Connexion

Nous avons 352 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Des images du jour: Décharge devant une école...

Voici quelques images envoyées par un lecteur jijel.info, prises devant l'école primaire El waha » (école de L’OASIS).

Selon toujours ce lecteur, le directeur avait dit, qu'il ne pouvait rien faire devant cette anarchie.

Les jeunes enfants sont obligés de traverser cette décharge à ciel ouvert, pour rejoindre l'école.

 

Photos: Smain HMD

 

 

Commentaires   

reuter
# reuter 27-01-2016 13:43
voilà la suite de ce qu'attend nos élèves une fois les études terminés aller fouiller la poubelle hachakoum .
reuter
# reuter 27-01-2016 07:54
oui mais du temps de franca on ne voyaient jamais ces décors .mais on avaient renvoyé grisony pour le remplacer par zitouni donc normal non ?
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 26-01-2016 20:50
C'est là un autre constat comme on peut en établir un peu partout à travers les différents quartiers de la ville.

Le problème est connu et sa solutions aussi.

Le hic est qu'il est loin de la coupe aux lèvres.

Pour appliquer cette solution, il faudra au préalable et initialement retourner à l'origine mêrme et à la source du problème :

Quels sont les parents, dans leur majorité, qui éduquent leurs enfants afin que ces derniers évitent de tout jeter partout. Est-il dispensé à l'école une éducation civique également ?

Le problème fondamental revient donc aux parents, eux-mêmes en déficit d'éducation du fait que la majorité des citoyens résidants dans les cités et quartiers jettent leurs détritus un peu partout en toute inconscience.

Il ne se trouvera jamais, ou rarement, des citoyens pour crier au hola en entamant le nécessaire auprès de l'administration afin d'acquérir des poubelles.

L'autre problème de base est donc un manque flagrant de toute forme d'organisation du citoyen à l'effet d'essayer de vivre dans un espace sain.

L'idée ne parcourt même pas les esprits.

De l'autre côté, celui de l'administration, le problème est identique ; bienpeu se soucient de la propeté de la ville sinon, il y aurait, par exemple, des corbeilles à papier attachées à chaque luminaire, ceci déjà pour éviter aux citoyens de jeter leur paquet de cigarertte, vide, leur bouteille vide, leur gobelet de café qu'ils boivent en se promenant, leur journal et tant d'autres choses.

En conclusion, la situation peut se résumer par cet adage populaire :"ki sidi, ki lalla".

De là à ce que le citoyen algérien apprenne à vivre harmonieusement dans une ville, il coulera des torrents d'eau sous les ponts.

Ou alors il faudra instaurer la politique du "chettreb" : "adarbou yehkem maderbou"

Seulement voilà : Allah ghalleb ya sid taleb, hada ma halbet el begra...
christine hamad
# christine hamad 29-01-2016 10:29
bonjour, les corbeilles a papier qui etait attaché a les lampadaires ou les ponton d'electricité etaient volé par les gens pour les les installer dans leur cuisine comme poubelle, comme les lampes dans les jardin des quartiers, ont les trouve dans les apparts des ^^réspectables^^ citoyens, donc, quoi faire avec des gens pareilles??

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.