouilah MedSouilah 18.11.2019 18:08
    Le roman La terre et le sang de Mouloud Feraoun publié en 1953 en France (Seuil), soit à la veille ...

    Lire la suite...

     
  • Courrier des lecteurs: Lettre Urgente à Monsieur le Wali
    yasmine yasmine 18.11.2019 14:31
    laohalim, c'est vrai mais dans ce cas ils iront se plaindre non seulement des entrepreneurs qui ...

    Lire la suite...

     
  • Jijel: premiers flocons de la saison
    MedSouilah MedSouilah 18.11.2019 13:04
    Tout à fat Christine.

    Lire la suite...

     
  • Courrier des lecteurs: Lettre Urgente à Monsieur le Wali
    laohalim laohalim 18.11.2019 11:34
    je préconise au "groupe de citoyens de la ville de jijel" de se plaindre auprès de la Justice en ...

    Lire la suite...

     
  • Faire vivre le souvenir de Raymonde Peschard
    saladin saladin 18.11.2019 08:12
    Que Dieu ait l’âme de Raymonde Peschard,et la reçoit dans son vaste paradis, une combattante ALN ...

    Lire la suite...

     
  • Faire vivre le souvenir de Raymonde Peschard
    christine hamad christine hamad 18.11.2019 07:06
    Und dame exceptionnelle !! Allah yarhammo

    Lire la suite...

     
  • Le défi des citoyens des Béni Frah, dans la commune de Béni-Yadjis.
    christine hamad christine hamad 18.11.2019 07:02
    Bravo !! Une exemple a suivre!!!

    Lire la suite...

     
  • Jijel: premiers flocons de la saison
    christine hamad christine hamad 18.11.2019 06:57
    C'est très beau!! Il manque seulement une station de ski!!

    Lire la suite...

     
  • Le défi des citoyens des Béni Frah, dans la commune de Béni-Yadjis.
    saladin saladin 17.11.2019 08:25
    GRAND bravo aux habitants de Beni Frah, pour leur bonne volonté, de réparer le pont de l’espoir, après ...

    Lire la suite...

     
  • Courrier des lecteurs: Lettre Urgente à Monsieur le Wali
    yasmine yasmine 17.11.2019 00:56
    Ce n'est pas au wali qu'il faut s'adresser dorénavant mais au Bon Dieu. Combien de fois le wali ...

    Lire la suite...

     
  • Planter des arbres sans aucune étude/ Voie publique dégradée par leurs racines
    yasmine yasmine 13.11.2019 11:24
    Il faut d'abord avoir une politique bien définie de gestion des espaces verts avec comme responsables ...

    Lire la suite...

     
  • Planter des arbres sans aucune étude/ Voie publique dégradée par leurs racines
    laohalim laohalim 13.11.2019 08:49
    Cher Mohamed, la solution est la suivante : Il faut déraciner le problème et pas les arbres c'est ...

    Lire la suite...

     
  • Souvenez vous de l'Inauguration à Béni Frah du pont de l'espoir...
    saladin saladin 13.11.2019 08:31
    Très triste est cette nouvelle ! Les habitants de Beni Frah ont pu réaliser ce pont ...

    Lire la suite...

     
  • Planter des arbres sans aucune étude/ Voie publique dégradée par leurs racines
    MedSouilah MedSouilah 12.11.2019 18:32
    Il fallait choisir des arbres, après étude par des experts du métier, aux racines moins agressives...

    Lire la suite...