Connexion

Nous avons 461 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Un nouveau tracé de route pour Douar El Akbia

La desserte à partir de la RN27 (El Milia – Constantine) du douar El Akbia et le prolongement à Beni Haï au nord-est de la commune de Sidi Marouf (wilaya de Jijel), nécessite une nouveau tracé sur une distance de près de 2 km.

C’est la solution proposée lors de la visite du wali mercredi dernier dans cette région pour solutionner le problème des glissements de terrain qui rendent cette voie pratiquement impraticable durant la saison hivernale. Sur la route qui monte en épingles à cheveux, nous avons constaté des travaux de réparation sur certains tronçons affectés par les intempéries des années précédentes. Le désenclavement de cette population de 2500 âmes, une nouvelle voie surplombant l’existante devrait être réalisée sur une distance de 1,8 km.

Mais la situation n’est du tout gagné d’avance. En ces temps de gel des projets non démarrés, le wali compte introduire un dossier justifiant l’inscription de ce projet qui se justifie par son urgence. Si ce nouveau tracé est accordé, cette route de 7 km devrait réjouir la population une fois les travaux réalisés et les réparations effectuées sur le tronçon de 5,2 km qui ne nécessite pas de déviation. Cette région d’El Akbia qui a fait l’objet d’une étude du défunt, Dr Mahfoud Bennoune (El Akbia : un siècle d’histoire algérienne (1857-1975), OPU-ENAL, Alger, 1986) et d’un compte rendu de l’administrateur d’El Milia Charles Menétret en 1895, publié dans le volume 30 du Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine, 1895-1896., dans lequel il qualifie cette région « d’immense jardin » où on y voit «des oranges qui produisent plus de 2000 oranges par an. Partout, l’olivier prospère admirablement et donne d’abondantes récoltes». Il ajoutera que «c’est dans cette région qu’on trouve le groupement le plus denses des vestiges de l’occupation romaine» comme la fameuse mosaïque qui est actuellement précieusement préservée dans l’ancienne mosquée d’El Milia. C’est dire que ces contrées pourraient redevenir des jardins de richesse pour ces populations.

Fodil S.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.