Connexion

Nous avons 366 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Mercuriale à Jijel: Baisse des prix de la sardine et du poulet

Pour les petites bourses, le Ramadhan 2016 est pénible. Pénible, parce qu’il ne leur laisse qu’une petite marge de manœuvre dés qu’ils s’approchent des marchés.
Cependant, un certain recul est constaté sur les tarifs de certains produits qui ont longtemps flambé à Jijel, telle la sardine, qui s’affiche ces jours ci à un prix qu’elle n’a pas connue depuis des mois. La sardine à 350, voire 250 DA, c’est un peu de l’inédit dans cette ville côtière, où le petit poisson bleu s’est vendu il n’y a pas si longtemps à 550 DA le kilo. Depuis le début du Ramadhan, il descend sous cette barre pour se fixer à un seuil plus abordable pour les consommateurs. Il est évident que les initiés du marché de la sardine imputent cette baisse à une diminution de la demande.

Le poulet a également amorcé un retour à sa tendance d’avant le Ramadhan, avec un prix qui oscille entre 250 et 270 DA, le kilo. Au début de ce mois, ce produit est allé grimper pour atteindre les 350 DA le kilo, après s’être fixé durant plusieurs semaines à 220 DA. Les plus intouchables sont les fruits avec des prix qui donnent le tournis à la moindre tentation de les approcher.
«ça devrait être interdit, c’est excessivement cher, les fruits», se lamente-t-on dans les marchés. Les fruits de saison sont inabordables, à l’image des cerises qui sont affichées à 800 DA avant d’amorcer une certaine « baisse» pour se fixer à 700 DA. Les pêches, les abricots, les pommes et les fameuses pastèques sont les fruits qui font davantage parler d’eux en ces temps de crise de la mercuriale. «Et dire que ce sont des produits de chez nous, produits localement», ironise-t-on. Les bananes ramenées d’ailleurs sont plus abordables, peut-on constater dans les marchés. Avec un prix largement abordable, la pomme de terre est le seul produit qui fait le bonheur des petites bourses, même si le reste des légumes est plus ou moins à la portée des consommateurs après la baisse enregistrée.odejjijel.org
El Watan 19/06/2016 Par Amor Z.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.