JIJEL, L’ADE, L’EAU ET LE CITOYEN

ade

On ne sait pas encore quel est le problème qui mine l’ADE-JIJEL, qui nous vaut d’être en permanence confrontés à un manque d’eau. C’est quand il pleut que la ration d’eau diminue ! Un paradoxe dans la wilaya la plus dotée en barrage, là où la pluviométrie est de loin supérieure à tout ce qui tombe ailleurs à travers le territoire national.
Il y a lieu de savoir, outre mesure, que la wilaya de Jijel a bénéficié, voilà deux ans aux moins, d’un budget spécial lui ayant permis de refaire à 90% le réseau d’AEP selon des techniques modernes…


Y’at-il alors une mauvaise gestion administrative de l’eau à travers une mauvaise distribution, ou une mauvaise estimation en besoin d’eau pour les citoyens ? En période d’hiver, pour cette année déjà, c’est-à-peine si nous bénéficions de trois heures d’approvisionnement en eau avec une pression lâchée progressivement permettant à peine de faire fonctionner un chauffe-eau. C’est à 7 heures du matin que l’eau arrive. Tantôt elle est coupée à neuf heures, tantôt à onze heures. Les jours où l’eau dure jusqu’à 16 heures sont rares.
Des citoyens racontent que dans certains quartiers, la pression de l’eau varie de manière hebdomadaire selon que c’est l’un ou l’autre des agents chargés d’ouvrir les vannes. Voilà encore un autre problème ! On n’arrive pas à s’entendre sur le nombre de tours à donner à ces vannes et ainsi donner la pression adéquate afin que chacun soit servi quel que soit l’étage qu’il occupe.
Chose plus importante encore, il y a lieu de savoir également que l’ADE Jijel est chapeautée par la direction régionale de l’ADE sise à Constantine, et que tous les problèmes techniques relevés localement, sont soumis préalablement à cette direction avant intervention, laquelle n’est pas immédiate.
La wilaya de Jijel est la seule, à travers le territoire national, dont les directions des entreprises étatiques se situent ailleurs, dans l’une ou l’autre des wilayas limitrophes. Mais ceci est encore un autre problème !
Noureddine Bousdira