Connexion

Nous avons 390 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Le phénomene prend de l’ampleur à Jijel: Des cours «parallèles» dans des garages

Parallèlement à la rentrée scolaire officielle, une rentrée parallèle s’est déroulée dans des garages, des hangars et des sous-sols des blocs d’habitation, aménagés pour recevoir des élèves. Répondant à une question d’El Watan lors de sa visite dans la wilaya de Jijel, au mois de juin dernier, La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a plaidé pour une solution réglementaire à ces cours.
En attendant la promulgation des textes déterminant le cadre légal de ce phénomène, la course est déjà lancée pour attirer davantage d’élèves pour une nouvelle forme de «scolarité parallèle» qui impose désormais sa loi. Dans la wilaya de Jijel, le phénomène a pris de l’ampleur au point que dans chaque coin de rue, l’on est attiré par des plaques annonçant l’ouverture d’écoles privées.

Si les enseignants se font discrets dans le recrutement des élèves pour leur donner des cours de soutien, plusieurs écoles privées ont vu le jour dans la wilaya.
La plupart annoncent leur spécialisation dans l’enseignement des langues, le français et l’anglais, entres autres. Si ce mode d’enseignement est de plus en plus prisé par les parents d’élèves pour sauver la scolarité de leurs enfants, en raison, insiste-t-on, de la baisse du niveau scolaire, le contexte reste insupportable pour de nombreuses familles, qui font face à des difficultés pour financier ces cours.
Pour l’anecdote, rappelons l’histoire de ces deux sœurs, Khawla et Ghada, du lycée Makhlouf El Hasnaoui Ben El Mokhtar à Jijel, qui ont brillamment décroché leur baccalauréat dans la série sciences expérimentales en juin dernier avec des moyennes de 17,72 /20 et 16,92/20, sans jamais recourir aux cours privés. Chef d’une petite entreprise locale, leur père, Hacene, est catégorique : «mes filles n’ont étudié que dans leur lycée». Et d’annoncer fièrement qu’elles sont inscrites en première année médecine à Constantine, sans que leur scolarité ne lui coûte le moindre sou.odejjijel.org
El Watan 29/09/2015 Par Adam S.

 

Commentaires   

Foughali
# Foughali 30-09-2015 12:48
C'est un nouveau phénomène au bled...
Pourquoi des écoles ou cours privés?
C'est pour donner plus de chance à ses enfants ....C'est ce que font les gens qui ont des moyens.....

A setif, il y a longtemps que ces cours privés existent...
Je le sais car mes nièces mettent leurs enfants, pour faire des cours de math, mais aussi de français....
Il n y a aucun mal à cela... Sous réserve de respecter les règles de sécurité.Les enfants de ces écoles suivent les mêmes cursus, et chantent les mêmes chansons que les petits français...Cela m'a fait tout drôle de les entendre...

Après le Bac, mes enfants ont fait des écoles privées
Je ne vois aucun mal.....
L'école publique n'offre pas les mêmes services, partout dans le monde, ce problème n'a pas trouvé de solution viable et durable....

Le nivellement par le bas produit des chômeurs et des délinquants....

That is a fact of life.....you love it, loathe it, but you can't ignore it !
Foughali :P
christine hamad
# christine hamad 30-09-2015 17:31
good evening, finally we seem to agree on something, definitly, the private establishments do have a much higher level of education and materials, than their public counterparts, in public schools there seems to be absolutely no motivation on the part of the teachers or the pupils, but don t forget, private schools are for wealthy families only, not for everybody.,
anar
# anar 30-09-2015 20:11
Le probleme ne reside pas aux niveaux des ecoles privées normalement agrées .Là, je comprends les parents qui veulent donner un plus a leur progeniture.
Dans ces etablissements privés la securité et l'hygiene sont assurées.Et surveillés par des inspecteurs pedagogiques.Le mal donc, ce ne sont pas les ecoles privées
Mais accepter des cours de 40 eleves dans des garages insalubres . C'est inadmissible ..Des charognards qui ne font rien dans les etablissements publics et demandent a leurs eleves que si ils veulent avoir leur BAC , ils n'ont qu'a venir suivre des cours particuliers dans un hangar.
C'EST INDIGNE D'UN EDUCATEUR
khimo
# khimo 30-09-2015 10:59
Un fonctionnaire n'a pas le droit d'exercer une activité parallèle mais pour e pas le pousser à se comporter de la sorte, l'état doit lui assurer un salaire confortable.
anar
# anar 29-09-2015 16:05
Là aussi c'est de l'informel, des squatters de garages comme les jeunes occupant les trottoires et les plages pour gagner leur pitance.
Mais ici ce sont des "EDUCATEURS" qui profitent .des errements de l'education nationale et de la faiblesse des cours donnés par ces memes "EDUCATEURS '.Il y a un chantage lamentable de la part de ces enseignants pour un gain illicite .Eux qui doivent donner l'exemple d'une moralité et d'une probité sans reproche .Comment voulez vous que les eleves aient confiance en ce genre de personnes avides .
Il faut là ,encore une fois, que l'etat intervienne et reglemente tout ça.
Quant aux ecoles privées , elles ont leur agrement et un cahier de charges.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.