Agenda Culturelle: (1934-2004) Doudou Abou-I-aïd écrivain.

Né au douar Tamandjer, près d’El-Ancer (Jijel). Ecole coranique à l’âge de trois ans. Mais seulement pour quelques mois, car à la mort de son père, en 1937, il interrompt ses études. A la fin de la seconde Guerre mondiale, l’un de ses voisins l’inscrit dans une école primaire à Constantine - pour une année - avant de rejoindre l’Institut Abdelhamid Ben Badis où il passa quatre ans. Après une année d’études à la Zitouna de Tunis, l’Association des oulèmas algériens lui offre, en 1952, une bourse pour l’Irak où il fréquente Dar Al-Moualimine (la Maison des instituteurs) pour une période de quatre ans et à l’issue desquels il obtient une licence en littérature arabe.

En 1956, on le retrouve en Autriche, à l’Institut oriental de l’Université de vienne jusqu’en 1961. Il y enseignia de 1961 à 01963. L’Université Kepel (Allemagne de l’Ouest) l’invitate à donner des cours de langue et de littérature arabes à l’Institut oriental que dirige Wilhelm Hoenerbach, un ancien professeur de la faculté d’Alger dans les années 1930. Retour a Vienne au début de 1966, En 1968, au lieu d’aller enseignr aux Etats-Unis ou en Alemange, il choisit de rentrer en pays parce que "la nostalgie et le sentiment de l’exil ont atteint un seuil intolérable" dit-il. C’est ainsi qu’en 1969, il rejoint la faculté des lettres de l’Université d’Alger où il enseigne juqu’à sa mort survenue le 16 janvier 2004 à Alger.
Oeuvres: Bouhayratou Azaïtoun (la mare des oliviers), nouvelles, 1967; At-Tourab (le tertre), Théâtre, 1986; Dar at-Thalatha (la maison des Trois), nouvelles, 1971; Al-Bachir (Bachir).

lemidi-dz.com