Connexion

Nous avons 275 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Hammam Beni Haroun (Mila) : Une halte incontournable sur la route de Jijel.

La sympathique localité de Hammam Beni Haroun, située au nord de Mila, à la lisière de la limite territoriale avec la wilaya de Jijel, a toujours été connue pour ses rôtisseries de brochettes, sa route de la corniche et sa source thermale aux multiples vertus thérapeutiques.

Incrustée au milieu de pics aiguisés qui la protègent des rayons solaires brûlants de la mi-journée, Hammam Beni Haroun est la destination quotidienne, durant toute l’année, de dizaines de pêcheurs à la ligne et d’amateurs des sources thermales. Mais l’agglomération s’anime encore plus en été, avec ses milliers d’estivants qui y descendent pour des besoins divers.

En effet, les vacanciers d’un jour qui se rendent sur les plages jijeliennes ou qui en rentrent ne peuvent se passer d’une halte à Hammam Beni Haroun. Ils y descendent qui pour déguster les succulentes brochettes braisées, qui pour se faire prendre en photo sur la route de corniche qui surplombe la source thermale, et qui encore pour acheter des souvenirs dans les étalages d’objets d’art bien garnis en curiosités qui longent la route.

Affluence propice à l’essor commercial

Les centaines d’estivants qui s’arrêtent chaque heure à Hammam Beni Haroun constituent un véritable levier économique pour la région. Malgré leur nombre, une vingtaine environ, les rôtisseries du coin arrivent difficilement à satisfaire leurs clients. Elles sont, à longueur de journée, et jusqu’à des heures tardives de la nuit, prises d’assaut par des groupes d’estivants ; ce qui met invariablement les gérants de ces établissements dans l’incapacité de faire face correctement à une clientèle à la fois nombreuse et pressée.

Certaines rôtisseries, comme celle d’Errim El-jamil par exemple, emploient plus d’une trentaine de personnes et sont dotées de plus d’un foyer pour griller les brochettes, sans jamais réussir le pari de satisfaire leurs hôtes d’un moment.

Cette affluence a favorisé le développement d’une multitude de métiers de saison, œuvre de jeunes débrouillards notamment.

En effet, si les revendeurs de figues de Barbarie et de maïs cuit sur le gril font partie du décor de l’agglomération en période estivale, la nouveauté, cette année, consiste en l’ouverture de plusieurs commerces d’objets dont on a besoin sur les plages, comme les bouées, les barques gonflables, les ballons de beach-volley, les lunettes et les crèmes solaires, les casquettes, les chapeaux de paille, les shorts, etc. Bref, des dizaines de jeunes tirent, désormais, leur pitance quotidienne de ces activités de saison.

La circulation routière, le maillon faible du coin

Si la respectable affluence que connaît la localité ne cesse de faire le bonheur des commerçants, elle est le facteur n°1 de tous les problèmes de la circulation routière qui affectent la région.

En effet, la route de la corniche qui traverse la localité, à peine large pour permettre le croisement de deux voitures, ne suffit plus pour le drainage de l’incroyable flotte de véhicules qui transitent par là. Aussi, l’agglomération est-elle congestionnée à longueur de journée par des bouchons qui s’étirent sur des kilomètres.

En une heure de temps (jeudi 20 août entre 15h et 16h), on a comptabilisé le passage, dans les deux sens, de 2140 voitures par la RN27 qui traverse l’agglomération, dont des centaines de camions de gros tonnage rentrant du port de Djen Djen, avec leur charge de voitures ou d’engins neufs, ce qui fait paraître la localité encore plus étroite qu’elle ne l’est dans la réalité.

Considérée comme l’un des points noirs les plus durs du réseau routier de la wilaya de Mila, la route de la corniche de Hammam Beni Haroun est au centre des préoccupations du commandement de la Gendarmerie qui y envoie, de jour comme de nuit, des rondes motorisées pour aider à fluidifier le trafic routier.

Kamel Bouabdellah

Commentaires   

dzira
# dzira 16-04-2018 15:06
Ce n est plus le hammam di bekri.les brochettes sont dures à avaler, et l hygiène est quasiment absent et même les services concernés ne font rien pour verbaliser Ces chawayines qui ne font que ramasser de l argent. C est très sale et je déconseille cet endroit pour manger.
Foughali
# Foughali 17-04-2018 00:08
Salut
Tu as raison..,,
Lors de mon dernier passage, j'ai pu constater que les installations du hammam sont très vétustes et manquent d'attrait.
Quant à manger des brochettes, c'est très risqué car le manque d'hygiène et de fraîcheur restent à désirer ..,,,ceci pour rester poli .
En d'autres termes, la gastro n'est pas loin !
Bonne soirée

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.