Jijel / la commune de Taher: Une démission ….et des non dits

Le feuilleton controversé de l'assemblée populaire communale de Taher qui a fait couler beaucoup d'encre a enfin pris fin avant hier. En effet et après un blocage qui a duré plusieurs mois, suite au retrait de confiance au maire de 18 membres sur un total de 23 et après un récent court retour à la normal, l’ancien président de la dite Apc Hafid Boumehrouk a, dans un communiqué rendu public, a démissionné de son poste dans la soirée de jeudi dernier pour des raisons de santé. L’ex premier magistrat de la ville adoptive du Feu FERHAT Abbas l'attribue à son état de santé et pour se consacrer à se faire soigner.

Cependant Certains observateurs n’écartent pas que cette démission qui était dans l’air a été dictée par d’autres facteurs et motifs qu’il faut les chercher dans les rouages de la gestion de cette commune objet de toutes les convoitises d’une poignée d’affairistes qui interviennent même dans l’élaboration du plan de circulation. ils estiment que l'ex maire d'obédience Rnd était depuis son installation à la tête de la troisième commune de la wilaya fortement contesté par une bonne partie des membres ce ladite assemblée notamment les élus de l'ancien parti unique qui ont tout fait pour déloger cet ancien député qui a déjà occupé le poste de P/APC de la commune de Oujana .pour eux , les cause de ce retrait il faut le chercher dans le conflit avec le Fln appuyé par certains cercles qui avaient auparavant l'habitude de rafler les marchés publics de la commune notamment les interminables travaux de réfection des trottoirs et la voirie et la peinture des facettes des immeubles communaux et la réfection écoles primaires et leurs 'approvisionnement en produits alimentaires et autres. Pour l’histoire , le fils d’un ancien maire de cette commune ,la vingtaine environs , chômeur de son état était devenu accidentellement gérant d’une entreprise de peinture.. Les adeptes de cette thèse estiment que ces « affairistes » pour ne pas dire autres choses exploitent le facteur tribal pour accentuer leur guerre étant donné que la tribu dont est issue l’ancien maire n’a jamais gouverné Taher hormis la période kaouache. Depuis son installation à la tète de la mairie, Hafid Boumehrouk, souffrant d’une maladie, selon ses proches, a maintes reprise fait état des pressions dont ils fait l’objet de la part de ces cercles, notamment depuis la mise à l’écart de certains chef de services qui étaient, selon certaines indiscrétions, les vrais décideurs de la commune. Lors d’une réunion au siège de la wilaya avec le nouveau Wali, l’ex premier magistrat de la troisième commune de la wilaya n’a pas manqué de parler d’une manière explicite de la pression des spéculateurs fonciers car il a voulu, à ses dires, rouvrir un ancien tunnel dont l’existence remonte à l’époque coloniale pour désengorger la ville notamment pour les automobilistes venant de Chekfa et Chehna et se diriger vers Jijel sans passer par le centre ville taher .Un projet qui a attisé une farouche opposition de lobby qui fait la pluie et le beau temps de cette commune ou certains ont privatisé l’espace public au su et au vu de ….tous .Pour preuve , on trouve même des établissements classés en plein centre ville et on interdit aux automobilistes de stationner sans arrêté communal et sans payer des redevances à la commune.
Une preuve de la puissance de ces forces de nuisance. De l’autre coté, les détracteurs du maire démissionnaire lui reprochent sa gestion unilatérale des affaires de la commune qui , selon le rapport des services de la wilaya, a enregistré un faible taux de consommation de crédits, ce qui a pénalisé lourdement la réalisation et la gestion de nombreux projets liés au cadre de vie des citoyens .Tirant profit d’une réunion du conseil de wilaya, et suite à une série de congés de maladie prolongés de l’ex maire, le chef de l’exécutif a ouvertement critiqué ces agissements irresponsables qui portent préjudices à la gestion des affaires des citoyens.


Sujet proposé par notre confrère: Bouhali MED cherif