Connexion

Nous avons 284 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Premiers jours du ramadhan à Jijel: Pénurie de viande et cherté de certains produits

La grève des vétérinaires a provoqué une grande pénurie de viande au premier jour du mois de Ramadhan, à Jijel, où le lait, le pain et certains fruits et légumes ont manqué à l’appel.
Lundi matin, il était presque impossible de se procurer quelques morceaux de viande dans les boucheries de la ville d’El Milia, dont la plupart ont baissé rideau dès la matinée, après avoir épuisé leur stock. Une forte tension a également été constatée dans les marchés des fruits et légumes, en dépit de la hausse des prix.

Cet état de fait n’a pas été sans plonger dans le désarroi des citoyens, déjà assommés par les problèmes de la vie quotidienne. «Il n’y a rien à se procurer, absolument rien», lâche-t-on pour résumer la situation. Un vétérinaire gréviste a cependant indiqué qu’il y aura un retour à la normale, dès mercredi et la viande sera disponible, après le retour à l’activité des abattoirs. Outre ces pénuries, la spéculation a fait flamber les prix des fruits, des légumes, des viandes, notamment blanches, et des denrées alimentaires les plus sollicitées par les ménages.
La flambée constatée s’est traduite par une hausse du prix du poulet, qui est passé brutalement de 220 à 320 DA le kilo, avant que les autres produits ne se mettent de la partie. Si la sardine et les fruits de mer sont hors de prix, depuis déjà un certain temps dans les marchés, les viandes rouges ont suivi la même courbe ascendante pour s’installer à des tarifs exorbitants. La tomate, produit de base par excellence du commun des ménages a fait son boom pour passer de 60 à 120 DA en quelques jours. Les autres produits, dont les fruits, n’ont pas été épargnés par le renchérissement de leurs tarifs dans un contexte social des plus durs pour les ménages. «Ça flambe !» est le mot le plus échangé dans les marchés aux premiers jours d’un mois sensé être dédiée à la foi et la piété et non à la spéculation.odejjijel.org
El Watan 08/06/2016 Par Amor Z.

Commentaires   

milano
# milano 08-06-2016 19:25
le seul moyen de faire baisser les prix comme fut appliqué en Tunisie et au Maroc par la population est de boycotter le temps qu'il faudra de ne plus acheter .

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.