Connexion

Nous avons 623 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Secteur de la pêche à Jijel: Des infrastructures, des projets et des retards

port jijel

Cinq projets en aquaculture dans la wilaya de Jijel ont reçu, la semaine dernière, l’aval du Comité d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation foncière (Calpiref) pour l’attribution de titres de concession.

Deux projets concernent une ferme conchylicole pour la production de moules d’une quantité de 100 tonnes/an pour chacune d’elles, avec une prévision de création de 48 emplois. Deux autres projets ont trait à l’élevage dans des cages en mer de poissons comme les daurades et les bars, avec une production de 600 tonnes par an pour chacun d’eux.

Pour ces deux projets, il est prévu la création de 60 postes de travail. Enfin un cinquième projet concerne l’élevage d’anguilles dans la région de l’oued El Kébir.

Selon les prévisions, le nombre d’investissements en aquaculture devrait augmenter dans les prochaines années. Un vingtaine de demandes dans ce domaine ont été enregistrées à la direction de la pêche de la wilaya. Ces dossiers devraient être présentés au Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNDRPA) pour avis avant de les orienter vers le Calpiref de Jijel. La wilaya de Jijel dispose actuellement de deux ports de pêche et de plaisance en activité. Un troisième attend toujours la mise en service tributaire de l’achèvement de certains travaux.

A Jijel-ville, le port de Boudis accueille actuellement 135 chalutiers, 49 sardiniers et 68 petits métiers. Au port de Ziama Mansouriah, on compte 5 chalutiers, 15 sardiniers et 20 petits métiers. Pour le port de pêche et de plaisance d’El Aouana, le retard accusé pour sa réception est immense et risque, si les choses demeurent en l’état, de boucler une décennie. Lancés en 2008, les travaux devaient durer 25 mois. En novembre 2014, le directeur des travaux publics affirmait que «les travaux sont achevés et réceptionnés provisoirement et qu’il ne restait que les travaux d’assainissement intérieur, d’alimentation en eau potable (AEP), d’éclairage, de clôture et de revêtement en béton bitumineux».

La situation montrée au ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, lors d’une récente visite dans la wilaya, faisait état d’un retard estimé à 50% dans les travaux d’assainissement. Le délai est déjà consommé à 100%. Le retard est aussi relevé pour l’AEP et le réseau d’éclairage. Actuellement, le taux d’avancement est de 40% pour un délai consommé de 66%. Outre l’insuffisance des moyens sur le chantier, ce retard est dû à un changement dans l’étude. Le retard dans la livraison des réseaux a retardé la réalisation des travaux de revêtement des terre-pleins. Mais les travaux qui semblent le plus inquiéter et qui risquent de retarder encore plus ce projet ont trait au mur de clôture, qui n’a pas encore été lancé, faute de financement. Doté d’un budget de 5,7 milliards de dinars, le projet devra connaître une réévaluation de 485 millions de dinars, selon les services de la DTP .

Fodil S.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.