Connexion

Nous avons 583 guests et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Fin de la saison estivale : neuf millions d’estivants enregistrés à jijel

Pour la saison estivale 2015 où 22 plages ont été autorisées à la baignade le long du littoral jijelien, l’affluence enregistrée a été de quelque 9 millions d’estivants, selon des données recueillies par la Protection civile durant la période allant du 1er juin au 31 août 2015.

Une saison qui, au bout du compte, n’a offert qu’un pâle remake des éditions précédentes.

L’incivisme qui sévit à Jijel, dans les villes et villages, s’est reproduit sur les plages. L’été 2015 n’a pas dérogé à la règle. D’abord, il faut avouer que les mesures prises à l’annonce des campagnes de nettoyage des plages, au début de la saison, n’ont pas eu l’effet escompté pour donner plus d’éclat au littoral.

Dès l’entrée des plages, le décor est planté. Que ce soit à Kotama, la première vitrine estivale de la ville de Jijel, ou ailleurs, dans les plages les plus naturelles, plus à l’ouest, pour ne pas évoquer le cas de Beni Belaïd, le littoral le plus démuni de la wilaya, l’accueil est le même.

Souvent des groupes de délinquants sont là pour semer trouble et tapage aussi bien nocturne que durant la journée. A coups de décibels, la musique fuse de toutes parts.

Pour beaucoup de baigneurs, elle est source d’ennui. «On est là pour se reposer, pas pour plonger dans le vacarme qu’on fuit dans les villes», déplorent, quasi en chœur, des estivants.

Insultes, menaces et obscénités proférées en public complètent le triste tableau de ce décor estival. En plus d’un manque d’hygiène flagrant, dû notamment à ces comportements inciviques, déplorés par les rares voix qui sont encore sensibles à l’ordre et la propreté, les plages sont dépourvues de la moindre infrastructure.

Souvent, elles ne disposent même pas de toilettes ou de douches. Et si elles existent, l’odeur forte qui s’en dégage dissuade toute personne de s’en approcher.

Et c’est dans ce décor que les baigneurs, après une longue journée en bord de mer, abandonnent derrière eux une plage polluée. Jonché de détritus, de bouteilles en plastique, d’ordures ménagères et autres, le sable perd tout son éclat.

Adam S.

Commentaires   

medmer
# medmer 07-09-2015 15:35
" neuf millions d’estivants enregistrés à jijel "

Je ne sais pas comment on fait les statistiques en Algérie a savoir si on compte plusieurs fois les allées retour de tout le monde ou un comptage par satellite ou l'encombrement des voitures, le nombre de bouteilles de plastiques, les impôts que l'état a récolté....En tout en cas avec des infrastructures touristiques complètement absentes et une anarchie totale sur tout le territoire algérien on ne donne pas des chiffres d'une manière hasardeuse pour faire plaisir à tel ou tel et dire que nous avons du tourisme. Nous avons un déplacement de foules et bé c'est tout.
Quand on traverse toute la côte de la wilaya de jijel d'est en ouest et on ne trouve pas une seule toilette publique digne de ce nom, une poubelle, un restaurant propre, un hôtel respectable....et il suffit de rentrer 10 mètres à l'intérieur des broussailles de la côte pour constater 20 merdes au m2 on comprend les statistiques de ces responsables qui n'ont que le titre et les magouilles qui vont avec. Sans rentrer dans le détail des techniques de comptage des touristes dans les pays qui se respectent.
Foughali
# Foughali 07-09-2015 23:42
Citation en provenance du commentaire précédent de medmer :
" neuf millions d’estivants enregistrés à jijel "

Je ne sais pas comment on fait les statistiques en Algérie a savoir si on compte plusieurs fois les allées retour de tout le monde ou un comptage par satellite ou l'encombrement des voitures, le nombre de bouteilles de plastiques, les impôts que l'état a récolté....En tout en cas avec des infrastructures touristiques complètement absentes et une anarchie totale sur tout le territoire algérien on ne donne pas des chiffres d'une manière hasardeuse pour faire plaisir à tel ou tel et dire que nous avons du tourisme. Nous avons un déplacement de foules et bé c'est tout.
Quand on traverse toute la côte de la wilaya de jijel d'est en ouest et on ne trouve pas une seule toilette publique digne de ce nom, une poubelle, un restaurant propre, un hôtel respectable....et il suffit de rentrer 10 mètres à l'intérieur des broussailles de la côte pour constater 20 merdes au m2 on comprend les statistiques de ces responsables qui n'ont que le titre et les magouilles qui vont avec. Sans rentrer dans le détail des techniques de comptage des touristes dans les pays qui se respectent.

Salut
Je pense qu'ils ont utilisé la méthode algeroise, qui a déjà fait ses preuves depuis 53 ans...
Certains parlent de Méthode " pifometrique"....
Il y a bien longtemps que plus personne ne croit les chiffres annoncés par les fonctionnaires et autres politiciens....
Ce qui est terrible, c'est de voir tout le monde jouer le jeu, au point de finir par croire que c'est la réalité !
medmer
# medmer 08-09-2015 07:30
Bonjour Foughali

Ils ont oublier en plus de spécifier l'origine des chiffres si ils sont donnés selon la police ou selon les syndicats a savoir pour qu'elle paroisse ils prêchent ces escrocs statisticiens car la différence sera grande.
Jijeliberiki
# Jijeliberiki 06-09-2015 21:08
Le "Fais ce que tu veux, dans la limite du raisonnable défini par les lois" de l'Etat, est interprété comme ceci "c'est l'anarchie, personne ne te dira rien si tu es déraisonnable car les lois ne sont pas appliquées et les autorités sont en vacances".
Les commerces licite et illicite, le squattage des plages, la conduite en ville, le stationnement, l'ordre, l'hygiène, etc, autant de points noirs qui ont fait noircir la saison estivale de cette année.
Pour ceux qui se targuent d'avoir eu 9 millions d'estivants sur les plages (un chiffre qui n'a de sens que pour ceux qui l'avancent), je dirais que ces 9 M sont traités comme des vaches par les autorités (absence de robinets, de bacs à ordures, de WC, de parkings goudronnés, etc). Ainsi, certains ne trouvent pas mieux que de faire leurs besoins dans la nature, d'autres remplissent les bouteilles en plastique d'eau et les jettent n'importe où après utilisation, d'autres encore lâchent leurs bêtes sans se soucier des nuisances que cela apporte aux autres, et la liste est longue.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.