Jijel 1988-Jijel 2015. Qui n'avance pas recule.

 

Entre hier et aujourd'hui, la ville de Jijel, a beaucoup changé sur tous les plans ! Nous sommes dans les années 80, peu avant la décennie noire, qui reste toujours reste un traumatisme profond.

Je me souviens, étant jeune enseignant dans cette ville, de la propreté, du calme, du respect, mais aussi de la sécurité du citoyen dans sa ville !

Lors de nos sorties dans la ville, direction café du Moudjahid, non loin de cette ruelle Picardie, ou, les "chouayates", n'ont pas commencées à s'installer...Dans le kiosque du coin, de Monsieur Dechmi, si je ne me trempe pas, nous achetions les journaux, et nous nous installions bien tranquillement autour d'un petit café et une longue discussion.

Aujourd'hui, Jijel, m'est inconnue, ses ruelles complètement dégradées, ses enfants nés durant ces années noires, dans une école dépassée, nous ont aujourd'hui bouleversés, avec ce phénomène de l'indiscipline au sein de nos établissements scolaires, et, qui prend de l’ampleur. Tout a été changé ! Des jeunes postés sur les gares, cigarettes à la main, ces jeunes n’ont plus aucune crainte des aînés. Ils font tout bonnement ce que bon leur semble.

Enfin, Jijel, comme toutes les autres villes et villages du bled, souffrent le laisser aller et l'isolement, mais surtout l'abandon ! Allons y voir ces images...