Connexion

Nous avons 962 guests et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

EL MILIA (JIJEL) : La gabegie en trois langues

 

En ces temps de crise et d’austérité, la gouvernance locale de la ville d’El Milia n’a pas «lésiné» sur les moyens pour tenter de renvoyer une image propre de l’agglomération qu’elle gère.

Le résultat a été un spectacle d’une extrême désolation dont sont témoins des citoyens, qui, la mort dans l’âme, observent, chaque jour plus qu’avant, le gaspillage de l’argent public dans ses formes les plus grotesques. Une simple virée à travers les principales artères de la ville et ses quartiers les plus peuplés renseigne, on ne peut mieux, sur cette gabegie. Pour tout décor, cette ville n’a plus à offrir que des dépôts d’ordures accumulés aux quatre coins de son espace urbain et même à sa périphérie semi-urbaine, en plus de ces plaques de signalisation lumineuses maladroitement placées, qui désorientent plus qu’elles n’orientent dans la bonne direction un étranger à la ville.

L’éclairage public est totalement défaillant, après avoir coûté des sommes colossales d’argent au trésor public au point où même les lampadaires tout récemment installés ne fonctionnent pas. «On a oublié de brancher le fil électrique aux poteaux», expliquait le maire, il y a quelques jours sur les ondes de la radio Jijel FM.

Les fuites d’eau, qu’on impute, à tort ou à raison, à l’ADE, ainsi que ces égouts déversant toutes leurs immondices sur les rues et les trottoirs sont là pour ternir davantage l’image hideuse et répugnante de cette ville. Cette pagaille est parfaitement illustrée par un génie local qui est allé placer des panneaux appelant au civisme des citoyens pour garder leur ville propre à l’endroit même, tenez-vous bien, …d’un dépôt d’ordure. «En trois langues, on a donné la preuve que cette ville est sale !», ironise un habitant de la ville à la vue de ces panneaux.

Ecrites en langues arabe, anglaise et française, ces plaques, depuis leur installation, n’ont pas manqué de soulever moquerie et indignation du commun des citoyens dans cette ville, où la gestion rationnelle de l’argent public n’est, semble-t-il, qu’une vision illusoire. odejjijel.org  

El Watan 09/02/2015 Par Adam S.

Commentaires   

sam91
# sam91 09-02-2015 15:07
l'anarchie s'ajoutant a l'anarchie vous vous attendiez a quoi?personne ne se trouve a sa place c'est le drame de tout un pays pas seulement de milia, al fallah qui est expert dans son domaine devien administrateur et l'ingenieur devien fallah (quand je dis fallah c'est pas pour denigré ce travail etre fallah n'est pas degradant bien au contraire ",un medecin qui va poser du carelage un illettré qui devien maire, il n'y a rien d'etonnant a ce que le pays devient ce qu'il est aujourd'hui,personne n'est a sa place,le maire n'est meme pas capable de planifier et organiser sa ville sur une carte alors comment voulez vous que cette commune ait un semblant d'organisation,al fawda partout a commencé dans la tete des gens.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.